Les lectures d'Antigone ...

21 juillet 2014

Le Bruit des autres, Amy Grace Loyd

lebruitdesautres

 "La nuit dernière, elle a tapé sur le plancher de sa chambre, au-dessus de la mienne, du moins je crois. Un-deux-trois, une pause, puis encore un-deux-trois. Ai-je tout inventé, dans un demi-sommeil ? Avec un manche à balai, j'ai répondu. Oui, j'étais là. J'étais là."

Celia maîtrise tout depuis la mort de son mari, même son chagrin, qu'elle a enfermé hermétiquement avec leur livre préféré dans un sachet en plastique. La vie n'a pas de prise sur elle. Propriétaire d'un immeuble dans Brooklyn, elle tient fermement à ce que chaque locataire respecte l'intimité de ses voisins. Alors lorsque George lui propose une sous-locataire, tandis qu'il partira quelques temps en voyage en Europe, Hope, Celia est contrariée. Elle a à coeur de choisir scrupuleusement les personnes qui entrent dans ses appartements. Finalement, fascinée et attachée par les choix audacieux et douloureux de cette jeune divorcée qui bouleverse l'immeuble par ses cris et ses épanchements, Celia tangue...

Voici le troisième et sans doute le dernier titre que je lis sur le thème des immeubles [après L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes et Je ferai de toi un homme heureux]. Ici, ce qui m'a assez vite étonnée est l'exploration sans tabou du deuil et de la perte. Celia et Hope ont cela en commun, elles ont perdu toutes les deux l'homme qu'elles aimaient et elles n'imaginent pas vivre sans lui. Mais Celia a pris de l'avance et elle reconnaît chez Hope les signes évidents d'une auto-destruction annoncée. Alors, elle surveille, elle se met en danger pour quelqu'un d'autre qu'elle, et finit par s'ouvrir. C'est ce qui m'a le plus plu dans ce titre, l'éveil de Celia... et j'ai été surprise - je l'avoue - par la volupté qui se dégageait de ces pages. Pour autant, je regrette peut-être un peu la fin que Amy Grace Loyd a choisi, presque trop belle, quoique réconfortante. Je crois que les fins à la mode Asterix et Obelix (assez courantes au cinéma, le sanglier en moins) m'agacent un peu (peut-être parce que cela arrive si peu dans la vraie vie ?!)... Cela dit je vous recommande tout de même ce premier roman qui a le mérite d'accrocher son lecteur, et que Richard Russo vous conseille très chaudement en quatrième de couverture (belle référence).

Editions Stock - 20€ - Mars 2014

Les lectures, très enthousiastes, de Clara, Anne et Cathulu ! Je suis moins séduite que vous, les filles.

Posté par Antigone1 à 17:32 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


20 juillet 2014

#LireProust 1 ~ Du côté de chez Swann

"De tous les modes de production de l'amour, de tous les agents de dissémination du mal sacré, il est bien l'un des plus efficaces, ce grand souffle d'agitation qui parfois passe sur nous. Alors l'être avec qui nous nous plaisons à ce moment-là, le sort en est jeté, c'est lui que nous aimerons. Il n'est même pas besoin qu'il nous plût jusque-là plus ou même autant que d'autres. Ce qu'il fallait, c'est que notre goût pour lui devint exclusif. Et cette condition-là est réalisée quand - à ce moment où il nous fait défaut - à la recherche des plaisirs que son agrément nous donnait, s'est brusquement substitué en nous un besoin anxieux qui a pour objet cet être même, un besoin absurde que les lois de ce monde rendent impossible à satisfaire et difficile à guérir - le besoin insensé et douloureux de le posséder."

proust-001

Partant à la recherche de ses souvenirs, le narrateur évoque dans ce premier tome Combray, son enfance, sa famille et les amis de ses parents, contant notamment les désaventures amoureuses de Charles Swann, amant malheureux d'Odette.

Lire (ou re-lire) Proust, c'est entrer avant tout dans une langue riche, dans des phrases complexes et un fil de pensée savamment tissé qui nous laisse au terme des paragraphes ébahi. La grande parenthèse bien connue (et que l'on trouve d'ailleurs facilement éditée à part), très narrative, celle qui traite plus particulièrement des amours de Swann avec Odette n'est pas la partie la plus compliquée à lire, ni celle qui m'a le plus intéressée, elle traite avec brio cependant des affres de la passion amoureuse. Non, ce que j'ai préféré, ce sont surtout les débuts de ce récit, lorsque nous assistons aux éclats de réminiscence du narrateur, là j'ai véritablement été admirative et séduite par les trouvailles littéraires de l'auteur, subjuguée. Ma fascination mis à part, j'ai quand même été tenue par l'histoire que l'on me racontait, par les liens qui semblent unir ou désunir les protagonistes dans ce premier volet, étonnée que Swann finisse par épouser cette affreuse Odette, malgré ses éclairs de lucidité, et que notre narrateur tombe sous le charme de leur fille dans un jardin parisien, reproduisant le schéma qui a tant fait souffrir Charles. Les mondanités tiennent une grande place dans l'univers des personnages de Marcel Proust, des mondes se côtoient et s'évitent, les réputations se satisfont de ce qui est connu et peuvent s'effondrer suite à une réplique maladroite, voilà qui est cruel et assez captivant.

Séduite par cette lecture, j'ai décidé de continuer ma quête. J'ai téléchargé la suite de La Recherche sur ma liseuse... un peu étonnée que le second tome s'intitule également Du côté de chez Swann (n'en n'aurais-je lu que la moitié ?). A suivre...

Lu sur ma liseuse - téléchargé gratuitement [ici]

 

Posté par Antigone1 à 11:27 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 juillet 2014

Moi je paierais pour te revoir

[Parce que Talent]
Sinon, pendant ce temps, je lis Le bruit des autres d'Amy Grace Loyd, presque surprise de la grâce sulfureuse de ce roman.
Sinon aussi, il y a toujours en attente ce billet que je traîne sur Du côté de chez Swann... Je voudrais tellement écrire bien sur ce livre, et sur ma lecture de ce livre, mais peut-être qu'écrire ce que je peux sera suffisant... on verra ;)
Demain, il y aura en France des retours et des départs, mais à la maison surtout les 13 ans de ma grande-fille, une petite boule d'énergie devenue avec le temps une gracieuse jeune-fille (pleine d'énergie). Bon week-end !

Posté par Antigone1 à 20:29 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

16 juillet 2014

Je Ferai de toi un homme heureux, Anne B. Radge

jeferaidetoiunhommeheureux

 "Le programme de variétés à la radio qui commençait à neuf heures était presque terminé. Elle devait être la seule dans l'escalier à ne pas pouvoir écouter cette émission depuis le début en toute tranquillité, sans avoir un mari dans les pattes. L'animateur Kjell Thue annonça fièrement que c'était un programme où les Beatles n'avaient pas le droit de cité [...]."

Nous sommes dans les années 60, en Norvège, dans un immeuble récent au coeur de Trondheim. Des trois étages du bâtiment, nous visiterons d'abord uniquement l'escalier à la suite de Mme Asen, qui ne peut s'empêcher de le nettoyer à grandes eaux tous les jours, puis chaque appartement un à un. Et il apparaît très vite que l'ère de l'harmonie et du progrès n'a pas franchi tous les seuils du bâtiment, et que la modernité affichée à coup d'électroménagers rutilants n'est que de façade. Les rôles sont bien définis dans les couples et les familles de l'immeuble, à peine protégés par les murs si fins de leurs logements, et il faut faire bonne figure au risque de donner prise aux médisances. Car ça cancane sec à tous les étages, à grand bruit, surtout chez la coiffeuse à domicile. Les particularités sont regardées à la loupe, analysées et jugées selon les critères du moment. Etre comme les magazines féminins le suggèrent est irrésistiblement attirant, bien sûr, bien qu'un peu décadent. Seule la locataire du troisième étage semble pouvoir se permettre d'être dans l'air du temps... il se murmure même qu'elle ferait son ménage entièrement nue.

Voici un petit roman assez vintage que j'ai surtout beaucoup aimé lire pour le flash-back vers mes jeunes années qu'il m'a permis de faire. Les années 70 de mon enfance n'étaient pas si éloignées de ces années 60 là. Vous qui avez comme moi quelques souvenirs de l'omniprésence du formicat, du orange et du marron, et de ces appareils qui sentaient très fort et très vite un peu le brûlé après utilisation, des patrons pour habits de poupée que l'on découpait dans les Modes&Travaux de l'époque aussi... comprendrez aisément ce que je veux dire. Mais, malgré son intérêt madeleine de Proust, ce petit livre est également de ceux que l'on referme avec un soupir qui dit tout bas tout ça pour ça... Car, même si Je ferai de toi un homme heureux est le reflet juste et finement brodé d'une époque, il n'est surtout qu'un peu que cela, son propos voyage effectivement sans but et sa fin est elliptique, ce qui est bien dommage... Une lecture en demi-teinte, donc.

Anne B. Radge est surtout connue pour être l'auteure de la trilogie des Neshov (à découvrir encore pour moi) !

Editions 10/18 - 8.10€ - janvier 2014

Posté par Antigone1 à 13:40 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

15 juillet 2014

Jacquelyn Mitchard... en version e-book

Cet été, j'ai emporté ma liseuse en vacances... et seulement un poche en version papier (je prends des risques). Mis à part un petit soucis de rechargement (mon adaptateur s'étant avéré incompatible), vite résolu, j'ai apprécié la légèreté du support (encore une fois), et même si lire ainsi reste différent (j'ai l'impression que les textes s'imprègnent moins dans ma mémoire), l'habitude se prend, indubitablement.

J'en profite donc pour vous parler des deux titres qui ont occupé mon début d'été... sortis tout récemment aux éditions des Deux Terres en format e-book.

aussiprofondebbok

Aussi profond que l'océan... Alors que Beth se rend avec ses enfants à une rencontre d'anciens élèves, Ben son fils de trois ans disparaît dans le hall d'un hôtel bondé. Comment survivre à un tel drame ? Beth se laisse doucement couler tandis que sa famille tente de se reconstruire un présent chaotique, dans l'espoir un jour pouvoir peut-être retrouver le petit garçon.

J'avais vu le film tiré de ce roman déjà ancien (1998), avec Michelle Pfeiffer et Whoopi Goldberg dans les rôles principaux. En lisant ce récit, j'ai revu les images qui m'avaient beaucoup marquées à l'époque. La version littéraire est beaucoup plus fouillée, vous vous en douterez, et les états d'âme d'une mère en dérive qui ne voit pas combien son fils aîné se sent coupable et sombre, très bien traduits. J'ai aimé que personne ne soit parfait dans ce thriller et que rien ne soit une évidence. Un page turner, peut-être un peu daté dans le style, que j'ai pour autant grandement apprécié.

Mai 2014 - 4.99 € - [lien vers la page de l'éditeur]

tantdechosesebook

Tant de choses à vous dire... Laura et son mari sont sortis pour fêter leur quatorzième anniversaire de mariage. Ils sont allés à une représentation du Cirque du Soleil, et la soirée semble en tous points réussie. Pour autant lorsque Laura est soudain prise d'un violent mal de tête, la nuit bascule. A l'hôpital, le verdict tombe, la jeune femme n'a plus que quelques heures à vivre, quelques heures pour dire adieu à ses filles, et régler quelques détails...

Loin d'être un bouillon de pathos, ce court roman est un joli récit sur la conclusion d'une vie. Difficile de savoir ce que nous ferions si nous étions dans la situation que Laura expérimente... Le personnage de Jacquelyn Mitchard choisit d'être fidèle à elle même, prosaïque, organisée, et tendre. J'ai été touchée par ce titre, même si j'aurais aimé que l'ensemble soit moins convenu.

Mai 2014 - 4.99€ - [lien vers la page de l'éditeur]

Posté par Antigone1 à 14:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

14 juillet 2014

Au présent, Helle Helle

aupresent"Il y a tant de choses qui sonnent bien, tant de choses qu'on pourrait écrire. On peut tout écrire. Mais il faut qu'il y ait une raison. N'importe quel imbécile peut introduire dans un texte un petit homme rigolo à chapeau."

Dorte s'installe dans une petite maison au confort spartiate à quelques lieux de Copenhague. Elle est apparemment une jeune fille ordinaire, mais fait semblant de faire des études, trompe son entourage, ne laisse aucune aspérité retenir ses premières amours. Détachée, elle donne son corps sans hésiter bien longtemps, passe son temps à faire les boutiques, à épuiser petit à petit son plan d'Epargne, et pourtant sait composer des chansons, et est très attachée à sa tante qui possède le même prénom qu'elle. C'est évident, elle pourrait prendre ce prochain train, qu'elle entend siffler près de chez elle, donner sa chance à Hase, au lieu de laisser sa vie se perdre dans le fil de ses pensées...

J'avais beaucoup aimé Chienne de Vie, du même auteur, édité en 2009 au Serpent à Plumes. J'ai donc sauté sur l'occasion de lire ce nouvel opus, traduit du danois. On y retrouve la même ambiance lente et constructive que dans son précédent roman. On suit avec minutie le personnage de Dorte s'installer dans sa nouvelle maison, se souvenir des pas qui l'ont amenée jusqu'ici, des hommes tristes qu'elle a déjà laissée derrière elle dans sa courte vie. Il y a des gestes à faire, qui tiennent le quotidien, une nonchalance feinte qui cache les bouleversements de l'âme, et une jeune-fille encore juvénile et fragile que l'on rêverait de prendre par la main... Une lecture, dévorée, toute simple, qui confirme combien j'aime ce type d'écriture-là aussi.

Editions Buchet Chastel - 18€ - 13 février 2014 - Merci ma bibli !!

Posté par Antigone1 à 14:39 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

13 juillet 2014

Pour aimer le Gers

Il suffit de se rendre compte de la beauté indéniable des paysages.

gers2014 001-001

gers2014 005-001

Aimer monter et descendre des escaliers, des rues.

gers2014 020-001

gers2014 035-001

gers2014 022-001

gers2014 062-001

Savoir suivre le guide qui se présente, même le plus inattendu... 

gers2014 068-001

...  et admirer avec lui le paysage.

gers2014 069-001

Puis savourer le calme

gers2014 063-001

 

Les vacances, c'était bien. Je suis de retour par ici, merci à vous d'avoir continué vos visites pendant mon absence, je prendrai les liens pour l'objectif pal de juillet petit à petit, quelques lectures à évoquer avec vous également bientôt... et une PAL urgente qui explose (ce qui n'est pas pour me déplaire). Bon dimanche (pluvieux) !

Posté par Antigone1 à 10:46 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :



Fin »