31 août 2008

Des papillons sous la pluie, Mira Maguen

despapillonssouslapluie

Adam attend depuis vingt-cinq ans un signe de celle qui l'a abandonné alors qu'il n'avait que dix ans, sa mère.
Depuis, il garde toujours dans sa poche un petit papillon coloré, identique à ceux qu'elle vendait dans la rue, le petit garçon qu'il était à ses côtés. Devenu médecin généraliste, élevé avec amour par sa grand-mère Mama Ruth, Adam Ouria a une vie bien remplie, des patients, une femme qui l'aime à ses côtés, des amis... Pourtant, lorsqu'un jour le téléphone sonne et que la voix rauque d'Eva résonne à l'autre bout du fil, proposant une rencontre trois jours après, les angoisses et les défaillances se ravivent...

Ne tergiversons pas, j'ai beaucoup aimé ce roman dont l'intrigue se déroule comme une belle pelote de laine, traînant derrière elle les poussières d'une vie pas si limpide.
Nous suivons pendant trois jours les pensées de cet homme, vivant dans une ville d'Israël moderne, exempte apparemment - et étrangement - de conflits et de guerres.
Adam Ouria est un adulte en questionnement, un adulte dont l'enfance colle à ses faits et gestes, à ses doutes, à ses envies, à ses rapports avec sa famille, avec ses cousins.
Adam va revoir sa mère, bientôt, et toute sa vie prend une dimension différente, des rencontres ont lieu, des attentes, et peut-être aussi des folies...

Le tout début du roman...
"Les boucles d'oreilles violettes. Leur éclat diffus et tremblotant. Si elle les portait encore, il la reconnaîtrait tout de suite. Simples, translucides comme des gouttes de pluie sur un iris. Le souffleur de verre qui les lui avait fabriquées avait juré que jamais pièce plus lisse n'était sortie d'entre ses mains.
Elle serait là dans trois jours. N'avait indiqué ni son numéro de vol, ni d'où elle venait. "Allô, c'est Eva, ta mère."

bouton3 Note de lecture : 4/5

Un livre lu dans le cadre du grand prix des lectrices de BOOKPAGES 2009
Catégorie Romans

ISBN 978-2-7152-2836-8 - 25€ - 02/2008

Posté par LESECRITS à 06:13 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :


30 août 2008

François Forestier, Marilyn et JFK

marilyn_et_jfkMarilyn et John, une histoire qui fait fantasmer, qui mêle glamour, Hollywood, secrets d'Etat et pouvoirs... François Forestier nous raconte dans son livre le versant sombre de cette romance, et nous entraîne dans les coulisses du show business américain et de la course à la Maison Blanche. Le style est enlevé, rapide et efficace, et les années passent en accéléré devant nos yeux de lecteurs éberlués.

Alors, peut-être un peu trop de sexe, un peu trop de drogues, un peu trop de complots, un peu de trop de mafia à mon goût.
Pourtant, tout cela semble bien réel - est réel. Mais a-t'on vraiment envie de désacraliser les mythes ? Je n'en suis pas certaine. Au risque de taire la vérité ? De se voiler la face ? Oui, parfois.

bouton3 Note de lecture : 2/5

Un titre lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices BOOKPAGES 2009
Catégorie Documents

ISBN 978 2 226 18398 9 -19.50 € - Mai 2008

Finalement, Marilyn par Vanessa me convient mieux, n'est-ce pas Clarabel ?...


Marilyn et John

Posté par LESECRITS à 06:45 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

29 août 2008

Ecrire

_crire"Une amie qui écrit un roman depuis huit ans craint de le terminer. De version en version, de révision en révision, elle repousse le moment de le remettre à l'éditeur, sachant bien entendu que sitôt qu'il sera imprimé, tout espoir qu'il ressemble au roman qu'elle a en tête s'éteindra et ne lui restera que la réalité d'une création, indépendante de sa volonté et de son désir."

(Extrait de Journal d'un lecteur, Alberto Manguel)

Posté par LESECRITS à 06:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

28 août 2008

La princesse des glaces, Camilla Läckberg

LA_PRINCESSE_DES_GLACESUne jeune femme est retrouvée nue, dans sa baignoire, les poignets tailladés, couverte de gel. Son amie d'enfance, Erica Falck, trente cinq ans, écrivain de profession, a fait cette découverte macabre, et c'est toute la communauté de Fjällbacka qui est en ébullition. Un suicide semble vite improbable aux yeux de la police et l'enquête que mène l'inspecteur Patrik Hedström soulève de nombreux mystères...

J'avais très envie d'aimer ce roman à la superbe couverture noire, illustrée délicatement par Matthew Price. J'en avais très envie...mais dès les premières lignes, j'ai dû me rendre à l'évidence que l'écriture, lourde, malhabile et très désagréable du récit, ainsi que sa structure volontairement hachée, qui passe d'un personnage à un autre sans transition, me rendrait la tâche bien difficile... Ce fut effectivement le cas. Heureusement, mes efforts ont été récompensés, car malgré une intrigue poussive, je me suis retrouvée aux 4/5ème du livre finalement tenue par le suspens, attachée aux personnages et dans l'attente d'une issue qui ne m'a pas déçue, bien au contraire.

Malgré cela, voici un roman policier que j'aurais du mal à recommander en dépit des commentaires ditirembiques de l'éditeur en quatrième de couverture : "En Suède, tous ses ouvrages (ceux de Camilla Lädckberg, cela s'entend) se sont classés parmi les meilleures ventes de ces dernières années, au coude à coude avec Millénium de Stieg Larsson." Ah bon ? Serais-je donc hermétique au genre ? Voilà qui ne me donne pas très envie de lire Millénium à présent !!

Un extrait pour en "apprécier" l'écriture...
"Erica avait l'impression qu'Alex avait vécu dans une sorte d'existence parallèle avec ceux qui comptaient dans sa vie. Elle n'en faisait qu'à sa tête, sans égard pour ses proches et surtout pour Henrik. Erica devinait que Francine avait du mal à comprendre comment Henrik pouvait accepter un mariage à ces conditions, elle pensait carrément que Francine le méprisait à cause de cela. Pour sa part, Erica comprenait parfaitement le fonctionnement des mécanismes de ce genre. Depuis de nombreuses années, elle contemplait le couple Anna et Lucas."

bouton3 Note de lecture : 1.5/5
Un titre lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices BOOKPAGES 2009
Catégorie Policiers

ISBN 978 2 7427 7547 7 - 21 € - Mai 2008

Elfique est beaucoup beaucoup plus enthousiaste que moi et Ptitlapin aussi !!

Lire l'article de Gambadou sur Millénium qui fait étrangement pendant au mien aujourd'hui, sans concertation.

Posté par LESECRITS à 07:18 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

27 août 2008

Un nouveau swap...

...sur le blog d'Yspaddaden. Le thème ? Londres, bien évidemment. Inscriptions jusqu'au 15 septembre.

Posté par LESECRITS à 10:43 - - Commentaires [10] - Permalien [#]


Le quartier enchantant

le_quartier_enchantantUne amie, très chère, a offert à ma fille pour son dernier anniversaire ce bien joli livre/CD. Ayant tout d'abord écouté le CD, très rythmé et entraînant, scandant un bon anniversaire de propos, nous nous sommes ensuite penchées sur le texte...

Nous avons découvert un univers, ou plutôt un quartier, dont la petite Zaza, présente en couverture, est l'héroïne. Dans ce quartier ne vivent que des gens ordinaires, oui mais voilà ils ont un don, celui de transformer chaque acte de leur vie en fête et en chansons.

Dans l'album papier, se succèdent plusieurs petites histoires qui suivent les titres du CD (un anniversaire, une amourette d'enfance, un déménagement, etc...), les illustrations sont colorées, parfois un peu folles, gaies. Le jeune lecteur est invité à suivre l'exemple des personnages de l'album, à transformer les refrains, à inventer d'autres couplets.

En "à propos" est précisé ceci : "L'univers et les aventures de Zaza et de ses ami(e)s sont issus du roman de Claude Sicre (Chronique dels Happy jours in Toulouso, Francia), dont certains chapitres ont déjà été publiés dans des journaux et ont été à l'origine de certaines manifestations (repas de quartier, forums des langues du monde, conversations plilosophiques de rue, plages en ville, duels de tchatche, etc.)"le_quartier_enchantant_1

Grande fille et petit dernier ont écouté avec attention ma lecture, m'obligeant à tout finir d'un trait. J'ai eu le sentiment que les dessins et les textes leur parlaient directement, traitaient de leurs préoccupations quotidiennes. De plus l'album, interprêté par "Fabulous Trobadors, Bomes 2 Bal et la chorale civique d'Arnaud Bernard" est excellent !! A découvrir !!

ISBN 2 7427 6440 2 - NOV 2006

Quelques titres peuvent être écoutés ici (l'anniversaire - bonne nuit) interprêtés par les Fabulous Trobadors. Et la page éditeur des Bombes 2 Bal (pour le plaisir).

Posté par LESECRITS à 08:24 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

26 août 2008

Chaos calme, Sandro Veronesi

CHAOS_CALMENous sommes au mois d'août en Italie, Pietro Paladini, la quarantaine, vient de perdre la femme qu'il allait épouser, quelques jours plus tard, Lara.
Coïncidence troublante, au moment même où elle mourrait sous les yeux de leur fille, il tentait de sauver une autre femme - une inconnue - de la noyade, à quelque distance de là.
Entre deuil et culpabilité, il s'attend à ce qu'une souffrance insupportable vienne les submerger, lui et son enfant, après ce décès inattendu, mais rien ne se passe, tout reste dans un "calme chaos" étrange.
Le jour de la rentrée, il décide alors sur un coup de tête de rester près de l'école de Claudia, dans sa voiture, jusqu'à ce qu'elle sorte de ses cours.
Il répétera ce scénario les jours suivants, travaillant derrière son volant, créant un noyau incongru de rencontres et de conversations...

Chaos calme est un roman infiniment sympathique, qui commence dès le premier chapitre sur un tempo soutenu, suivant le récit du sauvetage périlleux d'une inconnue (remarquablement conté), qui augure le meilleur pour les pages suivantes. Et en effet, voici un roman moderne au scénario original et aux personnages attachants et complets. Pietro Paladini attire dans sa voiture une foule de personnalités hétéroclites que nous suivons avec intérêt et curiosité.
De plus, quelle idée attendrissante que de positionner un père, cadre d'entreprise, au pied d'une école de quartier !! Malheureusement, le rythme du récit, entre excitations et longues plages atones, m'a parfois déçu et laissé sur le carreau. Quelques "trouvailles" m'ont également semblées bien anecdotiques et ont gâchées mon plaisir de lecture : le long mail d'un auteur ami de Lara aux prises avec un chien noir terrifiant, et cette histoire de portable, par exemple, avec porte-canettes intégré qui s'avère être un lecteur de CD/DVD (blague très connue des internautes)... Bien entendu, ce roman est un mélange d'humour et de romanesque assez réussi mais il m'a semblé que le ramage ne s'accordait pas avec le contenu, ce qui est un peu dommage...

Un extrait...
"Je reviens à la voiture et j'appelle Annalisa, au bureau. Annalisa aujourd'hui aussi, je reste devant l'école. Pause. Annule mes rendez-vous, bascule les appels sur mon portable, viens ici m'apporter les papiers à signer car il fait un temps magnifique. Pause. Je lui donne l'adresse. A tout à l'heure. Stop. Histoire de la déstabiliser un peu ; qu'elle s'approche d'Emmanuela, la secrétaire de Piquet qui occupe le bureau voisin, derrière la demi-cloisondemi-cloison, dans cette espèce de plateau ouvert du pauvre voulu par les Australiens quand ils ont acheté notre entreprise il y a des années, et que les Français, l'année dernière ont décidé de démanteler sans être encore passés à l'acte ; qu'elle aille lui dire, à voix basse, "Paladini reste aujourd'hui aussi devant l'école de sa fille" ; qu'elle arbore ses expressions incrédules : je peux le faire, nom de nom. Je suis directeur, je ne dois pas pointer. Tant qu'on ne me licenciera pas, c'est moi qui déciderai où je travaille, et si l'on me licencie, ce sera à cause de la fusion, et pas du tout parce que j'ai passé deux journées ici."

bouton3 Note de lecture : 3.5/5
Un titre lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices BOOKPAGES 2009
Catégorie Romans

ISBN 978 2 246 72431 5 - 21.90 € - Avril 2008

Bellesahi l'a lu et l'a trouvé ennuyeux, Kathel "pas désagréable", Cuné a aimé.

Ce roman a été porté à l'écran par Antonello Grimaldi, avec Nanni Moretti dans le rôle de Pietro. Vous trouverez la bande annonce, en italien, ci-dessous : 

Posté par LESECRITS à 06:13 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

25 août 2008

Souvenirs...

...de vacances.

                        SOUVENIR_DE_VACANCES

[Tableau de Nicole Sully - exposition Benodet (29) près de la place du marché]

Posté par LESECRITS à 06:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

24 août 2008

Les années, Annie Ernaux

LES_ANNEES"Au travers de photos et de souvenirs laissés par les évènements, les mots et les choses, Annie Ernaux donne à ressentir le passage des années, de l'après-guerre à aujourd'hui. En même temps, elle inscrit l'existence dans une forme nouvelle d'autobiographie, impersonnelle et collective." (extrait de quatrième de couverture)

heart Voici peut-être le travail d'une vie, le résultat de notes amoncelées au fil des années, la réalisation d'un projet qui semblerait gargantuesque à n'importe qui et un récit qu'Annie Ernaux nous livre ici pourtant sans faute de rythme, comme un cadeau, d'une douceur et d'une légèreté surprenante. Le "nous" devient "on", nous englobe, et le "je" est mis en retrait dans un "elle" derrière lequel on devine aisément l'auteure, dont on connaissait déjà des fragments de vie (ici et ici aussi). Des années 50 à nos jours, Annie Ernaux parle d'elle, de son histoire personnelle, de ses parents, de ses enfants, de ses amants, et du monde, un monde vu par le petit bout de la lorgnette, mais un monde réel dans lequel nous avons vécu nous aussi. On se dit sans cesse, au fil de notre lecture "Ah oui c'est vrai", et on se surprend à sourire de nos paroles, à se souvenir des objets à présent délaissés du quotidien, à adhérer (ou pas) aux réflexions de la romancière sur les évènements de l'actualité. Un exercice de style magistral, un défi relevé avec talent et un moment de lecture dont j'aimerais goûter la saveur plus souvent !!!

"Elle voudrait réunir ces multiples images d'elle, séparées, désacordées, par le fil d'un récit, celui de son existence, depuis sa naissance pendant la Seconde Guerre mondiale jusqu'à aujourd'hui. Une existence singulière donc mais fondue aussi dans le mouvement d'une génération."

"La forme de son livre ne peut donc surgir que d'une immersion dans les images de sa mémoire pour détailler les signes spécifiques de l'époque, l'année, plus ou moins certaine, dans laquelle elles se situent - les raccorder de proche en proche à d'autres, s'efforcer de réentendre les paroles des gens, les commentaires sur les évènements et les objets, prélevés dans la masse des discours flottants, cette rumeur qui apporte sans relâche les formulations incessantes de ce que nous sommes et devons être, penser, croire, craindre, espérer. Ce que ce monde a imprimé en elle et ses contemporains, elle s'en servira pour reconstituer un temps commun, celui qui a glissé d'il y a si longtemps à aujourd'hui - pour, en retrouvant la mémoire de la mémoire collective dans une mémoire individuelle, rendre la dimension vécue de l'Histoire."

bouton3 Note de lecture : 5/5

ISBN 978 2 07 077922 2 - 17€ - Mars 2008

Une lecture intéressante chez Le blog des livres, celle de Cathulu

L'article de C Sauvage pour LivresHebdo

Et un grand merci à ma perspicace prêteuse !!

Posté par LESECRITS à 06:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 août 2008

F comme...

...Faulkner
et cette rencontre, forcément inoubliable, avec Le bruit et la fureur.

                       

Juste un extrait...
"C'est ici que, ce matin, j'avais vu la rivière pour la dernière fois. Ici, à peu près. J'avais la sensation que l'eau était la-bas, au-delà du crépuscule, et que je la sentais. Quand il fleurissait au printemps et qu'il pleuvait l'odeur était partout en temps ordinaire on le remarquait moins mais dès qu'il pleuvait l'odeur s'infiltrait dans toute la maison soit qu'il plût davantage à la tombée du jour soit qu'il y eût quelque chose dans la lumière même mais à cette heure là l'odeur était toujours plus forte si bien que je pensais étendu dans mon lit ça ne cessera donc pas ça ne cessera donc pas. Le courant d'air de la porte sentait l'eau, un souffle humide, continu. Parfois je me faisais dormir en répétant indéfiniment cette phrase et après que le chèvrefeuille y fut intimement mêlé le tout sympbolisa pour moi la nuit et la nervosité il me semblait être étendu ni endormi ni éveillé les regards plongés dans un long corridor où dans le clair-obscur gris toutes les choses stables devenaient paradoxalement imprécises tout ce que j'avais fait n'était plus que des ombres tout ce que j'avais senti souffert affectait des formes étranges et perverses moqueuses sans rapports inhérentes elles-mêmes à ce refus de significations qu'elles eussent dû affirmer pensant que j'étais n'étais pas qui n'était pas n'était pas qui."

Je possède chez moi une très ancienne version poche datée de 1969 dont je vous épargne ici la couverture voyante.

lettre_f Toujours à la poursuite de mon abécédaire admiratif, je vous pose encore une fois cette question essentielle : et vous, à quel auteur pensez-vous ? Les réponses en dessous, en images et en commentaires. Merci et bon samedi !!!

(un article de Sylire en cliquant sur la dernière photo)
 

...

Posté par LESECRITS à 06:25 - Commentaires [20] - Permalien [#]