01 septembre 2008

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil, Haruki Murakami

Au_sud_de_la_fronti_reHajime a vécu une douce amitié avec Shimamoto-San alors qu'ils n'étaient que de jeunes adolescents, tous deux "enfants uniques", aimant les mêmes livres, écoutant les mêmes musiques, voisins, liés d'une complicité qui leur semblait naturelle. Cependant, les déménagements de leur parents aidant, toute relation entre eux dut cesser, avant de devenir amoureuse.
A présent installé dans la vie, marié, père de deux fillettes, proche de la quarantaine, Hajime mène une existence paisible, heureuse, par instants seulement hantée par ses souvenirs. Quel sera donc sa réaction face au retour d'une Shimamoto-San, devenue si belle et si mystérieuse, dans son existence ?

Autant le dire sans ambages, je n'ai pas eu de coup de foudre pour ce livre, qui se lit pourtant sans déplaisir, ni pour son personnage principal, Hajime. L'histoire m'a semblée légère, l'intrigue tenue sur le seul fil des pensées érotiques d'un adolescent, puis d'un homme, un peu égoïste, préoccupé exclusivement des battements de son propre coeur. Oserais-je dire que ce roman m'a semblé bien masculin ? Parfois, cela peut me toucher, à l'instar de Soie, mais ici je suis restée de marbre. Mince ! Je sais pourtant qu'il s'agit ici d'un des auteurs préférés de nombreuses blogueuses...

Un extrait...
"Elle enleva sa main du dossier du canapé et la posa sur ses genoux. Je regardai distraitement ses doigts suivre le tracé des carreaux de sa jupe. Ce mouvement semblait empreint d'un mystère, comme si un fil ténu et transparent sorti du bout de ses doigts tissait un temps encore à venir. En fermant les yeux, je pouvais voir des tourbillons s'élever dans l'obscurité, puis disparaître sans bruit. J'entendais au loin Nat King Cole chanter South of the border. Il s'agissait du Mexique bien sûr, mais je ne le savais pas. Je ne sentais que l'écho étrange de ces mots : "sud de la frontière". Chaque fois que j'écoutais cette chanson, je me demandais ce qu'il pouvait bien y avoir au "sud de la frontière". Je rouvris les yeux : les mains de Shimamoto-San s'agitaient toujours sur sa jupe. Une sorte de picotement doux s'insinua tout au fond de mon corps."

bouton3 Note de lecture : 2.5/5

Un livre lu dans le cadre du blogoclub

D'autres avis : Sylire, Clochette, Karine, Lisa, Biblioblog, Gambadou, Grominou, Cathe, Malice, Fanyoun, Katell, Arlette, ...

Florinette a lu un autre titre

Chimère vous propose de revenir sur ses lectures de l'auteur...

Posté par LESECRITS à 08:56 - Permalien [#]