30 novembre 2008

Papa est en haut

gad_elmaleh_papa_est_en_haut_theatre_fiche_spectacle_uneVu ce DVD, pour s'esclaffer un peu, durant un mois de Novembre bien grisonnant...pari réussi, je me suis esclaffée !!

Je ne connais pas grand chose de l'homme, mais j'apprécie son humour sur scène, son intelligence, sa manière fine d'amener le rire, son sourire éclatant de blancheur et de dents, l'attente que je sens chez lui du retour de la salle en écho, cette hilarité qui rassure forcément... Et puis, il bouge bien, on ne peut le nier, il serait presque sexy. Ses sketches donnent le sentiment qu'il vit une vie qui nous ressemble...

Un petit regret peut-être... l'aspect décousu du spectacle...cette succession de petites réflexions sans liens évidents entre elles... Mais ne le dénions pas, Gad a de la classe, Gad est drôle, et je l'aime bien, c'est certain.

Interview + extraits :

Posté par LESECRITS à 08:13 - - Commentaires [15] - Permalien [#]


29 novembre 2008

Le chemin des sortilèges, Nathalie Rheims

lechemindessortil_gesJ'ai également succombé à la proposition du site               chezlesfilles. Merci Suzanne !!
(Me voici donc de retour ici avec cette lecture, d'autres bricoles, mais également des envies de décorations de Noël, de chocolats...et de "oh... oh... oh"...!! Ca vous le fait à vous aussi ?)

L'histoire...
Une femme retrouve l'homme qui l'a accompagnée durant son enfance, celui qui l'a vu naître, l'ancien amant de sa mère, Roland. Elle le rejoint là où il s'est retiré, dans une maison isolée, loin de sa vie d'avant.
Ce "presque" père l'accueille chaleureusement, paternellement, lui propose son écoute.
Dans cette demeure aux contours indécis, chaque matin, un livre est déposé sur la table de chevet de la jeune femme, un conte de fées. Chaque nuit, des rêves viennent la troubler, des rêves où les souvenirs se mêlent aux héros de son enfance, des rêves qui l'aideront finalement à grandir.

Mon avis...
Je n'étais pas très certaine d'avoir envie de lire ce petit livre, sans doute cette couverture un peu sombre, qui ne dit rien de son contenu. Mais son charme a agît sur moi, malgré moi.
Contre toute attente, j'ai beaucoup apprécié l'idée de ces cauchemars mêlés aux histoires d'enfants, je l'ai trouvée originale. Les extraits de contes se marient d'ailleurs très efficacement au fil des pensées de la narratrice, sans lourdeurs . Et puis, j'aime que les livres m'aident à grandir, moi aussi, j'en ai donc profité pour piocher ici et là quelques petites clés, on ne sait jamais...
Au final, ce roman a été une parenthèse onirique plutôt agréable dans mon parcours livresque de Novembre, bien que le récit m'ait semblé un peu brouillon en début de lecture, et presque pas assez abouti par périodes, ce qui est un peu dommage. Allez, ne chipotons pas, voilà qui m'a donné tout de même envie d'ouvrir de vieux grimoires illustrés et de frémir joyeusement devant la méchanceté des sorcières, loups, ogres et vieilles rombières jalouses ! Ce n'est déjà pas si mal.

Un extrait...
"J'avais quinze ans lorsque ma mère partit pour suivre un original qui peignait de grandes toiles monochromes. Ce départ fut pour moi une cassure violente. Il prononça alors cette phrase :
- Nous ferons le deuil de votre mère ensemble.
Treize ans après, la mort brutale de mon frère m'ayant plongée dans l'anorexie, au bout de quelques mois il me dit :
- Vous ne pouvez pas vous substituer à votre mère.
Cette phrase ne m'avait pas empêchée de poursuivre mon chemin vers les ténèbres. Un jeudi, alors que j'avais encore perdu du poids, pour la première fois il haussa le ton :
- Il faut faire le deuil de ses parents de leur vivant, avant qu'ils ne vous enterrent.
Comme je ne comprenais pas, il ajouta :
- Si vous n'arrivez pas à faire le deuil de votre mère de son vivant, vous en mourrez.
Ces mots avaient réussi à desserrer le noeud qui me tenait prisonnière."

bouton3  Note de lecture : 3/5

ISBN 978 2756 101392 - 14€ - 09/08

Posté par LESECRITS à 09:12 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

24 novembre 2008

Une pause !

...et je vous retrouve dans quelques jours, pour vous parler enfin des livres lus pour ELLE, sélection de Décembre et de bien d'autres choses...

En attendant, n'oubliez pas de continuer à cliquer ci-dessous...c'est pour la bonne cause...et c'est plutôt sympa. Aucune raison de s'en priver, donc.

mon_beau_sapin

(Monbeausapin.org est un site de bande dessinée en ligne, qui présente un auteur différent chaque jour. Le truc en plus, c'est que toutes les visites sont comptabilisées. Et juste avant Noël, grâce à son partenaire Orange, Monbeausapin.org versera à la Croix-Rouge Française une somme proportionnelle au nombre de visiteurs total. Ce don sera offert à l'opération "Arbres de Noël" de la Croix Rouge, afin d'offrir des cadeaux aux enfants défavorisés.
Il n'y a rien à cliquer, rien à acheter, il suffit de venir lire de la BD, et en parler autour de soi !)

Posté par LESECRITS à 06:50 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

23 novembre 2008

Toutes ces vies qu'on abandonne, Virginie Ollagnier

toutes_ces_vies_qu_on_abandonneNous sommes en décembre 1918, l'armistice vient d'être signée, mais des hommes meurtris ne cessent de revenir du front. Claire, jeune novice, est là pour les accueillir, apaiser leurs souffrances. Parmi eux, un inconnu, recroquevillé sur lui-même ne semble pouvoir se réveiller.
Le professeur Tournier, chef du service de psychiatrie, confie le soldat aux soins de Claire. Celle-ci aura spontanément à coeur de ramener ce corps muet à la vie, par des soins attentifs et des massages progressifs. Le dialogue intérieur du jeune homme fera alors écho aux questionnements de la jeune femme, entre engagement et apprentissage du désir.

Attention émotion ! 
Tout en brossant pour nous un des pans de l'histoire des débuts de la psychiatrie, Virgnie Ollagnier raconte ici une belle histoire, celle d'une rencontre en huis clos entre un corps d'homme et une jeune femme, entrée en noviciat, qui doute de ses choix et se questionne.
Le personnage de Claire, orgueilleuse, impertinente et généreuse, est attachant. J'ai pioché beaucoup d'amour, d'amitié et de respect dans ce roman qui s'avère étonnament lumineux, malgré le sujet sombre. Je vous avoue avoir littéralement dévoré ce livre au titre évocateur, en quelques jours, heureuse de profiter d'une pause romanesque très agréable et bienvenue... Voici donc une lecture apaisante, qui se révèle vivifiante, et que je vous recommande chaudement !!

Un extrait...
"Elle marchait silencieusement sur la neige sale, respirant, calme, l'air glacé. Le visage de l'homme s'insinua sous ses paupières closes. "Je sais, tu es vivant... C'est justement cet espoir que tu portes que j'aime. C'est la violence de la vie que tu refuses, que je combats aussi, qui nous lie. C'est le renouveau, le printemps de tes yeux dans ce corps, saisi. J'ai envie de t'aider à revenir. J'aimerais que tu reviennes..."

bouton3 Note de lecture : 4,5/5

La lecture de Sylvie et celle de Sylire (décontenancée par le style)

Posté par LESECRITS à 07:20 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

22 novembre 2008

Pourquoi en parler ?...

anniversaire ... pfff ! Allez, ce ne sont que quelques rides de plus, et beaucoup, beaucoup de bougies sur le gâteau, et puis d'ailleurs le gâteau n'est plus assez grand, hein, ou bien ce sont les bougies peut-être qui ne sont plus assez nombreuses ? Alors, on triche, on utilise ces bougies d'enfants qui ont déjà servies - si peu - cela fera l'affaire, les enfants seront contents, un 3 jaune et 6 roses, joli assortiment.
C'est amusant, je rentre dans un âge aux chiffres doux, tout en rondeurs... C'est amusant, me voilà surprise de vieillir...

Un peu plus tard.collage69

Il me connaît si bien...

Merci mon chéri !

Posté par LESECRITS à 11:17 - - Commentaires [43] - Permalien [#]


21 novembre 2008

Peut-être une angine...Anaïs

Comme le clip n'est vraiment pas top, mais alors là pas top du tout, et comme je l'aime bien cette chanson, finalement, et bien...c'est sans.


Anaïs - Peut-être une angine

Posté par LESECRITS à 06:02 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

19 novembre 2008

Chien bleu, Nadja

chienbleuJ'inaugure avec cet album, très connu, une nouvelle rubrique.
Ma grande fille (7 ans) est inscrite au programme Kilimax de l'Ecole des loisirs, et nous avons décidé ensemble de parler de ses lectures sur mon blog...

Voici donc aujourd'hui Chien bleu, qui est l'album de Novembre

Que raconte ce livre ?
"C'est l'histoire de Chien Bleu. La maman de Charlotte ne veut pas qu'il rentre dans la maison mais Chien Bleu rencontre Charlotte dans la forêt alors qu'elle est perdue. Ils font un feu. Il y a une bataille avec une panthère. Ouf, ça finit bien."

As-tu aimé cette histoire ?
"Oui. Chien Bleu a une belle couleur. La bataille est horrible mais tout finit bien, et ça c'est bien.
En voyant la couverture, je n'imaginais pas ça, plutôt une histoire avec une bande de chiens...un peu comme dans les dessins animés. C'est une histoire que j'ai envie de garder pour moi. "emmalit

Mon avis de "grande personne"...
Comme vous, sans doute, je connaissais depuis longtemps cette couverture jaune et bleue - ce titre est un classique - et pourtant je n'avais jamais eu la curiosité d'ouvrir cet album, encore. La violence des images surprend, mais j'ai été touchée par l'attention que ma fille a déployée pour lire et suivre ce récit. Il y a du Croc blanc dans ce livre là, des émotions fortes, de la magie (cette histoire étrange de panthère et d'Esprit des bois) et la fascination des jeunes lecteurs est vraiment au rendez-vous. Un album qui s'avère être, l'air de rien, une porte ouverte vers l'imaginaire !!

Posté par LESECRITS à 19:51 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

18 novembre 2008

J comme...

...Henry James.

  (1843-1916)              daisymiller     cequesavaitmaisie

Je dois l'avouer, j'ai eu ma période Henry James (les nombreux poches jaunis dans ma bibliothèque l'attestent), mais je n'en lis plus beaucoup aujourd'hui. Cette période a coïncidé avec ma période Jane Austen et ma découverte de cette littérature anglo-saxonne là, grandes robes encombrantes, silences et amours contrariées. Pourtant, il paraît que Henry James n'avait pas une grande estime pour cette dernière. On pense aussi qu'il lui doit beaucoup...

Vous trouverez dans ses romans à lui, plus modernes, des grandes familles bourgeoises, de tristes destins, des secrets, des rébellions, le tout dans un style qui peut sembler un peu froid, hautain, détaché, classique, mais qui n'est pourtant pas exempt d'émotion... Je n'ai jamais été déçue par un de ses romans ou de ses recueils de nouvelles, beaucoup sont désormais épuisés chez l'éditeur, mais on les déniche facilement, et à petits prix, en bouquinerie. (Une bibliographie en images ici)

lettrej

  A votre tour à présent : que vous inspire à vous cette lettre J ? Quel nom d'auteur vous vient immédiatement à l'esprit ? Les réponses en commentaires et en images ci-dessous... Merci à vous !!!!

   

                     

     

...

Posté par LESECRITS à 18:02 - Commentaires [17] - Permalien [#]

17 novembre 2008

Le poème

phare

Détruire les mots
Presser le silence
Au carrefour chaque visage et chaque phare
Menaceront la ville

Mais tu progresses
Invincible présence du poème

La nuit dans ma pensée tu entraînes la mer
L'ombre roule en labours paisibles
Se déploient les prairies les eaux

Que le ciel se descelle
La langue se délie
Le poème bat comme un coeur et je respire dans son souffle

Sur les chutes de neige ou de fruits riches
Sur les buissons de bourgeons et d'oiseaux
Qu'il étende l'éclair d'une cinquième saison.

Jeanine Mitaud (Départs, 1953)

Posté par LESECRITS à 17:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

16 novembre 2008

Présent ?, Jeanne Benameur

pr_sentEn attendant de terminer mes devoirs (mes lectures pour ELLE, je veux dire), je me suis octroyée une petite pause lecture-personnelle, et cela fait du bien, je dois bien l'avouer.
Par la même occasion, me voici également partie en découverte d'auteur, chez Jeanne Benameur, que je n'avais pas encore lue.

L'histoire ? Nous sommes à la veille des conseils de classe, dans un bahut de banlieue, à la veille aussi des émeutes de 2006. Vont se jouer bientôt les destins d'adolescents en quête d'identité. Il est question d'orientation, et ce particulièrement pour les élèves de troisième. Avec la fin du collège, c'est une page importante qui se tourne, une sorte de seuil, un peu prématuré, vers des vies d'adultes dont on ne saura sans doute rien, plus tard. Parmi les professeurs, il y a ceux qui baissent les bras, les revanchards et les autres, ceux qui espèrent encore.

Ce roman est un cadeau de Cathulu, qui avait été bien déçue par ce titre. Pour moi, c'est une autre histoire !! Comme elle, j'ai été gênée par quelques petites bricoles, le côté parfois lyrique du discours, et l'aspect moralisateur de certaines phrases, disséminées ici et là sur ce qu'il serait bon de faire ou pas, de penser ou pas. En matière d'éducation, rien n'est facile.
Mais je ne vais pas m'attarder sur ces points là car il y en a d'autres, de tellement plus positifs : les très beaux personnages, professeurs ou élèves, les réflexions si prenantes sur l'écriture et sur la lecture. Il y a cette professeure de SVT, nouvellement promue, qui ne vit que pour le corps de son amant, resté en province, et qui n'en peut plus de ne pas voir le ciel et la mer. Cette élève, nulle en classe, discrète, invisible, mais qui dessine si bien. Ce troublion qui refuse la langue française, de peur d'oublier sa langue maternelle et qui découvre le pouvoir du Minautore, le pouvoir de l'écriture, et puis Kafka aussi. Ce personnage, nommé factotum, mémoire de l'école, détenteur des clés, qui répare tout et qui sait tout.
J'ai aimé l'écriture de Jeanne Benameur, ce roman m'a émue, m'a réconfortée...il m'a fait du bien. J'ai repensé à mes années collège, et j'en ai vu les bons côtés. Il m'a donné envie, aussi, de continuer à la lire, elle.

Un extrait...
"Le professeur de lettres, dans la salle de cours vide, lit. Lire, pour un professeur de lettres ça paraît normal. Ca ne l'est pas. Chez lui, à son bureau, il n'y arrive plus. Pas plus que dans son lit ou sur le canapé du salon. C'est un comble. Il n'y arrive plus.
Il n'y a qu'ici, dans la salle vide, qu'il peut ouvrir un vrai livre et oublier tout le reste. La lecture n'a trouvé une place que dans les trous de l'emploi du temps, au collège.
Après la sonnerie, les couloirs se chargent de leur cargaison d'élèves bruyante, excitée. Lui, il sort le livre de son cartable.
Tout s'arrête."

bouton3 Note de lecture : 4.5/5 - ISBN 978 2 07 035528 0

Merci Cathulu !!!

Posté par LESECRITS à 17:45 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,