31 mars 2009

"On est riche que de ses amis, c'est dit."

Cette chanson n'est pas "grande" - non vraiment pas - pas très originale non plus, les paroles sont de JJ Goldman (alors peut-être est-ce cela...je ne sais pas), elle m'émeut.


Calogero - C'Est Dit (Official Video) HD

Posté par LESECRITS à 06:36 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


30 mars 2009

J'ai donc fait salon...

...samedi dernier, en compagnie d'Anne, dans mon coin de Vendée.

J'y suis allée sans grandes idées préconçues, avec seulement, et c'est déjà beaucoup, la prévision du plaisir de la compagnie de notre insatiable lectrice, et puis l'attente de parler aussi avec une spécialiste d'Antigone (chacun ses obsessions ;o)), Aliette Armel, qui y dédicaçait ses derniers livres, des romans cette fois-ci... Et bien entendu, Maud était là.

Les auteurs avec lesquels nous avons discuté [mais où était donc rendue notre timidité, elle s'était belle et bien envolée] ont tous été charmants, causants et disponibles. Merci à eux !

Un petit diaporama des auteurs que nous avons croisé avec plaisir :

Aliette Armel Maud Lethielleux

Annie Lemoine Fabienne Juhel

... Richard Andrieux mais aussi Sophie Avon et Benoït Broyart (auteur jeunesse).

Et j'en ai profité pour remplir ma PAL, qui n'en avait vraiment pas besoin. (Quelques regrets après coup, ne pas avoir succombé, comme Anne, aux "bois dormants" de Fabienne Juhel, très agréable à écouter parler de ses livres, et être passée à côté de Fanny Brucker "J'aimerais tant te retrouver", livre que j'avais pourtant noté...!!)

salondulivre En somme, une journée très agréable !!

Edit de 20h30 : le billet d'Anne, en écho...;o)

Posté par LESECRITS à 06:18 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

29 mars 2009

Le petit roi, Mathieu Belezi

le_petit_roiA douze ans, Mathieu est confié à son grand-père. Sa mère l'a laissé là, dans cette ferme perdue en pleine campagne, sans explications, sans délai auquel s'accrocher, sans espoir de se revoir avant longtemps. Mathieu se souvient des disputes de ses parents et se venge de son délaissement sur les animaux qu'il côtoie, sur ses camarades de classe, sur lui-même. Heureusement, le mutisme de son "Papé" cache une grosse tendresse dans laquelle il fait bon parfois se lover pour tout oublier...

J'ai lu dernièrement C'était notre terre du même auteur, un titre sélectionné par ELLE pour son prix des lectrices 2009. J'y avais trouvé une écriture hautement talentueuse que l'on reconnaît déjà dans ce roman-ci, sorti chez Phébus en 1999.
Le petit roi a une trame narrative peut-être plus traditionnelle, plus classique, mais quelques passages transpirent des prémices de son futur roman... Le récit est dur, sans concessions, et suit pas à pas la détresse d'un jeune garçon à qui l'on ne dit rien, qui avance maladroitement dans un brouillard dense, des larmes au fond de la gorge, dans le manque de ceux qui lui ont donné la vie.
Un livre dérangeant et émouvant à la fois, et un auteur à découvrir !

"Il y a des jours où j'ai envie de fuir. De courir la campagne jusqu'à la ville, d'aller sonner à la porte de l'appartement de ma mère.
Nous avons reçu une lettre. Elle vient d'Espagne ; de Ronda prétend mon grand-père, après avoir déchiffré à la loupe le cachet de la poste. Ma mère y raconte son voyage, et à la fin, dans le maigre espace qui lui reste, elle nous embrasse et espère venir nous voir à Noël.
Voilà ce que je voudrais faire. Sonner à la porte de l'appartement de ma mère et y demeurer jusqu'à ce qu'elle revienne. Peut-être les voisins me nourriraient-ils, peut-être me laisseraient-ils crever de faim."

bouton3 Note de lecture : 3.5/5

Merci encore une fois à Anne ! - La lecture de Sylire -

Posté par LESECRITS à 06:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

28 mars 2009

Une "sortie poche" à ne pas rater !!

aunomdela_m_re

Erri De Luca

AU NOM DE LA MÈRE

FOLIO 96 pages - 4,30 € - Présentation du site Gallimard :

« La grâce, c'est la force surhumaine d'affronter le monde seul, sans effort, de le défier en duel tout entier sans même se décoiffer. C'est un talent de prophète. C'est un don et toi tu l'as reçu. Tu es pleine de grâce. »

Erri De Luca s'empare de l'histoire la plus connue de l'humanité, et l'articule autour de la figure de Marie. Ou plutôt de Miriàm, une simple jeune femme juive, fiancée à Iosef quand elle tombe enceinte, et qui sait ce que cette grossesse avant le mariage signifie aux yeux de la Loi. Sous la plume du romancier italien, l'histoire de la Nativité trouve un ancrage nouveau dans le contexte hébraïque, et se fait éloge d'un corps et d'une âme, ceux d'une mère...

AU NOM DE LA MÈRE [2006], trad. de l'italien par Danièle Valin. Collection Folio (No 4884) (2009), Gallimard -ess. ISBN 9782070379767.
Parution : 26-03-2009.

heart Ce livre est un des mes coups de coeur de l'année 2007 (Ma lecture ayant disparue avec mon ancien blog, je vous renvoie sur celle de Sylvie.)... ou comment Erri De Luca brosse avec talent le portrait d'une simple femme, symbole de toutes les autres, dépeinte dans son humanité la plus terrienne et la plus magnifique. Un moment très beau et très émouvant, que je vous recommande chaudement !!!

Posté par LESECRITS à 06:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

27 mars 2009

Dormir ensemble, Hervé Brunetière

dormir_ensemble"Une partie, ou la totalité, de ce récit est vraie. Il y a une vérité de ce récit. Il y a une vérité de cette nuit. Mais est-ce que la vérité du récit recouvre la vérité de cette nuit ?

Je ferme les yeux et c'est cette nuit. Le corps de cet homme que je ne connais pas. Son corps à elle. A côté dans le lit.

On a dormi ensemble...mais il ne s'est rien passé entre nous."

Un homme raconte cette nuit où il n'était pas là, cette nuit où celle qu'il aime a dormi contre un autre homme. Il se demande pourquoi elle le lui a dit, pourquoi cet aveu. Il imagine la scène, les effleurements, cette affreuse intimité du sommeil partagé. Il lutte contre le malaise et la jalousie qui envahit son être, son corps et son imagination.

"Ils ont dormi tous les deux à côté toute cette longue nuit. Ils étaient si proches. [...] Dans la tiédeur ou la chaleur des draps, leurs odeurs se mêlent, s'arrangent entre elles, construisent une nouvelle odeur, une odeur unique, inoubliable, l'odeur de cette nuit. L'odeur de cette nuit à eux qui est la mémoire de cette nuit à laquelle je n'aurais jamais accès.

C'est une nuit de juin, je crois."

Un grand merci à Anne pour la découverte de ce court récit, encore une belle surprise des éditions de l'escarbille !! J'ai lu ce livre d'un trait, envoûtée. Il m'a peut-être manqué de la densité, comme une impression de "pas assez", mais j'ai aimé l'émotion qui s'est dégagée des phrases de Hervé Brunetière, une quête à poursuivre, donc.

bouton3 Note de lecture : 3.5/5

ISBN : 2 913399 08 8 -6€ - 2004 - L'escarbille/Nantes

La lecture de Clarabel

Chez le même éditeur, ma lecture Des gourmandises sur l'étagère de Françoise Moreau, un coup de coeur !

Posté par LESECRITS à 06:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


26 mars 2009

Marie Desbons

marie_desbons

Tombera...tombera pas ?...ou comment augmenter sa PAL d'un coup d'un seul !!

Marie Desbons chez La Marelle, c'est par ici et son blog c'est par là, j'aime bien.

Posté par LESECRITS à 06:02 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

25 mars 2009

Gammes, Annie Saumont

anniesaumontgammesJe dois vous l'avouer - pauvre de moi - j'ai fait une petite entorse à mes faibles résolutions de ne rien lire en dehors de ma PAL et de ne surtout pas succomber à la tentation de livres de bibliothèque. Mais une entorse de 73 pages, en est-ce vraiment une ?...

Gammes est un petit livre vert où se logent trois nouvelles qui se découvrent au fil des pages étonnament poétiques. Il a répondu avec brio à mes envies actuelles d'été et de sensations d'enfance.
Annie Saumont y révèle, pour la lectrice novice de son écriture que je suis, un phrasé surprenant, très imagé, qui s'avance par petites touches impressionistes savantes. Ses éclats de mots vont jusqu'à nous brosser des portraits sans concessions de personnages brunis par le soleil, les cheveux en bataille, l'enfance au bout des doigts, maculés d'été, une enfance au goût parfois plutôt amer.

Les histoires...
Une grand-mère raconte, par fragments, la Genèse à son petit-fils. Celui-ci en profite pour y mélanger des morceaux d'été.
Suite à la séparation de ses parents, un jeune garçon est envoyé en colonie, dans un confort spartiate. Il écrit régulièrement à sa mère, et pour dépasser ses angoisses fait de son expérience l'écho d'une bataille très ancienne.
Charles, Julien et Claire évoquent souvenirs d'enfance entremêlés et leçons de piano estivales.

Un extrait...
"Quelques pas sur le chemin et on est dans la cour de la ferme aux Aulnettes. Le fermier est auprès des étables, fauchant les orties. Qui s'arrête un instant pour agiter le bras. On voit Fanny devant le puits. Elle a tracé une marelle. Elle ne ressemble pas à un os, même arrangé. Elle a plein de chair rose et lisse et qu'on voudrait toucher. Des cheveux fous sur son front, dans son cou. Elle fredonne on ne sait quoi, elle sautille, secoue la tête. Elle lève les yeux et cette fois elle sourit. Elle dit, Ah tiens, elle dit, Alors tu t'ennuyais, tout seul, elle dit, Planté là t'as l'air cruche, remue-toi, viens faire des bêtises.
On avance une main incertaine. Qui retombe et on croise les bras sous la poitrine. A travers le pull qu'à tricoté Grand'Ma on caresse du bout des doigts, à peine, hésitant, ces côtes qui restent. Dessous le coeur bat si fort à présent que ça fait un peu mal."

bouton3 Note de lecture : 4/5

ISBN 978 2 07 078755 5 - 6.90€ - 01/08

La lecture enthousiaste de Clarabel - Celle, déçue, de Bellesahi - L'avis mitigé d'Alice -

Posté par LESECRITS à 06:22 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

24 mars 2009

Albane Gellé

albane_gell__photo_ouest_franceJe suis de retour par ici aujourd'hui pour vous parler du moment de lecture déroulé avec Albane Gellé jeudi dernier dans ma ville...

J'ai peu de choses à en dire mais beaucoup à en penser. Que dire donc, sinon qu'elle est poète et que dans ses poèmes - ou textes courts - il y a du rythme, un rythme pas si simple, bourré d'ellipses, de surprises et de quotidien. Que dire, sinon que lors de sa lecture des extraits de son dernier texte Bougé(e) (paru aux éditions du Seuil, collection Déplacements, en février 2009), j'ai entendu des fragments de ce que j'aurais aimé écrire aussi bien, sur la difficulté de mêler l'écriture à la vie par exemple, et que cela m'a étrangement réconfortée.

Que vous dire, à part vous citer des extraits des livres achetés à l'occasion, édités chez Inventaire-Invention , et vous en laisser goûter les images, tout simplement ...

gelle_quelques

"Les mouvements d'ascenseur depuis vingt ans que ça dure, les coeurs à l'intérieur, est-ce qu'ils s'écoutent battre, au lieu de quel sale temps vraiment alors."

"Pour sa femme il dit maman, sans faire exprès, c'est depuis les enfants, tandis qu'au mur la jeune mariée est restée dans un cadre d'une vingtaine de centimètres."

"Elle crie contre sa mère, le chien et le facteur, n'appelle pas au secours, ne part pas en voyage, de toutes ses forces, un soir écrase sa cigarette sur l'interrupteur de l'escalier."

Quelques, Inventaire-Invention, 2004

UNBRUITDEVERREENELLE

"un homme ses mots restent bloqués dans sa bouche ça sort tout d'un seul coup et en désordre ça fait comme des cailloux qui tombent de la grêle quelque chose de dur devant on sait pas toujours comment recevoir on n'aime pas les grimaces en général et cet homme-là il panique pour presque rien c'est une grimace à lui tout seul"

"un homme sa mère lui téléphone tous les jours à midi pile il réinvente ses journées pour elle parce qu'il n'a rien de nouveau vraiment à dire c'est beaucoup pour lui tous les jours à midi ça encombre le reste de son temps alors on lui donne des médicaments"

Un bruit de verre en elle, Inventaire-Invention, 2002

Une biographie/bibliographie sur le site Poéizabo

Posté par LESECRITS à 06:27 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mars 2009

L'Oral et Hardi par Bonnaffé Vs Verheggen... ou comment ne rien vous raconter et se mettre en pause blogosphérique

l_oral_et_hardi

J'aurais aimé vous parler aujourd'hui de cette pièce vue samedi dernier, enfin si on peut l'appeler ainsi, disons plutôt comme annoncé dans le progranne cette "allocution poétique" virevoltante, hommage aux textes de Jean-Pierre Verheggen, poète au verbe truculent et à la verve épique... J'aurais aimé vous en parler bien parce que c'était bien.

(Evene présente le spectacle ainsi : " D'abord un bain de foule, on serre les mains. On se fait acclamer pour aussitôt protester de sa modestie, gagner la tribune et s'y perdre en circonvolutions poétiques : "L' Oral et Hardi", discours de campagne d'un éventuel non candidat probable [...]").

J'aurais aimé vous parler aussi du programme de danse vu mardi (très étrange !)...vous dire que j'allais ce soir écouter Albane Gellé en lecture et que j'en suis enchantée...mais se fait sentir la nécessité d'une pause bloguesque. Je croule sous les lectures en retard et mon attention fatigue un peu.p_querettes

Je vous retrouve donc dans quelques jours, à peine une respiration de web, toute requinquée et les batteries rechargées !! A bientôt !

Posté par LESECRITS à 06:02 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

18 mars 2009

Ma petite fabrique à histoires, Bruno Gibert

mapetitefabrique_histoiresUn peu dans l'esprit du billet d'hier...et parce que je l'avais repéré il y a un moment déjà chez Bel Gazou, je vous présente aujourd'hui un livre-jeu, bien justement nommé "ma petite fabrique à histoires", et qui pourrait s'appeler aussi "ma petite fabrique à imagination".

Comment cela fonctionne ? Sur le principe des "cadavres exquis", l'enfant lecteur est invité à choisir des morceaux de phrases colorées qui apposées les unes aux autres donnent des images au sens poétique indéniable... Si l'on en croit la quatrième de couverture, les possibilités sont multiples, jusqu'à 194 481 histoires ! C'est drôle, étrange et délicieusement onirique.

Ma grande-fille le traîne avec elle depuis quelques semaines, il est d'ores et déjà devenu son livre-doudou. Voici quelques phrases, pour vous en donner la saveur.

Tous les jeudis
Un papillon
Survole
Mon nez

Le matin                                                                      Au supermarché
Madame Violette                                                      Lucien
Dévore                                                                        Imite
Deux croque-monsieur                                           La sorcière

A l'école                                                                     Au jardin
Ma maman                                                                 Le gros chat
Dessine                                                                       Découvre
Une étoile                                                                  Le ciel

Posté par LESECRITS à 06:15 - - Commentaires [12] - Permalien [#]