lelibraireBientôt, je dois présenter devant un petit groupe de lecteurs Le libraire de Régis de sa Moreira. Je sais que ce livre rencontre un accueil très partagé sur la blogosphère. Pour moi, ce fut une belle découverte, un véritable coup au  coeur, une réminiscence par le biais du poétique de moments réellement vécus en librairie, voilà pourquoi j'ai tout spécialement choisi ce livre pour cet exercice un peu intimidant.

J'ai le sentiment que les discussions vont être houleuses, ou émerveillées telles que je les espère. Nous verrons bien.

Tout cela pour vous dire qu'aujourd'hui j'ai besoin de vous. Une fois n'est pas coutume, en ce dimanche d'hiver, je sollicite vos méninges afin que vous puissiez me donner des pistes de lectures à conseiller, des titres de romans dans lesquels vous vous souviendriez avec certitude qu'au moins un des héros est libraire. Il est nécessaire que son rôle soit important, et que ce soient de préférence des livres que vous ayez aimé !! Merci à vous !

Voici les titres que je retiens déjà...

L'ombre du vent, Carlos Ruiz Zafon où l'histoire d'un petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - que son père emmène un jour dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets « enterrés dans l'âme de la ville » : L'Ombre du Vent.

Dans Miel et Vin de Myriam Chirousse, un des personnages est libraire. Dans son intérieur, les livres servent de murs, de tables, de chaises et forment un cocon dans lequel Judith trouvera le réconfort et un abri.

84 Charing Cross (Hélène Hanff) relate la correspondance qui s'établira entre Helene Hanff, depuis New York, et la librairie Marks & Co., sise 84, Charing Cross Road à Londres. Passionnée, maniaque, un peu fauchée, extravagante, Miss Hanff réclame à Frank Doel les livres introuvables qui assouviront son insatiable soif de découvertes. Vingt ans plus tard, ils s'écrivent toujours et la familiarité a laissé place à l'intime, presque à l'amour.

Vos pistes de lectures...merci !!

Dans Le libraire de Selinonte de Vecchioni "le narrateur raconte son éveil à la littérature, à la poésie des mots lus à haute voix par un étrange libraire. Des passages magnifiques d’œuvres aussi diverses que L’Œdipe à Colone de Sophocle, de textes de Pessoa, de Tolstoï, Dante, Proust et Borges sont  présentés et commentés par un enfant Nicolino qui les entend, caché derrière une pile de livres." (La lecture complète de Mirontaine)

Au bon roman de Laurence Cossé : "Qui, parmi les passionnés de roman, n'a rêvé un jour que s'ouvre la librairie idéale ? Non pas ce qu'on appelle une bonne librairie, où l'on trouve de bons romans, mais une librairie vouée au roman où ne sont proposés que des chefs-d'oeuvre ? En se lançant dans l'aventure, Ivan et Francesca se doutaient bien que l'affaire ne serait pas simple. Comment, sur quels critères, allaient-ils faire le choix des livres retenus ? Parviendraient-ils un jour à l'équilibre financier ? Mais ce qu'ils n'avaient pas prévu, c'était le succès." (La lecture de Sandrine)

Brookyn Folies de Paul Auster : Nathan Glass a soixante ans. Une longue carrière dans une compagnie d'assurances à Manhattan, un divorce, un cancer en rémission et une certaine solitude ne l'empêchent pas d'aborder le dernier versant de sa vie avec sérénité. Sous le charme de Brooklyn et de ses habitants, il entreprend d'écrire un livre dans lequel seraient consignés ses souvenirs, ses lapsus, ses grandes et petites histoires mais aussi celles des gens qu'il a croisés, rencontrés ou aimés. Un matin de printemps de l'an 2000, dans une librairie, Nathan Glass retrouve son neveu Tom Wood, perdu de vue depuis longtemps. C'est ensemble qu'ils vont poursuivre le rêve d'une vie meilleure à l'hôtel Existence...
et Jours de Juin de Julia Glass : "Jours de juin est construit sous la forme d'un triptyque où se succèdent trois étés dans la vie des McLeod. À la mort de sa femme, Paul entreprend un voyage en Grèce. Là-bas, il s'éprend d'une jeune artiste peintre. Son fils aîné, Fenno, a fui l'Ecosse pour New York où il tient une librairie. Fenno noue une amitié particulière avec son voisin, Mal, critique musical, flamboyant gay atteint du sida. La perte douloureuse qui s'ensuivra transformera sa vie." (Ces deux livres sont conseillés par Florinette)

Lettres à mon libraire est un ouvrage collectif édité aux éditions du Rouergue en septembre 2009. (sur une idée de Caro)

1280 âmes de Jean-Bernard Pouy : "Si Pierre de Gondol est le plus petit libraire de Paris, sa connaissance de la littérature tous azimut est considérable. C'est ainsi qu'un matin, l'un de ses clients, dérouté par la lecture d'un célèbre roman de Jim Thompson, vient lui demander où sont passés les cinq personnes oubliées dans la traduction de ce texte qui, en anglais, se nomme Pop 1280 et, en français, 1275 rimes : Pierre va alors se transformer en détective littéraire, pour retrouver dans d'autres livres, mais aussi en effectuant le voyage jusqu'aux États-Unis, la trace de ces étranges disparus. Une enquête littéraire haute en couleurs, qui revisite les grands textes tout en posant sur l'Amérique un regard débarrassé de bien des clichés" (Merci Sylire !)

L'amour est à la lettre A, de Paola Calvetti : "Rêves et sortilèges, c'est le nom qu'Emma a choisi de donner à la librairie qu'elle vient d'ouvrir à Milan. C'est le premier pas sur le chemin d'une vie qu'elle souhaite très différente. Elle ne choisit et ne vend que des livres consacrés à l'amour, vaste programme. C'est bien évidemment par l'intermédiaire d'un livre qu'elle retrouve Federico, architecte, installé à New York. Leurs retrouvailles vont donner naissance à une relation épistolaire, très belle et très intense, qui nous fait découvrir également New York à travers ses grandes bibliothèques et ses cafés littéraires..." (Merci Marie-Hélène !!)

Des héros/libraires sévissent également dans les titres suivants : Seule Venise de Claudie Gallay, La librairie Tanabe de Miyuki Miyabe, La Petite chartreuse de Pierre Péju, Laurence Block et sa série de libraire cambrioleur, Claude Izner et sa série de l'enquêteur/libraire Victor Legris, Le libraire de Kaboul de Anne Seierstad, La libraire a aimé de Sophie Poirier, Firmin de Sam Savage et Les yeux bleus de Mitassani de Jacques Poulin. (Merci Choco !)

Et enfin pour les québecquois, car ce titre ne semble pas disponible en France, Le libraire de Gérard Bessette (merci Lali !!).