04 janvier 2010

La pêche aux mots, Joëlle Ecormier

lapecheauxmots"Il y a des pêcheurs de carpes, des pêcheurs de sardines.
Et il y a des pêcheurs de mots..."

Ce petit livre avec des mots tout simples, ceux de Joëlle Ecormier, des dessins stylisés à la manière du petit bonhomme à la craie de notre enfance (La linea), exprime avec talent et émotion les caprices et les méandres de la création littéraire et ce sous la forme d'une métaphore bien trouvée, la pêche.

"Il vient toujours
quelque chose
quand on attend.
Le pas des insectes.

La peau de l'eau qui tremble.
Le ciel à l'envers.
Le fil de l'eau.
On a été le flotteur.
On a tenu la canne.

Et puis, on a appris
le silence."

Tout est si juste, si vrai, si évident et si joliment dit dans ce tout petit livre, que je dois vous l'avouer j'ai été émue.

livre_22

ISBN 978 2 907354 95 0 - 4.50€ - AOUT2009

Un cadeau à faire et à se faire... Merci Véro !

- La fiche de présentation sur le site de l'auteure - http://joelle-ecormier.fr/ - http://motus.zanzibart.com/

Posté par LESECRITS à 21:04 - - Permalien [#]
Tags :


03 janvier 2010

Amateurs de polars, à vos claviers !

Les éditions Points organisent le ...

Le jury du Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points a pour président d’honneur l’écrivain islandais Arnaldur Indridason. Autour de cette figure incontournable du polar contemporain, trente jurés-lecteurs vont élire le meilleur roman policier, roman noir ou thriller de l’année. Si vous aussi, vous souhaitez faire partie du jury, inscrivez-vous dès maintenant et avant le 31 mars 2010.

Toutes les infos sont sur http://www.meilleurpolar.com/. Bonne chance !

Posté par LESECRITS à 11:56 - - Permalien [#]

01 janvier 2010

Le Livre des choses perdues, John Connolly

lelivredeschosesperdues"David regarda droit devant lui. Il était terrifié et regrettait amèrement d'avoir suivi la voix de sa mère jusque dans ce monde. Il n'était qu'un petit garçon en pyjama, chaussé d'une unique pantoufle et portant une vieille robe de chambre bleue sous le manteau d'un inconnu. Sa place était dans sa chambre et nulle part ailleurs."

David vient de perdre sa mère. Et à peine quelques mois plus tard son père rencontre une autre jeune femme, Rose, dont il a très vite un second enfant, Georgie. Installée dans une grande maison aux pièces mystérieuses et au jardin envoûtant, cette famille peine à se retrouver, et David du fond de sa chambre saturée de vieux livres cultive sa jalousie envers les intrus qui lui ont kidnappé son père et le souvenir de sa mère disparue.
Une nuit, tout en suivant une voix bien aimée, il s'insinue dans un passage ouvert au fond du jardin creux et se retrouve projeté dans un univers féérique aux personnages terrifiants... David n'aura d'autre choix que de poursuivre sa quête pour se libérer, au prix de nombreux dangers et armé de son seul courage.

Distillant tous les ingrédients du genre, John Connolly offre ici au lecteur une aventure féérique un brin convenue et surtout terriblement sanglante.
En fait, j'ai énormément apprécié l'écriture du début du roman, la description de la solitude de cet enfant, confronté à la perte de sa mère, puis à la venue de cette autre femme qui s'installe dans sa vie. J'ai été séduite par les premiers frémissements de surnaturel qui s'insinuent dans le récit, le murmure des livres, les lierres qui se tortillent et encerclent la chambre du petit garçon, les rêves peuplés de mystères... Et puis, après le passage dans l'autre monde (déjà vu dans Le Monde de Narnja par exemple), et le recours systématique aux contes de fées, une certaine lassitude s'est faite sentir. Tout en reconnaissant le talent de l'auteur, j'ai terminé Le Livre des choses perdues un peu dubitative, un peu déçue, et je dois le dire dégoûtée par les scènes de carnage que les Sires-Loups, entre autres, engendrent sur leur passage sanglant.
Une lecture mitigée donc, pour commencer cette nouvelle année...mais je suis heureuse de m'essayer ainsi aux lectures adolescentes qui m'ouvrent des possibles infinis.
A conseiller aux lecteurs avertis.

"Il pleurait à présent, il pleurait Roland, sa mère, son père, il pleurait même Rose et Georgie, il pleurait toutes les choses qu'il avait perdues, celles qui avaient un nom et celles qu'ont ressent au fond de soi."

bouton3 Note de lecture : 3.5/5

978 2 8098 0143 9 - 18.20€ - OCT 2009

- Un grand merci à Ulike pour l'envoi ! (La fiche du livre sur leur site) - Tous les liens vers d'autres lectures plus enthousiastes sont chez BOB - Ce titre a reçu le Grand Prix Littéraire du Web Etranger -

Posté par LESECRITS à 20:26 - - Permalien [#]