Vu dernièrement en spectacle...l'Irrégulière par Norah Krief.

Recto       norah_krief

Ou comment, et en un peu plus d'une heure, présenter d'une manière toute particulière les textes forts de cette poétesse connue de nom par un grand nombre mais sans doute assez peu lue, Louise Labé (1524-1566).
Norah Krief lit, chante, joue la comédie, vit les mots de cette auteure du XVIème siècle dont je ne réalisais pas du tout la modernité d'écriture, cette manière si franche de parler des femmes et du désir, sans tabous, avec effervescence. Un excellent moment.

Son site Myspace est par là : http://www.myspace.com/norahkrief

Pour lire les poèmes de Louise Labé : http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/louise_lab/index.html

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J'ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m'est et trop molle et trop dure.
J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

Tout à un coup je ris et je larmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j'endure ;
Mon bien s'en va, et à jamais il dure ;
Tout en un coup je sèche et je verdoie.

Ainsi Amour inconstamment me mène ;
Et, quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.

Puis, quand je crois ma joie être certaine,
Et être au haut de mon désiré heur,
Il me remet en mon premier malheur.