paris_brest"Des choses sur nous.
Et c'était comme une phrase qui ne voulait pas s'effacer, qui naviguait en moi comme une boucle sonore et s'inscrivait partout, sur la nappe, sur les verres, sur la neige carbonique qui blanchissait les vitres, il paraît que tu écris des choses sur nous.
Oh mais ça ne nous dérange pas, a repris ma mère, nous n'avons rien à cacher.
Non. Bien sûr. [...]
Ensuite il y a eu du silence encore et des paroles normales. Il y a eu mon frère qui ne savait pas où se mettre puis des conversations déviées et du silence toujours. Il y a eu la pluie à Brest et le prix des loyers. Il y a eu les cuillères cognées contre la porcelaine. Mais sur la table au-dessus de nous, outre la mer dehors et les vieux meubles qui pliaient sous nos regards, il y avait cette expression devenue presque sale, comme un nuage de pluie qui se serait maintenu : des choses sur nous. Et dans le tourbillon noir des tasses en porcelaine, on aurait dit que chacun, à la surface mouvante de son café, que chacun désormais lisait des choses sur lui."

A Brest, il y a le restaurant Le Cercle Marin, une grand-mère qui tout à coup devient riche en acceptant d'épouser un inconnu, la pluie, un jeune garçon coincé entre une mère toute puissante et un père accusé de détournement, et surtout le fils Kermeur qui rêve de vengeance. De Brest, il faut parfois s'échapper. Pour ce faire, tout est bon, même le vol. Et écrire.
A Brest, ou dans ses environs, et surtout lorsque l'on a construit son nid sur Paris, près du jardin du Luxembourg, il est peut-être imprudent de revenir...

Voici une histoire qui met quelques pages à montrer son vrai visage. Et lorsque le tour est joué, le masque tombé, on poursuit sa lecture une sorte de sourire en coin, au bord des lèvres, jusqu'à l'apothéose finale, cynique. J'en ai aimé l'ambiance, même si elle donne parfois froid dans le dos. Je me suis dit que "tiens, encore une histoire familiale, une autobiographie en mouvement", et puis finalement non, comment savoir ? Peu importe.
Il y a quelque chose de jouissif dans cet écrit, de sombre et de courageux à la fois, d'un peu volé à Agatha Christie, question atmosphère, et qui me donne envie de poursuivre ma quête, de découvrir encore cet auteur. Pari réussi, donc.

bouton3 Note de lecture : 4/5 - 978 2 7073 2063 6 - 14€ - janvier 2009

Biblioth_que_et_LALUn billet qui se questionne sur les conséquences du roman familial, chez Biblioblog - Zarline n'a pas aimé du tout - "Pour en finir avec la famille", chez Télérama - Un roman en lice pour le Grand Prix des Lectrices ELLE 2010 (et un coup de coeur pour Sophielit) -