31 octobre 2010

Invitation pour la petite fille qui parle au vent, Sébastien Fritsch

invitation_pour_la_petite_fille_qui_parle_au_vent"L'une et l'autre s'étonnèrent de voir la première carte de loup collée au mur. L'une et l'autre gardèrent cette impression pour elles. Et aujourd'hui encore, l'une et l'autre y repensent souvent. Mais ni l'une ni l'autre n'en dira rien. Autour de Christophe, elles font tinter leurs verres de rosé pour trinquer à leurs retrouvailles, au mariage si proche et à la vie, tout simplement. [...] Estelle est loin maintenant. Clara et Salomé doivent revenir à leurs personnages de fleuriste amoureuse et de médecin humanitaire désabusé. Elles doivent reprendre leur place dans cet étrange film de la vie. Le seul dont le scénario n'est pas connu d'avance. Le seul dans lequel les premiers rôles peuvent être dévolus aux absents."

heart Tout commence comme un thriller qui mettrait sur le devant de la scène un médecin légiste amoureux et une vendeuse de bijouterie au chignon impeccable... Mais c'est mal connaître Sébastien Fritsch, rien n'est si simple, car nous plongeons tout à coup dans le futur, dans le passé, et nous comprenons vite qu'il est bien entendu question ici de cadavres - objet de toutes les préoccupations de Thomas, le père - mais surtout d'amour, fatalement imparfait, celui qui lie entre eux les membres d'une même famille, un couple et ses trois filles.
Clara, la seconde, la plus raisonnable, va se marier. Elle est fleuriste. Salomé, la plus jeune, au Kenya depuis deux ans en profite pour revenir, lourde de tout ce qu'elle a laissé là-bas. Estelle manque, c'est l'ainée, elle manque depuis si longtemps que la blessure de son absence est un récit à lui tout seul, une présence. Elle envoie des cartes, à l'effigie du loup qui la représente, une unique phrase au dos, bouleversante, "Je cherche toujours". Tout ce qui gravite autour est histoire d'amitié, d'imaginaire, d'enfance, d'écriture et de chemin de vie.

Je connais Sébastien Fritsch depuis quelques temps déjà, principalement via son blog... Il me fait d'ailleurs de temps en temps la gentillesse de commenter mes petits textes. J'ai lu ses deux précédents romans (Le sixième crime et Derrière toute chose exquise). Il m'avait déjà surprise et conquise à l'époque par sa capacité à inventer une structure savante et subtile. Il m'a étonnée encore une fois, émue au possible par ce roman-ci, que je ne peux qu'ajouter à mes autres coups de coeur. Sans doute quelques éléments ont dû faire écho en moi, sans doute... J'ai été touchée par le regard délicat qu'il posait par exemple sur l'adolescence. J'ai aimé cette toute nouvelle touche de profondeur qu'il donne à ses personnages, des êtres de papier soudain vivants que l'on se prend à aimer. Mais surtout, plus j'avançais dans cette lecture, plus je me suis sentie fière de le connaître, plus j'ai pensé qu'il aurait été dommage qu'elle ne soit jamais publiée cette histoire. Car c'est une belle histoire, une histoire merveilleuse d'amour, de tolérance et de liberté, ne passez pas à côté.

bouton3 Note de lecture  : Coup de coeur ! - Editions fin mars début avril - 17€ - Sortie le 23 Octobre 2010

Toutes les informations pour le commander sont ici http://marsavriledition.canalblog.com/
Des avis de lecteurs  - Pour lire les trois premiers chapitres...

Dans la région, vous pouvez vous procurer des exemplaires dans cette librairie : Maison de la Presse  6, place du Champ de Foire 85600 Montaigu (Vendée)

Je me permets d'ajouter en point final une des petites variations que Sébastien Fritsch a inventé sur le thème du joli nom de sa maison d'édition...

"Il sera là fin mars, début avril au plus tard. On n'est jamais vraiment sûr, tu sais. Enfin non, tu ne sais pas. Tu ne sais plus. J'aurais bien aimé que tu saches. Et je me demande déjà, au cas où il te ressemblerait, si je devrais en pleurer ou en être heureuse."

Posté par LESECRITS à 12:03 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,


30 octobre 2010

En Octobre, dans vos Pals...

pal3il y avait toujours beaucoup de livres en attente.
Mais vous avez lu ...

Latite - Néfertiti la parfaite de Nick Drake - bien aimé, mais quelques longueurs dans le récit !
           Impératrice de Shan Sa - un coup de coeur, un livre poétique et fascinant !
           Les fables de sang de Arnaud Delalande - une grosse déception, je n'ai pas accroché à l'écriture et à l'intrigue...
Valérie - Matous et Pingouins de Yang Song - Très superficiel !
Curtain, Hercule Poirot quitte la scène d'Agatha Christie - Une vraie réussite !
Aifelle - Rosemonde Gérard de Laurence Catinot-Crost - Une déception, une biographie qui ne va pas assez loin.
Liza lou - Debout les morts de Fred Vargas - Un grand coup de coeur !
             La princesse Ligovskoi de Michel Lermontov - Un récit intéressant !
             L'obsédé de John Fowles - Une légère déception et un petit reliquat de septembre...
George - Le libertin de Eric-Emmanuel Schmitt - Très bien et drôle !
            Mathilda de Roald Dahl - Un coup de coeur !!!
            Le secret de la Ferme-Grise de Elizabeth Braddon - Encore un coup de coeur !
Emmyne - La Rose de Versailles de Riyoko Ikeda - Une re-découverte toujours passionnante et émouvante aux parfums d'enfance...
Clara - Les demeurées de Jeanne Benameur - Un livre magnifique!
Vilvirt - La légende du cavalier sans tête ou "Sleepy Hollow" de Washington Irving - Un bon petit plaisir de lecture !
           Elizabeth et son jardin allemand d'Elizabeth Von Arnim - Un très grand plaisir de lecture et la découverte d'une romancière que je ne connaissais pas !
Sofynet - Scott Pilgrim - Une très bonne surprise !!
Bookybook - Bouquiner d'Annie François - Amusant !
                 Les fourmis de Bernard Werber - Prenant !
Véro - La bâtarde d'Istanbul d'Elif Shakaf - Un vrai bon moment de lecture caché dans ma PAL!
Kayleigh - La ronde des innocents de Valentin Musso - Belle découverte !
              Le mec de la tombe d'à côté de Katarina Mazetti - Agréable lecture !
Setsuka - Hell de Lolita Pill - Pas convaincue !
L'or des chambres - 80 étés de Jeanne Herry - Un petit récit frais, sensible, écrit avec beaucoup de naturel !
Tiphanie - Roman avec cocaïne de M. Aguéev - Une lecture en demi teinte, si j'ai apprécié le début, la fin m'a saoulée !
Sharon - Un amour vintage d'Isabel Wolff - Un roman de chick-litt surprenant et émouvant.
             La femme de l'allemand de Marie Sizun - Un gros coup de coeur.
Theoma - L'homme du lac de Arnaldur Indridason - Pas accroché !!
Ptitlapin - Antonera de Margaret Mazzantini - enthousiasmée !
Cacahuète - L'accro du shopping a une soeur de Sophie Kinsella- toujours aussi exaspérant à lire, mais toujours un régal !
                 Nous les Dieux de Bernard Werber - Grosse déception, ennui fut le maitre mot de toute ma lecture !
Typhania - Son bilan en photo - Objectif réussi !

Quant à moi, j'ai lu Les mains nues de Simonetta Greggio, dont il ne me reste pas grand chose, malgré une belle écriture et une jolie ambiance...

Je retiendrai de ce mois-ci...

Votre enthousiasme toujours intact, vos lectures si différentes, la présence de BD dans vos Pals (mais comment faites vous pour vous retenir ? Je les dévore en général tout de suite !!), la mort de Hercule Poirot, le Read-A-Thon de George qui vous a permis de plonger tête la première dans vos livres en attente, les multiples coups de coeur découverts encore une fois, votre participation active en commentaire (merci merci) !
L'organisation de ce petit challenge marche du tonnerre grâce à vous !! ...

Rendez-vous en Novembre, pour découvrir encore une fois les trésors cachés de vos PALs !

objectif_pal_le_retour

Sinon, il y a toujours aussi ce que j'arrive à piocher ici [clic].
Le billet flottant de Novembre apparaîtra à droite dès que possible...
La marche à suivre par ici.

Et puis, et puis, mon petit doigt m'a dit qu'on parlait musique chez Leiloona depuis hier... Je ne participe pas mais j'encourage !! ;o)

Posté par LESECRITS à 18:09 - Commentaires [66] - Permalien [#]
Tags :

29 octobre 2010

Joli Halloween !

... ben oui, on peut la voir comme cela aussi cette fête un peu magique, grâce à Ann Wood et à ses bien belles créations. Un univers découvert via le blog de La Marelle dont je suis une fidèle lectrice. J'adore ! Même les araignées sont sympas, c'est dire.

Mes_images33

Posté par LESECRITS à 15:55 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

28 octobre 2010

Milady de Winter par Agnès Maupré

miladydewinterAttention, énorme coup de coeur pour cette BD !
Je vous aurais prévenu.

heart Déjà, l'objet est magnifique. L'éditeur, Ankama, a soigné la couverture, chaque page. Rien n'est laissé au hasard. Agnès Maupré a le trait fluide, moderne (à la manière de Pénélope Bagieu peut-être), le talent sûr, sachant doser à l'aide d'un crayonnage léger en noir et blanc pauses et rebondissements. Mais, me direz-vous qui est donc cette Milady ? Car, j'en suis certaine tout cela vous dit plus ou moins tout à coup vaguement quelque chose...

Nous sommes ici dans la réadaptation d’un classique littéraire. Milady de Winter est une lecture féministe des Trois Mousquetaires. En effet, pour Alexandre Dumas, tout commence le premier lundi du mois d’avril 1625, quand d’Artagnan, alors cadet de Gascogne, fait route vers Paris pour rejoindre la compagnie des mousquetaires. A son arrivée au bourg de Meung, il se voit alors humilié par Rochefort et Milady, dont il ignore qu’ils sont les agents du Cardinal Richelieu. Agnès Maupré revient sur cette épopée en s’attachant au personnage mythique de Milady de Winter, laissant au second plan nos mousquetaires.

« L’histoire s’est constituée au fur et à mesure. La trame des Trois Mousquetaires est restée comme squelette. Il restait à inventer ce qui allait autour, la vie de Milady, en dehors de ses rapports avec les mousquetaires. Pour ça, j’ai commencé par remplir des carnets de scènes éparses, de moments que j’avais envie de raconter : les rapports entre Milady et son fils, son mariage, sa grossesse, sa rencontre avec le Cardinal . »

L’espionne de Richelieu ne méritait-elle pas effectivement plus que la vie héroïque et tragique d’un personnage secondaire de roman ? La voilà exposée, ballotée par des aventures dont elle ignore parfois les tenants et aboutissants, armée de son intelligence, de sa vénéneuse beauté et de son énergie de guerrière… Pour ma part, j’ai été scotchée comme jamais depuis longtemps par cette figure féminine et par la manière très complète qu'a trouvé Agnès Maupré de nous la présenter. Elle est de ces personnages de crayon qui me fascinent toujours, à l’instar de l’Isabeau de Bourgeon dans Les Passagers du Vent. De plus, l’écriture des bulles est belle et littéraire, sobre et juste, ce qui est assez rare pour le souligner. A réserver aux adultes.


"Belle... Française... Vous attirez les commérages... Les circonstances de la mort de Lord De Winter intriguent. D'aucuns prétendent que vous avez tué votre mari."

amaupre1   amaupr_


J’attends dorénavant avec impatience le second tome de cette série dont je vais surveiller la sortie sur le blog de cette toute jeune auteure née en 1983 (http://agnes.maupre.over-blog.com/). Elle l’annonce plus sanglant, du bonheur en perspective donc ! Mais on peut tout à fait se contenter déjà de ce premier tome, alors n'hésitez pas.

Editions Ankama - Collection araignée - 14.90€ - Sortie le 28 Octobre 2010

http://www.ankama-editions.com/fr

Posté par LESECRITS à 09:22 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

27 octobre 2010

Le dernier amour de George Sand, Evelyne Bloch-Dano

ledernieramourdegeorgesand"Moins célèbre, moins brillant, moins doué qu'Alfred de Musset ou Frédéric Chopin, Alexandre Manceau ne laissa pas de trace dans les mémoires. Cet homme dévoué, qui avait choisi de se consacrer à sa reine de coeur, ne sortit pas de l'ombre. [...] Seule George Sand [...] garda dans le secret de son coeur le souvenir de l'homme qui l'avait aimée. Il avait été son compagnon et son ami. Une femme n'oublie jamais un homme qui lui a fait du bien.
Dix jours après la mort d'Alexandre Manceau, elle avait commencé un nouveau roman. Elle l'intitula : Le Dernier Amour."

Evelyne Bloch-Dano revient dans cette biographie vers l'homme qui partagea les quinze dernières années de la vie de George Sand, femme connue de tous pour ses amours tumultueuses, son rôle dans le romantisme et ses tournures masculines. Dans ce compagnon, ancien camarade de son fils Maurice, elle trouve stabilité, confiance et amour véritable. Lui graveur doué, elle écrivain talentueuse et prolifique de quarante-cinq ans, ils ont su se trouver, partager de multiples moments joyeux à Nohant, traverser des drames intimes, les bouleversements politiques de leur temps.

Mais Evelyne Bloch-Dano ne se contente pas de brosser ici avec talent ces années d'apaisement amoureux, elle raconte l'avant, elle explique l'histoire, les contextes, elle entre dans l'intimité d'une famille qui marquera les consciences et l'époque, elle donne aussi parfois son avis sur les rumeurs, les récits tronqués. Elle a cherché, fouillé, sa documentation est riche et foisonnante, son écriture jamais ennuyeuse. J'ai appris beaucoup, j'ai retrouvé l'impression que m'avait faite enfant la visite de la maison de l'écrivain (à Palaiseau ou Nohant ?) très blanche et colorée, j'ai pensé à ce vieux professeur de faculté qui me donnait toujours le sourire  - érudit sur George Sand  - et qui ne croyait pas à l'amour.
Un riche moment de lecture.

bouton3 Note de lecture - 4/5 - Editions Grasset - 20€ - Septembre 2010

Cathulu en parle - Le blog de l'auteure - Une critique de connaisseuse... - La Lecture de Keisha -

J'avais relu en 2008 La Mare au diable - Un article sur le blog des maisons d'écrivain dans lequel vous pourrez admirer de multiples photos de Nohant.

Ce titre est en lice pour le Prix Fémina Essai 2010 - Résultats le 2 Novembre

Posté par LESECRITS à 09:31 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


24 octobre 2010

Le sang visible du vitrier, James Noël

lesangvisible_du_vitrierNotre siamoise différence

beaux mes bras
à être mutilés
suis-je un vitrier
qui fait pacte avec les pierres
pour célébrer leur impact sur les vitres

ouvre mon image pour t'atteindre
de ressemblance et de fracture
tu chanteras notre siamoise différence

je coupe les vitres
quand ça casse
un sang coule net dedans
il m'arrive même en écrivant
de croire que c'est la vérité qui blesse
pourtant de là ma visibilité renforcée
coeur brisé du miroir
miroir brisé du coup

je coupe les vitres
en m'ouvrant les veines

Vent d'ailleurs 2009 - 9€

James Noël est né à Hinche en Haïti en 1978.
Sa poésie m'est apparue pleine de force rentrée, de colère et d'énergie. Elle est à la fois violente et amoureuse, mais aussi tour à tour fière et désabusée.
Je me suis penchée avec curiosité sur cet opus d'une poésie haïtienne que je ne connais pas. J'en ai aimé la vitalité et la simplicité. J'ai eu conscience de découvrir un univers très éloigné du mien. Voici un livre qui mérite de multiples lectures. Difficile de lire un recueil de poèmes d'une traite, comme on lit plus généralement un roman ou tout autre oeuvre linéaire...
Le petit plus de cette lecture ? Cette évidence qui apparaît très rapidement à la lecture. James Noël s'inscrit dans une modernité sans complexes, chacun de ses mots est vivant, persuadé d'être entendu. De quoi en prendre de la graine.

Un grand merci à BOB pour ce partenariat et à Vents d'ailleurs pour l'envoi !!

Le billet très riche de Pascale sur ce recueil

Posté par LESECRITS à 10:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

22 octobre 2010

Ben l'Oncle Soul

J'ai pas le génie de De Vinci, les pieds sur terre, la sagesse de ma banquière.
J'ai pas le physique des magazines, la science infuse, le savoir-faire de Bocuse.
Ni le courage de Mandela.
Juste moi, mes délires, je n'ai rien d'autre à offrir...

Posté par LESECRITS à 21:10 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

21 octobre 2010

Objectif Pal d'Octobre ~ Les mains nues de Simonetta Greggio

lesmains_nues"Tout ce que je peux dire à ma décharge, c'est qu'à un moment donné c'était devenu moins impudique, moins malhonnête de coucher ensemble que de se regarder dans les yeux. "

Emma est vétérinaire, à la campagne. A quarante ans passés, elle est fière de son métier, appris auprès d'un maître dont elle conserve un souvenir affectueux. Elle s'enorgueillit d'accoucher les animaux à mains nues. Ses mains elle les a hérité de sa mère, pianiste de talent. Elle a choisi cette vie rude et solitaire, et tente comme cela d'oublier son grand amour de jeunesse, Raphaël, mais aussi sa défaite devant une rivale plus rusée et tenace, Mico. Un jour, le fils de son ancien amant, Gio, un garçon qu'elle a vu naître avec émotion et tendresse, débarque chez elle du haut de ses quatorze ans presque quinze, en fugue. Elle lui ouvre sa maison, sa chaleur et un peu plus...

Voici une lecture d'une grande douceur, malgré son thème inconvenant, tabou. Je n'ai rien trouvé d'impudique dans les pages de ce roman à l'écriture agréable et limpide. On comprend assez rapidement combien Emma ne cherche ni à s'absoudre ni à s'excuser. On goûte avec elle la paix de son quotidien. On vit l'intrusion de Gio dans sa vie comme une évidence heureuse, le scandale qui s'ensuit comme une injustice ignorante... Mais à quinze ans, est-on encore un enfant ou un jeune adulte maître de son devenir ?
J'ai aimé lire ce roman fluide et beau, mais j'aurais voulu que la romancière aille peut-être plus loin dans le traitement de son sujet, qu'elle en approfondisse les thèmes, les émotions. Je conserve un petit sentiment de pas assez au terme des pages de ce récit qui restait enfoui dans ma PAL depuis que je l'avais pioché en bouquinerie, mais aucune déception, non ...

bouton3 Note de lecture : 3.5/5 - Editions Stock - 16€ - Fév 2009

Un très joli billet chez Clarabel - Un très beau livre, pas racoleur, pour Alice - Il a manqué "quelque chose" à Papillon malgré son avis positif - Lily a aimé aussi - Anne pointe du doigt la retenue de l'écriture ...

objectif_pal_le_retourObjectif Pal : 3/12

Pour déposer vos billets d'Octobre, c'est par ici

 

 

Posté par LESECRITS à 19:43 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

20 octobre 2010

Bienvenue au Japon

w_bienvenue_au_japonDans le cadre d'une animation de ma bibliothèque, et lors d'un évènement plus large intitulé Culture Manga, nous avons assisté il y a peu petit dernier, des mini et grands amis, et moi-même à une lecture Petite Enfance dédiée aux auteurs japonais.

Une occasion toute trouvée pour vous présenter ici quelques trouvailles sympathiques !!

La préférence de petit dernier...coucoupanda
Coucou Panda de Kazuko G. Stone, Ed P'titGlénat 2009 - 7.50€
Un rond noir, puis deux, puis des yeux...petit à petit on devine qui se cache derrière ces formes énigmatiques...et puis hop à la fin, c'est un adorable bébé panda que l'on contemple dans les bras de sa maman.
Le panda est un animal qui fascine beaucoup les enfants, son côté gros nounours sans doute, mais il ne faut pas oublier que les petits sont très sensibles au contraste noir/blanc, effet garanti.
Effet réussi aussi chez mon fils pourtant déjà grand qui avait trouvé l'astuce dès le début, on ne la lui fait pas.

little_eyesMa préférence à moi...
What color ? de Katsumi Komagata, coll. Little Eyes Ed. One Stroke Co, 1991
Un jeu de ronds, de carrés, de triangles... un, deux, trois... et chaque petit volet est ouvert tour à tour...
C'est magique (comme me l'a soufflé mon fils) et merveilleux. Personnellement, j'adore mais cela demande de se laisser porter un peu par le moment... On est loin du livre telle que nous le conçevons d'ordinaire, c'est "autre chose".

c_estl_heuredubain_petit_lionCelui qui a fait l'unanimité...
C'est l'heure du bain, petit lion de Taro Gomi, éditions Autrement, Mai 2009 - 12.50€
La maman de Petit Lion lui demande de se déshabiller... Il enlève donc crinière et peau pour apparaître en Petit Ours mais attention, rien n'est aussi simple qu'il n'y paraît. La fin est une surprise drôle et inattendue.
Voici un album qui a suscité étonnements, rires et exclamations. Encore une fois, la simplicité du graphisme, le rythme sont au service d'un mécanisme "un peu magique" auquel on se surprend à penser ensuite... C'est vraiment toute une histoire que de prendre un bain, et pas que dans les albums.

Posté par LESECRITS à 15:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

18 octobre 2010

Ne sera

Tu griffes - Tu plantes tes yeux dans chaque espace qui s'offre à toi - Tu cherches une place - Tu tempêtes - De plus en plus - Mais seulement à l'intérieur - Ça fait un bruit d'enfer, ce brouhaha - Des rides se creusent sur ton front - Le coin de tes yeux - Tu ne t'en fais pas - La vie ne veut pas attendre - Qu'elle s'en aille donc voir ailleurs - Si les poules ont des dents - Tu es occupée - A autre chose - Sa voix, sa voix, sa voix - Ta place - Et ses yeux - Jamais jamais jamais - Tu ne seras à lui - Jamais il ne sera à toi - Tu tournes des toupies - Et puis tu tournes avec elles - Être sûre de ses sentiments - A quoi ça sert ? - Dans les romans - Après - Les corps s'étreignent - Ici non - Ils se noient - Ils jouent aux auto-tamponneuses - Ils perdent le sens du vrai - Ils s'écaillent de stupeur - Tu griffes, de mieux en mieux.

nesera

© Les écrits d'Antigone - 2010

Posté par LESECRITS à 20:12 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :