16 janvier 2011

Une année dans la vie de Tolstoï, Jay Parini

uneann_edanslaviedetolstoi"L'important, ce n'est pas que soit accompli aucun désir, aucune exigence de ma part, mais seulement que tu retrouves la sérénité, le calme et un rapport raisonnable avec la vie.
Aussi longtemps que cela te fera défaut, vivre avec toi est inconcevable pour moi. Revenir à toi tant que tu es dans cet état voudrait dire renoncer à la vie. Et c'est une chose, à mon avis, que je n'ai pas le droit de faire.
Adieu, chère Sonia, et que Dieu te vienne en aide ! La vie n'est pas une plaisanterie, et nous n'avons pas  le droit de la gaspiller à notre fantaisie. La mesurer à sa durée n'est pas raisonnable non plus. Peut-être les mois qui nous restent à vivre sont-ils plus important que toutes les années déjà vécues. Nous devons les vivre correctement."

Comme le précise en postface Jay Parini, Une année dans la vie de Tolstoï ne cherche pas à être une étude littéraire stricte mais plus une tentative de conter sous forme de fiction kaléidoscopique les derniers instants de la vie du grand auteur, et ce à l'aide des fragments de journaux découverts, notamment celui de Valentin Boulgakov, dernier secrétaire de l'auteur, ou ceux de ses enfants et de ses disciples. Cet opus est également un portrait à charge de la femme de Tolstoï, Sonia, accusée d'être opportuniste et tyranique. En effet, au terme de sa vie, l'auteur est adulé, entouré d'une cour hétéroclite vivant à ses crochets, mais également porté vers des sentiments religieux et philosphiques forts, prônant la simplicité et l'abstinence. Sa femme craint les malveillances et les manipulations de cet entourage admirateur, elle redoute le complot qui n'aurait de cesse selon elle de dépouiller les siens de leur héritage. Elle déteste ce qui éloigne son mari d'elle et est jalouse des égards qu'il porte à ses amis intimes. Le grand homme, dans une tentative de fuite désespérée vers plus de tranquillité d'esprit, trouvera la mort dans une maison de gare, scène liant le tragique au grotesque.

En lisant en écho le billet qu'Alice a consacré à Sofia (Sonia) Tolstoï, on ne peut que comprendre à quel point le couple a eu une histoire complexe et tendue. Je n'ai su que penser de cette version de Jay Parini qui m'a laissé une curieuse impression de malaise... Malgré de beaux passages, j'ai eu le sentiment que le tout était baigné d'un parti-pris et d'une subjectivité forcée. Dommage, car ce livre avait tout pour m'intéresser et malgré mon amour pour les romans et nouvelles de Tolstoï je sais que bien souvent la grandeur d'un homme cache d'autres réalités, les sacrifices d'une famille. Cependant, je ne regrette pas cette lecture, captivante à sa façon. J'y ai appris beaucoup. Je pense continuer à lire sur le sujet, histoire de m'en faire une idée plus précise par recoupement...

bouton3 Editions Points - 8€ - Septembre 2010

Karine a lu Tolstoï dernièrement, c'est par ici. L'article très complet d'Annie sur ce même livre...

Posté par LESECRITS à 09:34 - - Permalien [#]
Tags :


09 janvier 2011

Pause

Parce que l'on ne peut être en même temps au four et au moulin, ici et là-bas, la tête ailleurs et l'esprit avec vous...ce petit blog fait une pause. Dans une semaine, les livres et tout ce qui gravite autour des mots auront repris l'importance qu'ils ont en général dans ma vie, et je reviendrai ici, certainement plus détendue.

Sinon, j'ai vu hier au soir un film que j'ai envie de qualifier de bizarre, tragique, fascinant et rempli d'amour... Persécution de Patrice Chéreau, avec les excellents Romain Duris, Charlotte Gainsbourg et Jean -Hugues Anglade. La bande-annonce ci-dessous vous en donnera une idée assez juste. J'en ai aimé l'ambiance et la trame narrative, que j'ai trouvé très littéraire... Mais attention, on ne sait pas vraiment où l'intrigue nous mène et ni où exactement elle nous dépose... car ici comme bien souvent l'important est le chemin.

Sorti en DVD en avril 2010

A très bientôt !

Posté par LESECRITS à 13:13 - - Permalien [#]
Tags :

06 janvier 2011

Tamara Drewe, Posy Simmonds

tamaradreweStonefield est un lieu paisible et rural, idéal pour écrire. Beth et Nicholas l'ont bien compris. Depuis des années, Beth gère le lieu sans faillir, reçoit des hôtes venus pour écrire, tandis que son mari Nicholas se consacre à l'élaboration de romans policiers à succès. A côté, il y a Winnards Farm, inhabité depuis le décès de sa propriétaire. Mais Tamara Drewe, la fille de la disparue apparaît, chroniqueuse reconnue, venant tout juste de subir une opération chirurgicale du nez réussie, belle, sensuelle, troublant la douce ambiance studieuse du lieu, affolant les hommes autour d'elle... Il n'en faudra pas plus pour éveiller la curiosité des jeunes du coin qui n'auront de cesse de briser les interdits afin de mettre un terme à leur ennui sans fond, modifiant ainsi aussi quelques destins.Tamara_Drewe_BD

Quelle belle surprise que cette BD dont Bel Gazou avait déjà parlé ici !! Ce qui est intéressant dans ce volume est la richesse du scénario, la fin non convenue, inattendue, ainsi que cette façon subtile de mélanger vignettes et textes, et ce de manière complètement libre et fluide. Posy Simmonds croque de plus avec humour et causticité ce petit monde fermé des écrivains amateurs ou publiés...et il n'est donc pas étonnant d'y trouver également quelques égos troublés et des désirs inavoués.

Denoël - Juillet 2010 - 18€
(pioché avec allégresse en bibliothèque)

Un film a été tiré de cette BD... Cathulu en parle ici. M'enfin elle parle surtout d'un débardeur vert seyant et de tablettes de chocolat ;o)). Elle a l'air sympa comme tout cette adaptation !

Posté par LESECRITS à 19:07 - - Permalien [#]
Tags :

05 janvier 2011

Dis quand reviendras-tu

Parfois, au détour d'une allée de supermarché, des mots nous cueillent...un son, une musique, une voix, et c'est comment vous dire... à la fois bouleversant, et parfaitement incongru.

Posté par LESECRITS à 16:26 - - Permalien [#]
Tags : ,

03 janvier 2011

Où le regard ne porte pas...

...c'est beau, c'est chaud comme l'Italie, c'est une histoire d'enfance et d'amitié, mais aussi de jalousies et de violence. C'est un récit tout simple et mystérieux où quatre enfants partagent étonnamment la même date de naissance, et où des adultes sont aux prises avec l'animosité des villageois.
C'est une BD en deux tomes dont n'ai pour l'instant dévoré que le premier.
Vite vite le lecteur actuel et précédent, j'attends ;o)...

Dargaud 2004 - Pont et Abolin

ouleregardneportepas  o__le_regard_ne  o__le_regard

Biblioth_que_et_LAL            ou_le_regard_2

Posté par LESECRITS à 19:30 - - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2011

La Ballade de Lila K, Blandine Le Callet

laballadedelilak"Dans la vie, il y a toujours un avant, un après, vous avez remarqué ? [...] Pour moi, la rupture s'est produite le jour où des hommes casqués, tout en noir, ont défoncé la porte pour se ruer dans la chambre. Lorsqu'ils ont tiré ma mère du lit, elle s'est débattue en hurlant.[...] Ils l'ont plaqué au sol, et l'ont emprisonnée dans une camisole. Puis, ils l'ont bâillonnée. J'ai tout vu, ses larmes, ses yeux fous, les bleus sur son visage. Elle n'essayait plus de résister. Elle me regardait fixement. J'ai compris ce qu'elle voulait me dire. Au revoir mon bébé."

C'est l'histoire de cette petite fille, Lila, enlevée de force à sa mère, et placée dans un centre qui nous est contée ici. Nous suivons avec minutie ses progrès, son difficile apprentissage, entourée de la présence constante de surveillants alliés à la cause de la Commission. La petite Lila est pleine d'une obsession tenue secrète par prudence, retrouver sa mère. Nous sommes dans un futur hyper contrôlé où tout est sous couvert de caméras et sous autorisation de spécialistes compétents. Au-delà de cet univers lisse règne la Zone, c'est là que Lila découvrira peut-être une autre manière de vivre et des bribes de son passé... Dans cet enfer de normalité, l'affection d'un maître érudit, un brin provocateur, et d'un directeur de bibliothèque sont des bouées de sauvetage sur lesquelles la jeune-fille surdouée et fragile pourra heureusement compter.

J'ai aimé dans l'ensemble ce roman. Nous sommes bien loin de Pièce montée, le recueil de nouvelles de l'auteure que j'avais beaucoup apprécié, mélange de douceur et d'acidité très réussi autour du thème du mariage. Nous sommes ici dans le futur, dans le domaine de l'anticipation et il m'a manqué dans les premiers chapitres de l'histoire quelques clés pour ne pas trouver les premiers apprentissages de Lila un peu répétitifs. Cela dit, vos avis étant tellement enthousiastes, j'ai persévéré, et j'ai bien fait. En effet, les personnages secondaires se sont mis peu à peu à s'étoffer, l'intrigue à s'intensifier, la personnalité de Lila à doucement émerger, les contours de la ville à se préciser. Je me suis surprise à dévorer ce livre et à attendre avec effervescence le résultat des aventures et des enquêtes de Lila K au terme d'une ballade moins légère que son titre ne le laisse supposer. Au final, j'ai terminé ce roman emplie d'émotions diverses, entre attachement et douleur.
Allez, il est à espérer que notre vie dans un siècle tout juste ressemble à autre chose.

bouton3 Editions Stock - 21.50€ - Septembre 2010

Un grand merci à Clara pour ce livre voyageur ! J'hésitais tellement sur ce titre. Et merci à Estelle pour l'envoi.

D'autres lectures ... C'est un coup de coeur pour Kathel - Véro la pyrénéenne a adoré - ...

Ci-dessus, Blandine Le Callet explique les prémices de ce roman... et c'est intéressant.

Balade, subst. f. : promenade sans but, sans hâte.
Ballade, subst. f. : poème à couplets et refrain. - Pièce de musique inspirée par ce type de poème.

Posté par LESECRITS à 10:01 - - Permalien [#]
Tags :