30 mars 2011

En Mars dans vos Pals...

pile_livres1... il y avait toujours beaucoup de livres en attente.
Mais vous avez lu ...

(Petite note : je prends un peu d'avance sur le calendrier mais ce billet est bien entendu valable jusqu'à la fin du mois)

Emmyne - Demain, une oasis d'Ayerdhal - un beau roman d'anticipation, un texte engagé salutaire que j'ai trop tardé à lire !
              Le monde du bout du monde de Luis Sepulveda - un voyage écologique au large de la Patagonie dans le sillage de Moby Dick.
George - Blonde de Joyce Carole Oates - un chef d'oeuvre, un roman bouleversant qu'il est difficile de quitter !
Bookybook - La maison humaine de Martin Gray - Voilà un livre que je n'ai pas aimé...
                 Trois minutes de soleil en plus de Chris Donner - Voici un petit livre jeunesse qui m'a assez plu.
                 Le garde du coeur de Françoise Sagan - un autre livre que j'ai bien aimé. 
                 Le petit prince de St Exupéry - Un conte tout simplement magique !
                 Les bottes de sept lieues et autres nouvelles de Marcel Aymé - J'ai aimé moyennement...
                 Le libraire de Régis De Sa Moreira - Un livre intrigant parlant d'un libraire particulier aux manies bizarres...
                 Les contes rouges du chat perché de Marcel Aymé - Un livre vraiment bien  
Annie - La part obscure de Salley Vickers  - art, histoire d'amour, remords, regard de l'autre, des phrases que l'on souligne au fil de la lecture...
          Lignes de faille de Nancy Huston - une Histoire sans fin qui se lit d'une traite.
Sharon
- Ce crétin de prince charmant d'Agathe Hochberg - Une grosse déception !
             La couleur du bonheur de Wei-Wei - Un vrai coup de coeur !
             Une situation légèrement délicate de Mark Haddon - Un roman très drôle et très réussi.
Enna - Marilyn dernières séances de Michel Schneider - Un abandon : même si il y a avait des aspects positifs, j'ai trouvé que ça tournait en rond !
          La bibliothécaire de Gudule - un livre jeunesse et une incursion un peu magique dans le monde des livres, très bien!
          Prodigieuses créatures de Tracy Chevalier - un coup de coeur!
Anne - Long Spoon Lane de Anne Perry - Un bon petit polar néo-victorien !
          Lignes de faille de Nancy Huston - un roman intelligent, bien construit et bousculant.
          Ce que le jour doit à la nuit de Yasmina Khadra - poignante évocation de l'Algérie et de ses habitants.
Liza Lou - Une maison de poupée d'Ibsen - splendide!
              L'ainé des Ferchaux de Simenon - un récit avec des personnages forts et une atmosphère particulière. 
              Haute-Terre de John McGahern - des nouvelles subtiles d'un grand auteur irlandais.
              L'or de la terre, 2è tome de la saga de Bernard Clavel "Le Royaume du Nord" - Un immense coup de cœur!!!
Vilvirt - La Reine de l'Idaho de Thomas Savage - J'ai retrouvé cet auteur avec beaucoup de plaisir.
           Le Rivage des Adieux de Catherine Hermary-Vieille - Une légende celtique passionnante !
Géraldine - Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de Patates, Mary Ann Shaffer et Annie Barrows - Un roman épistolaire riche et délicieux.
Valérie - Une Promesse de Sorj Chalandon - personnages trop parfaits, rythme trop lent
            La Vie adulte de Virginie Mouzat - une déception
Tiphanie - Une affaire de sorciers de George Chesbro - Je n'ai pas vraiment apprécié cette lecture
Véro - L'échappée de Valentine Goby - un avis mitigé, tant je suis partagée entre les belles choses qu'il y a dans le livre et le dernier chapitre qui m'a un peu gâché l'impression d'ensemble.
         L'attentat de Yasmina Khadra - Une lecture très forte et la découverte d'un auteur dont j'ai envie d'explorer l'oeuvre.
Alexielle - Les Hirondelles de Kaboul de Yasmina KHADRA - une lecture magnifique et bouleversante !
              Les Soeurs de la lune tome 1 : Witchling de Yasmine GALENORN - Une lecture détente plutôt agréable malgré une trame qui manque d'originalité et de profondeur.
Sofynet - Marshmalone de Lolita Séchan - Un album drôle et tendre, triste aussi un peu parfois, et émouvant. 

Pour ma part, j'ai lu Le voyage de Bilqîs d'Aliette Armel, un roman qui a réveillé mes souvenirs de lectures mythiques et qui m'a tenu quelques jours dans son ambiance... Une bonne lecture !!

Je retiendrai de ce mois-ci...

L'impression que vous creusez un peu plus dans les profondeurs de vos Pals et qu'elles recèlent bien, finalement, malgré quelques déceptions de véritables coup de coeur !!! Votre motivation est toujours intacte, merci ! Le défi de Pimprenelle (Découvrons un auteur) a permis à quelques unes d'entre vous de lire Yasmina Khadra. Bookybook a mis à profit ses vacances d'hiver et est la grande dévoreuse de PAL du mois avec 7 livres lus !

Rendez-vous en Avril, pour découvrir encore une fois les trésors cachés de vos PALs !

objectif_pal_le_retour



Sinon, il y a toujours aussi ce que j'arrive à piocher ici [clic]. (Petit mode d'emploi)

Posté par LESECRITS à 16:52 - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags :


29 mars 2011

Ce n'est pas de la littérature...

...mais ce fut tout un poème ! Aujourd'hui, petit intermède à l'intérieur de ma maison.
Vous pouvez contempler depuis quelques jours un lapin farceur en haut à droite de ma page... Il faut dire qu'il y a quelques temps j'ai eu la chance de gagner un sticker géant sur le site de Mumisgeek qui propose régulièrement ses Free Giveaway. Je suis parfois joueuse mais bien rarement gagneuse. Alors, lorsque mon commentaire a été tiré au sort et que Les Contemplatives  (souvent plébiscité par D&Co) m'ont contacté, ouah, j'ai sauté au plafond car j'adore ce qu'ils font !! Ma fille a choisi pour sa chambre une petite pyramide de lapins cachés que nous avons assemblé à notre façon, petite difficulté supplémentaire le support était en relief. Après quelques angoisses, des fous rires et de l'huile de coude, nous étions assez contentes du résultat. Une collègue m'ayant donné dernièrement toute une pile d'anciens bibliothèque rose et verte - dont pas mal de Alice, Club des cinq et Six compagnons - la décoration est complète. Armée également de sa nouvelle boîte de poèmes, la voilà toute heureuse ma fille avec sa nouvelle chambre !
Merci merci !

D'autres collages par ici.

lescontemplatives

Posté par LESECRITS à 20:19 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

28 mars 2011

Le passage se crée, Alain Rohand

le_passage_se_cr_e"Tu aurais pu ne pas t'acharner, régresser plus rapidement, m'éviter des complications qui me conduiront au bord du grand passage, parce que tu cherches à investir mes poumons. Après tout, tu étais plus vieux que moi, puisque tu sévissais déjà 3400 ans avant Jésus-Christ... Ton grand âge et ton expérience me laissaient espérer une meilleure manière de s'y prendre. Moi, je n'étais encore qu'un jeune enfant qui parcourait des chemins hasardeux en s'imaginant y trouver plus d'affection.

Affection: ce mot à double sens, ce mot signifiant autant traumatisme qu'attachement. Comme un deux-en-un en quelque sorte..."

Alain a douze ans en 1959 lorsque la Polio s'invite dans son corps, paralysie, destruction de terminaisons nerveuses. C'est une maladie qui avance disséminant - comme l'auteur le dit si bien - un peu au hasard des séquelles irréversibles. Avant, il y avait ce temps où l'on pouvait courir, ce temps d'enfance pas si rose où l'école était anxiogène et la famille lointaine, oui mais chaque geste était simple. Après, vient le temps de l'effort, de la rééducation, de la maturité, de l'avenir...

Au travers de magnifiques lettres (à un album à colorier, à un ours, à un professeur, à une amie, à un frère, à un père, à une solitude retrouvée...), Alain parle d'une vie arrêtée dans son premier mouvement, mais qui se crée un autre passage moins évident lourd d'une maladie invalidante.

Moi qui n'est pas tant que cela attirée par les récits de vie, j'ai été séduite par ce texte, fort d'une grande pudeur et d'une juste retenue. Et puis, Alain Rohand a de l'écriture, il ne parle pas que de maladie, il ne cherche pas à apitoyer, son témoignage se lit aussi comme un roman. L'empathie a fonctionné pour moi, j'ai partagé ce vécu personnel et ne m'y suis jamais sentie étrangère.

Grand merci donc à Coumarine(pour la proposition) ! On sent sa douce influence sur ce récit, elle laisse d'ailleurs en préface une trace de sa lecture et je suis bien d'accord avec elle ce livre nous rend étrangement meilleure. De plus, j'ai regardé mes propres faiblesses physiques avec un peu plus de solicitude que d'ordinaire, merci donc aussi à l'auteur !

bouton3 The Book Edition - 12€ - La fiche du livre

Retrouvez l'auteur sur son site [lien]- La lecture d'Aifelle

Posté par LESECRITS à 21:07 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

26 mars 2011

Bérénice, ou Racine au spectacle

Vu cette semaine par chez moi la pièce Bérénice, mise en scène par Laurent Brethomé, et jouée par la compagnie théâtrale Le menteur Volontaire...
J'ai aimé écouter le texte de Racine, bien entendu (quel bonheur), mais j'ai goûté également un spectacle particulièrement sensuel et créatif.
Ou quand la tragédie prouve encore une fois à quel point elle est intemporelle.

"Qu'avez-vous fait ? Hélas ! je me suis crue aimée.
Au plaisir de vous voir mon âme accoutumée
Ne vit plus que pour vous. Ignoriez-vous vos lois,
Quand je vous l'avouai pour la première fois ?
À quel excès d'amour m'avez-vous amenée !
Que ne me disiez-vous : « Princesse infortunée,
Où vas-tu t'engager, et quel est ton espoir ?
Ne donne point un cœur qu'on ne peut recevoir. »
Ne l'avez-vous reçu, cruel, que pour le rendre,
Quand de vos seules mains ce cœur voudrait dépendre ? "

berenice_01_500_97acb

Le site de la compagnie [lien], j'y ai puisé aussi l'image ci-dessus. N'hésitez pas si jamais ce spectacle est donné près de chez vous... Vous passerez un très bon moment.

Posté par LESECRITS à 21:09 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

25 mars 2011

Vus dernièrement en DVD ... et appréciés

Bright Star
Ou comment, pour en finir avec le Printemps des Poètes, je me suis finalement penchée sur la vie de John Keats au début de XIX ème siècle... Un film qui, tout en aimant la langueur, et parfois les longueurs, nous offre de merveilleuses images, très lumineuses. Un moment de cinéma profondément poétique et mélancolique. Magnifique !
Fanny Brawne, frivole et coquette, se prend curieusement d'amour pour John Keats, un poète sans le sou... et c'est nous qui frissonnons.

Chéri
Ici, nous sommes dans le Paris du début du XXème siècle. une courtisane, Léa de Lonval finit une carrière réussie. Elle s'autorise une liaison avec le tout jeune fils d'une consoeur, une jeune homme qu'elle surnomme depuis l'enfance "Chéri". Mais Chéri doit se marier, et malgré leur attachement ils se séparent. La douleur de la séparation sera aussi percutante qu'étonnante...
Une adaptation du roman de Colette réussie. Une Michelle Pfeiffer, sublime, en femme que l'âge atteint peu à peu. Une grande sensualité filmée avec tact par un Stephen Frears qui ne déçoit pas après ses Liaisons dangereuses

Posté par LESECRITS à 20:46 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,


22 mars 2011

Objectif Pal de mars... Le voyage de Bilqîs, Aliette Armel

levoyagedebilqis"Elle n'oublie pas le but intime de son voyage : trouver des réponses aux questions qu'elle se pose, se forger une attitude lui permettant d'atteindre au meilleur gouvernement, découvrir les clefs et les règles d'un  exercice du pouvoir conduit par la sagesse autant que par la force."

En couverture, un détail d'une peinture de Piero della Francesca, La Légende de la Vraie Croix, qui évoque la rencontre entre la reine de Saba - prénommée Bilqîs - et le roi Salomon et ce moment précis plus particulièrement où elle se prosterne devant ce qui deviendra plus tard le bois de la croix du Christ... A l'intérieur du livre, deux récits s'entrecroisent et s'influencent, mais cest surtout Silvia, la femme du peintre Piero, un talent reconnu de la renaissance italienne, qui porte l'histoire. En effet, convaincue par une force mystérieuse qu'elle doit tenir son époux loin de Rome et l'encourager à continuer une fresque entreprise depuis longtemps, la jeune femme en mal d'enfant crée pour son mari le conte d'une reine de Saba de chair et de sang partie sur les routes pour rencontrer Salomon, asseoir son pouvoir et éviter la guerre.

A l'origine, j'ai rencontré Aliette Armel via un très beau roman sur le thème de la musique, Le Pianiste de Trieste, puis j'ai enchaîné avec son inévitable essai sur Antigone que je ne pouvais râter. J'ai acheté Le voyage de Bilqîs lors d'un petit salon du livre de ma région, et étrangement j'ai tardé à l'ouvrir, voilà qui est enfin fait.
(Je me souviens d'ailleurs de ce tête à tête rapide lors de la dédicace, d'un grand sourire et d'une femme douce et que l'on aimerait pouvoir écouter parler longtemps. Les mystères des lectures sont grands... Il faut croire que certains livres attendent patiemment leur heure.)
L'influence d'Henry Bauchau, et de son Antigone, est sur ce roman précisément complètement évidente. Ceux qui l'ont aimé y seront sensibles. J'y ai retrouvé les mêmes sensations physiques, de chaleur, de fatigue, d'exaltation ou de maladie qui m'avaient tourneboulée alors. S'y ajoutent cet art de la peinture et ces réflexions sur le pouvoir, la religion et l'amour qui font le sel de toute bonne histoire. Ici, la mythologie est vivante, le destin en marche et la spiritualité une force du quotidien.
C'est un voyage que je ne regrette pas...une lecture qui m'a ramenée vers des sources un peu oubliées, un grand bain de fraicheur mythique.

bouton3 Editions Autrement - 14.95€ - 2008

Sinon, pour déposer son billet de lecture de Pal de Mars c'est toujours par ici [lien].

Posté par LESECRITS à 20:28 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

21 mars 2011

Images

femmelivreUne étendue de carrelage
Qui brille
Et juchée sur une chaise
Une femme satisfaite d'avoir
Tout si énergiquement serpillé

Une tartine beurrée
Et un visage pareil
De crème épaisse
Barbouillé

Un groupe d'enfants
Un peu turbulents
Enrobés dans un même cri, affectueux.
Des zouzous tendres à envoyer se coucher tôt

Le même groupe d'enfants
Mais ici l'on fronce du sourcil
Dieu, qu'ils sont insupportables !

Tantôt, ce sera cet après-midi
Lorsqu'on aura le temps
Et que le soleil brillera si fort
Qu'il écrasera tout.
Alors, je viendrai.

Carrossable est la route.
On entend ainsi le bruit lourd de diligences pressées.
Pourtant, ce ne sont que quelques graviers
Dans les roues de ma bicyclette.

Tu rigoles ? Non
Tu suis le chemin que l'eau suit.
Tu formes un lit

Là-bas, un homme tresse de l'herbe
Demain, j'y mettrai mes clés.
Les cheveux du dehors font de jolies corbeilles

© Les écrits d'Antigone - 2011
(Images imaginées lors d'un stage d'écriture)

20 mars 2011

Si loin, si près, Catherine Leblanc

si_loin_si_pres"-Pierre Gendre va nous inviter ensemble à dîner un de ces soirs.
-Ah bon ? Il ne me l'a pas encore dit, mais j'irai, oui, certainement.
-Moi aussi. Je viendrai avec ma femme, dit-il comme s'il s'en excusait.
Adèle savait que, quand elle le voulait, son visage, ne manifestait pas le moindre tressaillement. Ils entraient dans le même cercle de relations, ils allaient devenir de vieux copains. C'était ce qu'on pouvait espérer de mieux à son âge."

Adèle a 46 ans. Elle a connu la vie de famille avec Luca et son fils Bruno, puis l'ennui, la séparation et enfin l'attrait de la passion avec Siméon (vite quitté). Aujourd'hui, elle habite seule, dans un petit appartement au coeur d'Angers. La solitude imprègne son quotidien. Il est difficile pour cette femme douce et enthousiaste de se réinventer une vie alors que plus personne ne semble avoir besoin d'elle. Bruno est presque adulte et poursuit ses études au loin, son ex-mari l'ignore et réduit leurs relations à peau-de-chagrin. Heureusement, Adèle a ce travail de directrice de collection pour une petite maison d'édition jeunesse, un travail qu'elle adore et qui donne du sens à ses journées. Cependant, et au moment où elle s'y attend le moins, Florence, sa patronne, acculée de dettes la licencie. Ce qui pourrait être une fin devient alors autre chose, une porte ouverte à l'amour, au désordre et à une vie recommencée...

De Catherine Leblanc, j'avais déjà lu Fragments de bleu, recueil de réflexions sur le couple et le temps qui passe, qui m'avait touché. Ici, le propos est différent puisqu'il s'agit d'un roman. Pourtant, il est à nouveau question de l'approche de la cinquantaine, et de ce que cela peut signifier d'isolement pour une femme qui n'est plus en couple justement. J'ai aimé suivre Adèle dans ses acitivités éditoriales, dans ses errances, dans ses doutes et ses questionnements, dans sa découverte d'un nouvel amour personnifié par Etienne le journaliste, tiraillé lui même entre sa famille et son désir récent de liberté.
Si loin, si près n'est pas un roman paré de grands effets, mais c'est un roman qui de par son écriture laisse un sentiment de familiarité. Il raconte l'histoire d'une amie, d'une voisine, d'une personne qui aime sa ville et l'habite. Il reste proche de nous. Je l'ai lu d'une traite, en une soirée, et je peux dire que je l'ai aimé.

bouton3 Editions du Petit Pavé - 16€ - Mars 2011

Le blog de Catherine Leblanc - La lecture de Cathulu

Catherine Leblanc est également auteure de livres pour enfants... J'ai lu dernièrement Viens on va chercher un poème.

Posté par LESECRITS à 20:07 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

Passe le vent, David Knoblauch

passelevent"On disait la poésie passée, dépassée. Jamais elle n'a été aussi présente dans la rue, les soirées, sur la toile..." éditions Le Pré du Plain

 

 

 

 

 

 

La poésie et internet ont cela en commun, une franche modernité, alliant essentiel et brièveté. Mais rien ne vaut aussi le support papier... Ainsi, lorsque un jeune auteur m'a proposé de lire ce qu'il avait produit, j'ai accepté. Je sais d'expérience ce que cette étape signifie...
De plus, comment résister à une petite carte commençant par ces mots, "Chère Madame, je vous adresse mon premier recueil de poésie, j'espère qu'il vous plaira."?

David Knoblauch est né en 1989 mais lorsqu'on lit ce qu'il écrit, il n'a plus d'âge tant ses pensées pourraient être aussi bien celles d'un homme ayant vécu toutes les strates de la vie. Co-existent ici barbelés, souffrances, vent et mélancolie, regret de l'enfance révolue mais aussi espoir fondamental que l'avenir réponde enfin à cette rage de vivre qui anime tout homme debout. J'ai envie de saluer ici deux éléments qui me paraissent important, premièrement cette énergie poétique salvatrice qui anime le recueil et deuxièmement cette maturité prometteuse de l'écriture qui est un gage de continuité.
Merci à l'auteur pour sa confiance !! Vous trouverez en cliquant sur ce [lien] sa fiche auteur.

Collection Pré-Vers - Pour Ados et adultes - 3€ - Sortie le 16 mars 2011 - Préfacé par Alain Feydeau - http://www.lepreduplain.com

Un extrait...

Sentiment

Un signe, un mot
Juste une pensée.
Une ivresse, rien qu'une seule.
Celle de la vie, de l'âme
De ce miroir.
Tout y découle.
Un amour inconditionnel.
De près je n'en veux pas
De loin je la supplie.
Fin et léger comme de la soie
Qu'on ose à peine toucher
Une rencontre
Que l'on n'oubliera jamais,
Car elle vous suit,
C'est votre ombre.

Posté par LESECRITS à 08:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

19 mars 2011

La poésie s'appelle reviens...

Merci Véro pour le lien !

Posté par LESECRITS à 09:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :