30 novembre 2011

Bricolage de Noël... suite !

bricolage_no_l_05Petit budget et grand effet !
Tout cela en utilisant toujours des papiers imprimés que je ne voulais pas conserver, catalogues ou revues...

Je vous avais déjà parlé de ces petites boules de noël par ici [lien] qui donnent un joli résultat, très chouette. Vous pouvez en admirer d'ailleurs un exemplaire sur la photo ci-jointe.

J'ai eu l'idée, sur la même veine, de découper selon un pochoir trouvé par ici [lien], un renne majestueux que j'ai ensuite scotché (de manière invisible) sur un miroir. C'est joli non ? Et pour ne pas s'embêter, on passe directement sa feuille imprimée dans l'imprimante.

Je m'amuse comme une gamine... ;)

 

Posté par LESECRITS à 17:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,


28 novembre 2011

Je ne suis pas celle que je suis, Chahdortt Djavann

jenesuispascellequejesuis"Ma première grande faiblesse fut de vouloir devenir une héroïne, épique et stoïque, ma deuxième faiblesse fut d'échouer, et la troisième de recommencer, sans cesse ; mon opiniâtreté refusait l'abandon d'un tel projet. C'est ainsi que je devins une insubmersible héroïne déchue."

Nous suivons, dans cet épais roman de plus de 500 pages, qui m'a tenu quelques temps, deux femmes, toutes deux d'origine iranienne, l'une vit à Paris, l'autre est étudiante en Iran.
La première décide de consulter un psychiatre suite à une tentative de suicide auquelle elle a réchappé, lourde d'une souffrance dont elle souhaite s'alléger, encombrée de multiples moi qui l'empêchent d'être véritablement elle-même. Pour payer cet homme qui ne répond que par borborygmes indifférents à ses propos, son psychiatre, elle enchaîne les petits jobs et les colères.
La deuxième jeune-femme est intelligente et sauvage, mais elle vit dans un pays où une femme n'est qu'un être empêché. Alors, elle cherche à s'échapper, à Londres pourquoi pas via un mariage arrangé, ou au sein de son pays en se travestissant en garçon...

Je suis très partagée sur ce roman. C'est une lecture que j'ai entamé un peu dubitative et continué aux trois quarts sur le même mode. La partie psychanalytique du récit m'a seulement à moitié convaincue, soyons honnête, elle m'a semblé bourrée de stéréotypes. Même si la question de l'efficacité d'une psychanalyse effectuée en dehors d'une langue maternelle reste un questionnement utile. Cependant, cependant, les aventures de cette jeune iranienne - le deuxième personnage - confrontée sans cesse aux interdictions et ambivalences du régime de son pays m'a beaucoup intéressée, elle. Je referme donc ce livre plutôt enthousiasmée, non par sa qualité littéraire, mais par l'intérêt de l'histoire qu'il raconte, au-delà de ses excès, et par ce qu'il m'a appris du quotidien vraiment contraint et opressé de la société iranienne, dont les femmes sont encore une fois les premières victimes.

Editions Flammarion - 21€ - Août 2011

Prenant et émouvant pour Kathel  - Un coup de coeur pour Géraldine

Posté par LESECRITS à 18:42 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

27 novembre 2011

Un livre, Hervé Tullet

unlivretullet"C'est un livre, tu fais comme il te dit et tu vas voir..."

Mes enfants connaissaient déjà le personnage de Turlututu inventé par Hervé Tullet pour le magazine Tralalire chez Bayard, c'était d'ailleurs leurs pages préférées. J'avais gloussé dernièrement avec ma grande fille en regardant une des vidéos de Blop (Moi, c'est Blop est sorti en Octobre 2011). Il me restait à découvrir Un livre, voilà qui est fait.

Le principe ? Comme dans le fameux Petit bleu et petit jaune de notre enfance publié lui à l'Ecole des loisirs, il n'y a ici que des points, mais l'enfant est aux commandes, on lui demande de cliquer sur des boutons, de secouer, de souffler, de taper dans ses mains... Et ce que c'est drôle !! Qui a dit que les livres n'étaient pas des objets interactifs ? Effet garanti.

Editions Bayard - 10.90€ - Janvier 2010 (Prix Sorcières Tout-Petits 2011)

http://www.herve-tullet.com/

Un livre terriblement drôle et auquel on ne peut résister, pour Laure - Un livre épatant, mieux génial, pour Bellesahi -  

Posté par LESECRITS à 09:52 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

26 novembre 2011

Bientôt Noël !

bricolage_no_l_002Jour J- 1 mois. Et alors que je me traîne un peu côté lectures, je fais des pauses bricolage.
Ou comment recycler ses vieux papiers, catalogues d'éditeurs périmés ou autres...

C'est facile comme tout, il ne s'agit que de bien s'appliquer à découper. J'avais déjà un petit stock de jolis rubans, vous savez ceux que l'on trouve sur les pulls et chemisiers depuis quelques années et qui ne cessent de sortir inélégamment (hop découpés et agrafés !). Nul besoin de Scotch ou de colle. Un peu de patience, c'est tout.

Le petit tuto, comme ils disent, est par ici [lien]. J'ai pris le modèle Small ball. Si vous vous y mettez à votre tour, amusez-vous bien !!
Le résultat est surprenant.

 

Posté par LESECRITS à 17:29 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

22 novembre 2011

Book Club by Luli Bunny

Luli Bunny, originaire d'Argentine, a créé six poupées, passionnées de littérature, pour Momiji... et l'on m'en a offert une tout à l'heure pour mes 39 ans. Quelle bonne idée !!
Rien de mieux pour ne pas sentir trop durement ce fameux temps qui passe, et retrouver son âme de petite fille.

2011-11-22

La mienne se prénomme Danielle, elle me permet également de porter fièrement en badge sur mon sac mes préférences. Pour en savoir plus sur ses copines, c'est par ici [lien]. Ne sont-elles pas mignonnes ?

momiji2

Chez Momiji, on trouve tout un tas d'autres poupées telles que celles-ci, à message. A l'intérieur d'elles, on peut glisser une minuscule petite carte, ou un rêve, un espoir.
Je les avais reperé pour ma part dans un magasin de BD parmi d'autres figurines. J'adore !

http://lovemomiji.com/shop/EUROWEB/dolls

Posté par LESECRITS à 21:19 - - Commentaires [23] - Permalien [#]


20 novembre 2011

Les enfants de la veuve, Paula Fox

lesenfantsdelaveuve"Laura lança un sourire radieux à sa fille, et elles étaient alors si près l'une de l'autre que, derrière les lèvres pleines de sa mère, Clara distingua non seulement ses grandes dents légèrement jaunes, mais la salive qui tremblotait sur sa langue. Cette vision intime du corps maternel la stupéfia à tel point qu'elle en oublia une seconde de qui Laura riait."

Laura et Desmond ont décidé de réunir leur proches avant leur départ pour l'Afrique. C'est une tradition, avant chaque départ, ils les réunissent. Il y a là le tendre frère de Laura et excentrique homosexuel Carlos, Peter l'ami éditeur et Clara, la fille de Laura. Le temps d'une soirée, chaque personnalité se jauge et évite de se dévoiler, parlant de tout et de rien, riant sans raison, cherchant le sujet de conversation qui vexera le moins Laura, comme toujours promue reine de la soirée. Desmond se saoule lentement, Laura pérore, Carlos a hâte de partir, Peter est amer et Clara est pleine de terreur... Plane sur l'assistance réunie l'ombre culpabilisante d'Alma, la mère et grand-mère, la veuve, logée dans une maison de retraite dans laquelle elle devient peu à peu un fantôme. Demain, c'est promis, ils lui rendront visite, demain.

J'ai beaucoup aimé ce roman qui exploite avec talent l'art de la confrontation familiale. En 24 heures et à peine trois lieux, on en apprend énormément sur ce qui lient ces gens réunis ici artificiellement. Rancoeurs et jalousies ont la part belle et c'est tant mieux, car on s'en amuse, on attend l'explosion, l'accident, le mot de trop, la faille qui déchirera tous les faux-semblants.  
Une lecture qui a la dimension d'un classique et dont la qualité évidente m'a bluffée.
Parions que ce n'est pas ma dernière lecture de Paula Fox.

Editions Folio - 6.20€ - Avril 2011 - Merci ma bibli !!

Un billet tentateur chez Enfin Livre

19 novembre 2011

Même Au pays des Merveilles...

...on se demande parfois, mais qui est derrière le miroir ? Taguée, cette fois-ci, par Emmyne (à qui je ne peux rien refuser), je réponds à d'autres questions... tiens, et si j'étais ?

alice

(crédit photo Elena Kalis)

1- une oeuvre d'art, je serais un tableau, lumineux, foisonnant, coloré, un qui amène le sourire aux lèvres irrésistiblement, qui intrigue, ah oui j'aimerais... un de ceux du Douanier Rousseau, pourquoi pas ?
2- une légende, je serais l'Atlantide.
3- un paysage, je serais la mer un après-midi d'automne ensoleillé.
4- une devise, je serais celle de Nantes, inscrite sur notre médaille de mariage, "Neptune encourage ceux qui osent".
5- un son, je serais un éclat de rire.
6- un cocktail, je serais sans doute sans alcool, parce que le reste me monte trop vite à la tête.
7- un signe de ponctuation, je serais point virgule.
8- un oiseau, ah ça facile je serais un héron ;))
9- un fleuve, je serais La Loire, forcément.
10- un adverbe, je serais certainement lentement, sûrement et tranquillement .

Allez, pour ne pas être en reste, je tague Alice, Kathel, Véronique La Pyrénéenne, Annie, Un autre endroit et Tristale (tu peux répondre en commentaire)... si cela vous chante, exclusivement !!
Et si vous étiez...
1/ un conte, 2/un jouet, 3/un sentiment, 4/un moyen de transport, 5/un dessert, 6/un adjectif, 7/un CD, 8/une ville, 9/un mois, 10/une habitude.

Sinon, je suis peu présente depuis quelques temps ici, mes enfants ont des emploi du temps de ministres et qui fait le taxi, hein qui ?

Posté par LESECRITS à 16:35 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

16 novembre 2011

Un lac immense et blanc, Michèle Lesbre

UN LAC IMMENSE ET BLANC"Je ne suis pas sûre d'avoir envie de savoir pourquoi l'Italien n'était pas au train de 8h15, ce qui me plaisait c'était l'élan qui m'avait portée sur le quai pour l'attendre, la ville que je voulais partager avec lui, d'une autre façon, avec d'autres repères que ceux qui semblent le lier au serveur. C'était sans doute une idée stupide, le hasard m'a peut-être protégée d'un échec."

Je voulais depuis longtemps partir à la découverte de l'écriture de Michèle Lesbre. Rien de mieux que ce petit roman, pioché par hasard en bibliothèque, pour enfin sauter le pas.

Dans Un lac immense et blanc, une femme décide d'attendre un beau jour dans une gare cet homme qu'elle croise si souvent au Café Lunaire, un étranger. Elle l'entend à chaque fois parler de Ferrare au serveur, et voudrait aujourd'hui visiter cette ville en sa compagnie. Elle a pris sa journée, il neige, mais l'homme ne vient pas. C'est le souvenir d'Antoine qui fait son apparition, à sa place...

J'ai fait avec ce petit livre un joli voyage, nébuleux et poétique. Assez iréaliste cependant, il faut le reconnaître, mais peu importe... Dans le choix des mots, dans la limpidité des phrases, il y a une fluidité qui mène à l'envoûtement. C'est une première rencontre assez réussie avec une auteure dont il me tarde à présent de lire autre chose. Merci ma bibli !

Editions Sabine Wespieser - 13€ - Avril 2011

 Bellesahi en avait parlé aussi... "J'aime son écriture intime. Et là c'est particulièrement et encore le cas. Pas d'émotion violente avec cette auteure et pourtant quelque chose d'intense. Peut-être parce que cela touche. Peut-être parce que les mots sont beaux. Peut-être parce que les sensations sont belles. Peut-être parce que cela fait écho en moi. Et sûrement pour tout cela et le reste."

Et ouf, voici le billet d'Anne, un billet qui se cachait bien...

Posté par LESECRITS à 13:41 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

13 novembre 2011

Et si aujourd'hui on jouait au tag pour une fois ?

origami1Et si j'étais...

1/une artiste, je serais certainement quelqu'un d'autre et malgré des envies d'écriture tenaces, peut-être finalement une musicienne, une qui en aurait dans le ventre comme dans La leçon de piano, la musique chevillée au corps. Dommage que, pour de vrai, je ne sache jouer de rien.

2/une matière, je serais du sable. Parfois compacte et dure après des orages de chagrin, puis fuyante et libre entre les doigts, fine et imprévisible, dès l'approche des beaux jours. J'aime que l'on ne sache pas toujours de quel bois je suis faite... enfin de quelle "matière".

3/un événement, je serais un festival. Je n'ai paraît-il pas mon pareil pour confectionner des programmes de réjouissance pour ma petite famille, il arrive même que l'on me le reproche... Un petit manque de spontanéité dans le caractère, hum oui aussi, sans doute. Ben quoi je suis organisée, ben oui c'est un trait visible de mon caractère.

4/un film, je serais l'héroïne de Out Of Africa mais la place est déjà prise... Aifelle postule pour le rôle.

5/un mot, je serais Antigone, mon pseudo. Etrange à quel point un nom choisi en cinq secondes peut devenir à la longue une autre soi-même.

6/une émotion, je serais gêne, ou timidité... tout ce qui m'embarasse, ce qui est en trop.

7/une sculpture, je serais sans doute un homme qui marche de Giacometti, d'apparence fragile, d'apparence seulement.

8/un peintre, je serais un de ceux qui ont collé des post-it sur les vitres des tours de La Défense l'été dernier. Cette "guerre des post-it" était une vraie bonne idée que j'ai trouvé sublime, gratuite, farfelue et généreuse. [une sélection à voir par ici] Mais ce n'est pas vraiment de la peinture, je sais.

9/piquante, je serais une aiguille. Avant les enfants, avant que je n'éloigne de leurs petites mains ces objets dangereux, je n'étais pas si mauvaise en petits travaux de couture, pas experte non, mais j'y prenais plaisir. Un jour, peut-être...

10/énervante !, je serais toujours sur l'ordi... (ah bon, j'y suis déjà ?)

Allez, je te dis quand même... Merci Cathulu !!

Posté par LESECRITS à 20:02 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

Encore une belle journée, Annie Saumont

encoreunebellejournée"Ca commence comme d'habitude. On croit que le soleil qui vient de se lever ne se couchera plus. Va monter va tourner, se fixer au sud et n'en plus bouger, énorme et féroce. On enfile les vêtements propres qu'on trouve par miracle posés sur la commode. A la cuisine on boit un verre de lait."

J'avais conservé un souvenir assez ébloui de Gammes, lu en 2009, voilà pourquoi le nom d'Annie Saumont m'a sauté aux yeux dernièrement alors que je furetais dans les nouveautés poches. (Les croissants du dimanche sont eux toujours notés sur ma liste de lecture d'ailleurs, longue comme dix bras...)
Cependant, Encore une belle journée, recueil de 14 nouvelles, n'a pas été la rencontre attendue. Annie Saumont maîtrise l'art de la nouvelle, c'est un fait, mais le mystère qui entoure chaque court récit (pour mieux en préserver la chute, sans doute) n'a souvent été pour moi qu'un long brouillard que la dernière phrase (la chute, donc) n'a pas véritablement à chaque fois éclairci. Quel dommage, car l'écriture d'Annie Saumont est très belle, intelligente, fine et perspicace, pleine de promesses...
J'ai pour autant beaucoup aimé quelques pépites comme Tais-toi ou Pourquoi t'es jamais venu ?  qui ne relèvent malheureusement pas l'ensemble à elles seules.
Allez, malgré cette légère déception, je n'en resterai sans doute pas là avec cette auteure, j'ai repéré quelques autres titres en bibliothèque.

 Editions Pocket - 5.10€ - Juillet 2011

J'ai trouvé un billet sur "Encres vagabondes" qui précise que la plupart des nouvelles présentes dans ce recueil sont des reprises provenant de recueils aujourd'hui introuvables. Il semble que j'ai curieusement préféré les inédites. [Le lien

Posté par LESECRITS à 11:26 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,