des larmes

D'abord les larmes. Ce sont elles qui paraissent en premier. Elles ouvrent toutes les portes. Même les plus difficiles. Surtout elles peut-être. Puis l'escalier qui mène à toi. Des marches. Les lames du parquet qui s'épuisent et coincent. Limitent ton ascension. La main sur la rambarde. La chute évitée. En bas, une fosse, un gouffre, un trou. Celui dans lequel on a jeté ton enfance. Éclaté ta vie. La blancheur de tes phalanges qui serrent. Tenir. Chaque marche est un baiser sur ta joue. Tu gravis de bienveillance. En haut ton double. Ton toi solide. Un sourire accroché aux lèvres. Des livres à ses pieds. La lumière qui jaillit doucement des pages. Ses bras qui enserrent ton corps. Encore une porte. Sans doute encore des larmes. Les dernières. Pour la route.

 

© Les écrits d'Antigone - 2013