lesculpteur

"Je vois bien la façon dont tu me regardes David. C'est comme si tu taillais l'air qui m'entoure pour trouver tout ce que je ne suis pas. Je ne veux pas être ciselée... réduite... Je veux continuer à ajouter à ce que je suis. Et si tu veux me comprendre, tu dois ajouter toi aussi. 
- D'accord compris, comme Giacometti.
- Exactement."

David Smith a connu le succès, puis plus. Ayant à l'époque de sa gloire été utilisé par des gens peu scrupuleux, il est maintenant amer. Mais l'art reste sa priorité. Il est seul, désargenté, sans famille, alors peu importe qu'il tente ou non ce pacte avec le diable qu'Harry lui propose, il n'a plus rien à perdre. Il ne lui reste plus que 200 jours à vivre mais dans ses mains tous les pouvoirs, et surtout celui de créer ce qui lui chante. Cependant, c'était compter sans Meg, sans l'amour, et sans le désir soudain vibrant de vivre...

J'ai été tout d'abord ravie et étonnée par l'épaisseur de cette magnifique BD envoyée par les Editions Rue de Sèvres. C'était effectivement, à la feuilleter rapidement dès reception, l'espoir de pouvoir plonger longtemps et complètement dans une histoire fouillée et visiblement maîtrisée. Et je n'ai pas été déçue. Ce roman graphique, mêlant fantastique, course contre le temps, beaux plans de New York, est en effet passionnante et très bien réalisée. Elle peut intéresser autant les adultes que les adolescents. On peut trouver éventuellement les dessins un peu simples, et les sculptures de David Smith un peu laides, n'empêche, j'ai été prise par l'histoire, séduite par la galerie de personnages, l'inventivité de l'ensemble, le rythme. Lire Le Sculpteur a été un délicieux moment.

Editions Rue de Sèvres - 25€ - 18 mars 2015

Le billet de Moka [ici] qui souligne bien la place du choix et du vertige dans cette BD de belle envergure