21 octobre 2014

Quand je me perds

riviere

Que le doute est là, la fragilité,

A chaque seconde je sais
Pouvoir revenir à celle que je suis

Il suffit d'un frôlement de paumes
Il suffit d'un rayon de soleil sur mes bras
Il suffit que tu me regardes

© Les écrits d'Antigone - 2014

Posté par Antigone1 à 21:06 - - Commentaires [10] - Permalien [#]


28 septembre 2014

Pas gagné

genou

Il faudrait écrire sur la peur
Et c'est ton toi de dix ans pédalant frénétiquement sur ton vélo rouge rouillé que tu vois

Il faudrait écrire sur cette fatigue qui prend régulièrement le contrôle de ton corps
Sur cette étrangère
Et c'est serrer des torses vaillants dans tes bras que tu souhaites, l'amitié

Il faudrait écrire, tout simplement
Mais ne s'adresser à personne, laisser tes mots résonner dans une pièce vide
Ecrire pour écrire
Et ce sont des mots valises vides que tu traînes derrière toi

Il faudrait avoir du courage 
Pour une fois ne pas faire de désordre
Etre pragmatique, efficace, concentrée, s'attaquer aux problèmes à résoudre
Mais tu n'en peux plus de la transparence, de l'invisibilité

Alors tu chahutes, tu luttes et tu te blesses
Ta vie, parfois, c'est pas gagné

© Les écrits d'Antigone - 2014

 

Posté par Antigone1 à 20:54 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

24 septembre 2014

T'apprivoiser

pied

Créer des liens. Cette chose trop oubliée. Si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Ce sera le jeu. Bien sûr je te ferai mal. Bien sûr tu me feras mal. Bien sûr nous aurons mal. Mais ça, c’est la condition de l’existence. Si tu m'apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. De loin, je reconnaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres.

Et puis regarde ! Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Mais toi tu as des cheveux couleur d'or. Alors ce sera merveilleux quand tu m'auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Il brillera comme un soleil.

Il faudra cependant être très patient. Tout d'abord, tu t'assoiras un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'oeil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près, puis tout à côté.

Se faire présent, c'est prendre le risque de l'absence. Alors, sans doute, je pleurerai.
Mais peu importe le chagrin. J'y gagne. 
A cause du bruit de tes pas qui m'appelleront bientôt, comme une musique.
A cause de la vie, moins monotone. 
A cause de la couleur du blé.

© Les écrits d'Antigone - 2014

Très librement et largement inspiré par Le petit prince de St Exupéry
Mais attention ici les phrases sont mélangées, infidèles. Une petite envie de poser ces mots là, ces mots qui me touchent depuis longtemps, et de me les approprier. Ne vous offusquez pas du sacrilège. ;)

Vous pouvez retrouver le véritable texte, l'original [juste ici]

Et en ce moment, il y a également à lire chez kathel [ce billet là] pour continuer à cultiver son jardin, et à suivre son petit bonhomme de chemin de blog... en toute sérénité. Et puis, je trouve que tout cela est cohérent avec mon petit texte du jour, rédigé il y a quelques temps pourtant.

Posté par Antigone1 à 18:35 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

13 septembre 2014

Hey

antigoneanouilh2

Ce doit être quelque chose

Sentir ses muscles se raffermir
Là, attraper une main, la tenir, et soulever dans ses bras un autre corps

Ce doit être quelque chose que courir
Le souffle de l'air contre ses joues, son cou, son torse
S'enfoncer avec force dans l'immobilité d'un chemin
Fendre le froid

Ce doit être quelque chose la violence du sport, de la danse
La douleur qui partira avec le temps, l'habitude, l'effort
Et la sueur qui coule dans son dos, récompense du bien être

Ce doit être quelque chose
Être capable
Et puis si je pouvais
T'enlacer, te plaquer contre un mur, et t'embrasser

© Les écrits d'Antigone - 2014

Sous l'influence évidente du post précédent [clic ici] ;)
Et une image trouvée sur le net [par ici]

 

Posté par Antigone1 à 13:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

09 juin 2014

Maître plongeur

mainpiscine

Quand on coule
Que l'eau ferme sa dernière boucle au dessus des cheveux

Et que l'on sait que l'on coule
Que c'est inexorable
Il est alors rassurant de savoir
Que quelqu'un quelque part
Est solide
Même debout au bord d'une autre piscine
Qu'il attend
La reprise d'air

© Les écrits d'Antigone - 2014

Quelques mots pour mettre des mots sur les maux tandis que la reprise d'air s'opère tout doucement... Des bises et des mercis à celles et ceux qui attendent patiemment au bord de la piscine. ;)

Posté par Antigone1 à 09:37 - - Commentaires [12] - Permalien [#]


24 mai 2014

Vacance

poupee

Il fallait peut-être cela pour comprendre
La toute petite chose que je suis

L'état de dépendance totale
Le corps mis à nu, vide 
A l'écoute de son souffle
Du moindre mouvement de ses fonctions vitales
A la merci d'un seul tremblement 
D'une pichenette

Il fallait peut-être cela pour enfin lâcher prise
Avoir l'occasion unique de frôler de tout près le désespoir
Sentir son haleine acide
Et comme de tout un beau jour
S'en remettre

© Les écrits d'Antigone - 2014



Posté par Antigone1 à 10:14 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

04 mai 2014

Je pars

baleinebleue

Je tombe
    dans le ventre
              de la baleine bleue
Le ciel ressemble à une piscine 
Sur laquelle flotteraient des bulles de champagne
Je marche 
Absente au sable que mes pieds foulent
Les heures claquent comme des élastiques

Tu me manques déjà

© Les écrits d'Antigone - 2014

Posté par Antigone1 à 11:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 avril 2014

Ce n'est pas comme si

caoutchouc

Je n'avais pas posé
Chaque jour

Une petite pierre de moi
Pour que le petit poucet de l'enfance

Retrouve mon chemin

© Les écrits d'Antigone - 2014

 

 

Posté par Antigone1 à 06:55 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

08 mars 2014

Tirer

tirer

sur le fil
mon épingle du jeu
à bout portant
sur tout ce qui bouge
une couverture à moi

en retenir
les conséquences
des leçons de tout ça

© Les écrits d'Antigone - 2014

Posté par Antigone1 à 11:24 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

25 février 2014

Philosophie de cafard

vuceque

Vu ce que j'en fais
De tout ça
Ma vie
Vu combien je m'éparpille
Vu ce que je gâche
Vu comment je suffoque

J'irai bien

Sauter dans des flaques

 © Les écrits d'Antigone - 2014

 

 

Posté par Antigone1 à 17:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]