22 mars 2008

Hairspray

hairsprayLa jeune Tracy danse à longueur de journée et n'a qu'une idée en tête, pouvoir s'exhiber dans la célèbre émission de Corny Collins "The Corny Collins Show", émission qu'elle regarde tous les jours, en compagnie de sa meilleure amie Penny. Elle est malheureusement recalée au seul casting que la directrice de la chaîne organise. Par chance, Link, un des meilleurs danseurs de la programmation la remarque au lycée et lui propose de venir rejoindre son équipe, malgré son physique différent, car Tracy est effectivement plus ronde que les autres danseuses. Elle devient instantanément une star, s'attirant du même coup la jalousie d'Amber, qui régnait jusqu'ici sur le show.
La chance de Tracy tourne lorsqu'elle se retrouve poursuivie par la police pour avoir marché à la tête d'une manifestation pour l'intégration des Noirs. Désormais en cavale, ses chances d'affronter Amber au cours de la finale et de remporter le titre de " Miss Hairspray " semblent bien compromises...

Mon avis : Ce film est une comédie, mais une comédie intelligente... Loin de l'aspect anecdotique d'un John Travolta grimé (et excellent !) et des allusions parodiques à une certaine Britney (Vous retrouverez facilement quelques images travesties de son premier clip dans quelques scènes), cette farce musicale nous entraîne presque malgré nous dans une réflexion sur les différences. Comment ne pas avoir froid dans le dos en plongeant quelques années en arrière, années où les noirs et les blancs dansaient séparés par une corde ? Comment ne pas considérer avec effroi ce puritanisme américain passé, dont le retour semble présent aujourd'hui ? Je suis sortie de ce film avec des émotions paradoxales, une envie de danser et le désir de rester vigilante !! A voir ! Je suis prête à parier que vous serez surpris !

Un extrait (en anglais, sorry ! Les bandes-annonces étaient de très mauvaise qualité). Vous y remarquerez une Michelle Pfeiffer étonnament excellente aussi ! : 

Posté par LESECRITS à 08:31 - - Commentaires [10] - Permalien [#]


14 mars 2008

Caramel

caramel

A Beyrouth, des femmes travaillent ou se prélassent dans un institut de beauté... Layale est la maîtresse d'un homme marié. Elle espère qu'il va quitter sa femme. Nisrine est musulmane et va bientôt se marier, mais elle n'est plus vierge et s'inquiète de la réaction de son fiancé. Rima est tourmentée par son attirance pour les femmes, et cette cliente en particulier qui revient souvent se faire coiffer. Jamale est obsédée par son âge et son physique ; elle écume les castings. Rose sacrifie sa vie pour s'occuper de sa soeur âgée un peu folle. Au salon, dans une ambiance féminine, amicale et libérée, elles trouvent chaucune l'étincelle et le réconfort qui leur permet d'affronter les caprices de la vie.

Mon avis...
J'attendais beaucoup de ce film, mis à part sa sortie en DVD, sans doute un peu trop. Je l'ai bien aimé, c'est certain, mais je ne peux pas dire qu'il a été le coup de coeur que je pressentais. Cela dit, Caramel nous raconte de très belles histoires de femmes, courageuses et volontaires, de manière très sensuelle et grave. Il y a un petit côté "Vénus beauté Institute" incontestable, une certaine légèreté en moins et de profondeur en plus. Les images sont superbes, les silences émouvants. J'ai été très touchée par l'histoire de cette couturière, Rose, qui sacrifie une histoire d'amour pour une soeur un peu folle et castratrice. A découvrir, bien sûr, pour celles et ceux qui ne l'auraient pas encore vu !

La bande annonce...

Anne et Anjelica ont vu ce film au cinéma...

Posté par LESECRITS à 08:13 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

08 mars 2008

La Disparue de Deauville

Je crois que j'ai gagné ce DVD sur Concours Psychologies.com. Je dis "je crois" car je l'ai trouvé un beau matin, sous enveloppe à mon nom, dans ma boîte aux lettres, sans explications, et je ne peux raisonnablement l'avoir gagné qu'ici. Pour une fois que je gagne quelque chose !

affiche_La_Disparue_de_Deauville_2006_1Victoria (Sophie Marceau), une actrice célèbre, à l'aura et au charme saisissants, est morte il y a trente ans dans des circonstances troublantes. Elle réapparaît mystérieusement dans la vie d'un flic solitaire, Jacques (Christophe Lambert), qui se retrouve en train d'enquêter sur une disparition au coeur d'un palace normand... Que veut cette femme qui semble surgir d'une autre époque ? Pourquoi a-t-elle choisi Jacques ? Quels secrets se cachent dans le luxe de ce palace ?

Mon avis : J'avais entendu tellement de mauvaises critiques sur ce film que je pensais m'ennuyer terriblement en le visionnant. Et bien, ce DVD est une heureuse surprise, étonnante ! Effectivement, les plans très sophistiqués du départ désarçonnent. On suit Jacques dans ses hallucinations et cela donne au télespectateur un mal de mer incertain, un peu désagréable, et puis l'intrigue s'enflamme et devient prenante. Franchement, je n'avais jamais vu Christophe Lambert aussi crédible au cinéma, les seconds rôles sont tous excellents et la Normandie est bien filmée. Bien entendu, Sophie Marceau surjoue encore beaucoup, mais ce thriller psychologique, aux accents de bande-dessinée est à regarder d'un oeil un peu plus complaisant qu'on ne serait tenté au premier abord de le faire !!

La bande-annonce :


La disparue de Deauville

Posté par LESECRITS à 08:52 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

02 mars 2008

Paris

Une fois n'est pas coutume...je suis allée au cinéma !

paris

Des maraîchers, une boulangère, une assistante sociale, un danseur, un architecte, un SDF, un prof de fac, un mannequin, un clandestin camerounais... Dans ce film choral, les personnages se croisent et se recroisent traversant la ville de Paris en tous sens. Mais Paris est avant tout l'histoire d'un jeune homme malade du coeur (interprété par Romain Duris) qui se prépare à mourir, accompagné de l'affection de sa soeur (Juliette Binoche). Du haut de la fenêtre de son appartement, il observe les autres...

Mon avis : (Avant tout, quel plaisir que le grand écran !)
La musique du générique, vraiment belle, m'a tout de suite envoûtée. Je me suis ensuite laissée rapidement happer par ces histoires qui se percutent ou s'évitent. Puis, les quelques longueurs qui parsèment le film m'ont doucement bercées, comme s'il m'était donné tout à coup de vivre près des personnages de Klapisch, là juste à côté, et de regarder Paris à travers leurs yeux. On rit, on a les larmes au bord des yeux, on est séduit par le regard triste de Romain Duris, ancien danseur que le moindre effort épuise, on ressent le froid du petit matin près des maraîchers, on tremble d'amour...aussi. La force du cinéma est présente, loin des grands effets artificiels, dans toute cette retenue, dans les regards et les sourires timides, dans les silences. Un film sur l'amour entre des êtres imparfaits, qui nous ressemblent étrangement... Bref, un film à ne pas rater !!

Bande-annonce :


Bande annonce de Paris Klapisch
envoyé par yom_

(petit-aparté : à la sortie du film, M Antigone m'a dit que j'avais le sourire et les silences de Juliette Binoche, ça c'est un compliment, non ?)

Le Paris de Bel Gazou

Posté par LESECRITS à 08:54 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

23 février 2008

La fille coupée en deux

la_fille_coupee_en_deux_0

             

            

L'histoire :  Gabrielle Deneige présente la météo sur une petite chaîne de télévision locale. Sa jeunesse, sa beauté et sa fraîcheur séduisent son milieu professionnel et les hommes qu'elle cotoie. Justement, lors d'un passage télévisé, Charles Saint-Denis, auteur à succès, croise la présentatrice et tombe sous son charme. Leur relation prendra forme suite à une deuxième rencontre, lors d'une séance de signatures dans une librairie de Lyon. Elle y fait également la connaissance de Paul Gaudens, son futur mari, jeune-homme perturbé et riche héritier. Entre luxure, tromperies et meurtres, Gabrielle aura bien du mal à retrouver le goût de vivre...

Mon avis :  Ce film de Chabrol ne m'a pas emballée. J'ai adhéré à une Ludivine Sagnier naïve et fraîche. Je l'ai trouvée moins crédible en femme trahie, prête à mourir d'amour. François Berléand est égal à lui-même et joue un salaud vraiment très salaud, impeccable. Benoit Magimel est ridicule (ce n'est que mon avis). Ce Chabrol s'enlise dans des caricatures un peu glauques qui n'ont pas réussies à me toucher du tout ! A saluer, la prestation de Mathilda May, en amie sulfureuse, remarquable de retenue et de justesse, étonnante.  A souligner, le bol d'air que donne à cette histoire le rôle de la mère de Gabrielle, libraire émouvante et femme équilibrée. Voilà, je n'ose vous le recommander...

Et vous, avez-vous ce film ?

Le site du film

Un article très enthousiaste du Monde

Posté par LESECRITS à 08:27 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


16 février 2008

Des DVD en pagaille !

J'ai pris du retard dans ma rubrique "Le DVD du Week-end" alors voici un petit compte-rendu rapide de mes dernières découvertes.

casino

Pour sa première mission, James Bond affronte le tout-puissant banquier privé du terrorisme international, Le Chiffre. Pour achever de le ruiner et démanteler le plus grand réseau criminel qui soit, Bond doit le battre lors d'une partie de poker à haut risque au Casino Royale. La très belle Vesper, attachée au Trésor, l'accompagne afin de veiller à ce que l'agent 007 prenne soin de l'argent du gouvernement britannique qui lui sert de mise, mais rien ne va se passer comme prévu. Alors que Bond et Vesper s'efforcent d'échapper aux tentatives d'assassinat du Chiffre et de ses hommes, d'autres sentiments surgissent entre eux, ce qui ne fera que les rendre plus vulnérables...

Alors qu'un nouveau James Bond se prépare avec Daniel Craig dans le rôle du ténébreux agent 007, j'ai eu la curiosité de voir celui-ci. Et bien, même si l'action démarre au quart de tour et que les méchants meurent encore à chaque coin de rue à un rythme effréné, je ne suis pas restée insensible au charme de ce 007 en devenir (la fameuse musique n'apparait qu'en fin de film) qui tombe, sans doute pour la dernière fois de sa vie, réellement et sincèrement, amoureux ... A voir, sans à-priori !

reign

Alan Johnson, jeune dentiste new-yorkais marié et père, rencontre par hasard son ancien camarade d’université Charlie Fineman. Or, depuis qu’il a perdu sa famille dans les attentats du 11 septembre 2001, celui-ci est devenu une loque humaine, solitaire, qui tue les heures en collectionnant les vieux microsillons et les jeux vidéo. Feignant d’abord de ne pas le reconnaître, Charlie finit par accepter la main tendue d’Alan. Lequel, bien qu’heureux de ces retrouvailles inattendues, se sent bientôt envahi par lui. L’inconfort est d’autant plus grand qu’Alan est aux prises avec des soucis professionnels et domestiques. Convaincu par la belle-mère de Charlie que celui-ci a besoin d’aide afin d’exorciser ses démons, Alan l’amène voir une psychologue.

Ce film est attachant. Il raconte une très belle histoire d'amitié, et met en lumière les traumatismes de l'après 11 septembre. Ce n'est pas à proprement parler un "grand" film mais il permet de passer un moment très agréable.

telp_re

A 30 ans, Bruno (Vincent Elbaz), rock-star "has been" vit toujours aux crochets de sa petite amie (Frédéric Bel). Les temps sont durs... surtout quand une ex (Léa Drucker) ressurgit de nulle part pour lui apprendre qu'il est le père de Nancy (Daisy Broom), 13 ans, dont il n'a jamais soupçonné l'existence. Il va alors faire la connaissance de cette jeune fille bien déterminée à vivre pleinement sa crise d'adolescence, alors que lui-même n'en est pas encore sorti. Epaulé par sa meilleure amie Sandra (Elodie Bouchez), c'est l'occasion pour Bruno de grandir enfin...

Très souvent je ne suis pas emballée par les bandes-annonces que je vois et par les séances de promo télévisées où les acteurs font leur show. Ce film là est le type même de film que je n'avais pas envie de voir, je le jugais d'emblée "nunuche" ! (Heureusement que M Antigone choisit pour moi). Et bien j'avais tort, c'est un film très plaisant, il laisse remonter à la surface plein de souvenirs aux ex-adolescents des années 80 que nous sommes. Ne vous laissez pas avoir par ce titre vraiment pas terrible !

Posté par LESECRITS à 15:39 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

01 février 2008

2 days in Paris

L'histoire : Marion, photographe d'origine française, vit habituellement à New York avec Jack, architecte d'intérieur. Ils partent en voyage à Venise - mais leur séjour est gâché lorsque Jack attrape une gastro-entérite... Ils décident alors de se rendre à Paris où Marion possède un appartement, juste au dessus de celui de ses parents. Là encore, l'escapade amoureuse tourne court : parmi des parents envahissants et des ex-petits copains dragueurs Marion a du mal à gérer l'incompréhension de Jack. Entre malentendus et dépaysements, le couple s'enfonce dans des disputes sans fin, sous fond de tourisme parisien.

Mon avis : Sous un faux air de film à la Woody Allen, Julie Delpy nous offre une escapade parisienne teintée d'humour qui est loin d'être désagréable. Malgré quelques poncifs, j'ai apprécié le non politiquement correct des répliques et la vision new-yorkaise d'un Paris bobo. A voir, comme une curiosité !

Un extrait :

   


2 Days in Paris - séquence 49
envoyé par emporte-voix

Bel Gazou n'a pas aimé du tout, et je comprends ses raisons...

Posté par LESECRITS à 17:55 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

13 janvier 2008

PERSEPOLIS

    

L'histoire : A Téhéran, en 1978, Marjane, huit ans, se rêve en prophète sauvant le monde. Choyée par des parents modernes et cultivés, très liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les évènements qui remuent les adultes de sa famille, qui vont mener le pays à la révolution et provoquer la chute du régime du Chah.
Avec l'instauration de la République islamique débute le temps des "commissaires de la révolution" qui contrôlent tenues et comportements. Marjane qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire. Bientôt, la guerre contre l'Irak entraîne bombardements, privations, et disparitions de proches. La répression intérieure devient chaque jour plus sévère. Dans un contexte de plus en plus pénible, sa langue bien pendue et ses positions rebelles deviennent problématiques. Ses parents décident alors de l'envoyer en Autriche pour la protéger...

Avis d'Antigone : Je l'ai enfin vu, ce film d'animation, tiré de la BD du même nom, dont j'ai tant entendu parler. Et bien, je n'ai pas été déçue, malgré cette utilisation constante du noir et blanc, et ce thème de guerre qui ne m'inspire guère, en règle générale. Ce film est de toute beauté, tantôt grave et lourd, tantôt léger et drôle, souvent étonnant et instructif. J'ai appris beaucoup de points d'histoire que je ne connaissais pas et ai été surprise par l'extraordinaire soif de vivre de ces gens, pourtant enfermés dans un régime ultra rigoriste, mais qui risquent leur vie pour une cassette ou une fête. On ressort de cette histoire avec un appétit de vivre renouvelé. Le personnage de la grand-mère m'a particulièrement touché ! A voir, sans hésiter !

Un extrait :


Persepolis (Extrait 3)
envoyé par J00J002007

Le site du film

Bel Gazou l'a vu aussi, et m'a donné envie d'emprunter ce DVD !!

L'article de Sylvie sur la BD, et le film.

L'avis de Gachucha sur la BD (vous y trouverez plein d'autres liens vers d'autres avis).

Posté par LESECRITS à 12:53 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

29 décembre 2007

Fragile(s)

Résumé : L’histoire du film se déroule dans trois lieux différents. Sara (Sara Martins) se laisse entraîner par Isa, sa colocataire, à Lisbonne pour tromper sa mélancolie. Elle croise Paul (François Berléand), un réalisateur fatigué par son métier et ses échecs. Hélène (Caroline Cellier), la femme de Paul, se retrouve seule pour garder son petit-fils. Suite à un accident, le bébé est emmené à l'hôpital où elle rencontre Vince, un policier venu rendre visite à sa femme dans le coma depuis 7 mois. Nina (Marie Gillain), musicienne dans un groupe de rock, se drogue pour supporter de vivre sans son fils. Elle fait une rencontre improbable avec Yves (Jean-Pierre Darroussin), un pharmacien que la vie n'intéresse plus. Six personnages, vont se croiser, se réunir, s'abandonner, se retrouver alors que rien ne les prédisposait à seulement se parler.

Avis d'Antigone : Le visionnage de ce film m'a fait passer un moment très agréable, même si les critiques que j'ai pu lire à droite à gauche n'ont pas été très favorables à cette histoire de vies qui se croisent et se perdent. J'ai aimé ces personnages, notamment Sara, très bien interprêtée par Sara Martins. François Berléand et Caroline Cellier sont égaux à eux-même et cela reste toujours  un plaisir que de les voir jouer avec talent. Il me reste un petit bémol pour Marie Gillain que j'ai personnellement trouvée peu crédible en junky. Ensuite, il y a cette intrigue, bien ficelée, qui nous amène sur des fausses pistes pour nous lâcher sur une fin que l'on n'attendait pas. Il faut bien dire que j'ai une prédilection pour ce type de films et qu'ici le plaisir reste entier du début à la fin, grâce à des situations parfois cocasses ou graves. A voir !

Bande-annonce :


Fragiles_bande_annonce
envoyé par denis_music

Posté par LESECRITS à 09:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

16 décembre 2007

Ensemble, c'est tout

 

Résumé : Camille vit sous les toits dans une chambre de bonne mal chauffée, elle fait des ménages. Un jour, elle invite chez elle un de ses voisins rencontré dans le hall d'entrée, Philibert, qui partage lui-même son grand appartement avec un colocataire bougon, Franck. Ils sympathisent vite, et c'est tout naturellement que Philibert s'inquiète lorsqu'il n'aperçoit plus la jeune fille pendant plusieurs jours. Il la découvre malade et morte de froid dans son lit, seule. Il décide alors de l'héberger et de prendre soin d'elle...

Avis d'Antigone : Je connaissais déjà le livre d'Anna Gavalda mais je n'avais pas encore vu le film tiré de cette histoire. Le roman m'avait un peu déçue car j'avais préféré la manière sans concessions de l'auteur d'écrire ses nouvelles... La fin, très happy end, m'avait désorientée, à l'époque, c'est ainsi. Ce film là est, ma foi, plutôt réussi. Nous retrouvons avec plaisir l'ambiance de ce grand appartement communautaire, et le personnage lumineux de Philibert, est très bien interprêté. Guillaume Canet est un Franck tout à fait plausible et Audrey Tautou ne joue pas si mal. Les petites coupes et transgressions à l'histoire, faites ça et là, servent plutôt bien l'intrigue et tout cela nous fait passer un très bon moment. Allez...à voir !

Bande-annonce :

L'avis enthousiaste de Bel Gazou !

Posté par LESECRITS à 17:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]