15 janvier 2010

Les Monologues du Vagin, Eve Ensler

lesmonologuesduvagin" Alors, j'ai décidé de faire parler des femmes, de les faire parler de leur vagin, de faire des interviews de vagin."

Parus aux Etats-Unis en 1998, ces monologues ont déclenché un phénomène sans précédent. Rarement une pièce aura été autant jouée. Rarement le tabou de la sexualité féminine aura été autant mis en lumière. Et ce n'est pas si évident de raconter mes émotions face à ce livre...

Je dois vous l'avouer, j'en attendais tant, et je retardais depuis si longtemps sa lecture que, forcément, je suis un peu déçue...mais peu importe car Les Monologues du vagin, ont avant tout le grand mérite d'exister, ils sont importants, ils vont dans le bon sens, dans le sens du féminin et du respect.
J'ai ressenti un étrange sentiment de détachement à parcourir ces témoignages pourtant forts. J'aurais aimé, je pense, assister à une version théâtrale, me sentir bousculée par le style, une certaine emphase, la douleur, la joie...

Et pourtant, posséder cet ouvrage, le voir vivre dans ma bibliothèque me paraît aujourd'hui un acte féminin essentiel, presque militant, et en cela il me plaît cet ouvrage, il me plaît énormément.

Et puis, il y a ces quelques listes, imaginées par Eve Ensler, que j'ai trouvé très fortes dans leur sobriété, très subtiles...

"Si votre vagin était habillé, que porterait-il ?"

Un béret.
Un blouson de cuir.
Des bas de soie.
Un vison.
Un boa rose.
Un smoking d'homme.
Un jean.
Un truc moulant.
Des émeraudes.
Une robe du soir.
Des sequins.
Que de l'Armani.
Un tutu.
De la lingerie transparente.
Une robe de bal en taffetas.
Un truc lavable en machine.
Un loup.
Un pyjama en velours violet.
De l'angora.
Un noeud papillon rouge.
De l'hermine et des perles.
Un grand chapeau à fleurs.
Un chapeau en léopard.
Un kimono de soie.
Un pantalon de survêtement.
Que de l'Armani."

Une lecture qui entre de plein fouet dans le cadre de mon Objectif Pal et des Coups de coeur de la blogosphère compilés par Théoma. - On parle "un peu" de la pièce par ici - Je rajoute l'avis de Sandrine que je trouve intéressant et que je rejoins -
Denoël - ISBN 978 2 207 25755 5 - 2005

Le site - http://www.lesmonologuesduvagin.com/

Objectif Pal : 7/50       objectif_pal       coeur_vs3

Posté par LESECRITS à 18:24 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,


07 janvier 2010

Pas de temps à perdre, Régis de Sà Moreira

pasdetemps_perdre"La petite ville dans laquelle habitaient Ben et Fontaine n'avait ni début ni fin et on pouvait s'y promener toute la journée sans en quitter le milieu.
Ce qui expliquait que Ben et Fontaine en avaient fait, chacun de leur côté, leur principale activité, mais aussi qu'ils avaient pu ne jamais se rencontrer avant ce beau jour d'été, où un clochard non-fumeur et un épicier pas content s'étaient sans le savoir associés pour les faire se rentrer dedans."

Ben et Fontaine se rencontrent autour d'un étal de pamplemousses, et ne vont plus se quitter. Ensemble, ils boivent beaucoup, font l'amour et parcourent donc cette ville étrange qui ne cesse de se modifier à l'envie, la nuit surtout, mais le jour aussi.
Avec l'ami de Ben, prénommé Cow-Boy, facteur de son état, les évènements vont se corser. Ils vont assister à une fête mémorable organisée par un "épicier pas content", se terrer pendant presque une année dans une Maison vivante et mouvante, décider d'écrire des cartes postales aux personnes isolées qui leur semblent malheureuses (en signant d'un "robin des boîtes" évocateur). Et provoquer ainsi un sacré bazar, mais c'est compter sans l'étoile qui guide leurs pas, le soutien de leurs amis et la présence placide du chat Billy-the-Kid...

Vous n'avez rien compris ? C'est normal. Pas de temps à perdre, le premier opus de Régis de Sà Moreira est une loufoquerie poétique qui demande au lecteur de laisser aux vestiaires ses certitudes. Dans l'univers de ce roman, tout est possible, les mots ont le pouvoir de créer une certaine réalité, toujours fluctuante, toujours prête à se renverser et à disparaître. Rien n'est crédible dans la vie de Ben et Fontaine, seuls les désirs des personnages dictent le cours des péripéties qu'ils vivent. Vous trouverez dans ce récit une ambiance "à la manière de" L'Ecume des jours de Boris Vian et quelques prémices du titre Mari et femme, le dernier roman de l'auteur, qui vient tout juste de sortir en format poche ! A découvrir pour les aficionados du genre !!

Un autre extrait, pour la route...
"- Remarque, c'est pas con, dit-il. Imagine... T'es tout le temps tout seul et, un beau matin, tu reçois une carte postale de Superman. Sûr que ça te remonte le moral !... Et puis tu vas à la boulangerie... -"Quoi de neuf, ce matin ?" Mine de rien, tu regardes les croissants... -"Oh...pas grand chose...juste une carte de Superman..." La tête de la boulangère ! - "Vous le connaissez ?"-"Bah...on s'écrit de temps en temps..."-"Tous mes croissants contre son adresse !"-"O.K., Superman, KRYPTON...vous mettez ça à la poste dans la boîte Espace.. Au revoir Madame !" et hop ! des croissants pour tout le monde."

(Ce titre est malheureusement actuellement indisponible en format poche et en grand format.)

bouton3 Note de lecture : 3.5/5

ISBN 2 84626 000 1 - Juillet 2004 - Au Diable Vauvert

Autres titres lus :

Zéros tués
Le libraire
(coup de coeur 2006 - billet disparu avec mon ancien blog)
Mari et femme

Dans quelques semaines, promis, vous saurez pourquoi je lis et relis Régis de Sà Moreira de A à Z. ;o)

Posté par LESECRITS à 18:38 - - Commentaires [11] - Permalien [#]