16 janvier 2013

Tribulations d'un précaire, Iain Levison

tribulationsdunprecaire"Je ne demande rien de spécial à mon nouveau job, sauf qu'on ne me raconte pas de salades. Je ne veux pas entendre que tous mes rêves vont se réaliser, que je peux devenir millionnaire en six semaines. Je préfèrerais entendre simplement que je vais travailler près d'une machine à café, ou que j'aurai des pauses payées.
"Licence de Lettres ?" dit l'homme en regardant mon CV d'un air perplexe. J'ai fait très fort cette fois, j'ai même imprimé un CV. Curiculum vitae, le terme latin pour "ramassis de bobards", qui monte en épingle trois ou quatre de mes quarante-cinq derniers emplois et ignore les autres."

A la fin de son parcours universitaire, une Licence de Lettres Modernes en poche, Iain Levison a exercé toutes sortes de métiers. Sans plan de carrière (cette drôle de notion irréaliste), il cherche simplement à survivre quotidiennement et à éviter de se retrouver à la rue. Il examine les annonces des journaux, apprend à déchiffrer les arnaques pour chômeurs incrédules en quête de miracles, et passe de nombreuses semaines en Alaska sur des bateaux de pêche. Ce sont ces expériences qu'il nous conte ici...

J'ai adoré ce récit, pioché impulsivement en bibliothèque. J'en ai aimé l'humour détaché, et la manière de Iain Levison de déchiffrer ironiquement le monde du travail. Même si l'action de ses recherches se déroule aux Etats-Unis, j'ai retrouvé dans les lignes de ce livre mes propres expériences de recherche de travail, en France, lors d'une longue période de chômage. Ainsi, lorsqu'il est question de ces annonces bidon d'offres d'emploi qui cachent des appâts pour formations payantes, ou bien ces entretiens que vous passez en ayant envie de fuir et de ne surtout pas être apte pour le poste. Effectivement, alors, si vous n'avez pas coché au préalable la case professorale, être titulaire d'une licence de Lettres Modernes devient très vite plus un défaut qu'un atout.
Dommage, peut-être, que l'épisode Alaska prenne autant de place dans ces Tribulations (créant un petit phénomène de lassitude) car j'étais toute prête à accoler un coup de coeur à cette lecture tonique, engagée et lucide, qui donne envie de rester en éveil et de se battre pour l'essentiel.

Editions Liana Levi - 8.50 € - 2009 - Merci ma bibli !!

Un agréable moment pour Kathel - Un humour désespéré et ironique qui fait mouche pour Keisha Un auteur qu'Aifelle relira certainement !

Posté par LESECRITS à 08:35 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :


11 janvier 2013

Freedom, Jonathan Franzen

freedom"D'où venait l'apitoiement sur soi ? Cette quantité extraordinaire d'apitoiement sur soi ? Selon presque tous les critères possibles, elle menait une vie très heureuse. Elle avait toutes ses journées pour penser à une façon décente et satisfaisante de vivre, et pourtant tout ce qu'elle semblait récolter avec tous ses choix et toute sa liberté, c'était de plus en plus de malheur."

Patty et Walter ont tout pour être heureux. Ils forment un joli couple. Et même si leur garçon, Joey, est un électron libre, rien ne prédispose cette petite cellule familiale à imploser. L'infidélité de Patty avec Richard, le musicien que rien n'attache, sera pourtant l'incident qui fera insidieusement tout basculer.
Sera alors le temps de revenir sur les choix de l'adolescence, les voies empruntées à ce moment là, l'importance de ce qui se joue à cet âge et qu'on ne mesure pas. Et aussi à cet avenir inconstant que l'on s'épuise à tenter de maîtriser...

Freedom  brosse le portrait de plusieurs personnages sur plusieurs décennies. Et cette épopée de l'intime est loin d'être ennuyeuse malgré l'épaisseur du volume (plus de 700 pages). Elle nous pose sans cesse la question du choix et de ce que les humains font de leur libre-arbitre. Et puis, la famille est cette masse informe autour de soi qui parfois se comporte comme une alliée et aussi se plaît à exclure. Alors, à qui faire confiance et contre qui se laisser aller ? Jonathan Franzen apporte ses réponses et nous laisse le temps d'y ajouter les nôtres.
Une lecture au long court qui laisse sans voix.

Editions Points - 9€ - Août 2012

Ce roman est dans la sélection 2013 du Prix de Meilleur Roman des lecteurs de Points [clic ici pour en savoir plus et lire le premier chapitre]

Asphodèle a abandonné par trop de désenchantement - Copieux d'accord mais pas indigeste pour Keisha - Malgré des bémols pas d'abandon chez Clara !

Posté par LESECRITS à 22:26 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2013

Accabadora, Michel Murgia

accabadora"Filius de anima.
C'est ainsi qu'on appelle les enfants doublement engendrés, de la pauvreté d'une femme et de la stérilité d'une autre. [...] Lorsque la vieille femme s'était arrêtée au pied du citronnier pour s'entretenir avec sa mère, Anna Teresa Listru, Maria était âgée de six ans [...]."

"[...] tout ce que disait Tzia Bonaria était, pour elle, la loi de Dieu sur terre. Cependant, durant les treize années où elles vécurent ensemble, elle ne l'appela jamais maman, parce que les mères ne sont pas la même chose."

Maria est devenue la fille adoptive de l'accabadora à six ans, quittant ainsi sa mère et ses soeurs, et son rôle de quatrième de la fratrie, d'enfant non désirée. C'est une chance dont elle a conscience tous les jours. Elle apprend près de cette femme taciturne, mais bienveillante, à coudre, à cesser de chaparder et à grandir en intelligence. Pourtant, une ombre plane sur ce merveilleux arrangement, les déplacements nocturnes et inexpliqués de la couturière dans leur petit village de Sarde...

Ce livre est pour celles et ceux qui ont aimé Le coeur cousu de Carole Martinez, Laver les ombres de Jeanne Benameur ou bien encore Ce que je sais de Vera Candida de Véronique Ovaldé. Vous serez certainement séduits aussi par le charme de ce roman-ci où la magie et la tradition, le souffle des secrets, cotoient la féminité et l'héritage. J'en ai aimé l'ambiance, la langue, les personnages. Au passage, l'auteure aborde un sujet grave dont je tairais ici le nom pour conserver le mystère.
Il m'a peut-être manqué un bonus d'émotion pour que cette histoire m'emporte véritablement vers un coup de coeur, mais ce récit est un voyage, beau et intéressant, que je suis contente d'avoir effectué.
Une lecture recommandé par le Page des libraires (Prix 2011) dont je suis toujours avec intérêt les recommandations.

Editions Points - 6.30€ - Août 2012

Ce roman est dans la sélection 2013 du Prix de Meilleur Roman des lecteurs de Points [clic ici pour en savoir plus et lire le premier chapitre]

Le billet d'Enfin Livre - Un coup de coeur pour Asphodèle - Un livre comme on les aime, chaleureux et indispensable à notre imaginaire, pour Anne - Une très très belle lecture pour Clara !

Posté par LESECRITS à 12:36 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :