13 novembre 2011

Et si aujourd'hui on jouait au tag pour une fois ?

origami1Et si j'étais...

1/une artiste, je serais certainement quelqu'un d'autre et malgré des envies d'écriture tenaces, peut-être finalement une musicienne, une qui en aurait dans le ventre comme dans La leçon de piano, la musique chevillée au corps. Dommage que, pour de vrai, je ne sache jouer de rien.

2/une matière, je serais du sable. Parfois compacte et dure après des orages de chagrin, puis fuyante et libre entre les doigts, fine et imprévisible, dès l'approche des beaux jours. J'aime que l'on ne sache pas toujours de quel bois je suis faite... enfin de quelle "matière".

3/un événement, je serais un festival. Je n'ai paraît-il pas mon pareil pour confectionner des programmes de réjouissance pour ma petite famille, il arrive même que l'on me le reproche... Un petit manque de spontanéité dans le caractère, hum oui aussi, sans doute. Ben quoi je suis organisée, ben oui c'est un trait visible de mon caractère.

4/un film, je serais l'héroïne de Out Of Africa mais la place est déjà prise... Aifelle postule pour le rôle.

5/un mot, je serais Antigone, mon pseudo. Etrange à quel point un nom choisi en cinq secondes peut devenir à la longue une autre soi-même.

6/une émotion, je serais gêne, ou timidité... tout ce qui m'embarasse, ce qui est en trop.

7/une sculpture, je serais sans doute un homme qui marche de Giacometti, d'apparence fragile, d'apparence seulement.

8/un peintre, je serais un de ceux qui ont collé des post-it sur les vitres des tours de La Défense l'été dernier. Cette "guerre des post-it" était une vraie bonne idée que j'ai trouvé sublime, gratuite, farfelue et généreuse. [une sélection à voir par ici] Mais ce n'est pas vraiment de la peinture, je sais.

9/piquante, je serais une aiguille. Avant les enfants, avant que je n'éloigne de leurs petites mains ces objets dangereux, je n'étais pas si mauvaise en petits travaux de couture, pas experte non, mais j'y prenais plaisir. Un jour, peut-être...

10/énervante !, je serais toujours sur l'ordi... (ah bon, j'y suis déjà ?)

Allez, je te dis quand même... Merci Cathulu !!

Posté par LESECRITS à 20:02 - - Commentaires [14] - Permalien [#]


Encore une belle journée, Annie Saumont

encoreunebellejournée"Ca commence comme d'habitude. On croit que le soleil qui vient de se lever ne se couchera plus. Va monter va tourner, se fixer au sud et n'en plus bouger, énorme et féroce. On enfile les vêtements propres qu'on trouve par miracle posés sur la commode. A la cuisine on boit un verre de lait."

J'avais conservé un souvenir assez ébloui de Gammes, lu en 2009, voilà pourquoi le nom d'Annie Saumont m'a sauté aux yeux dernièrement alors que je furetais dans les nouveautés poches. (Les croissants du dimanche sont eux toujours notés sur ma liste de lecture d'ailleurs, longue comme dix bras...)
Cependant, Encore une belle journée, recueil de 14 nouvelles, n'a pas été la rencontre attendue. Annie Saumont maîtrise l'art de la nouvelle, c'est un fait, mais le mystère qui entoure chaque court récit (pour mieux en préserver la chute, sans doute) n'a souvent été pour moi qu'un long brouillard que la dernière phrase (la chute, donc) n'a pas véritablement à chaque fois éclairci. Quel dommage, car l'écriture d'Annie Saumont est très belle, intelligente, fine et perspicace, pleine de promesses...
J'ai pour autant beaucoup aimé quelques pépites comme Tais-toi ou Pourquoi t'es jamais venu ?  qui ne relèvent malheureusement pas l'ensemble à elles seules.
Allez, malgré cette légère déception, je n'en resterai sans doute pas là avec cette auteure, j'ai repéré quelques autres titres en bibliothèque.

 Editions Pocket - 5.10€ - Juillet 2011

J'ai trouvé un billet sur "Encres vagabondes" qui précise que la plupart des nouvelles présentes dans ce recueil sont des reprises provenant de recueils aujourd'hui introuvables. Il semble que j'ai curieusement préféré les inédites. [Le lien

Posté par LESECRITS à 11:26 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

11 novembre 2011

Entre deux lectures

... rêver d'océan, et de bateaux à quai.

novembre_2011_001   novembre_2011_006

Posté par LESECRITS à 15:25 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

10 novembre 2011

Famille modèle, Eric Puchner

famille modèle"Il en tremblait encore rien que d'y penser. L'amour, ce n'était donc que ça ? Les ténèbres vaincues, une main sur votre front. Dans l'intervalle, vous ne pouviez qu'attendre - épuisé, solitaire, les minutes aussi longues ou aussi brèves qu'une vie entière - qu'apparaisse le visage de vos rêves."

Aujourd'hui, je vous présente ce livre, épais et foisonnant, qui m'a tenu quelques jours éloigné des blogs... Alors, tient-il donc toutes ses promesses ? Oui, en fait, plutôt, mais attention Famille modèle n'a rien d'un roman lisse. Car en effet, en tant que lecteur, vous assistez impuissant à la chute d'un rêve et voilà qui est souvent assez rocailleux, tragique et terrible.

Warren, le père, certain de sa bonne étoile a un jour emmené sa femme et ses trois enfants très loin du Wisconsin où il avait fait son nid paisible. Au début du récit, on sait déjà que cette aventure est un échec, et que la vie de cette famille n'est qu'un château de carte qu'une pichenette va détruire. M Ziller a investi toutes les économies d'une vie dans un projet immobilier désastreux. Tandis que chacun vaque à ses activités habituelles, on attend seulement que vienne la tragédie. Oserais-je dire qu'on l'espère presque, tant une certaine tension pèse sur les premiers chapitres... Les membres de ce clan transplanté sont pourtant loin d'être des anges, ni des personnes toujours aimables, ou des êtres affectueux. En fait, on pourrait très bien trouver qu'ils méritent ce qui leur arrive, si seulement ils n'étaient si humainement imparfaits, semblables finalement à tout à chacun.

Une lecture brillante, originale et véritablement bien menée.

Editions Albin Michel - 24€ - Août 2011

Pour Clara, c'est un énorme coup de coeur - Quelques longueurs pour Laure Un roman caustique pour Cathulu, dont les personnages sont secoués dans le shaker du destin - Drôle et désespéré pour Keisha - Cuné a dévoré à pleines dents - Merci ma bibli !! 

Posté par LESECRITS à 21:58 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

06 novembre 2011

Les clés du Paradis

Photo numérique ocotbre 2011 246

Une photo qui date de fin septembre, prise au coeur du Mont St Michel, mais vous vous en doutiez un peu... je pense. Aujourd'hui, chez moi, la terre est mouillée, gorgée de pluie, l'herbe est verte et tendre, le vent fait bruisser les feuilles des arbres, celles qui ne sont pas encore devenues jaune d'or ou rouge flamboyant. Cela dit, chaque saison a son charme... J'aime plutôt quand j'entends, en novembre, tintinnabuler au loin les clochettes des rennes du père noël...

Bon dimanche !

Posté par LESECRITS à 10:36 - - Commentaires [15] - Permalien [#]


05 novembre 2011

Au Théâtre hier soir

... il y avait Cyrano et des playmobils.

numérique10

Ma grande fille en avait entendu parler à l'école l'an passé, la classe avait assisté aux répétitions, un devoir est prévu pour bientôt sur le sujet.
Hier soir, nous nous sommes rendues à une représentation de Cyrano de Bergerac, donné dans notre maison de quartier en avant première. Le moteur de cette sortie entre filles était donc un peu teintée d'obligation mais le plaisir fut réellement au rendez-vous. Quel bonheur que d'entendre encore une fois ce magnifique texte d'Edmond Rostand, d'écouter les enfants en répéter derrière moi les répliques les plus connues, de regarder jouer des acteurs jeunes, excellents et espiègles... Tout cela a eu quelque chose de très réconfortant. Je suis certaine que le jeune public en gardera une trace indélébile.
Petit plus scénique, à un moment donné, les acteurs jouent avec des playmobils... cela donne du peps à un passage peut-être un peu longuet de la pièce, celui qui traite des privations dues aux batailles, et permet une distance amusante et décalée audacieuse. L'astuce a d'ailleurs eu son petit succès.

Une adaptation de la Compagnie Pirate  [pour en savoir plus]

"Vous souvient-il du soir où Christian vous parla
Sous le balcon ? Et bien ! toute ma vie est là :
Pendant que je restais en bas, dans l'ombre noire,
D'autres montaient cueillir le baiser de la gloire !
C'est justice, et j'approuve au seuil de mon tombeau :
Molière a du génie et Christian était beau !"

Posté par LESECRITS à 16:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

04 novembre 2011

Un soupçon légitime, Stefan Zweig

unsoup_onl_gitime"Pour ma part, j'en suis tout à fait certaine, le meurtrier c'est lui - mais il me manque la preuve ultime, irréfutable."

Betsy et son mari ont découvert un petit coin de paradis et s'y sont installés. Puis, des voisins sont arrivés, John Limpley et sa femme. Lui est jovial et bruyant, elle est douce et un peu mélancolique. Betsy a un jour la bonne idée de leur parler d'un petit chiot qui, le pense-t-elle, égaierait peut-être les journées solitaires de la jeune-femme. En effet, l'enfant tant attendu tarde à faire son apparition...

Voici un très court roman (nouvelle) au fil bien cruel et encore une fois magistral signé Stefan Zweig. Je dois avouer qu'il m'a fait véritablement froid dans le dos. On peut trouver sa strucutre conventionnelle ou sa fin attendue mais son intrigue a fonctionné avec moi.
L'édition de poche est augmentée d'une version originale (en allemand) qui m'a semblée elle un peu superflue, et d'une biographie de l'auteur écrite par Isabelle Hausser assez intéressante.

Un poche pour les adeptes, en somme.

Edition du Livre de Poche - 5.50€ - Janvier 2011

Pour Karine, ce n'est pas le meilleur - Emmyne a été moins touchée par celui-ci - Annie a adoré 

Posté par LESECRITS à 18:25 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

02 novembre 2011

Masse critique jeunesse

Une info toute chaude...
 
mcjeunesse

Posté par LESECRITS à 19:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

Chez le vétérinaire

COUVERTURE_VETO_282x370... de Anne-Sophie Baumann et Amandine Laprun.

Nina vient d'adopter une petite chatte, Noisette. Demain, c'est sa première visite chez le vétérinaire. Il y a du monde dans la salle d'attente de Monsieur Nicolo. Nina rassure Noisette mais Rémi se demande bien de quoi souffrent tous ces animaux. Finalement, tout se passe bien dans la salle d'examen pour Noisette qui écope d'un vaccin et d'un carnet de santé tout neuf.  C'est en fait Boxy le chien qui ira faire quelques jours plus tard un séjour en salle d'opération, le pauvre il s'est fait très mal à sa patte...

numérique9

Voici un album qui en apprend beaucoup sur le métier de vétérinaire aux jeunes enfants passionnées par le sujet. De plus - grand plus - des vignettes électrostatiques permettent d'en faire également un objet jeu. Ma grande fille (10 ans) a adoré le concept, elle qui passe son temps à élever des hamsters virtuels sur le net. Tout est tout à fait adapté à ce public-là qui aime tant s'amuser avec de petits objets à collectionner. Ici, les élements se collent et se décollent sans abîmer le livre et ouvrent l'imagination.
Pour ma part, j'ai encore apprécié la qualité joufflue de l'album, la même que l'on retrouve chez les Non-non. Un joli livre et une bonne idée cadeau !! Conseillé dès 4 ans, mais vous pouvez tout à fait l'offrir à des enfants plus âgés.

Editions Tourbillon - 12.95€ - 30 octobre 2011

Collection MondoMino
"L’enfant anime le livre grâce aux vignettes électrostatiques qu’il place et déplace à l’infini. Il répond à des devinettes et s’invente des histoires. Ainsi, il nourrit les animaux du zoo, remplit l’étal de l’épicier, fait son numéro de cirque...
Place et déplace les vignettes et ausculte Noisette avec le stéthoscope, donne sa mallette au vétérinaire, pose le guépard sur la table d'opération du zoo..."
 

Posté par LESECRITS à 17:06 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

01 novembre 2011

So long, Luise de Céline Minard

so long luise"Cette histoire avec l'anglais, j'y reviens, il ne s'agit pas tout à fait d'un mensonge si on y regarde bien. D'accord j'ai fait croire que, etc., et on m'a décerné des prix auquel je n'avais pas droit, strictement parlant. Mais enfin, j'avais réellement besoin de ce détour, de cette langue-de-traduction sans quoi je n'aurais rien pu dire.
[...] Disons qu'un double filtre ou bien le doublage d'une artificialité par une autre était mon recours pour faire saisir la naïveté d'une sensation et le travail de langue s'y afférant, sans que ni la naïveté ni le travail ne s'annule ou ne pèse.
And fuck the purists and their sel-sufficiency."

Au terme de sa vie, une femme écrivain rédige son testament pour celle qui partage son existence depuis des années, Luise, artiste peintre.
Reconnue pour ses écrits, cette vieille dame n'est pourtant pas comme les autres, on apprend au fil de sa plume combien tout cela n'est que poudre aux yeux, combien son parcours fut en fait un flamboiement et le règne d'un monde imaginaire foisonnant...

Autant l'avouer d'emblée, j'ai été assez déstabilisée par l'écriture de ce roman très particulier. Au tout départ, le propos se mêle d'anglais et passe du coq à l'âne. Alors soit, bien sûr, on le comprend puisque l'on suit les pensées d'un personnage haut en couleur. Puis, la beauté de certaines pages ennivre tellement que l'on a envie de continuer et de s'engloutir dans les mots de Céline Minard. Puis encore, des lutins prennent le pouvoir, et on ne sait plus tellement ce qui se passe réellement alors les pages se tournent... un peu vite.
Une lecture qui m'a laissée assez désapointée, et intriguée.

Editions Denoël - 17€ -Août 2011

Jubilatoire pour Cathulu (Merci !!) - On aime ou on déteste pour Keisha 

Une des raisons pour lesquelles je me suis accrochée est également que Céline Minard viendra le 15 décembre au Grand R/Maison Gueffier (La Roche sur Yon) à 19h pour une lecture d'Olimpia, et que je compte bien assister à ce moment, afin de la comprendre un peu mieux.

Posté par LESECRITS à 20:19 - - Commentaires [10] - Permalien [#]