08 octobre 2008

Le fiancé de la lune, Eric Genetet

lefianc_delaluneArno Reyes a quarante ans, une vie amoureuse en demi-teinte, et un travail qui le conduit aux quatre coins du monde. Il est donc tout disposé à tomber amoureux lorsque son regard tombe sur Giannina "visage pâle, perruque rose, comme Scarlett Johansson dans Lost in Translation". Arno se croit dans un film, séduit par sa belle, chanteuse de Jazz à succès.
Le quotidien, la paternité, la grisaille du réel sauront-ils préserver ses sentiments ?

Séduite par la lecture de Clarabel et par cette jolie couverture, je ne me suis pas méfiée des mots "intrigue guère originale", romantique que je suis !! Alors, en effet, ce petit livre est court, écrit de manière "scintillante", moderne, et peut attendrir, mais quelle déception... Je suis sortie de ma lecture, pas très convaincue par ce que je venais de lire, un brin désappointée, il faut bien le dire... Oh mince, dommage.

Un extrait...
"Quand je me suis réveillée ce jour de décembre, une chanteuse de jazz chantait à la radio. Je ne me sentais pas très bien. Je tremblais de froid. Giannina n'était pas près de moi. J'imaginais que quelque chose d'effroyable était arrivé. Puis, comme chaque matin, j'ai allumé mon portable.

SMS
Je t'attends au jardin du Luxembourg. Je t'aime. G.

J'avais roulé la fenêtre de ma 403 ouverte pour sentir l'air frais, pour expulser la fumée de ma cigarette.
Dans Paris.
C'était un moment de perfection."

bouton3 Note de lecture : 2/5

ISBN : 978 2 35087 087 8 - 15€ - Août 2008

Merci Clarabel pour ce prêt !! La lecture de Cathulu.

Posté par LESECRITS à 06:03 - - Commentaires [16] - Permalien [#]


07 octobre 2008

Lemniscate, Monica Passos

Monica Passos Aujourd'hui, je vous dépose ici un coup de coeur, musical, d'une infinie douceur... Se cachent sous cette pochette colorée quelques reprises, Léo Ferré, Duke Ellington, Jacques Prévert, etc...
Pour en savoir plus sur cette chanteuse brésilienne, que je ne connaissais pas personnellement il y a quelques jours, un lien ici, et un extrait de l'album, ci-dessous...


LA MEMOIRE ET LA MER par Mônica PASSOS

Posté par LESECRITS à 06:03 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

06 octobre 2008

Seule Venise, Claudie Gallay

seule_venise"A quarante ans, quittée par son compagnon, elle vide son compte en banque et part à Venise, pour ne pas sombrer. C'est l'hiver, les touristes ont déserté la ville et seuls les locataires de la pension où elle loge l'arrachent à sa solitude. Il y a là un aristocrate russe en fauteuil roulant, une jeune danseuse et son amant. Il y a aussi, dans la ville, un libraire amoureux des mots et de sa cité qui, peu à peu, fera renaître en elle l'attente du désir et de l'autre." (extrait de la quatrième de couverture)

Ce roman, écrit par l'auteur des Déferlantes (qui est toujours dans ma PAL), est "presque" un coup de coeur de lecture pour moi !! Il m'a manqué quelques petites choses ici et là, des émotions plus fortes, des concrétisations peut-être...mais ne vous laissez pas influencer car je parie que vous serez séduits !! J'ai aimé l'ambiance d'une Venise en hiver, et cette pension brinquebalante, en huis clos, qui serre en son sein des personnages hauts en couleur et denses (j'y ai retrouvé quelques éléments de "Ensemble, c'est tout" d'Anna Gavalda...). J'ai aimé ce libraire vers lequel notre héroïne se sent attirée, séduite par son sourire, ses silences et sa voix... Oui, j'ai aimé ce livre... Il m'a laissé une sensation de douceur bien agréable !

Un extrait...
"Toujours, des hommes et des femmes se sont rencontrés à Venise. Toujours, des hommes et des femmes se sont aimés. Ont bravé le vent.
Je vous regarde.
Je ne vous connais pas. Je vous rencontre.
- Vous rougissez.
Je détourne la tête.
Vous souriez.
C'est à cause de ça.
Votre sourire. Et votre voix. J'ai aimé votre voix comme on aime un corps.
On regarde ailleurs. L'eau découvre les marches, le bois pourissant des pieux.
Avec les lumières, on voit à l'intérieur des palais. Les lustres éclairés.
- Les vénitiens sont là. Ils seront là jusqu'à la fin.
Vous aussi vous êtes là, je dis, mais pas suffisamment fort. Vous n'entendez pas."

bouton3  Note de lecture : 4.5/5

ISBN : 2 7427 5573 X - 8.20 € - janvier 2006

Un grand merci "à qui me l'a conseillé" !!
Une lecture enthousiaste chez Gambadou.

Posté par LESECRITS à 06:02 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

05 octobre 2008

Simon's cat

Vu, et chipé, chez Alexandre Kha il y a quelques jours... J'aime !

Posté par LESECRITS à 06:55 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

04 octobre 2008

Le chemin parcouru, Ishmael Beah

le_chemin_parcouruC'est son histoire qu'Ishmael Beah raconte dans ce livre, l'histoire d'un enfant de douze ans qui part dans une ville voisine pour participer à un spectacle de jeunes talents, et qui se fait rattraper brutalement par la guerre. Il ne reverra jamais ses parents.
Nous sommes en Sierra Leone, en 1993, des groupes rebelles ont saccagés des villages, obligeant leurs habitants à fuir. Les familles sont séparées, massacrées, des bandes de jeunes gens errent de village en village, la peur et la faim au ventre. Capturés par l'armée gouvernementale ou par les troupes rebelles, enrôlés, ils deviendront des instruments de guerre, des machines à tuer...

Ce livre est un témoignage. Etrangement, je redoutais de le lire, j'imaginais trop bien ce que j'allais y trouver, sans doute. Effectivement, les horreurs de la guerre sont là, le sang, la violence, et puis l'enrôlement de ces enfants, l'abrutissement. Ishmael Beah raconte et énumère les faits avec un détachement compréhensible, attentif à n'omettre aucun détail, cela m'a pourtant empêchée au départ de m'attacher au récit, d'y accrocher mon émotion. Et puis, lorsque les évènements se sont apaisés en fin d'ouvrage, que l'enfant soldat est pris en charge par l'Unicef, rééduqué, j'ai senti affleurer quelque chose au fond de moi qui ressemblait à de l'horreur et à du soulagement. J'ai refermé ce livre, très mitigée quant à sa qualité littéraire, mais certaine de ne pas oublier son contenu.

Un extrait...
"Nous devions marcher depuis des jours, je ne me souviens pas vraiment, quand deux hommes ont soudain surgi devant nous et nous ont fait signe, du canon de leur arme, de nous approcher. Nous sommes passés entre deux rangées de soldats portant des mitraillettes, des AK-47, des G3 et des lance-roquettes. Ils avaient le visage noirci comme s'il avaient pris un bain de charbon de bois, et nous fixaient de leurs yeux rouges. Au bout de la double haie, quatre hommes gisaient sur le sol, l'uniforme trempé de sang. L'un d'eux, étendu sur le dos, les yeux grands ouverts et fixes, déversait ses entrailles par terre. J'ai détourné la tête et mon regard est tombé sur le crâne fracassé d'un autre homme. Il respirait encore et un endroit de son cerveau palpitait. J'avais envie de vomir, tout tournait autour de moi. L'un des soldats, qui mastiquait quelque chose, m'a regardé et a souri. Il a bu une gorgée à sa gourde et m'a jeté le reste de l'eau à la figure.
- Tu t'y feras, tout le monde finit par s'habituer."

bouton3 Note de lecture : 3/5

Un livre lu dans le cadre du grand prix des lectrices de BOOKPAGES 2009
Catégorie Document

ISBN 978-2-258-07447-7 - 18.70€ - 01/2008

Anna Blume a eu une lecture similaire
Annie a été bouleversée...
Amanda l'a trouvé efficace et fort

Au terme de cette sélection, celle du jury de septembre, mon palmarès reste inchangé. Vous le trouverez de nouveau ici.

Posté par LESECRITS à 09:32 - - Commentaires [10] - Permalien [#]


03 octobre 2008

La graine et le mulet

lagraineetlemuletSlimane vit une situation précaire. Licencié du chantier où il travaillait depuis 35 ans et séparé de sa femme, il vivote dans une chambre meublée. La responsable de l'hôtel, sa compagne depuis quelques années, ne semble pas pouvoir combler sa solitude. Encouragé par sa belle-fille, et aidé par ses enfants, il finira par s'attacher à un rêve, créer son restaurant flottant, proposant pour plat principal un couscous au poisson (le mulet). Mais les démarches administratives ne s'avèrent pas si simples...

Que dire de ce film ? Qu'il mérite ses césars, oui. Que les acteurs sont excellents, oui. Qu'il est original et assez proche d'un documentaire, à la façon de l'émission strip-tease, oui. Que vous allez stresser, et que vous n'avez jamais attendu avec autant de ferveur des graines de couscous, oui. Que la fin nous laisse un peu sur notre faim (au propre, comme au figuré, pour une fois), mais que finalement c'est bien, oui. Alors ? Alors, il ne vous reste plus qu'à le voir, puisque il est enfin sorti en DVD !! Je vous prédis un moment intime, original, un peu stressant (si si), et émouvant...


La graine et le mulet d'Abdellatif Kechiche

Posté par LESECRITS à 06:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2008

Mon traître, Sorj Chalandon

mon_tra_treAntoine, jeune maître luthier, s'est pris de passion pour l'Irlande. Il quitte régulièrement Paris, et son atelier tranquille, pour se rendre au coeur de Belfast, là où règne les combats, entre l'IRA et les britanniques, la aussi où la bière coule à flots et scelle les amitiés... Cependant, la trahison et l'Histoire viendront mettre leur grain de sable dans les désirs de "bien faire" du "petit français"...

Je me suis un peu ennuyée à la lecture de ce livre. J'aurais aimé, sans doute, être emportée par la flamme d'Antoine, par son désir de se faire adopter par une Irlande dure et dangereuse. J'aurais aimé m'attacher aux personnages, aux faits minutieusement décrits, à cette trahison étonnante (qui seule m'a véritablement intéressée, en fin de roman) d'un membre influent de l'organisation. J'aurais aimé, en fait, suivre plus longuement notre jeune luthier dans son travail, réparer avec lui les violons abîmés, sentir sur mes épaules la douce lumière de son atelier. J'ai été déçue lorsque le récit m'a obligée à courir derrière lui dans les rues de Belfast.  Je crois que je suis un peu passée à côté de cette histoire, qui ne m'a pas véritablement touchée.

Un extrait...
"Jim était mort, Cathy était folle, Tyrone avait trahi, Sheila était trahie. C'était eux, Belfast. Eux quatre et personne d'autre. Je connaissais tout le monde à Belfast. C'est-à-dire personne. Un clin d'oeil ici, un salut là, une poignée de main parfois. Des regards croisés, des visages connus, mais quoi ? Jim et Tyrone étaient mes Irlandais. Je ne dormais pas à Belfast, je dormais chez Jim O'Leary. Je ne défilais pas dans la rue avec les républicains, je marchais avec Tyrone Meehan. C'étaient eux. C'était tout. Mon Irlande était construite sur deux amitiés. Mon Irlande était du sable. J'étais un luthier parisien."

bouton3 Note de lecture : 2.5/5

Un livre lu dans le cadre du grand prix des lectrices de BOOKPAGES 2009
Catégorie Roman

ISBN 978-2-246-72611-1 - 17.90 € - 01/2008

Anna Blume a aimé.
Amanda est un peu du même avis que moi.
Pour Sylire, une lecture intéressante !!

Posté par LESECRITS à 06:03 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

01 octobre 2008

Une dernière citation...

manguel

"Les vieux truismes restent valables : la violence engendre la violence, tout pouvoir est abusif, le fanatisme quel qu'il soit est ennemi de la raison, la propagande est propagande même lorsqu'elle nous propose de nous mobiliser contre l'iniquité, la guerre n'est jamais glorieuse sauf aux yeux des vainqueurs qui croient que Dieu assiste les grandes armées.
Sans doute est-ce pour cela que dans les périodes de ténèbres nous revenons aux livres : afin de trouver des mots pour ce que nous savons déjà."

Alberto Manguel, Journal d'un lecteur

Posté par LESECRITS à 06:02 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

30 septembre 2008

Ténébreuses, Karin Alvtegen

t_n_breusesGerda Persson est morte. Elle avait quatre-vingt douze ans. Marianne Folkesson, employée municipale, est chargée de fouiller son appartement à la recherche d'indices permettant de joindre d'éventuels proches.
Dans le congélateur de la vieille femme, elle découvre des romans, ceux d'un écrivain célèbre, Axel Ragnerfeldt, consacré autrefois par un prix Nobel de littérature. Les exemplaires dédicacés sont sauvagement et étrangement saccagés...

J'ai commencé cette lecture, la mâchoire contractée, encore une fois gênée par le style que semblent avoir adopté les romans policiers suédois - une écriture hachée presque maladroite - et par cette manière étrange de nous laisser en plan au détour d'un paragraphe. Et puis, je me suis laissée entraîner dans une histoire bien ficelée, attendrie par les personnages, avide de savoir pourquoi Gerda Persson, ancienne domestique d'Axel Ragnerfeldt, semblait haïr son ancien patron, qu'était devenu ce petit garçon abandonné dont on nous parle en tout début de roman, si Jan-Erik, fils de l'homme célèbre, allait survivre à tant d'affreuses révélations... Quelques "réflexions sur l'écriture" plus tard, je me suis retrouvée au final heureuse d'avoir lu ce livre et horrifiée par les rebondissements qu'une simple "nuit d'amour" peut provoquer !!

Un extrait...
"Une fois les formulaires remplis et Solveig partie, Marianne demeura debout à la fenêtre du salon. Elle contemplait la vue qui avait été celle de Gerda Persson. Un arbre, un carré d'herbe, plus loin un immeuble gris-vert. Derrière les fenêtres se déroulaient des vies mystérieuses. Tout ce dont elle avait besoin maintenant se trouvait dans sa sacoche. Si aucun membre de la famille ne se faisait connaître après la parution de l'annonce du décès, elle irait consulter les registres de la commune et de l'église. Et utiliserait le répertoire téléphonique. Elle comptait tout faire pour honorer la mémoire de Gerda Persson lors de son enterrement. Son véritable travail commençait maintenant. La quête du passé de Gerda Persson.
Mais elle avait déjà trouvé un nom.
Axel Ragnerfeldt."

bouton3 Note de lecture : 3/5

Un titre lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices BOOKPAGES 2009
Catégorie Policiers

ISBN 978 2 259 20744 7 - 20 € - Février 2008

Annie l'a lu, pour ELLE, ce fut un coup de coeur !
Cuné a beaucoup aimé et en parle avec beaucoup d'humour/pertinence comme d'habitude !
la lecture d'Anna Blume, et celle d'Amanda, également lectrices pour ELLE

Posté par LESECRITS à 06:43 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

28 septembre 2008

Un Tag musical...

...auquel je me plie volontiers. Merci Clarabel d'avoir ravivé quelques souvenirs !tag

Le règlement - Choisir 5 chansons qui vous ressemblent et dire pourquoi - Faire une petite playlist avec - Rajouter en sixième position "The Song", celle que vous aimez d'amour, plus jamais vous ne pourrez vivre sans - Et taguer 5 personnes de votre choix.


Découvrez Laurent Voulzy!

Une héroïne de Voulzy - J'ai une tendresse infinie pour cette chanson là. Ceux qui me connaissent "pour de vrai" peuvent se rendre compte facilement à quel point elle me ressemble. Et puis, parce que j'aime aussi l'album "Avril" en son entier et que je n'ai aucun problème pour me le passer en boucle sans fin !


Découvrez Jean-Jacques Goldman!

Sache que je de Goldman - Toute jeune, je l'aimais à la folie, lui. Et puis la vie étant ce qu'elle est, on fait d'autres rencontres, musicales, les goûts changent, s'affirment. Mais on oublie jamais ses amours de jeunesse, non ? Cette chanson là est extraite d'un album qui a sans aucun doute toute ma préférence !


Je Tu Ils de Zazie - J'aime sa manière d'être femme, je l'aimais surtout lorsqu'elle était peu connue. Cette chanson a un rythme excellent !! 


Découvrez Glenn Gould!

Prélude de Bach par Glen Gould - Parce que le fameux Glen Gould de la chanson de Mauranne c'est lui, et que j'ai acheté son album avant même que cette chanson ne sorte et ne soit connue. Je me souviens de cet achat là, impulsif, de ma solitude, de mes déambulations et de ce "tiens je vais écouter ça", de mon coup de foudre !!


Découvrez Michel Polnareff!

Qui a tué "Grand Maman" ? de Polnareff - Alors lui, je ne sais pas comment il fait. Est-ce qu'il le fait à nous toutes d'ailleurs ? Je ne sais pas. A chaque fois, et surtout avec cette chanson là, j'ai des frissons sur les bras.


Découvrez Billie Holiday!

I'm a fool to want you de Billie Holiday - Voilà THE SONG ! J'ai eu un mal fou à la retrouver. L'amour au féminin dans ce qu'il a de plus douloureux et de dangereux !?

Grâce à Clarabel me voici une pro de Deezer, que je n'avais pas encore testé !!

Je tague à mon tour 5 personnes (rien d'obligatoire !) : Kloelle, Co errante, Bel Gazou, Anne et Sylvie !!!

Posté par LESECRITS à 13:25 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :