19 juin 2016

(Presque) jeune (presque) jolie (de nouveau) célibataire, Stéphanie Pélerin

presquejeunepresquejolie "Un classique du genre, ma chérie. Un épisode comme on en trouve dans toutes les romances..."

Ivana se fait larguer du jour au lendemain par Baptiste, après huit ans d'une histoire d'amour que l'on pourrait qualifier de sérieuse. Elle se retrouve donc abruptement, la trentaine passée, et quelques kilos de trop, sur le marché des célibataires. De plus, elle doit se séparer de leur appartement, et la fin de l'année approche. Ivana est professeur de français. Elle tente donc de ne pas se laisser abattre et prend sa vie en main. Elle s'inscrit dans une salle de sport, à des séances de Weight Watchers, et sur le site "Be my boy". Des rencontres ont lieu, plus ou moins intéressantes. Malgré ses désirs de sensualité, Ivana se lasse vite des hommes narcissiques, décevants ou de ces rendez-vous d'un soir qui n'apportent rien de plus. Heureusement, il y a les copines, les fous rires et les confidences qu'elles échangent autour d'un verre, et peut-être cet inconnu contre lequel elle a buté en sortant des toilettes tout à l'heure...

C'est une émotion particulière de lire le premier roman d'une blogueuse avec laquelle on partage depuis longtemps les pages de la blogosphère littéraire et puis également l'atelier d'écriture du lundi de Leiloona. On se dit qu'elle a eu le cran et l'audace dont on manque un peu, et puis on reste bluffée de cette facilité apparente dans l'écriture du texte. Je ne lis pas forcément beaucoup de chick litt, comme on l'appelle communément, je ne suis pas forcément la lectrice cible... mais j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman, qui me semble très adapté pour une lecture de plage, ou de transat avec boisson associée, d'été... Personnellement, j'ai aimé que le récit de Stéphanie reste très ancré dans le réel, c'est un livre qui lui ressemble. J'y ai retrouvé ses frasques, et sa personnalité généreuse et battante, sensible aussi, son univers. J'ai beaucoup souri, ai presque eu envie de devenir professeur de français, de relire Zola et d'aller acheter mon pain le matin sans me laver les dents, signe d'empathie réelle avec le personnage d'Ivana. Je souhaite un merveilleux succès à ce roman !

Editions Mazarine - 15 € - 15 juin 2016

Jérome a aimé qu'y soit dressé le portrait d'un homme réaliste Gros coup de coeur pour Fanny - A égaillé Laurie !!

Posté par Antigone1 à 11:54 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


18 juin 2016

Samedi

... quand tu te rends compte que c'est la journée mondiale du tricot aujourd'hui [clic], rien que ça. J'avance tout doucement dans mon petit pull sans manches cela dit. 

tricot1

J'en profite aussi pour vous remercier tous pour vos gentils messages sous les quelques confidences que je dépose ici depuis quelques semaines, et sur facebook aussi... Ils m'apportent beaucoup, me permettent d'avancer. Vous êtes formidables (mais ça je le savais déjà). Je vous embrasse. Ne vous inquiétez pas, ce blog va surtout continuer à vous parler lectures, c'est son principal objet... ;)
Bon week-end !

Posté par Antigone1 à 08:12 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juin 2016

Libérez-vous de la pression au travail, Michelle Jean-Baptiste

libérez

"C'est parce qu'il y a moins d'un an, quelqu'un en qui j'avais toute confiance a cherché à me discréditer, à dévaloriser violemment mon travail par peur sans doute de perdre de son autorité ou de sa superbe, et que je ne me suis pas laissée faire ; c'est parce que j'assistais autour de moi au désarroi de nombre de salariés et d'indépendants précaires tétanisés ou liquéfiés face à des managers brutaux, à des décisions arbitraires et inhumaines, et à l'injustice du harcèlement banalisé que j'ai écris ce livre.

Tant que nous sommes en vie, nous avons la possibilité d'agir et donc de faire bouger les lignes. Le travail est un élément essentiel pour que nous ayons une vie équilibrée, mais à condition que nous n'en soyons ni les esclaves ni les souffre-douleurs et qu'il ne nous empêche pas tout simplement de vivre."

J'ai accepté de recevoir ce petit livre d'un jaune éclatant car parmi toutes les sollicitations que je reçois, quelque chose m'interpellait dans son intention, et qu'il tombait bien. Je ressens parfois un peu de pression au quotidien. Et puis, je l'ai lu, et loin du guide tout bête qu'il semble être, j'ai été touchée par la bienveillance de son contenu, la justesse des propos de Michelle Jean-Baptiste, sa juste sensibilité, son désir d'aider. Sa table des matières résume parfaitement ses grandes lignes... Non le travail ne doit pas forcément être une torture, je prends conscience du niveau de pression, j'agis sur la pression qui vient de moi, j'agis sur la pression qui vient des autres, j'intègre que le harcèlement n'est pas une pression comme une autre, je décide de devenir acteur de ma vie professionnelle, je n'hésite pas à me faire aider...

C'est parce qu'il y a plus d'un an, quelqu'un dont je ne me méfiais pas particulièrement (ou pas assez) a cherché à me discréditer, et que j'ai ressenti cela avec une violence inouïe, que je me suis laissée faire avant que l'on m'aide à m'en sortir, que j'ai lu ce livre avec émotion. J'en profite d'ailleurs pour remercier ici les personnes qui ont su, à l'époque où je me noyais, voir, trouver les mots, et surtout me dire "Tu n'es pas seule, moi aussi j'ai vécu ce que tu vis, je comprends" et puis "Nous nous te croyons, nous savons qui tu es".
L'année dernière, à la même époque, en juin, je n'allais pas très bien, j'ai pris une très longue pause ici, à cause de cet état de fait qui persistait. Aujourd'hui, tout va mieux, mais ces moments laissent des traces indélébiles dont on se passerait bien, je vous l'assure. Je sais depuis que la peur et l'angoisse seront toujours là en embuscade, qu'elles sont inscrites en moi au fer rouge, qu'un rien peut les réveiller de leur sommeil, qu'il faut vivre à présent avec. Je sais aussi qu'il ne faut pas se taire, même si autour de soi tout le monde tente de minimiser, et que la méditation (par exemple), accepter sa sensibilité, aident beaucoup aussi. Qu'il faut tenter de s'aimer encore plus fort, si on y arrive. Ce que je suis, dont vous devinez certainement la somme des émotions, est sans doute une richesse mais me désigne apparemment aussi comme une victime naturelle... j'en suis ravie (ironie). 

Voici quelques phrases du livre qui me parlent...  - La volonté de rabaisser ou d'isoler la victime - La remise en question de tout ce qu'elle dit ou fait - L'utilisation de la calomnie et des mensonges - Le fait de ne plus adresser la parole à la victime et de le priver de toute possibilité de s'exprimer - Le fait de culpabiliser la victime pour qu'elle finisse par croire qu'elle mérite ce qui lui arrive...

Je remercie Michelle Jean-Baptiste pour son livre qui conserve tout du long un optimisme joyeux, milite surtout pour le bien être au travail et nous encourage à être acteur de nos vies. Elle a tellement raison.

Editions Fortuna - 7.90€ - 11 avril 2016

Posté par Antigone1 à 07:53 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 juin 2016

Rehab

Cocoon et Julien Doré... mon trio idéal

Posté par Antigone1 à 21:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 juin 2016

Le Monde entier, François Bugeon

lemondeentier

"La fille mangeait un quignon de pain, finalement."

Lorsque Chevalier rentre ce jour-là de l'usine en Mobylette, il découvre une voiture accidentée au bord de la route. Il fait noir, trois personnes sont à l'intérieur. N'écoutant que son courage, il les sort une à une, deux femmes et un homme, avant que la voiture ne flambe. Dans l'aventure, il se fait très mal à l'épaule et au crâne, mais le célibataire endurci du village a la satisfaction du devoir accompli. Il est seulement un peu chagriné quand on lui raconte qu'il n'y avait qu'une femme sur les lieux de l'accident, et que sa Mobylette, sa veste et ses papiers ont disparu. Chevalier a bonne réputation dans le village, on le sait amoureux secrètement de l'infirmière Claudie, des rituels se sont instaurés entre lui et quelques amis, le voisinage. La découverte d'une jeune fille, noire et mutique, à l'endroit où a été retrouvée finalement sa Mobylette deux jours plus tard, son installation provisoire dans sa maison, vont pour autant fondamentalement changer sa vie... et attirer la curiosité du village.

Voici un petit roman sans grands effets que j'ai beaucoup aimé. J'ai hésité à l'ajouter à ma liste des coups de coeur mais il s'en est fallu de peu, sans doute un peu trop de langueur ressentie avant le bouquet final. Cependant, Le monde entier est un très bon roman, délicatement écrit, qui aime ses personnages, une véritable bonne surprise de ce printemps. J'ai apprécié sa galerie de personnages, le fait que chacun sache avouer ses failles autour d'une bottes de haricots à équeuter, dans le silence d'une chambre d'hôpital, ou l'habitacle d'une voiture la nuit, que personne ne soit parfait dans cette histoire, mais un peu lâche, un peu fautif, un peu à côté. En fin d'ouvrage, le coeur est bouleversé, et l'esprit comprend qu'il faut sans cesse se méfier des apparences. Où avions nous donc la tête ? Un livre dont je conseille vivement la lecture, à tous les amoureux des taiseux, des âmes solitaires et des secondes chances.

Editions Le Rouergue - 17.80€ - Mars 2016

Un roman lu dans le cadre du challenge des premiers romans...

68premieresfois

Un roman plein de finesse et de tendresse pour Adèle - Lumineux pour Merlieux Lenchanteur - Un coup de coeur pour Enell Liraconteuse - Un régal pour Geneviève ! - Un livre bon qui fait du bien pour Christiane - Un très bon roman qui pourrait devenir le chouchou des 68 premières fois pour Nathalie !! [son billet ici]


14 juin 2016

Le Journal d'Aurore T1, Marie Desplechin et Agnès Maupré

lejournaldaurore

 "J'espère que le psy va m'hypnotiser. Je voyagerais dans mes vies antérieures. On n'en sait pas assez sur ses vies antérieures. J'ai sans doute connu autre chose qu'une vie maussade et sans avenir dans une famille minable."

Aurore est persuadée d'être une ado moyenne, dans une vie moyenne, affublée d'un physique ingrat, transparente au milieu d'une fratrie de trois filles, dont la plus jeune est certainement précoce et l'aînée déjantée. Aurore est au collège, et n'aime pas grand chose, surtout pas embrasser les garçons, et c'est ce qui l'étonne. Elle s'imagine avoir subi un traumatisme lorsqu'elle était enfant, ce qui expliquerait tout... Aurore se pose beaucoup de questions, aime jeter un froid glacial dans les repas dominicaux et familiaux, envisage la fugue, se retrouve finalement chez ses grands parents, se fâche puis se réconcilie avec ses amies... et porte surtout sur tout et tous un regard plein de drôlerie et de sarcasme.

Je suis depuis longtemps la dessinatrice de talent qu'est Agnès Maupré. Je l'ai découverte avec Milady de Winter, et puis j'ai enchainé avec Le chevalier d'Eon. Ici, le propos est plus moderne mais le plaisir de lecture est intact. Quel bonheur de lire un tel album chez un éditeur dont j'aime beaucoup le travail et d'une dessinatrice que j'apprécie !! Je ne connaissais pas les aventures d'Aurore en version roman. Le ton de Marie Desplechin est assez délicieux et amusant. Agnès Maupré a un style alerte que l'on retrouve ici aussi, et qui correspond bien à l'effervescence de l'adolescence. J'ai aimé cette histoire, les questionnements de la jeune-fille, son regard biaisé sur les adultes qui l'entourent, l'affection qui règne dans ce titre, l'attitude des grands-parents, de la prof de mathématiques, toute cette bienveillance. Ma fille de 15 ans a dévoré cette BD dès réception, adoré le pyjama d'Aurore, n'a pas compris toutes ses colères, mais sera heureuse comme moi de la retrouver très vite dans un tome 2.

A noter les magnifiques couleurs de Grégory Elbaz. ;)

Editions Rue de Sèvres - 15 € - 8 juin 2016

aurore12_copie

Posté par Antigone1 à 08:42 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 juin 2016

Les Grandes jambes, Sophie Adriansen

lesgrandesjambes

"La courbe du pédiatre est formelle : une fille de douze ans mesure en moyenne 153 centimètres."

Marion a des difficultés pour s'habiller, elle est trop grande, et tous les pantalons qu'elle essaye sont toujours trop courts. Avec sa mère, elles écument régulièrement les boutiques en quête du pantalon miraculeux qui s'arrêterait juste au niveau des chaussures, cachant ses chaussettes. Un jour, Marion rencontre Jim, le pantalon idéal, doté d'un revers qu'elle peut défaire. Mais le répit est de courte durée, sa croissance ne semblant jamais vouloir cesser. Au collège, il est toujours dangereux de se faire remarquer et la grande taille de Marion est évidemment un problème, comme le fait de renverser son plateau à la cantine, incident dont elle rougit encore de honte. Comment, dans ces conditions, plaire à Grégory, le garçon dont elle est secrètement amoureuse ? Un voyage à Amsterdam est organisé pour la classe, afin de visiter notamment un musée dont les oeuvres ont été étudiées en cours d'Arts Plastiques. Marion rêve que Grégory fasse aussi parti du voyage, et c'est ce qui arrive... Il suffirait que Grégory aime le même tableau que Marion et qu'elle trouve également un jean à sa taille au pays des grandes personnes pour que la vie devienne un véritable enchantement.

Voici un petit roman jeunesse que j'ai dévoré et dont je fais un délicieux coup de coeur pour diverses raisons, principalement parce que je l'ai trouvé très intelligent, très bien écrit, juste, et que j'ai beaucoup pensé à ma grande fille en le lisant. En réalité, ma grande fille est elle toute minuscule, et dégoter des vêtements en taille XXS à 15 ans n'est pas non plus chose aisée, je connais très bien donc la déception du shopping. De plus, l'an dernier, en colonie, elle est allée visiter comme l'héroïne de ce roman la maison d'Anne Frank, les canaux d'Amsterdam et la ville. J'ai retrouvé dans les lignes de ce livre les émotions de ma fille, bien retranscrites. Et puis, comme Marion, ma fille est assez douée en Arts Plastiques, c'est une matière qu'elle souhaite prendre en option au Lycée l'an prochain. Vous ne serez donc pas étonnés que Les Grandes jambes se soit retrouvé dans ses mains.

lectrice                        Badge Lecteur professionnel

Editions Slalom - 10.90€ - 9 juin 2016 - Conseillé à partir de 10 ans

 Sophie écrit mais lit aussi, retrouvez là ici [clic]

Posté par Antigone1 à 11:49 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 juin 2016

Week-end

Pictures13

... et parce que j'en ai de plus en plus assez de la pudeur qui isole, de ce qu'il est bon de montrer ou pas, de ce qu'il ne faut pas dire, parce que j'ai vécu le choc de la naissance prématurée de mon fils il y a onze ans avec beaucoup de douleur et de solitude, d'inquiétude, et qu'il m'aurait été si précieux à l'époque de la partager un peu (je n'avais pas encore internet), parce qu'aujourd'hui il va bien, qu'il n'a lui aucun souvenir de tout cela (qu'il n'aime pas en parler), que je ne peux imaginer ma vie présente sans sa présence lumineuse, sa blondeur, sa sensibilité, sa tendresse, parce que sans lui ce blog n'existerait pas, que je lui ai dédié il y a presque dix ans mon premier texte (sur une autre plateforme), qu'il a été mon premier pas vers le chemin retrouvé de l'écriture, l'écriture qui permet de poser et d'exorciser, je mets ici ces photos que l'on ne montre pas... pour qu'elles servent et donnent de l'espoir. Je pense à ces parents qui passent en ce moment leurs journées en service de néonatologie, dans l'attente de chaque progrès, le premier toucher, la première fois dans les bras, la première têtée, la sortie de la couveuse, et cette fameuse sortie de l'hôpital qui semble ne jamais pouvoir advenir un jour. Je pense à eux et je les embrasse tendrement, je sais.

Il y a onze ans, j'avais rendez-vous tous les jours avec toi, mon fils [clic ici]. Hier, c'était ton anniversaire. Je suis tellement heureuse que tu sois là.

Posté par Antigone1 à 18:29 - - Commentaires [38] - Permalien [#]

08 juin 2016

Gaspard ne répond plus, Anne-Marie Révol

gaspard

 "Jadis, les miens se retrouvaient le soir pour une veillée autour du chef, de l'ancêtre ou du sorcier."

Gaspard participait au jeu de téléréalité Un jour j'irai à Shangaï avec toi et voici qu'il tombe malencontreusement du camion qui les transportait, lui et sa comparse Cindy. Personne ne se rend compte de rien, le camion continue sa route, tout le monde dort à l'arrière du véhicule. Grièvement blessé, Gaspard est récupéré au bord de la route par des individus, puis amené dans un village à l'écart de toute civilisation. En France, la nouvelle se répand vite de la disparition du jeune homme, la chaîne Sparkle TV est en émoi. Il faut retrouver Gaspard, surtout que sa mère, Eulalie, les menace d'un énorme scandale. Dans son village retiré, Gaspard se familiarise lui avec une étrange femme, My Hien, venue en son temps de France avec son fiancé Hubert, aujourd'hui disparu. La lecture du journal de ce dernier sera pour Gaspard source de réconfort et le nid d'une somme d'étonnantes révélations.

J'ai passé un moment très agréable en compagnie de ce livre léger par le ton mais dense par son contenu. Gaspard ne répond plus est un véritable roman choral qui nous fait voyager, entre la France et le Vietnam, mais également dans le temps. Car en effet, chaque personnage (d'une galerie haute en couleurs) est amené à raconter son histoire, à comprendre, à réfléchir sur les liens qui le lie aux autres et à sa destinée. En toile de fond, les maîtres de la téléréalité s'époumonent en vain, essayant de contrôler et de rentabiliser l'humain. J'ai pensé assez souvent lors de ma lecture à un calme et serein Rendez-vous en terre inconnue qui serait en concurrence avec un Pekin Express exalté. Voici une lecture amusante et distrayante, un bon gros pavé de plage, un roman feel good, que je conseille d'emporter avec soi dans sa valise cet été.

Editions JC Lattès - 21.50€ - 11 mai 2016

Anne-Marie Revol signe ici son premier roman. Elle avait reçu le prix Elle pour son témoignage paru en 2010 Nos étoiles ont filé [Ma lecture ici]

Posté par Antigone1 à 20:59 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 juin 2016

Dimanche

... quand la veille tu as tenté la plage, parce que nous sommes en juin (quand même).

stgilles

[La Grande Plage - St Gilles Croix de Vie] Sinon, pendant ce temps, je lis Gaspard ne répond plus de Anne-Marie Revol, sympathique roman de plage, me dis-je d'ailleurs en le lisant. Je ferai sans doute en menu en haut du blog tout l'été une Sélection d'été... Plein de jolies choses débarquent dans ma boîte aux lettres ces temps-ci... Je vous prépare une surprise en coulisses pour juillet. Je vous souhaite une belle journée !!

Posté par Antigone1 à 11:17 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,