11 janvier 2016

Parenthèse (atelier d'écriture)

atelierjanv2016Je voulais revenir à toi, inventer une fin heureuse à notre histoire, alors je t'ai cherché. Et je suis venu te dénicher dans cette ville de bord de mer que je connais si mal, celle où tu es né. Je t'ai trouvé facilement, dix ans que je ne t'avais pas vu. Je suis comme ça moi je n'arrête jamais rien, jamais d'aimer, jamais d'y croire, je suis tenace. Je n'avais pas prévu ta famille, le bonheur évident de ce que tu avais construit depuis moi. Je voulais surtout que quelqu'un me regarde, être importante, belle. On n'imagine pas ce que c'est que de devenir transparente pour les autres. La solitude qui creuse en soi des rigoles de détresse. Être une amie, une collègue, une connaissance, mais n'être pas vue. Je me suis souvenue de ton regard sur moi, combien il me rendait légère, me donnait l'impression d'être un lutin magique, une fée. Hier, je voulais redevenir cette femme que tu avais aimé, me souvenir de ça. Et c'était étrange de te voir là, un peu vieilli, un peu plus épais, mais toujours le même, surpris de me voir débarquer sans prévenir, mais souriant, absolument souriant. Je t'attendais à la sortie de ton travail. Tu n'avais pas d'obligations, ça tombait bien, nous sommes allés prendre un café. Tu me donnais d'emblée, comme ça, ta bonne humeur, ton temps, et l'atmosphère confortable de ce lieu où tu m'as emmenée. Je me suis tout de suite sentie mieux, comme si tu avais su ce que j'attendais réellement, ta complète attention. A la fin de notre échange tu m'as serré longuement dans tes bras, et il y avait la douce chaleur de tes bras, ton odeur. Je ne savais pas avant de venir ici que j'aurais donné ma vie pour un tel câlin, que c'est ce dont je rêvais. Parfois, la vie est simple. Parfois, un geste suffit. Et tu as dis les mots que je voulais entendre, que tu m'aimais encore, que j'étais toujours séduisante, que si la vie avait été différente tu m'aurais certainement suivi dans cette chambre d'hôtel dont je te vantais la vue magnifique sur le port. Mais tu étais fidèle, tu aimais ta femme, et les deux petites filles que vous avez eu ensemble. Mon tour était passé, il aurait suffi d'un rien pour que cette vie soit aussi ma vie. Il aurait fallu qu'il y a dix ans je sois prête. Avant de me quitter, tu m'as remis une mèche de cheveux sur l'oreille et tu m'as dit qu'il y aurait un autre homme pour moi, que tu en étais certain. Et c'est ce que j'ai emporté avec moi dans le train du retour, après avoir regardé une dernière fois par la vitre de ma chambre l'océan gris et bourru comme un père que tu contemplais aussi chaque jour, ta certitude.

Une sublime photo d'Ada, de l'imagination, et au final un texte écrit pour l'atelier d'écriture de Leiloona [clic ici]

Posté par Antigone1 à 06:50 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :


10 janvier 2016

En cours de lecture...

einstein

Extrait de La déesse des petites victoires de Yannick Grannec, tandis que j'écris un texte pour l'atelier d'écriture de Leiloona demain !

Posté par Antigone1 à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 janvier 2016

La Rentrée des claques / Fais ta BD avec Mortelle Adèle

larentreedesclaques Est sorti en décembre le tome 9 des aventures trépidantes et hilarantes de Mortelle Adèle illustré par Diane Le Feyer et scénarisé par Mr Tan (alias Antoine Dole). Grande fille est depuis les premiers tomes fan de cette petite fille, insolente et chipie, mais pleine de bon sens. Elle attend donc à chaque fois les nouvelles parutions avec effervescence et a même une étagère de sa bibliothèque dédiée.
Avec La rentrée des claques, elle a été ravie de retrouver l'humour des premiers tomes, même si elle aurait préféré (je cite) que plus de scènes se passent à l'école, plutôt qu'à la maison.

Si vous ne connaissez par encore cette petite peste aux cheveux roux et que vous avez l'alibi d'un enfant à vos côtés, n'hésitez pas à jeter un oeil sur ces petits livres colorés de chez Tourbillon. Succès garanti. J'en conseillerais la lecture à partir de 8 ans, histoire de comprendre les quelques subtilités des dialogues.

Editions Tourbillon - 8.95€ - Décembre 2015

bdmorteleadele

En fin d'année est également sorti un coffret pour élaborer sa propre bande dessinée, Fais ta BD avec Mortelle Adèle, avec des conseils très sérieux et détaillés. Grande fille a tenté l'aventure mais elle s'est très vite rendue compte que l'activité nécessitait de se poser un moment et d'avoir un réel projet. Dans ces cas-là, pour les passionnés en herbe, l'outil est très bien fait. Des pochoirs permettent par ailleurs de se lancer dans des reproductions de planches mettant en scène le personnage de Mortelle Adèle. 
Il y a assez peu d'ouvrages techniques à la portée des enfants sur le sujet. Je trouve l'idée excellente. Je sais que c'est un livre que mes enfants reprendront régulièrement, sans doute surtout Petit Dernier qui essaye parfois de se lancer dans l'aventure BD. Un coffret précieux à offrir pour les enfants qui semblent avoir des dispositions pour le genre. Je dois avouer que j'aurais adoré tomber sur un tel outil quand j'étais jeune.

Editions Tourbillon - 12.99€ - Novembre 2015

 

Posté par Antigone1 à 14:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

06 janvier 2016

Le festin de Citronette, Angélique Villeneuve, Delphine Renon... et l'Epiphanie

lefestindecitronette

Il y a des jours comme ça, souvent le mercredi, où la lumière est douce, un peu jaune, et où tout semble aller vers la gourmandise. C'est le cas déjà avec l'album ci-dessus, reçu vers Noël, et qui sort aujourd'hui en librairie. Angélique Villeneuve m'avait enchantée avec ses romans Un teritoire [clic], Les fleurs d'hiver [clic], et puis j'avais été tellement heureuse de recevoir son livre de recettes tiré de ses séjours fréquents sur l'Ile d'Yeu [clic ici]. Toutes les deux, nous avons failli nous rencontrer, un jour cela se fera, je l'espère... En attendant, peu de choses remplacent cette petite étincelle à l'ouverture du colis en découvrant la superbe couverture de cet album, délicatement dessinée par Delphine Renon, et l'amicale dédicace d'Angélique Villeneuve, à l'intérieur. Parce que oui, parfois, quand le couvercle des marmittes se soulève, les coeurs s'ouvrent...

Le festin de Citronette est un hymne à la tolérance et à la découverte de l'autre. En effet, la jeune héroïne de cette histoire est surprise de tomber un beau jour sur un rocher tout gris et tout râpeux dans son jardin, qui grogne et marmonne. Pour l'amadouer, et apprendre à le connaître, elle lui présente des aliments. Et peu à peu, le coeur de cette solitaire s'ouvre. A chaque repas, Citronette s'épanouit et se transforme. 

Editions Sarbacane - 14.90€ - 6 janvier 2016

Un magnifique billet (avec de la nourriture et un chat) chez Le Petit carré jaune [ici]

 

epiphanie

 

Et puis, aujourd'hui, c'est le jour de l'Epiphanie, le moment de manger quelques galettes. Je vous ai trouvé sur internet quelques activités liées à l'Epiphanie, et ainsi vous permettre de vous lancer dans le bricolage papier avec ces couronnes à imprimer de chez Zü [clic ici] et cette cocotte spéciale rois et reines de chez gycouture [ici] . Bon bricolage !

04 janvier 2016

Unforgettable

[Hommage - Natalie Cole - Elle est merveilleuse cette chanson, non ?] Sinon, pendant ce temps, je lis La déesse des petites victoires de Yannick Grannec, livre dans lequel je me sens bien mais qui fait son petit poids de lecture. Le prochain billet risque de se faire attendre... donc. ;)

Posté par Antigone1 à 20:28 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


01 janvier 2016

Cette année je veux...

366jours

... avec l'aide de Flow et de son calendrier journalier, prendre chaque jour comme il vient, continuer à faire de ce blog un lieu de douceur, et dire plus souvent que je les aime à ceux que j'aime (première suggestion validée... merci Flow). En 2016, il y aura toujours des photos, du tricot, de la musique et de belles lectures ici. Je ne regrette pas 2015, qui n'a pas été tendre avec beaucoup d'entre nous. Je vous souhaite à toutes et tous une meilleure année 2016, qu'elle vous soit légère, sereine et heureuse !!! Je vous embrasse.

Posté par Antigone1 à 17:27 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

30 décembre 2015

Acquanera, Valentina d'Urbano

acquanera

 "Elsa avait souhaité de tout son être que sa fille ne lui ressemble pas. Mais en vain : Onda était victime de la même malédiction qu'elle."

Il y a tout d'abord ce lac, qui semble attirer la mort au fond de ses eaux profondes. Et puis ces femmes, elles sont quatre et forment quatre générations de médiums aux pouvoirs mystérieux et troublants. Enfin, il y a ce village, Roccachiara, qui a vu naître Fortuna, la dernière de la lignée, celle qui fera tout pour le quitter, ainsi que sa mère, Onda, qui ne l'aime pas. Mais partir de Roccachiara, c'est également abandonner Luce, sa meilleure amie, sa soeur, la seule qui n'a pas eu peur des dons de sa famille. Alors quand après dix ans d'absence, elle apprend que le corps de Luce, disparue depuis son départ, a sans doute été découvert, elle revient. Elle retrouve alors Onda, leur maison inchangée, ses souvenirs...

De l'auteure, j'avais lu Le Bruit de tes pas, qui est tout à fait différent, dur, citadin, et plus contemporain. Ici, nous sommes dans un univers villageois italien et mystérieux, sombre, où le brouillard généré par la présence du lac voisin encombre le paysage et l'esprit des habitants. Je ne suis pas dérangée par les ambiances un peu mystiques. Dans ce roman, il s'agit d'adhérer aux dons des protagonistes, c'est le parti pris. Ainsi, on peut rentrer dans cette histoire, aussi bizarre qu'étrangement agréable à lire, assez macabre, mais féminine. 

Editions Philippe Rey - 20€ - Février 2015

Le blog de blablablamia parle de tout ce qui hante dans ce roman, comme dans un conte - Jérome reconnaît la plume mais est moins séduit par le côté surnaturel - Trop de tristesse et de lenteur pour Clara - Un bon moment de lecture pour Sylire - Ce n'est pas la tasse de thé de MicMélo !

Posté par Antigone1 à 16:54 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 décembre 2015

Décembre encore... #Instagram

Récemment mis à jour5

... avec son lot de douceurs. Continuer son tricot tout doux, même si il peluche partout (le poncho avance). Habiller sa table de fête le 24, de petits personnages (et de blanc et de bleu). Acheter une brassée de houx au marché le même jour, un peu plus tôt, à deux petits messieurs âgés (et peiner un peu quand même à trouver un vase assez grand). Attaquer sa PAL avec ce roman Acquanera de Valentina d'Urbano, et être prise par son ambiance trouble et ouatée (mais savoir que le lire maintenant est le bon moment). L'avoir choisi parce qu'il fait partie de la séléction du prix Cezam (prendre de l'avance). Avoir chaud aux pieds avec ces grosses chaussettes reçues à Noël. Et garder en soi les belles images, et les belles phrases, du Prophète (animation vue il y a quelques jours au cinéma). Bref, aujourd'hui c'est dimanche.. tricot, lecture et sérénité. 

(En 2016, je vous glisserai ici, de temps en temps, un choix de photographies que je poste sur Instagram et FB. Le dimanche sans doute, le plus souvent. J'ai pris goût à ces petites mises en scènes du quotidien.)

Posté par Antigone1 à 12:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

25 décembre 2015

A l'origine notre père obscur, Kaoutar Harchi

aloriginenotrepere "Ce courage-là, le courage de faire le compte des mots, des caresses, des baisers qu'on attend, parfois toute une vie, et qui ne viennent pas, je l'ai eu. Et à la première occasion que m'a offerte la vie - je veux parler de la mort de la Mère - je me suis enfuie."

D'aussi longtemps qu'elle se souvienne, elle habite ici, dans la maison des femmes bannies, avec sa mère, seule enfant parmi d'autres mères, punies par la rumeur, et qui attendent docilement l'autorisation de leur époux de rentrer chez elles. Elle ne voit le Père qu'occasionnellement, quand il vient apporter un peu de nourriture, et qu'il reste là à écouter la Mère l'assurer de son innocence, lui demander de la reprendre. Elle grandit avec l'image des mains du Père qui déposent des paquets, avec la distance que sa mère met entre elles deux, petit à petit... avec tout ce qui lui manque, l'étouffe, et vide son corps frêle d'adolescente.

Ce roman, que j'ai dévoré, est une très belle fable dont j'ai apprécié je crois l'esprit tragique, sensuel et universel. On peut trouver à redire à son style lyrique, mais c'est ce qui m'a plu je pense en fait ici, justement, ce lyrisme enveloppant des phrases de Kaoutar Harchi. Dans la recherche du père, dans ces pages, il y a un peu de l'Antigone de Bauchau, il y a un peu de l'amour maternel du Au nom de la mère d'Erri de Luca aussi. Un doux moment de lecture... donc.

Editions Actes Sud - 17.80€ - Août 2014

Sylire a beaucoup aimé l'écriture de l'auteure mais a été frustrée par ce roman - La grosse claque de la rentrée 2014 pour Noukette - On touche au beau, au sublime même, pour Leiloona - Stephie a été gênée par l'incohérence du style/origine sociale des protagonistes

Posté par Antigone1 à 19:53 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 décembre 2015

Joyeux Noël à tous !!

Qu'il vous soit doux, mais également un peu fou fou fou... ;)

Et je participe ainsi à la radio des blogueurs de Leiloona pour Noël !! [clic ici]

noel-blogueur-radio

Posté par Antigone1 à 15:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,