15 juin 2014

Objectif Pal de juin... Partir, Tahar Ben Jelloun

partir "Alors ainsi vous voulez déguerpir, partir, quitter le pays, aller chez les Européens, mais ils ne vous attendent pas, ou plutôt ils vous attendent avec des chiens, des bergers allemands, des menottes, et un coup de pied dans le derrière, vous croyez que là-bas il y a du travail, du confort, de la beauté et de la grâce, mais mes pauvres amis, il y a de la tristesse, de la solitude, de la grisaille, il y a aussi de l'argent, mais pas pour ceux qui viennent sans être invités."

Nous sommes au Maroc, avant 1999 et l'accession au trône du nouveau roi. Azel est un des nombreux jeunes à souhaiter quitter le territoire, la pauvreté, le chômage malgré les longues années d'études, l'impossible avenir. Ils sont tous agglutinés dans des cafés à observer au loin les côtes d'Espagne, et à chercher par tous les moyens à y accéder. Certainement, là-bas, ils trouveront le bonheur. Azel suit ainsi Miguel, un riche homme d'affaires, qui le prend sous sa protection et en fait son amant. Kenza, sa soeur, le suivra dès qu'il sera bien installé en Espagne. Mais le bonheur ressemble de plus en plus pour Azel à un emprisonnement à perpétuité, il n'arrive plus à faire semblant d'aimer les hommes, à jouer le jeu que l'exil lui demande de jouer. Kenza saura, elle, mieux déjouer les pièges, affirmer son caractère. Mais à quoi les rêves ressemblent-ils quand la réalité les rattrape et les bouleverse ? Pendant ce temps, restée à Tanger, une petite fille de quatorze ans, Malika, ouvrière dans l'usine aux crevettes, pousse son dernier souffle. Vers quoi l'instinct de survie entraîne-t-il donc les hommes ?

Voici un roman d'une grande force, sans doute un peu daté en ce qui concerne son contexte, mais profondément d'actualité pour le reste, tant l'obligation de l'exil existe tellement encore dans le monde. J'ai beaucoup aimé, et l'écriture de Tahar Ben Jelloun, et les histoires qu'il nous raconte. Chaque chapitre suit un personnage particulier et permet au lecteur de rentrer dans son intimité. J'avais déjà lu Tahar Ben Jelloun, je savais donc que je ne serai pas déçue. Certaines scènes ont pourtant été à la limite du soutenable pour moi. Mais comme elles servent le récit et ne sont pas là gratuitement elles m'ont semblé nécessaires. Encore un livre resté bien trop longtemps dans ma PAL.

Folio - 7.40€ - Avril 2007

Objectif Pal 2014 : 6/12 (#objectifpal2014) 

objectifpalVous pouvez encore déposer votre lien mensuel sur le billet du mois de juin qui se trouve [par là] !! 

 

 

 

 

 

 

Posté par Antigone1 à 08:43 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


14 juin 2014

Nina, Frédéric Lenoir et Simonetta Greggio

nina "Je me souviens parfaitement, moi aussi, de la première fois que je t'ai vu."

La quarantaine venue, la vie semble bien vaine à Adrien. Il y a quelques mois il a perdu sa jument Lolita et depuis la mélancolie ne le lâche plus. C'est un peu comme si un dernier ressort avait été brisé. Il a décidé ce soir d'attenter à ses jours et prépare sérieusement la boisson qui l'emportera loin d'ici et de ses souffrances. Avant de l'avaler, il commence une lettre, destinée à Nina, son amour d'enfance. Ecrire cette lettre repousse d'un jour, puis de quelques autres, son acte insensé. Il se replonge dans les moments bienheureux des premiers émois et dans ceux moins glorieux où il n'a pas osé avouer ses sentiments. Nina n'a jamais répondu à un ancien courrier dans lequel le jeune Adrien avait enfin réussi à ouvrir son coeur. La missive du quadragénaire se transforme en roman et Adrien, recroquevillé aux tréfonds de sa solitude, est loin d'imaginer à quel point elle changera de nombreux destins...

C'est cette jolie couverture et le nom de Simonetta Greggio qui m'avait attiré vers ce petit roman. J'avais lu et aimé Les Mains nues de l'auteure [clic ici]. Avec Nina, l'émotion est présente dès les premières pages et prend intentionnellement le lecteur à la gorge. Captif, il ne peut alors que craindre pour Adrien, être soulagé qu'une jeune Emily prenne les choses en main, et espérer un signe de Nina. L'écriture à deux voix m'a semblé fluide et réussie. J'ai peut-être regretté une certaine raideur et candeur étonnante dans le style qui m'a empêchée d'être totalement émue par cette histoire qui croit à l'amour avec un grand A. Je n'ai pas vraiment adhéré non plus au succès de librairie du roman inattendu d'Adrien. J'ai cependant été séduite par les très belles images d'Italie, couleurs polaroïds, que les auteurs nous concoctent au fil de leur récit (j'ai pensé bizarrement au début du Grand Bleu) et par le caractère rafraichissant de certains personnages. Une lecture dont j'attendais pour autant un peu plus.

Editions du livre de poche - 6.90€ - 10 juin 2014

La lecture de Mirontaine 

Posté par Antigone1 à 11:17 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

13 juin 2014

El Calor

[Parce que chaleur... et que depuis que je l'ai entendue il y a peu, elle me trotte dans la tête cette chanson] Sinon, pendant ce temps je lis Partir de Tahar Ben Jelloum pour l'objectif pal de juin (intéressant) et j'ai encore un ou deux billets à rédiger sur des petits livres envoyés dernièrement... Bonne journée !

Posté par Antigone1 à 08:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

12 juin 2014

L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes, Karine Lambert

limmeubledesfemmes

 "C'est toujours quand elles sont assises dans le canapé en velours rouge que la conversation devient plus intime."

Juliette est enfin tombée sur la perle rare, grâce à son amie Clara qui part quelques temps explorer d'autres horizons, un logement pas cher en plein coeur de Paris. Elle est heureuse, sait que les appartements de l'immeuble concerné sont tous occupés par des femmes, mais ne s'attend pas vraiment à ce qu'elle va découvrir là, une sorte de ruche "interdite aux hommes" au sommet de laquelle règne une reine, ancienne gloire de la danse. Autant les autres habitantes ont, semble-t-il, "renoncé à l'amour" que Juliette, elle, clame tout haut qu'il n'en est pas question. La nuit, elle compulse le net en recherche de l'âme soeur, et ravive peu à peu chez ses voisines d'anciennes blessures, des rêves évanouis et des désirs brimés...

Attention livre léger à déguster sans a-priori ! Si vous avez aimé par exemple Demain, j'arrête de Gilles Legardinier [clic ici] vous serez sans conteste séduit(e)s par les ingrédients de cette histoire-là. Tout est fait en effet pour nous tenir bien au chaud : un immeuble où des femmes sympathiques prennent le thé ensemble, une impasse où tout le monde se connaît, des commerces tenus par des jumeaux timides et des familles souriantes, un chat qui se prénomme Jean-Pierre, un ami Max qui sait voir les matins chagrins et nous prendre dans ses bras, une scène de piscine mémorable, et tout un tas de jolis moments doux comme des odeurs de printemps. J'y ai trouvé ce que j'avais envie d'y trouver.

Editions Michel Lafon - 14.95€ - 7 mai 2014

Posté par Antigone1 à 07:54 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

11 juin 2014

Résultat du tirage au sort Mont Blanc/Pas son genre

Vous aviez jusqu'au 9 juin au plus tard pour tenter de gagner les deux poches de chez J'ai Lu suivants [ici]. Voici le résultat du tirage au sort effectué hier soir par deux mains enthousiastes, en images !

Mes images45b

Anna la bretonne et Anne... félicitations !! Je vous contacte par mail pour collecter vos adresses postales ! 

Posté par Antigone1 à 15:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


10 juin 2014

La Faille souterraine et autres enquêtes, Henning Mankell

lafaillesouterraine

 "Une femme était assise sur une chaise dans un lotissement à Arlöv, et elle était morte."

Qui était Wallander avant d'être Wallander ? Soit dès le premier tome de la série (Meurtriers sans visage) un homme de déjà quarante-deux ans, père divorcé, flic à Ystad depuis de nombreuses années. Ce recueil répond aux questions des lecteurs et permet à Henning Mankell de compiler les divers textes parus dans la presse et ceux qu'il gardait sans doute au fond de ses tiroirs. Après le point final posé avec L'homme inquiet [clic ici], dernière révérence de l'enquêteur, l'auteur effectue avec ce titre un retour aux origines rafraîchissant. C'est un Wallander jeune et déterminé que nous retrouvons, qui a soif d'apprendre, qui met trop souvent sa vie en danger mais qui préfigure évidemment le personnage qu'il deviendra.

Lire Henning Mankell est toujours pour moi un moment assez confortable. Encore une fois, je me suis délectée de ces nouvelles, qui m'ont permis d'oublier le reste, mais également que ce cher Kurt a bien vieilli dans ses dernières enquêtes. C'est un bain de jouvence que nous offre l'auteur et aussi une dernière occasion de se plonger dans l'univers familier du commissariat d'Ystad. J'ai savouré.

Editions Points - 8.20€ - Janvier 2014

 Cathulu s'est ennuyée - Tandis qu'Aifelle était ravie de retrouver Wallander !

Posté par Antigone1 à 09:09 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

09 juin 2014

Maître plongeur

mainpiscine

Quand on coule
Que l'eau ferme sa dernière boucle au dessus des cheveux

Et que l'on sait que l'on coule
Que c'est inexorable
Il est alors rassurant de savoir
Que quelqu'un quelque part
Est solide
Même debout au bord d'une autre piscine
Qu'il attend
La reprise d'air

© Les écrits d'Antigone - 2014

Quelques mots pour mettre des mots sur les maux tandis que la reprise d'air s'opère tout doucement... Des bises et des mercis à celles et ceux qui attendent patiemment au bord de la piscine. ;)

Posté par Antigone1 à 09:37 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

07 juin 2014

I'm giving you a night call to tell you how I feel

[Tandis que le corps lâche de nouveau] Sinon, les lectures s'enchaînent. Je viens de passer quelques jours en compagnie de ce si charmant Wallander... La faille souterraine, et suis plongée dans un roman TRES léger où les femmes ont renoncé aux hommes (quelle idée ?). Les billets arriveront plus tard, dès que cela sera possible... un jour.
Par ailleurs, il y a toujours deux livres à gagner ici [clic] et un bookcrossing en route (j'ai rajouté quelques indices) ici [clic]... merci d'ailleurs à Nadège ;) qui va m'aider à libérer les livres sur La Roche sur Yon. Bon week-end !

Posté par Antigone1 à 15:05 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

04 juin 2014

Bookcrossing sur La Roche sur Yon à partir du lundi 9 juin

Préparez-vous ! (Je vous donnerai plus d'informations dans quelques jours...)
Et déjà partout en France depuis début juin (plus de détail sur les lieux de distribution chez Canel [clic ici]).

Le principe ? A l'occasion de la venue en France de l'auteur de la série Trône de Fer, les éditions J'ai lu ont organisé un bookcrossing géant (distribution de 400 exemplaires à travers la France). Les participants (blogueurs pour la plupart) ont reçu cinq livres à déposer dans la ville de leur choix. Les livres seront libérés dans des parcs et lieux publics sous un emballage plastifié, à vous de les trouver, de les lire, et d'éventuellement continuer à les faire circuler. 

mai2014

Pour suivre l'opération-
www.facebook.com/letronedefer.livre  www.twitter.com/tronefer 
Des photos des lieux de dépôt à guetter sur mon compte twitter principalement @ecritsantigone (https://twitter.com/EcritsAntigone

Edit du 7 juin 2014 : dépôt prévu le 9 juin sur plusieurs sites de La Roche sur Yon de 14h30 à 16h00 - 2 ex place Napoléon - 1 ex square Bayard - 1 ex près de la Gare - 1 ex près des Flâneries... Bonne chasse !
Sur Twitter #bookcrossinglrsy

Edit du 10 juin 2014 : les livres ont été déposés hier entre 14h et 15h ici... ;)

Mes images44

Posté par Antigone1 à 05:39 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

03 juin 2014

La Ballade d'Hester Day, Mercedes Helnwein

laballadedhesterday

 "Dans une certaine mesure, tout s'effondra dans ma vie lorsque je compris que j'étais davantage faite de chair et de sang que je ne voulais bien le croire."

Hester s'ennuie ferme dans sa vie de jeune-fille. Son originalité est un défaut énorme aux yeux de sa mère qui cherche à tout prix à la formater. Le reste de la famille se contente de la contempler en silence d'un oeil circonspect. Hester n'est pas intéressée par tout ce qui exalte les autres jeunes-filles de son âge, le bal de promo par exemple. Elle, ce qu'elle aime, c'est se poser des questions farfelues et décider par exemple, un beau jour, qu'elle adoptera un enfant après ses dix-huit ans. On lui suggère qu'il serait alors bon qu'elle soit mariée ? Ni une ni deux, elle saute au cou de ce garçon qu'elle croise souvent à la bibliothèque et qu'elle aime décontenancer, et lui demande de l'épouser. Sur un coup de tête, et suite à une dispute familiale, ils s'enfuiront tous les deux, accompagnés du petit cousin d'Hester, à bord du camping car du jeune époux...

Joli road movie déjanté, La Ballade d'Hester Day est une bien belle surprise de lecture ! J'ai aimé d'emblée la gouaille du jeune personnage, et sa manière très personnelle de tordre la réalité. Peu importe que l'ensemble soit une suite rocambolesque d'évènements improbables, on se laisse prendre au jeu. Et on pense même qu'Hester a finalement plus de bon sens que la plupart d'entre nous. J'ai dévoré ce titre. Je vous en souhaite la même découverte, et que vous serez animés du même appétit.

Editions La belle colère - 20€ - 14 mai 2014

Hester n'a pas laissé Noukette indifférente -  Jérome est passé à côté - Différent et percutant pour Karine - Stephie est moyennement séduite - Un excellent moment pour Cathulu ! ... surprenant comme les lecteurs sont divisés.

 

Posté par Antigone1 à 05:46 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :