16 février 2014

La Belle et la Bête

labelleetlabete

Très proche, mais également très loin de l'album de mon enfance...

Nous sommes allés cet après-midi, en famille, voir la nouvelle version de La Belle et la Bête au cinéma avec Léa Seydoux dans le rôle de Belle et Vincent Cassel dans le rôle de la Bête. Les décors sont magnifiques et j'ai retrouvé - malgré quelques inventions suprenantes -, ce qui me plaisait dans l'histoire originale (mon album ci-contre que je conserve avec soin et que j'ai transmis à mes enfants). Tout le monde a en tête la version édulcorée de Disney... et voilà qui est bien dommage. Les acteurs sont dans cette dernière version cinématographique excellents, le rythme est tenu et le tout grandiose, du grand spectacle. J'ai peut-être seulement regretté avoir le sentiment en fin de film de me retrouver devant un épisode bien lissé de Once Upon a Time, mais si peu. Dans l'ensemble, c'est un petit régal.

Posté par Antigone1 à 20:57 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :


15 février 2014

Juste après la pluie, Thomas Vinau

 

justeapreslapluie

  "Le poème est ce pain qui se coupe à la main lorsque l'on a très faim. Je vous donne mon gâteau de miettes." "Ma poésie n'est pas grand chose. Elle est militante du minuscule, insignifiante, et je l'écris au quotidien, à la mine de rien." "Je défends une poésie sans chichis, sans lyrisme excessif, une poésie du présent. Je ne tords pas la langue, je l'élague.  Je ne chante pas le monde, je le chuchote. Je veux qu'elle dise cet au-delà de nous, qu'elle écope cet essentiel, ce qu'il nous reste après la tempête et les mensonges, mais sans grands gestes. Je travaille beaucoup sa simplicité. Elle doit sentir l'odeur de chaque matin."

Je suis très en phase avec l'idée que Thomas Vinau se fait de la poésie. J'aime, moi aussi, qu'elle nous parle du quotidien et - comme il le fait si bien - de la pluie, du ciel, des matins la mine brouillée au réveil, des oiseaux qui s'envolent, de ce qui nous échappe, des rêves, de cet infinie attente et de ce qui reste d'essentiel le soir et la solitude venus, comme des petits cailloux sur le chemin de la vie...

Dans ce recueil (un petit pavé), vous retrouverez la voix qui traverse son blog (http://etc-iste.blogspot.fr), pour moi toujours un peu en contre-jour, mêlant insolence et tendresse, impertinence et détermination. J'ai passé un excellent moment en compagnie de ce livre.

La forêt déchirée

Tous ces obstacles
ces bâtons dans les roues
ces caillasses dans les jambes
et le noeud dans ton ventre
qui est comme une famille
tous ces obstacles
dans lesquels tu navigues
dans lesquels tu habites
n'aie pas peur
ma douceur
la forêt déchirée
de ton coeur
s'ouvre sur un sourire
puisque nous sommes 
le propre paysage
de notre amour

Editions Alma Editeur - 17€ - 30 janvier 2014

Posté par Antigone1 à 19:51 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

14 février 2014

On concorde ça c'est sûr

[BB Brunes, toujours en boucle dans ma voiture.]

Sinon, pendant ce temps, je lis Juste après la pluie de Thomas Vinau (excellente poésie). Mais aussi un Douglas Kennedy que l'on m'a prêté si gentiment que je ne me vois pas en différer plus longtemps la lecture. Et puis, et puis, j'ai une pile urgente qui crie au secours, là juste à côté de moi (elle attendra), tandis que ma PAL (plus ancienne) se demande déjà qui je vais bien pouvoir choisir pour ma lecture du mois... Bon week-end !!

Posté par Antigone1 à 20:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

13 février 2014

En cours de lecture... (extrait)

lectricefemme

Deux orages ne se regardent jamais dans les yeux
(à Miles Davis et John Coltrane)

Imagine un éléphant
qui marche tranquillement sur la lune
imagine le silence qui s'étend de tout son long
dans le ventre sifflant d'une braise
imagine la nuit
qui passe une main dans tes cheveux
des glaçons qui font l'amour
imagine une ville
qui chuchote à ton oreille
ses secrets sombres
imagine un taureau
à toute berzingue dans le désert
le nuage de poussière jaune
dans son dos
l'écho de son galop
dessiné dans le ciel
imagine
l'instant d'après

In Juste après la pluie de Thomas Vinau, Editions Alma éditeur, 30 janvier 2014 - Ce n'est pas un roman, c'est de la poésie qui se picore, mais comme je m'en doutais c'est bien... (billet à suivre)

Posté par Antigone1 à 18:21 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

12 février 2014

Du Sang sur Abbey Road, William Shaw

 

dusangsurabbeyroad

"Breen se demanda s'il aurait le temps d'aller chez le coiffeur avant samedi soir. Quoique... en y repensant, ce ne serait peut-être pas une mauvaise idée de se laisser un peu pousser les cheveux."

Dans le Londres des années 60, quartier Abbey Road, une jeune-fille est retrouvée morte dans un coin de rue, sous un matelas. Elle est complètement nue, et la première difficulté est de savoir qui elle est. Breen est chargé de l'affaire. Et pourtant, il est mal vu dans son service, surtout depuis qu'il a laissé tomber un de ses collègues lors d'une échauffourée. Et puis, il vient de perdre son père. Mais on lui adjoint quand même une jeune inspectrice stagiaire,Tozer, pour l'assister. L'enquête emmènera tout d'abord le duo vers le studio où enregistrent parfois les Beatles, à deux pas du lieu de meurtre. Et si la victime était une de leurs fans ? 

Du sang sur Abbey Road est un roman policier très séduisant. Les premières pages sont en effet pleines de vivacité, et le rythme ne faiblit pas au cours de la lecture. Le duo Breen/Tozer fonctionne bien. De plus, il est plutôt excitant de s'imaginer croiser un des Beatles au détour d'une page et de connaître mieux cette époque. Dommage, peut-être que l'intrigue soit peu originale - bien que ferrant intelligemment le lecteur, et que les dialogues soient parfois incompréhensibles. Allez, malgré mes quelques bémols, je n'ai tout de même pas boudé mon plaisir avec cette lecture légère et à l'ambiance pop.

Editions Les Escales - 21.90€ - 23 janvier 2014

Val est contente de l'avoir lu  - La lecture de Keisha

Posté par Antigone1 à 17:17 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,


09 février 2014

Une petite pause s'impose

enfantpause

... mais pendant cette pause, vous pouvez toujours déposer vos liens pour l'objectif pal [ici]. Comme d'habitude, je reviens très vite. En attendant, belles lectures à vous !

Posté par Antigone1 à 18:09 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

05 février 2014

Le cercle des poètes disparus... citation publicitaire

Ce texte me disait bien quelque chose... 

"J'ai un petit secret à vous dire, approchez. Allons approchez ! On lit ou on écrit de la poésie non pas parce que c'est joli. On lit et on écrit de la poésie parce que l'on fait partie de l'humanité et que l'humanité est faite de passions. La médecine, le commerce, le droit, l'industrie sont de nobles poursuites et elles sont nécessaires pour assurer la vie. Mais la poésie... la beauté... l'amour, l'aventure, c'est en fait pour cela qu'on vit. Pour citer Whitman : "Ô moi, ô la vie, tant de questions qui m'assaillent sans cesse. Ces interminables cortèges d'incroyants. Ces cités peuplées de sots. Qu'y a-t'il de beau en cela ? Ô moi, ô la vie ?" Réponse : Que tu es ici. Que la vie existe ! Et l'identité. Que le prodigieux spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime. [Il répète en appuyant tout les mots] Que le prodigieux spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime. Quelle sera votre rime ?"

 

Posté par Antigone1 à 21:02 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

04 février 2014

La Piste de Chajnantor, Alain Keralenn

 

lapistedechajnantor

"Avec une fierté à peine dissimulée, Vincent contemplait le spectacle. Pour mener à bien ce chantier, il avait fallu combiner le meilleur des talents humains et les avancées technologiques les plus novatrices."

Vincent est responsable d'un projet de grande envergure, appelé ALMA. Près de la frontière bolivienne, s'édifie en effet le plus grand observatoire d'astrophysique jamais réalisé et l'enjeu est important. Les travaux sont presque terminés. A quelques jours de l'inauguration, l'homme se voit cependant affublé d'une stagiaire chinoise, Julia, qu'on lui recommande d'emmener partout avec lui. Il est débordé mais ne peut refuser ce service à la directrice générale. Il ne lui faudra que quelques heures pour tomber sous le charme de la jeune-fille, enthousiaste et curieuse. Pendant ce temps, Fidel, son fidèle et fiable contremaître indien aymara, semble nerveux et est très pris par un militantisme délirant qui flirte dangereusement avec des groupuscules extrémistes. Vincent saura-t-il démêler le vrai du faux, reconnaître ses véritables amis, et comprendre les stratégies qui entourent le lithium, minerai abondant dans la région ?

J'avais beaucoup aimé le précédent ouvrage d'Alain Keralenn, La croisière d'ultime espérance. Et même si, encore une fois, je me suis heurtée à une écriture qui manque (pour moi) de fluidité, j'ai été peu à peu prise par l'histoire que nous raconte l'auteur, et finalement séduite par ce livre. Car, comme dans son précédent opus, l'écrivain sait nous planter un décor, asseoir ses personnages - attachants - et nous emporter dans un tourbillon de rebondissements dignes des plus grands romans d'espionnage. Il suffit simplement de se laisser porter sans a-priori par le vent du désert d'Atacama...

Un grand merci à l'auteur pour cet intéressant voyage !

Editions Beaurepaire - 16€ - Janvier 2014

Posté par Antigone1 à 07:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 février 2014

Comment savoir ?

sauter

En novembre, j'ai failli te perdre 
En novembre, j'ai failli me perdre 
Il y avait comme une source chaude près de nous 
Qui me disait qu'il était temps de choisir 
Entre hier et aujourd'hui

J'ai pris ce qu'il y avait de bon à garder
Et j'ai sauté

© Les écrits d'Antigone - 2014

 

Posté par Antigone1 à 18:40 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

02 février 2014

Les quatre soeurs T1 Enid ~ Cati Baur et Malika Ferdjoukh

 

enid

"Au bout du bout" comme dit Hortense... juste avant le bord, avant la falaise et la mer, à l'aplomb du vide, il y a... la Vill'Hervé."

Enid (9 ans) a quatre soeurs : Hortense, Bettina, Geneviève et Charlie. L'aînée qui a à peine 23 ans gère la demeure et veille sur ses benjamines. Les parents des soeurs Verdelaine sont décédés il y a peu. D'ailleurs, leurs fantômes apparaissent quotidiennement aux filles leur apportant conseils, soutien mais aussi espièglerie. Enid, l'héroïne de ce premier tome, est à la recherche de sa chauve-souris qui a disparu lors d'une violente tempête, celle-là même qui a définitivement déraciné le sycomore et l'a jeté sur le puits. Depuis, d'étranges hurlements troublent les nuits de la Vill'Hervé...

Je lis la série à l'envers. Ayant déjà beaucoup aimé le second tome [clic ici], il me tardait de découvrir le premier, sorti en 2011 chez Delcourt, et réédité en janvier chez Rue de Sèvres. Même si j'ai été moins séduite par ce premier tome, j'ai retrouvé avec plaisir la maisonnée et ses cinq habitantes. J'ai par contre été très gênée par la taille des caractères et la typo des bulles de mon exemplaire édité chez Delcourt, mais je pense que la réédition résoud ce problème car le tome 2 est dans un format plus large. Bon, on peut le dire, ça y est, j'ai développé une affection démesurée pour les soeurs Verdelaine, et il me tarde donc de lire le tome 3 à présent... (hâte !)

Editions Rue de Sèvres - 15€ - Janvier 2014 - Merci ma bibli !!

George a aussi lu ce premier tome - Enna a été émue et amusée 

Posté par Antigone1 à 12:44 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :