08 juin 2013

Dis quand reviendras-tu ?

J'ai La Grande Sophie en ce moment dans mes oreilles... et puis j'aime tellement cette chanson (pour une fois ici en version plus légère). Sinon, c'est l'album Et si c'était moi... qui tourne en boucle dans ma voiture. Parce que, contrairement à vous toutes, aucune chance que je puisse y lire des livres audio avec mes zouzous, mais chanter à tue-tête ça si ! ;)

Posté par Antigone1 à 22:34 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :


07 juin 2013

En Vieillissant les hommes pleurent, Jean-Luc Seigle

envieillissantleshommespleurent"Aimer. C'était le seul mot qui le faisait encore respirer. Albert n'avait plus d'autre désir que de vouloir sauver son fils Henri, comme s'il avait gardé en lui ce sentiment en attendant le jour idéal pour le reconnaître lui-même bien plus que pour l'exprimer. Ce jour était arrivé. Ce fut une découverte, en même temps qu'un soulagement."

Nous sommes en 1961. Albert partage son temps entre l'usine Michelin où il travaille et ses terres. Marié à Suzanne, il a eu deux fils. L'aîné a été envoyé en Algérie, le second est passionné par la lecture, notamment par ce roman de Balzac, Eugénie Grandet, qu'il vient de commencer.
Ce jour de grosse chaleur où la télévision fait son entrée dans la maison est le théâtre de grands changements. Gilles est présenté à Monsieur Antoine, ancien maître d'école, avec qui il va pouvoir échanger sur les livres. Henri apparaît dans un reportage à la télévision, maladroit, bien éloigné de l'être sûr de lui qu'il était avant son départ. Suzanne succombe au désir. La grand mère Madeleine serre plusieurs doigts perdus dans ses mains frippées ; et même Albert, derrière le masque de sa carrure imposante, se transforme...

Vous vous en doutiez déjà je pense... ce titre s'avère un énorme coup de coeur ! Malgré une fin qui est ce qu'elle est, mais je ne vous en dis pas plus...
Dans ce petit roman, il y a effectivement une poésie de l'instant, et des petites choses, si rare en littérature et si précieuse que En vieillissant les hommes pleurent est de ces livres dont on fait durer sciemment le plaisir de lecture. On y parle du toucher, de la peau, des sentiments, de ce qui remue à l'intérieur, tout profond, de ce qu'on est capable de transformer en nous, ou pas, et de l'amour des livres. Il a reçu le Prix RTL-LIRE en 2012.
Une lecture qui réconcilie avec le genre humain (et parfois on en a bien besoin).
Petit bonus, l'Antigone de Sophocle est citée p 24 !

Editions J'ai lu - 6.40€ - 15 mai 2013

Gambadou n'a pas aimé du tout l'écriture - Jack a adoré   

Posté par Antigone1 à 21:48 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

05 juin 2013

En cours de lecture...

garconlecture"Comme Albert l'avait fait, le père Grandet aussi organisait tout dans sa maison, il définissait les contours, le cadre, l'organisation et, soudain, cela ne fit aucun doute pour Gilles : le comportement du père d'Eugénie était une preuve d'amour et de protection. Gilles comprit alors que chaque roman qu'il lirait l'aiderait à comprendre la vie, lui-même, les siens, les autres, le monde, le passé et le présent, une expérience similaire à celle de la peau ; et chaque évènement de sa vie lui permettrait de la même manière d'éclairer chacune de ses lectures. En découvrant cette circulation continue entre la vie et les livres, il trouva la clé qui donnait un sens à la littérature ; mais il eut, dans le même temps, le pressentiment, après la vivacité de la conversation, l'avalanche des reproches, les basculements de situations qu'il n'aurait jamais imaginés quelques minutes auparavant, que la vie, comme les livres, était une source infinie de rebondissements, d'imprévus, de choses secrètes entérrées sous les mots, que rien n'était immuable et que tout se transformait sans cesse."

In En vieillissant les hommes pleurent de Jean-Luc Seigle

Pour l'instant, une merveilleuse lecture... mais patience, je n'en suis qu'à la moitié !

Posté par Antigone1 à 14:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

04 juin 2013

Les Soeurs Brelan, François Vallejo

lessoeursbrelan"Les soeurs Brelan ont retrouvé la force d'être trois. Elles en avaient besoin, le notaire réunissait la famille pour la succession. Pas de testament, la mort à quarante-trois ans, Louis n'avait pas eu le temps de s'embarrasser d'actes formels, les biens revenaient aux descendantes directes, les soeurs Brelan."

Après la mort de leur père, alors que la France se remet difficilement des conséquences de la seconde guerre mondiale, les trois soeurs Brelan se retrouvent devant le notaire et le conseil de famille. Elles ont réussi, à force de persuasion, à repousser la date de l'entrevue pendant laquelle on devait statuer sur leur sort. Mais il s'agit de la date anniversaire de l'aînée. La famille avait négligé ce détail. L'anniversaire des nièces, on oublie souvent de le leur souhaiter. Au grand étonnement de l'auditoire, Marthe est devenue majeure depuis quelques heures. Le notaire est subjugué par leur faculté unique de parler à trois, d'une seule voix. Il est sous le charme de leur assurance et de leurs yeux gris. Les trois filles ne souhaitent pas être confiées à leur oncle Pierre Ledru. Il décide donc avec conviction de donner à Marthe la charge de tutrice de ses soeurs alors qu'elles n'ont aucun revenu, pas de métier et qu'elle habitent une maison invendable, fruit de la vision idéaliste de leur architecte de père...

Les Soeurs Brelan est un bien agréable roman, plutôt féminin, mais aussi un amoncellement de péripéties invraisemblables (par exemple, Judith, la plus jeune, tombe sous le charme d’un tueur en série). Il est donc nécessaire de se laisser porter par le caractère des personnages pour décider d'adhérer au récit.
J’ai pensé que l’intérêt du romancier s’était sans doute porté ailleurs que dans une vision subjective et réaliste de l’après-guerre. Ce qu’il évoque en effet au fond, et au travers des diverses époques et épreuves que vont traverser les trois sœurs de front, est un lien étroit et fraternel qui exclue toute possibilité de vivre autre chose en dehors du clan qu’elles constituent. Et cet enfermement, à la fois voulu et subi est assez terrible. Il a, au fil des pages, marqué de plus en plus ma lecture de son empreinte, jusqu'à en devenir le personnage principal, autour duquel gravitaient les soeurs comme des pantins.

J'étais toute prête à aimer ce livre à la belle écriture qui m'a laissée, ses pages refermées, malgré tout un brin perplexe.

Lu en avant première pour le Prix Points - Sortie prévue le 6 juin - 7.20€

Cuné a beaucoup aimé et est restée fascinée par ces trois caractères

Dans la sélection 2013 du Prix du Meilleur Roman des lecteurs de Points [clic ici pour en savoir plus et lire le premier chapitre]

Posté par Antigone1 à 21:54 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

03 juin 2013

Les résultats du jeu en images !!

creermonlivre1

Souvenez-vous, vous aviez jusqu'à hier soir minuit pour gagner Le Petit livre à offrir aux amoureux des mots du site Créer mon livre.com. Six d'entre vous ont participé.
Ci-dessous, le tirage de ce soir, effectué par une main encore innocente malgré ses presque 12 ans.
Grande Fille s'est prêtée avec bonheur au tirage au sort...

  MAISON 038

MAISON 039

MAISON 040

MAISON 041

et la gagnante est : Isa 48.
Isa, je transmets tes coordonnées à l'éditeur qui prendra contact avec toi pour l'attribution de ton cadeau. Merci aux participants !!

Erratum du 04/06 (18h26) : comme Isa, trop heureuse sans doute, n'a pas réussi à laisser un commentaire ici, voici une partie de son mail ... ;)
"Je voulais mettre un commentaire sur le blog mais, joie de l'informatique et des connexions hasardeuses : "Erreur de connexion ; réessayer plus tard" !!!!!!! Alors, je le copie/colle ici !!!!! C'est mieux que rien, non ???!!!!!!
Trop trop trop contente !!!!!!! MERCIIIIIIIIIIIIIIIII .... J'ai hâte de découvrir ce manuel d'amateurs de Zolis mots !!!!... Je vous en dirai des nouvelles !!!!! Merci encore et ... je t'envoie mes coordonées en MP ... Bonne journée, longue vie à ton blog et au plaisir de te lire ... toujours !!!!!! - Isa48"

Posté par Antigone1 à 20:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


01 juin 2013

Rangée !

... et déjà saturée. ;) Finalement, le classement s'est avéré étrange et aléatoire, sincèrement en fonction de l'ouverture des cartons. Le grand principe étant : l'essentiel devant, le moins essentiel relégué à l'arrière. Il faudra sans doute acheter une nouvelle bibliothèque pour accueillir les petits nouveaux.

MAISON 036    MAISON 037b  

Posté par Antigone1 à 18:53 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :

29 mai 2013

Allez... un petit jeu sur ce blog pour vous redonner le sourire avec ce temps maussade !!

En partenariat avec le site Créer mon livre.com, spécialisé dans le livre personnalisé et le roman personnalisé, je vous propose aujourd'hui de gagner le titre ci-dessous.

lepetitlivreLe petit livre à offrir aux amoureux des mots

Description de l'éditeur...

"Si vous les aimez petits ou gros, lâchés ou couverts, bleus ou obscurs, savants ou juste bons, d'amour ou d'absence… Si vous aimez les mots pour ce qu'ils sont, alors ce titre va devenir votre livre de chevet.
Vous y découvrirez de jolies collections de mots démodés (bisque bisque rage !) ou de mots rares aux allures de formules magiques (Alprazolam !), des anagrammes percutantes (le beau mot de tombeau), et surtout de nombreuses prouesses verbales inédites, proposées par Michel Clavel, sympathisant de l'Oulipo."

La fiche du livre sur le site 

creermonlivre

Pour jouer, c'est tout simple, il suffit de liker la page facebook de Créer mon livre.com : https://www.facebook.com/CreerMonLivre et de me laisser un petit commentaire (en vous enregistrant avec e-mail pour vous contacter) sous ce message.

Vous avez jusqu'au dimanche 2 juin 2013 minuit pour jouer. Le gagnant sera tiré au sort parmi vos commentaires et le résultat affiché dans les jours suivants sur ce blog. Bonne chance !

(Outre de permettre de créer des livres personnalisés, le site propose toute une panoplie de livres à offrir et vous permet également d'éditer vous-même votre recueil de poésie ou carnet de voyage [clic ici pour plus de détails].)

Posté par Antigone1 à 17:18 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

28 mai 2013

14 ~Jean Echenoz

14J'ai lu ce roman dans des conditions peu habituelles, sur ma liseuse, dans ma voiture, tandis que j'attendais, soit que mes enfants sortent de l'école, soit l'heure d'un rendez-vous. Et bizarrement, alors qu'il est question dans ce titre de cinq hommes partant à la guerre de 14, j'ai trouvé que ce format moderne de lecture lui seyait comme un gant.

Jean Echenoz a une écriture particulière, qui heurte un peu, mais d'une légèreté et d'une intelligence étonnante. Il situe dans son propos quelques rues de Nantes en Vendée, voilà qui a cependant contrarié mon début de lecture... Pour autant, j'ai beaucoup aimé ce petit livre délicat dont je n'ai fait qu'une bouchée.

Nous suivons ici un groupe d'amis envoyés au front. Et Jean Echenoz brille à conter le fossé énorme qui se glisse entre l'allégresse du début et le carnage de la guerre. Vous imaginez sans mal de quoi plus tard sera fait le retour chez soi, s'il a lieu, alors qu'une jeune femme enceinte attend le retour de l'un d'entre eux.

Editions de Minuit - 12.50€ - Octobre 2012

Entre tous, c'est le billet élogieux de La Pyrénéenne qui m'a donné envie de lire ce livre, merci à elle !

Posté par Antigone1 à 21:16 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

26 mai 2013

La couleur des sentiments

... vu hier en famille parce que grande fille avait eu une journée sur ce thème et que sa prof de CDI lui avait conseillé le livre.
Pour une fois, à défaut du livre, nous avions le film dans nos cartons.
Je trouve qu'on mesure en le regardant le pouvoir des mots, et c'est rassurant.

J'ai pleuré comme une madeleine, j'ai pensé à La Couleur Pourpre, mais pourquoi avoir autant attendu pour le regarder ?

Sinon, Cannes vient de décerner son prix à la version film de la BD Le Bleu est une couleur chaude de Julie Maroh, et ça aussi c'est rassurant : voir un pitch sur [la Vie d'adèle].

Posté par Antigone1 à 18:37 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

24 mai 2013

Dressing, Jane Sautière

dressing"Tout cela, le sentiment de se lover, la douceur et la chaleur bien sûr, tout cela, qui gonfle les armoires et dont il est presque impossible de se défaire."

Jane Sautière raconte ici le vêtement (les siens, ceux qui ont compté dans sa vie), mais également le nôtre au travers de ce que contient sa penderie et ses souvenirs. Il est compliqué de parler au mieux de ce livre qui est comme une promenade au pays d'une vie vue à l'orée exclusive de ses habits. Et pourtant l'aventure est intéressante, prenante, finalement si humaine et sensible.

Comment expliquer ainsi ce désintérêt soudain pour un jean tellement porté qu'il était une seconde peau, et cet intérêt tout à coup pour la nouveauté d'un haut original, intérêt qui ne dépassera pas les premiers jours de l'acquisition ?
Il est bien connu que nous sommes bien souvent ce que nous portons, même si l'adage sait que l'habit ne fait pas le moine.

Ah, j'ai beaucoup aimé ce dressing qui m'a semblé d'une intimité très apaisante, comme un après-midi de conversation dans la chambre d'une copine.

"Souligner un regard, illuminer des doigts, ceindre les poignets, les cous, les tailles, chercher la beauté, marquer les différences sexuelles et parfois sociales par la parure, aucune civilisation ne l'ignore. Les corps périssables, qui s'illuminent, une fois, un moment, le bref temps d'être. Pas une conjuration, une dérivation, un leurre, mais la célébration de la fulgurance de la vie."

Editions Verticales - 14.50€ - Avril 2013

Pour Cathulu la tentatrice, "on se love dans ce texte comme dans un vieux pull chéri".

Posté par Antigone1 à 21:38 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :