10 février 2013

Un printemps à Tchernobyl, Emmanuel Lepage

unprintempsatchernobyl"Pripriat, ville désolée, colle à ce que j'imaginais de la catastrophe, correspond à l'image que je me faisais du désastre.
Mais ici, dans la zone ?
Cette vibration subtile des couleurs comme l'effroyable réalité qui se cache à mes yeux.
Dessiner, c'est soulever la surface du visible et je me sens impuissant.
Va pour Pipriat et ses rues vides et grises, mais les forêts bleues ?
Quoi, alors ?
La beauté ?
Comment ça, la beauté ?"

Le 26 avril 1986, se produit à Tchernobyl la catastrophe nucléaire que l'on connaît. Vingt-deux ans plus tard, Emmanuel Lepage se rend sur les lieux, pour témoigner au travers de ses dessins de l'horreur. C'est un voyage risqué qui met ses nerfs à rude épreuve mais la motivation est forte, celle d'être un acteur militant et le témoin des effets néfastes du nucléaire.
Quelle surprise alors de découvrir la beauté, les couleurs et la joie transparaître dans ses dessins et dans la zone interdite !

Emmanuel Lepage sort manifestement grandit et libéré de cette expérience extrême. Loin de la Bretagne où il vit habituellement, il fait des rencontres paradoxales où le rire et la mort se partagent un gâteau empoisonné.

J'ai dévoré cette BD qui pour moi est un immense coup de coeur de lecture ! Car Emmanuel Lepage ne se contente pas de relater son expérience, son voyage, mais part aussi en quête de lui-même, remet en question le sens de son travail de dessinateur, passe du brun attendu au pastel coloré, éclate les cases pour se laisser envahir par le paysage et les visages heureux des enfants. C'est beau et terrifiant à la fois, terriblement magnifique !

Coup de coeur ! - Editions Futuropolis - 24.50€ - Octobre 2012 - Merci ma bibli !!

Je l'avais noté chez Bauchette chez qui on peut admirer quelques pages

Posté par Antigone1 à 12:50 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :


08 février 2013

L'atelier des miracles, Valérie Tong Cuong

latelierdesmiracles"Faites-moi confiance, Mariette. Des gens comme vous, au bout du rouleau, j'en suis depuis si longtemps, si vous saviez. Nous vous écouterons, vous nous écouterez, c'est l'essentiel de la recette. Nous vous apprendrons à vous regarder telle que vous êtes vraiment, et non au travers des yeux des autres, ni des filtres que vous a imposés votre histoire. C'est ce qui nous tue : les filtres. Il faut les cerner et les anéantir. Nous vous apprendrons à aimer vivre chaque instant. Il n'y aura plus de pièces manquantes, de chevilles mal fixées, de tristesse ou de pessimisme, et puis vous savez ? Cela marchera tellement bien qu'il arrivera un jour où ce sera votre tour d'aider les autres à vivre."

Mariette, professeur d'histoire-géographie, craque. Un de ses élèves la harcèle depuis de nombreux mois et un jour c'est le drame, la gifle balancée qui fait tout basculer. Millie n'en peut plus de ces missions interim qu'elle enchaîne, elle trouve sans la chercher une porte de sortie dans un incendie et le confort de l'amnésie feinte. Monsieur Mike, lui, installé dans la rue, sûr de sa carrure, sera mis à terre sous les coups d'un confrère pour le privilège d'une place bien située.
Tous, au fond du trou, rencontreront la main tendue de Jean, qui gère avec talent l'Atelier, un lieu connu pour faire des miracles. Pour le meilleur et peut-être aussi pour le pire...

Autant annoncer la couleur d'emblée, je ne partage pas du tout l'enthousiasme complet rencontré ici et là pour ce roman. J'en ai eu personnellement une lecture très partagée.
Dès les premières pages, l'écriture m'a déplu, sauté au visage. J'ai passé outre car les personnages sont attachants et j'avais très envie tout de même de connaître la fin de l'histoire. Et puis, en tant que lectrice, je suis toujours friande de ces petits bijoux littéraires qui font du bien, quitte à être parfois un peu bon public pour le style.
Je pense que c'est en fait la trame du récit, oui sans doute, qui n'a finalement pas emporté mon approbation, le fil qui tient le tout ensemble et l'explique, et que vous découvrirez si vous lisez L'atelier des miracles.
Pourtant pourtant, j'ai aimé rencontrer Mariette, Millie, Monsieur Mike et leur part d'ombre.
Pour eux, pour ce qu'ils ont de réel, pour leurs doubles vivants qui errent dans nos villes, ce livre valait sans conteste ma lecture.
Bouh, allez, je vous laisse faire le tri dans cet avis très emmêlé. ;) M Antigone, lui, a beaucoup aimé.

Editons JcLattès - 17€ - Janvier 2013

Un coup de coeur qui fait du bien pour Clara ! - Il a beaucoup plu à Lucie aussi !!

Posté par Antigone1 à 20:37 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

06 février 2013

Janvier sous haute tension Février en relaxation

Depuis que 2013 a pointé le bout de son nez (et peut-être aussi depuis que j'ai eu mes 40 ans), le stress et la crispation se sont invités dans mon corps, me créant ainsi quelques douleurs dorsales franchement fatigantes. Les multiples petits soucis du quotidien trouvent à se loger dans des lieux jusqu'alors préservés. Bref, la détente n'étant pas au rendez-vous, il fallait prendre les choses en main. Mon médecin m'a prescrit des séances de kiné, et je suis tombée sur la proposition d'Audiolib de tester en avant-première leurs nouveautés.
Le titre ci-dessous m'a sauté aux yeux comme une bénédiction.

janvier2013 002b

Dès réception, ce matin, j'ai inséré le CD dans ma chaîne, profitant d'un moment de solitude et de tranquillité, assez rare.
La voix de Clarisse Gardet est à elle seule une invitation au lâcher prise... quel envoûtement et quel enveloppement ! La première séance nous invite à prendre conscience du toucher et de notre peau, et à faire venir à notre conscience des images positives.
Pour l'instant, le relâchement est difficile, mais ça vient... Je garde les autres séances pour plus tard, il n'est pas recommandé de les enchaîner, mais je dois avouer que j'ai apprécié cet instant de pause.

Explorez vos cinq sens pour vous relaxer intensément de Clarisse Gardet - Un grand merci aux Editions Audiolib (www.audiolib.fr) ! - Sortie officielle en librairie le 13 Février 2013
Un extrait à écouter en suivant [ce lien]

En écoutant ce CD, j'ai pensé à cette vidéo vue à la TV il y a peu. Un instant de grâce. Regardez-là tranquillement, et dites moi si vous aussi vous n'avez pas envie que l'on vous chouchoute un peu en ce moment... 

Posté par Antigone1 à 12:02 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

04 février 2013

Grand-père avait un éléphant, Vaikom Muhammad Basheer

grandpereavaitun"Ce n'était pas qu'elle eût d'objection à être vue par les hommes, les anges, les djinns ou autre créature. Mais elle était une femme musulmane, alors...
Alors elle était prisonnière. Elle n'avait pas droit au vent, ni à la lumière du jour."

Tant que les parents de Kounnioupattoumma étaient riches, rien n'était trop beau pour eux et leur fille. Sa mère considérait d'ailleurs que les prétendants qui se présentaient pour l'épouser n'étaient jamais à la hauteur, en regard de la splendeur passée de leur famille. Son grand-père avait un éléphant qui avait tué quatre kafir !
De plus, la jeune-fille avait sur la joue une tâche de naissance censée porter chance... donc tout le bonheur et le succès était forcément à venir.

Enfermée dans une prison dorée, loin de tout ce qui est considéré comme mauvais et dangereux, Kounnioupattoumma ne connaît rien du monde extérieur, mais le revers de fortune inattendu de son Bapa lui ouvre bientôt les portes de la vie.

Voici un conte indien qui, loin d'être un coup de coeur, se lit joliment bien. J'en ai aimé le rythme et les images dépaysantes.
La réflexion spirituelle qui se dégage de cette petite fable est par ailleurs faussement innocente et pose subtilement la question de l'interprétation des textes religieux.
Une lecture divertissante et intéressante. 

Editions Points - 6.30€ - Novembre 2012

Ce roman est dans la sélection 2013 du Prix de Meilleur Roman des lecteurs de Points [clic ici pour en savoir plus et lire le premier chapitre]

Posté par Antigone1 à 20:55 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

02 février 2013

Cinq Carillons, Gail Jones

cinqcarillons"C'était une sorte d'été tropical, température fraîche à l'aube, augmentant à mesure que le soleil se levait, et pluie en fin d'après-midi ou pendant la nuit. Ellie ne s'était pas attendue à associer Sydney à cette moiteur, cette odeur corporelle, cette sensualité."

L'Opéra de Sydney est dans ce roman de Gail Jones le point fixe et symbolique vers lequel se dirigent un peu par hasard quatre des personnages du livre, trois femmes et un homme.
James et Ellie savent qu'ils vont se rencontrer, ils ont rendez-vous après des années de séparation, émoustillés par le souvenir de leurs premiers émois adolescents.
Catherine est hantée par le fantôme de son grand-frère tant aimé et ce qu'elle a laissé en Irlande.
Pei Xing est une survivante, elle a fui la chine depuis longtemps et les épreuves du passé, son regard bienveillant porté sur chaque être irradie.

Je dois avouer que j'ai eu du mal, au tout départ, à rentrer dans ce récit, mais sans doute est-il tombé dans une mauvaise période où la fatigue a freiné considérablement mon enthousiasme de lecture ? Et puis, même si le principe ne me gêne pas en général, le fait d'alterner le point de vue de plusieurs personnages m'a perdu dans les premières pages. J'aurais sans doute aimé qu'il soit plus question de l'Australie aussi, et non seulement des environs du célèbre Opéra. En fait, je suis vraiment rentrée dans l'émotion lorsque James et Ellie sont entrés en contact avec une pudeur et une retenue douloureuse. Et la manière qu'a Pei Xing de prendre en main sa vie a achevé de me convaincre que j'étais bien, finalement, dans le creux de cette histoire.
Une lecture à tenter. Ne vous arrêtez pas à mes menus bémols !

Editions du Mercure de France - 22.90€ - Septembre 2012

Un très beau roman pour Clara ! - Un roman profond et aérien pour Cathulu la tentatrice ! - Gwen en a aimé les détails...

Posté par Antigone1 à 10:14 - - Commentaires [14] - Permalien [#]


29 janvier 2013

Philippe... ma préférence à moi

Et oui, vous saurez tout, moi aussi je regarde la Nouvelle Star

Et sinon, en ce moment, je lis Cinq carillons de Gail Jones, un roman qui a pris son temps pour me prendre dans sa toile mais ça y est c'est fait !

Posté par Antigone1 à 19:30 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2013

C'est autant d'amour que je t'envoie

cestautantdamour"Tu te souviens de l'odeur des pins sur le chemin de la plage l'été dernier ?
Les aiguilles qui tombent d'un seul arbre
Les tapis d'aiguilles sur le chemin
Imagine toutes les aiguilles de pin sur les chemins de toutes les forêts...

C'est autant d'amour que je t'envoie"

...par Coline Irwin

Chaque semaine, ils se parlent au téléphone. Il s'agit d'un père et de sa fille, et de tous les messages et les questions qu'il lui envoie, comme autant de souvenirs et de preuves d'amour.

J'ai pioché ce petit livre en bibliothèque ce matin, dans le coin des enfants. Je l'ai ouvert chez moi tranquillement.
Et c'est une tonne d'amour et de tendresse que j'ai prise sur les genoux. Quel joli petit album ! De belles photographies, des mots tout simples, de tendres moments qui pourraient aussi bien être les réminisciences d'un amour entre adultes.
Une poésie universelle de la tendresse, scandée, qui touche au coeur.

Editions MeMo - 15.20€ - Août 2010 - Merci ma bibli !!

"Tu te souviens des livres qu'on lisait ensemble ?
Le bruit des pages quand on les tourne
Et les phrases dans ces pages
Imagine toutes les lettres de tous les mots des livres qu'on lisait ensemble...

C'est autant d'amour que je t'envoie"

22 janvier 2013

A la vue, à la mort ~ Françoise Guérin

alavuealamort"J'ai dit : "Je n'ai besoin de rien" et j'ai refermé lentement la porte qui menait à l'enfance trouée dont je ne voulais rien savoir.
J'ai dit : "le passé n'existe pas. Seul compte le présent et cet avenir que je voudrais préserver de la violence."
J'ai dit : "Je suis un homme." Mais ça marche comment, un homme ?
Rien n'est comme je l'avais souhaité. Ma vie, je ne l'avais pas rêvée ainsi."

Le commandant Lanester perd soudainement la vue sur la scène d'un crime atroce. Profileur chevronné, il tente de comprendre ce coup du sort, non expliqué médicalement parlant. Pour ce faire, il consulte Jacinthe, une psychologue qu'on lui a chaudement recommandé et souhaite par ailleurs continuer à enquêter avec son équipe sur le tueur en série qui sévit ces derniers temps, Caïn. Ils l'ont surnommé ainsi à cause de cet oeil noir peint au-dessus des corps mutilés. Mais se déplacer et effectuer les gestes du quotidien sans rien voir n'est pas chose aisé. Heureusement, un chauffeur de taxi prend l'aveugle en sympathie et l'escorte avec enthousiasme...

Ce que j'ai aimé ce roman policier d'une belle simplicité et d'une efficacité remarquable !
J'ai premièrement été prise, et ce dès les premiers mots, dans les mailles du filet de cette pathologie anxiogène qu'est la cécité. Puis, Françoise Guérin mêlant avec brio psychologie et enquête, j'ai été entraînée par l'intrigue. Le portrait de notre enquêteur, dorénavant culte pour moi, après seulement un opus, M Lanester, est creusé en profondeur, ce qui est fort agréable et renforce l'empathie. Je dois avouer que j'ai tremblé pour lui et qu'il m'a émue, ce charmant personnage, ainsi que ceux qui l'entourent avec sollicitude.

A la vue, à la mort est une lecture policière de grande classe.

Editions Le Masque - 6.60€ - 2007

Un polar vivant, humain et des personnages attachants pour Clara !

Le blog de Françoise Guérin [clic]

Posté par LESECRITS à 21:43 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

20 janvier 2013

Il neige

ilneige

Bon dimanche !!

Posté par LESECRITS à 11:10 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

19 janvier 2013

Oiseaux des jardins

Pour vous donner une petite idée de ce qui se passe en ce moment dans mon jardin... (les matous en moins), voici une petite vidéo que je trouve bien faite dégotée sur Youtube.
Pas de Gros-becs cependant dans mon coin de France !

Sinon, en ce moment, je lis A la vue, à la mort de Françoise Guérin... un roman policier dans lequel l'enquêteur vient de perdre subitement la vue. Comme j'ai les yeux très fatigués depuis quelques jours (allez savoir pourquoi depuis la rentrée mon corps me malmène de tous les côtés), je me dis que je serais terrifiée et perdue si cela m'arrivait, et je continue ma lecture un peu tendue... pourvu que le personnage recouvre rapidement ce sens essentiel !! Bon, je suis à fond dedans, on dirait.

Posté par LESECRITS à 16:34 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :