18 janvier 2013

L'alphabet des oiseaux - Illustrations de Nathalie Azémar et textes d'Eric Holder

"Qui plie mille grues en papier", dit un proverbe japonais, "voit son voeu exaucé."
Si je les envoie une à une, porteuses du même message, à la même adresse, avec le timbre approprié, ça peut marcher."

décembre2012 001

Et oui, voici encore une fois la famille Antigone la tête dans les nuages, avec les oiseaux !
Suite à mon billet sur Les oiseaux des jardins, j'ai reçu un mail de la part de Nathalie Azémar qui attirait mon attention sur ce livre qu'elle avait illustré et dont Eric Holder avait écrit les textes.
Et je trouve ses illustrations magnifiques !! Ce serait vraiment intéressant de les retrouver d'ailleurs sous forme de cartes postales (enfin moi je dis ça...). Les textes d'Eric Holder sont assez inattendus, moqueurs, pas si enfantins que cela. L'album est très beau, chaque page est un tableau, mais son utilité est aussi d'étendre ses connaissances en matière de noms d'oiseaux. Certains sont connus d'autres moins. 
"Ca commence par le chant des signes, l'alphabet. Alouette, je te plumerai, avec tes plumes te dessinerai, histoire de te voir enfin posée sur une planche et t'entendre pépier au milieu du papier."

décembre2012 002

décembre2012 003

décembre2012 004

décembre2012 005

décembre2012 006

décembre2012 007

Les oiseaux de l'alphabet sont : un Araçari, une Buse, une Chouette, un Dindon, une Echasse (et un Basset Hound), un Faisandeau (et un oeuf Fabergé), une Grue (et un Origami), un Harfang des neiges (et un bélouga), des Inséparables (devant le Taj Mahal), un Jaseur (sur un téléphone ancien), un Kiwi (sur un ballon de rugby), un Lori écarlate, une Mouette (et une coiffe Bretonne), une Ninoxe rousse (Australienne), un Oiseau mouche (et une mouche), un Paon (et une danseuse de flaminco avec un éventail), un Quetzal, un Rouge-gorge (et un appareil photo), une Sarcelle de bernier, un Troglodyte (et son spectrogramme), un Urubu, une Veuve dominicaine, une Wyandotte, un Xénique (qui fait des mathématiques), un Yuhina (amoureux d'un poisson, la quadrature du cercle) et un Zostérops (dans un crâne de zébu).

Editions Delphine Montalant - 21 € - Juin 2012

Un coup de coeur jeunesse pour la Librairie du Rivage

Posté par LESECRITS à 18:23 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


16 janvier 2013

Tribulations d'un précaire, Iain Levison

tribulationsdunprecaire"Je ne demande rien de spécial à mon nouveau job, sauf qu'on ne me raconte pas de salades. Je ne veux pas entendre que tous mes rêves vont se réaliser, que je peux devenir millionnaire en six semaines. Je préfèrerais entendre simplement que je vais travailler près d'une machine à café, ou que j'aurai des pauses payées.
"Licence de Lettres ?" dit l'homme en regardant mon CV d'un air perplexe. J'ai fait très fort cette fois, j'ai même imprimé un CV. Curiculum vitae, le terme latin pour "ramassis de bobards", qui monte en épingle trois ou quatre de mes quarante-cinq derniers emplois et ignore les autres."

A la fin de son parcours universitaire, une Licence de Lettres Modernes en poche, Iain Levison a exercé toutes sortes de métiers. Sans plan de carrière (cette drôle de notion irréaliste), il cherche simplement à survivre quotidiennement et à éviter de se retrouver à la rue. Il examine les annonces des journaux, apprend à déchiffrer les arnaques pour chômeurs incrédules en quête de miracles, et passe de nombreuses semaines en Alaska sur des bateaux de pêche. Ce sont ces expériences qu'il nous conte ici...

J'ai adoré ce récit, pioché impulsivement en bibliothèque. J'en ai aimé l'humour détaché, et la manière de Iain Levison de déchiffrer ironiquement le monde du travail. Même si l'action de ses recherches se déroule aux Etats-Unis, j'ai retrouvé dans les lignes de ce livre mes propres expériences de recherche de travail, en France, lors d'une longue période de chômage. Ainsi, lorsqu'il est question de ces annonces bidon d'offres d'emploi qui cachent des appâts pour formations payantes, ou bien ces entretiens que vous passez en ayant envie de fuir et de ne surtout pas être apte pour le poste. Effectivement, alors, si vous n'avez pas coché au préalable la case professorale, être titulaire d'une licence de Lettres Modernes devient très vite plus un défaut qu'un atout.
Dommage, peut-être, que l'épisode Alaska prenne autant de place dans ces Tribulations (créant un petit phénomène de lassitude) car j'étais toute prête à accoler un coup de coeur à cette lecture tonique, engagée et lucide, qui donne envie de rester en éveil et de se battre pour l'essentiel.

Editions Liana Levi - 8.50 € - 2009 - Merci ma bibli !!

Un agréable moment pour Kathel - Un humour désespéré et ironique qui fait mouche pour Keisha Un auteur qu'Aifelle relira certainement !

Posté par LESECRITS à 08:35 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

12 janvier 2013

Savoir où chercher l'Océan...

décembre2012 027

En ce moment, à la maison, nous sommes toujours très portés sur les oiseaux, qui sont de plus en plus nombreux à visiter notre jardin. J'ai fait le plein de boules de graisse tout à l'heure. J'ai une préférence marquée pour les mésanges qui sont ravissantes et gracieuses, j'ai crains un temps qu'elles ne viennent plus se poser chez nous à cause des grosses grives voraces qui prenaient facilement toute la place. Le spectacle est permanent et addictif, je ne pensais pas y prendre autant de plaisir quand j'ai regardé d'un oeil dubitatif M Antigone accrocher un peu partout des cages, des mangeoires et des échelles de fortune en Novembre. 
Le livre lu précédemment, Freedom, met à l'honneur la préservation et l'amour des oiseaux, nous restons dans le thème... Bon bref, tout cela pour oublier la semaine un peu rude qui vient heureusement de se terminer et repartir d'un bon pied.

Bon week-end ! 

Posté par LESECRITS à 18:14 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

11 janvier 2013

Freedom, Jonathan Franzen

freedom"D'où venait l'apitoiement sur soi ? Cette quantité extraordinaire d'apitoiement sur soi ? Selon presque tous les critères possibles, elle menait une vie très heureuse. Elle avait toutes ses journées pour penser à une façon décente et satisfaisante de vivre, et pourtant tout ce qu'elle semblait récolter avec tous ses choix et toute sa liberté, c'était de plus en plus de malheur."

Patty et Walter ont tout pour être heureux. Ils forment un joli couple. Et même si leur garçon, Joey, est un électron libre, rien ne prédispose cette petite cellule familiale à imploser. L'infidélité de Patty avec Richard, le musicien que rien n'attache, sera pourtant l'incident qui fera insidieusement tout basculer.
Sera alors le temps de revenir sur les choix de l'adolescence, les voies empruntées à ce moment là, l'importance de ce qui se joue à cet âge et qu'on ne mesure pas. Et aussi à cet avenir inconstant que l'on s'épuise à tenter de maîtriser...

Freedom  brosse le portrait de plusieurs personnages sur plusieurs décennies. Et cette épopée de l'intime est loin d'être ennuyeuse malgré l'épaisseur du volume (plus de 700 pages). Elle nous pose sans cesse la question du choix et de ce que les humains font de leur libre-arbitre. Et puis, la famille est cette masse informe autour de soi qui parfois se comporte comme une alliée et aussi se plaît à exclure. Alors, à qui faire confiance et contre qui se laisser aller ? Jonathan Franzen apporte ses réponses et nous laisse le temps d'y ajouter les nôtres.
Une lecture au long court qui laisse sans voix.

Editions Points - 9€ - Août 2012

Ce roman est dans la sélection 2013 du Prix de Meilleur Roman des lecteurs de Points [clic ici pour en savoir plus et lire le premier chapitre]

Asphodèle a abandonné par trop de désenchantement - Copieux d'accord mais pas indigeste pour Keisha - Malgré des bémols pas d'abandon chez Clara !

Posté par LESECRITS à 22:26 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

07 janvier 2013

Mildred Pierce

mildredpierceAh quand la TV ressemble à ça...
J'ai passé un excellent moment hier au soir sur France 3 avec les trois premiers épisodes de cette mini série qui nous conte le destin d'une mère, à la tête d'une famille mono parentale, dans le Los Angeles des années 1930.
Mildred gagne son indépendance dans un contexte de crise important et contre les vents contraires que la vie lui sert. Un très beau portrait de femme.

Il s'agit de la seconde adaptation du livre éponyme de James M.Cain.
Kate Winslet a reçu pour ce rôle un Emmy Award en 2011 et un Golden Globe en 2012. Pour ceux qui l'ont vu, on trouve quelques similitudes entre cette performance d'actrice et son rôle dans Noces Rebelles... enfin c'est mon avis. ;)

Sortie du DVD le 3 janvier 2013

Pour ceux qui ont râté cette première diffusion, le replay est disponible encore 6 jours [par ici].

La bande-annonce en VO... 

Posté par LESECRITS à 18:51 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :


05 janvier 2013

La Marche des Rois

... une bonne petite découverte de ces vacances de Noël que ce CD/Album Noël Song's de Florent Marchet !! Juste assez sur le fil de la désinvolture pour donner un autre son aux chansons traditionnelles, j'aime. A la maison, on fêtera certainement les rois demain, mais on a déjà pris un peu d'avance avec les galettes !! Mmmmhh.

Sinon, en ce moment, je suis en plein dans Freedom de Jonathan Franzen. Je trouvais ce roman au départ un peu ennuyeux et la vue du pavé à lire me faisait frémir, mais au final je suis assez intéressée par l'approche du thème de la liberté qu'il suggère...

Posté par LESECRITS à 17:53 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

03 janvier 2013

Auto-interview

Taguée par Cathulu à qui je ne peux rien refuser...

 

TAGJANVIER

(photo : ciel du 1er janvier en direct de St Jean de Monts)

1. Es-tu une acheteuse compulsive de livres ?
Non, je n’achète pas autant de livres que l’on pourrait se l’imaginer… J’emprunte beaucoup en bibliothèque, ce qui me permet de ne pas me forcer à lire, et puis ma boîte aux lettres contient assez souvent de jolies surprises !

2. A quelle fréquence achètes-tu tes livres ?
C’est aléatoire, mais j’achète surtout lors de salons du livres de ma région, rencontres avec les auteurs et/ou balades en ville. L’achat est toujours synonyme de « petit plaisir », d’un moment privilégié, je n’achète pas pour acheter.

3. As-tu une librairie favorite ?
Je ne suis pas très fidèle mais je privilégie en général les structures indépendantes.

4. Fais-tu tes achats livresques seule ou accompagnée ?
La compagnie m’est plutôt agréable dans ces cas-là, et en général l’accompagnant sort avec un livre aussi.

5. Librairie ou achats sur le net ?
Il m’arrive d’acheter sur le net (pas taper) mais seulement lorsque je ne trouve pas ce que je veux en librairie.

6. Vers quels types de livres te tournes-tu en premier ?
La littérature romanesque avant tout.

7. Préfères-tu les livres d’occasion, neufs, ou les deux ?
Avec les occasions, on multiplie le nombre de livres mais pas le budget. Je suis très cliente d’une bouquinerie sur Nantes.

8. Qu’aimes-tu dans le shopping livresque ?
Découvrir les livres que j’ai aimé et que j’ai déjà lu en bonne place sur les rayons (ça j’adore !), et me faire surprendre par la sortie d’un livre qui m’avait échappée.

9. Te fixes-tu une limite d’achats par mois ?
Non, pas vraiment. Lorsque je sens qu’il faut faire attention, je m’auto-censure en n’entrant plus dans aucun lieu de perdition et en empruntant plus en bibliothèque.

10. A combien s’élève ta wish-list ?
Je crois que ma LAL contient à peu près 900 titres, damned !

11. Cite trois livres que tu veux TOUT DE SUITE !
Je lorgne déjà sur le prochain titre d’Emmanuelle Pagano dont j’attends la sortie avec impatience. Pour le reste, je sais que la rentrée de janvier est en général synonyme de qualité alors on verra…

12. Précommandes-tu tes livres ?
J’ai fait ça deux/trois fois mais ça ne sert à rien, le livre arrive après sa sortie officielle (le temps d’acheminement), autant aller le chercher en librairie le jour même.

13. Pourquoi un tel pseudo/nom de blog ?
C’est le nom qui m’est venu à l’esprit au début de mes premiers pas sur internet, lorsque j’essayais d’écrire sur des forums d’écriture.

14. Parle-nous de ton prof préféré.
Je pense tout de suite à mon prof de Français de 4ème que j’ai eu ensuite en seconde. Il m’a fait aimer la pièce d’Antigone, il aimait le théâtre, et bizarrement il croyait en moi… Il essayait de percer ma timidité, et contrariait mon désir de me cacher tout au fond de la classe en m’interrogeant à chaque cours. Etrangement, et depuis mon mariage avec M Antigone, je porte aujourd’hui son nom de famille.

15. Quel est ton endroit préféré au monde ?
Mon foyer.

16. Parle-nous de ton premier concert.
J’ai sans doute assisté à mon premier concert classique lors de la première session de la folle journée à Nantes. Aucun disque ne remplace cette sensation là de proximité et de résonance interne.

17. Un endroit que tu aimerais visiter ?
La terre.

18. Parle-nous de quelque chose qui te rend complètement folle en ce moment.
Le pessimisme est quelque chose qui m’énerve beaucoup en général. Je déteste au plus au point ceux qui entretiennent la morosité ambiante.

19. Si tu pouvais posséder instantanément quelque chose, rien qu’en claquant des doigts, ce serait quoi ?
La paix de l’esprit, et en second vœu une petite librairie rien qu’à moi dans un joli coin de France.

20. Qui tagues-tu ?
Bel Gazou (si elle passe par ici car je sais qu’elle aime les tags), Lucie (si elle ne l’a pas déjà fait) et Anne de "des mots et des notes" (si ça l’intéresse) !

Posté par LESECRITS à 17:35 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

02 janvier 2013

Accabadora, Michel Murgia

accabadora"Filius de anima.
C'est ainsi qu'on appelle les enfants doublement engendrés, de la pauvreté d'une femme et de la stérilité d'une autre. [...] Lorsque la vieille femme s'était arrêtée au pied du citronnier pour s'entretenir avec sa mère, Anna Teresa Listru, Maria était âgée de six ans [...]."

"[...] tout ce que disait Tzia Bonaria était, pour elle, la loi de Dieu sur terre. Cependant, durant les treize années où elles vécurent ensemble, elle ne l'appela jamais maman, parce que les mères ne sont pas la même chose."

Maria est devenue la fille adoptive de l'accabadora à six ans, quittant ainsi sa mère et ses soeurs, et son rôle de quatrième de la fratrie, d'enfant non désirée. C'est une chance dont elle a conscience tous les jours. Elle apprend près de cette femme taciturne, mais bienveillante, à coudre, à cesser de chaparder et à grandir en intelligence. Pourtant, une ombre plane sur ce merveilleux arrangement, les déplacements nocturnes et inexpliqués de la couturière dans leur petit village de Sarde...

Ce livre est pour celles et ceux qui ont aimé Le coeur cousu de Carole Martinez, Laver les ombres de Jeanne Benameur ou bien encore Ce que je sais de Vera Candida de Véronique Ovaldé. Vous serez certainement séduits aussi par le charme de ce roman-ci où la magie et la tradition, le souffle des secrets, cotoient la féminité et l'héritage. J'en ai aimé l'ambiance, la langue, les personnages. Au passage, l'auteure aborde un sujet grave dont je tairais ici le nom pour conserver le mystère.
Il m'a peut-être manqué un bonus d'émotion pour que cette histoire m'emporte véritablement vers un coup de coeur, mais ce récit est un voyage, beau et intéressant, que je suis contente d'avoir effectué.
Une lecture recommandé par le Page des libraires (Prix 2011) dont je suis toujours avec intérêt les recommandations.

Editions Points - 6.30€ - Août 2012

Ce roman est dans la sélection 2013 du Prix de Meilleur Roman des lecteurs de Points [clic ici pour en savoir plus et lire le premier chapitre]

Le billet d'Enfin Livre - Un coup de coeur pour Asphodèle - Un livre comme on les aime, chaleureux et indispensable à notre imaginaire, pour Anne - Une très très belle lecture pour Clara !

Posté par LESECRITS à 12:36 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

01 janvier 2013

Meilleurs voeux !

carte voeux boule

... à vous fidèles lecteurs de mon blog ! Je suis très heureuse de vous retrouver pour cette nouvelle année.
Que tous vos voeux se réalisent et que la vie vous soit douce et légère !
Une nouvelle page se tourne vers encore plus de lectures et de mots.

(Crédit photo pour la carte - le site de ma ville)  

(Mes excuses à Cyru. Une erreur de publication de ce billet a supprimé son premier commentaire. Je la remercie et lui souhaite aussi une très bonne année !!)

 

Posté par LESECRITS à 00:03 - - Commentaires [36] - Permalien [#]

30 décembre 2012

Bye bye 2012 !

Pour teminer l'année,  j'avais envie de vous passer cette scène finale du Cinéma Paradiso (1988), sans doute ma première véritable émotion cinématographique. ;) Parce que l'émotion est une donnée essentielle de ce blog et sans conteste son fil rouge le plus important (voir les tags ci-contre). En suivant [ce lien] vous retrouverez toutes les lectures qui m'ont chamboulée en 2012.
Bonne séance !

 

Posté par LESECRITS à 20:09 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :