25 mars 2012

Romance nerveuse, Camille Laurens

romancenerveuse"[...] je n'écris pas des livres pour savoir ce qu'il y a dedans, je les écris parce que je suis dedans, je m'y mets toute entière comme on vous met en terre, dans chaque livre je porte l'amour au tombeau, je le fais avec des mots vivants, mais je le fais, je n'y vais pas de langue morte mais j'y vais, j'écris, je cherche une langue vivante pour des choses mortes, j'écris, je consigne des objets perdus - je raconte ce qui m'a mise dedans, persiste et signe."

Je vous avais raconté précédemment [dans ce post] une rencontre avec cette auteure, Camille Laurens, que j'admire depuis ma lecture de Dans ces bras-là, rencontre qui m'avait beaucoup plu. Dernièrement, c'est son roman, tout juste sorti en poche, qui a croisé mon chemin.
Et bien, Romance nerveuse est loin d'être seulement le récit de cette rupture avec son éditeur de toujours, POL, dont tout le monde a été témoin, et qui n'est qu'un pretexte, un démarrage d'intrigue.
(Et c'est pourtant ainsi que les médias nous l'ont présenté à sa sortie, ce livre, quel dommage, suivant ainsi le fil de la polémique entretenue plus tôt, mais bon...)
Il s'agit ici de raconter ce qui en découle, cette descente aux enfers constatée, cette pente soudain glissante et inexorable vers le n'importe quoi, et la relation amoureuse qui naît de ce moment-là, saugrenue, sauvage, avec un homme, différent, borderline, étranger, amoureux et infidèle, rassurant et impitoyable, Luc le paparazzi.
Il est difficile en tant que lecteur d'adhérer à cette romance, dont on attend la fin, le point de rupture, la cassure. Il est difficile d'en comprendre la déchéance. Et pourtant, cette attente est attachante, comme ce qui lie de manière incompréhensible les personnages, addictive. Les phrases/citations sont présentes à chaque chapitre. J'avais d'ailleurs constamment envie de plier les coins de pages de mon exemplaire emprunté, je me suis heureusement empêchée.
Pourtant, je n'ai pas toujours aimé assister avant à la tension entre Marie Darrieussecq et Camille Laurens, ni approuvé vraiment les arguments de cette dernière, sa colère personnelle. Cependant, et contre toutes attentes, lire ce roman a été pour moi une sacrée claque littéraire.
Camille Laurens ne craint pas les salissures de l'écriture, de la vie, et à la lire là je me dis qu'elle est également une bien grande auteure ! Attention, âmes sensibles s'abstenir.

Editions Folio - 5.70€ - Octobre 2011 - Merci ma bibli !! heart

Le billet magnifique de Cuné scotchée et convaincue

Posté par LESECRITS à 15:44 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , ,


22 mars 2012

cela semble plus facile

antoineemazavec du ciel bleu
l'été encore

on n'avance pas plus vite
mais on peine moins
à se porter
se supporter

avant
même en marchant
on dansait dans sa tête
maintenant on se traîne

bouger
malgré

Antoine Emaz

Extrait de Plaie - Ed Tarabuste 2009

Une petite carte, trouvée en bibliothèque... et quelques traces encore du Printemps des Poètes. Vivement l'été !

Posté par LESECRITS à 20:06 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

21 mars 2012

Monsieur je t'aime

J'ai commencé trois lectures et n'en ai terminé encore aucune... Tout cela est un peu brouillon.
Je vous mets en écoute une délicieuse chanson du groupe Brigitte alors que ce soir c'est Arthur H que je vais voir en concert ! Mais finalement, l'incohérence a parfois quelques charmes... Bon mercredi !!

Posté par LESECRITS à 13:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

19 mars 2012

La page blanche, Boulet et Pénélope Bagieu

LAPAGEBLANCHE"J'ai beau chercher, il n'y a rien. Pas de cause, pas de raison."

Un jeune femme est assise sur un banc. Tout commence là. Elle lève la tête et se demande ce qu'elle fait là, comment elle s'appelle, où elle vit. Tout s'est effacé dans sa tête, plus rien, c'est la page blanche... De pas en pas, enquêtant sur elle-même, Eloïse retrouve son appartement, son travail de vendeuse en librairie, ses amis, les traces de sa famille mais pas qui elle était réellement... Echaffaudant des scénarios plus farfelus les uns que les autres, il faudra bien qu'Eloïse se rende à l'évidence que la vérité est bien plus simple et détestable qu'elle ne le souhaiterait...

Mais que cette BD est bien !! J'ai adoré. Avec intelligence, finesse et humour, les deux créateurs de cet album se sont ligués pour nous dresser un portrait pas très très flatteur des solitudes modernes et de la culture clé en main. J'ai tout aimé, de la noirceur de cette histoire à la fin optimiste et solaire, la réflexion sous-jacente également qui en parcourt les pages. Les dessins de Pénélope Bajieu, remplis de fraîcheur, collent parfaitement au contenu des bulles. Une très bonne surprise, excellente même !! Enthousiasmée, je suis.

heart Editions Delcourt - 22.95€ - 18 janvier 2012 - Merci ma bibli !!!

Vos lectures... Drôle et intelligent pour La Soupière qui vous offre aussi quelques planches - La lecture de George - Celle de Moka - L'irrégulière a adoré aussi !

Posté par LESECRITS à 20:09 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 mars 2012

Ils ne sont pour rien dans mes larmes, Olivia Rosenthal

ilsnesontpourriendansmeslarmesPour ils ne sont pour rien dans mes larmes, Olivia Rosenthal a posé cette question pas si simple à quatorze personnes : "quel film a changé votre vie ?". Ce questionnement est l'occasion d'un retour vers le passé, bien souvent l'adolescence, entre bonheur total, révélation, mais aussi regrets.

L'aspect réellement émotionnel du livre est pour autant contenu dans le prologue dans lequel l'auteure nous parle d'elle-même et nous conte à la fois son sentiment de vertige permanent, le Vertigo de Hitchcock et le suicide de sa soeur... Les larmes du titre ne couleront pourtant qu'en conclusion, à l'occasion d'une évocation des Parapluies de Cherbourg.

"Je peux maintenant revoir le film
je n'ai plus peur
je n'ai plus honte
je sais que je pleure
pour autre chose
que j'en profite
pour m'abandonner
comme si l'abandon
était la condition nécessaire
suffisante
paradoxale
d'une future consolation."

J'ai beaucoup de considération pour Olivia Rosenthal dont j'avais énormément aimé Nous ne sommes pas là pour disparaitre et Que font les rennes après noël ? (Prix du livre Inter 2011) et puis j'ai eu la chance de vivre un week-end d'écriture en compagnie de cette auteure intelligente il y a quelques temps, je dois cependant avouer que je suis passée bien à côté de ce titre-ci... Quel dommage ! La qualité de l'écriture n'y est pour rien, ni ma méconnaissance du cinéma, je crois que c'est la forme qui m'a le plus désarçonnée. Le système des portraits/témoignages n'a encore une fois pas fonctionné avec moi, comme plus tôt avec Sophie Fontanel pour L'envie. D'ailleurs, c'est amusant, c'est après avoir lu une critique enthousiaste de cette dernière dans ELLE que je me suis précipitée en librairie pour acheter ce livre...
J'ai envie de dire face à cette similitude que c'est la voix des auteures que l'on aime à retrouver, la voix de l'écrivain, éventuellement, derrière celles des gens qu'elles rencontrent et non ce caché derrière qui nous est présenté. J'ai hâte d'entendre de nouveau leurs belles écritures, à bientôt !

Editions Verticales - 11,50€ - Mars 2012

Une critique assez similaire sur le Bazart

Posté par LESECRITS à 09:46 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 mars 2012

C'est aujourd'hui !

lebaldesenfoirés

Posté par LESECRITS à 11:48 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

15 mars 2012

Mon Plan d'Action pour jeunes Sorcières Très Amoureuses

mélanielafrenière... de Mélanie Lafrenière.

Un peu de sorcellerie, une ambiance collégienne, quelques jeunes gens, un zeste d'imagination et voici la suite des aventures de Gigi la petite sorcière. Elle qui avait déjà eu un Plan d'Action pour détruire les pouvoirs de son petit frère (chez Plon en 2008), elle est aujourd'hui amoureuse, et bien déterminée à faire de Lucas l'homme de sa vie. Aidée de Mélie, sorcière également de son état, et meilleure amie, tout est bon pour faire succomber l'homme de ses rêves, quitte à oublier la plus élémentaire prudence. Car personne ne doit connaître leurs pouvoirs. Alors, elles usent et abusent du sortilège Gomme-mémoire afin d'effacer toutes leurs bourdes et maladresses. Ouf, heureusement que la bande des Sept Cupidons est là pour tout arranger...

Mélanie Lafrenière a une écriture alerte et joyeuse qui donne à cette petite histoire de sorcières pas très sages un caractère humoristique très plaisant. J'ai beaucoup pensé en le lisant à la série que je regardais plus jeune, Sabrina l'apprentie sorcière. J'en ai retrouvé l'atmosphère, et l'accumulation de gaffes.
Le roman m'a semblé adapté pour un lectorat de début collège, un peu jeune d'esprit pour les adultes peut-être, quoique. Je conserve en tous les cas précieusement cette charmante petite histoire pour ma fille, pour dans quelques temps, quand elle sera elle aussi amoureuse...
Un chapeau supplémentaire à Laurence Cornou pour les illustrations très réussies !

Disponible en version papier sur le site officiel de l'auteure http://llyuworld.fr (13€) et en version ebook sur Amazon (2.68€), enfin je crois qu'on appelle ça un format Kindle !!

So very cute ! pour Karine qui l'a lu également !!

sabrina la petite sorcière

Posté par LESECRITS à 21:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

12 mars 2012

J'en ai trouvé d'autres !

Après les crabes de pierre du port de St Gilles Croix de Vie, voici ceux - version tag - des Sables d'Olonne, rencontrés hier, côté plage... Ah ah, la quête devient intéressante.

numérique14

 

Posté par LESECRITS à 18:21 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

11 mars 2012

Last night... en DVD

Nous sommes à New York. Joanna et Michael sont mariés depuis 4 ans, et se préparent pour une soirée. A cette occasion, Joanna découvre à quel point son mari semble attiré par une de ses collègues, et réciproquement. Le lendemain, il est censé partir en déplacement professionnel, avec elle. Joanna est inquiète. Une fois rentrés chez eux, elle lui fait une scène. Michael la rassure, il ne se passera rien. La même nuit, alors que Michael est à Philadelphie avec Laura, Joana recroise Alex, l'autre grand amour de sa vie...

Ce film, que je prenais pour une bluette sentiment à quatre sous, a été une agréable surprise, pleine de subtilité, dotée de plus d'un excellent jeu d'acteurs (Keira Knightley sublime, Sam Worthington intérieur, Eva Mendes surprenante et Guillaume Canet émouvant).
Elle pose la question pas si évidente de qui trompe qui, de celui qui transgresse l'interdit de l'acte physique (sans amour), ou de celui qui aime (sans passer à l'acte). L'ambiance y est sensuelle et élégante, sans vulgarité, intelligente. Un huis clos troublant, très new yorkais.

last night


LAST NIGHT : BANDE-ANNONCE VOST HD

DVD sorti en juin 2011

Posté par LESECRITS à 11:07 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

10 mars 2012

Amour, Hanne Orstavik

amourhanneorstavik"Le bruit de la voiture. Quand il l'attend, il n'arrive pas à s'en souvenir dans sa tête. Je l'ai oublié, se dit-il. Puis il vient, souvent quand il s'interrompt dans son attente et n'y pense plus. Alors, elle arrive et il reconnaît le bruit, il l'entend, dans son ventre, c'est mon ventre qui se souvient du bruit, pas moi, et juste après avoir entendu la voiture, il la voit, dans un coin de la fenêtre, sa voiture bleue débouche du virage derrière la congénère en contrebas, elle la fait tourner vers la maison et remonte la petite côte jusqu'à l'entrée."

Vibeke s'est installée depuis quelques temps avec son fils Jon dans cette ville du nord de la Norvège où elle occupe désormais un poste qui la contente enfin, elle est conseillère à la culture. Demain, Jon aura neuf ans. Elle rentre chez elle, prépare à manger, songe à l'homme qu'elle pourrait rencontrer, l'homme de sa vie, et se fait une joie d'aller en soirée à la bibliothèque. Car Vibeke aime lire. Alors qu'elle est toute à ses pensées, son fils Jon sort dans le quartier vendre des billets de tombola. Puis Vibeke sort à son tour, persuadée que son fils est au lit ou occupé dans sa chambre. Elle se heurte aux portes fermées de la bibliothèque municipale et se laisse finalement attirer par le bruit du cirque ambulant installé non loin.
Vibeke et Jon passeront la nuit à suivre des inconnus, à se croiser et à se perdre...

Voici un petit roman acheté à l'occasion de la rencontre organisée par ma bibliothèque avec Sophie Divry. Les derniers titres des Allusifs étaient présentés à la vente... Comment résister ? Il y avait trop longtemps que je n'en avais ouvert un. J'ai été attirée inexorablement vers cette couverture rose bonbon, et gourmande.
Hanne Orstavik est d'après la quatrième de couverture une des voix les plus importantes de la littérature norvégienne et ce titre est apparemment reconnu là-bas comme un classique parmi les romans contemporains.
J'ai ressenti pour ma part en refermant ce livre un sentiment très fort d'opression, et en cela la tension de l'écriture est véritablement une réussite. Cependant, malgré sa qualité littéraire évidente, ma lecture n'a jamais été réellement plaisante. J'ai eu en effet beaucoup de mal à adhérer à la désinvolture de cette mère qui ne laisse pratiquement aucune place à son fils dans ses pensées et j'ai eu bien trop peur pour le petit Jon... De plus, l'écriture passe sans prévenir d'un narrateur à l'autre (Jon et Vibeke) au fil d'un paragraphe ou au cours d'un chpitre, ce qui rend le tout assez désagréable. Ames sensibles s'abstenir. ;)

Editions Les allusifs - 14€ - 14 février 2011

Canel a trouvé cette lecture très fastidieuse - Yves est plus enthousiaste

Posté par LESECRITS à 16:08 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :