25 février 2017

Harry Potter mania

harrypotter

Tu vantes depuis des années les mérites de la lecture auprès de tes enfants, et souvent en pure perte... Ce n'est pas comme si ils n'avaient pas usé leurs semelles avec toi dans les rayons de tes librairies et bibliothèques préférées... Ce n'est pas comme si tu ne leur avais pas lu des albums époustouflants (voir dans les premières pages de ce blog)... Ce n'est pas comme si tu n'avais pas non plus instauré l'achat du livre du mois pour les obliger/inciter à lire un peu... Bref, tu as fait tout ce qui était en ton pouvoir, et parfois presque trop... Et tout à coup, un miracle a lieu, un marque-page glissé au milieu d'un roman de John Green, puis dans un autre, des idées qui affleurent plus vite quand vient le choix du livre du mois... Mais tu n'oses rien dire, on t'a bien fait comprendre que l'acte de lire auquel s'adonnait éventuellement ton adolescente en secret était d'ordre privé... Et tout à coup le miracle se transforme en effervescence, ta grande fille (15 ans) s'enferme dans sa chambre pendant des journées entières pour dévorer la saga Harry Potter... étonnant ses parents qui, encore prudents, préfèrent acheter les tomes un par un de peur que la magie ne retombe... Le coffret des films ayant été acquis par ailleurs par ta lycéenne, tu la regardes émerveillée enchaîner chaque tome avec l'adaptation cinématographique, se poser des questions, préférer la version littéraire... Les vacances de février ont été bien remplies... mais chut il lui reste encore quelques tomes à lire... et tu n'as rien dit, hein ! ;)

Posté par Antigone1 à 14:20 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26 octobre 2014

Samba

Parce que (scoop) il paraît que j'ai la même voix que Charlotte... et parce qu'il me tentait depuis un moment déjà ce film, je suis allée le voir aujourd'hui au ciné. J'ai vu ici et là quelques réticences, des bémols, quelques reproches vis à vis de son rythme, de son ton, moi j'ai aimé que l'on passe ainsi du rire à la douceur, j'ai aimé son tempo, les acteurs, le regard de Charlotte, celui d'Omar Sy aussi, pour une fois perdu. Samba, le film, c'était bien. Un moment de cinéma adapté du roman éponyme (Samba pour la France) de Delphine Coulin, disponible chez Points [clic ici]. Et vous, l'avez-vous vu ?

L'avis de Géraldine, tout aussi enthousiaste [clic] - En commentaire [ci-dessous], celui d'Aifelle, déçue 

Posté par Antigone1 à 20:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

16 février 2014

La Belle et la Bête

labelleetlabete

Très proche, mais également très loin de l'album de mon enfance...

Nous sommes allés cet après-midi, en famille, voir la nouvelle version de La Belle et la Bête au cinéma avec Léa Seydoux dans le rôle de Belle et Vincent Cassel dans le rôle de la Bête. Les décors sont magnifiques et j'ai retrouvé - malgré quelques inventions suprenantes -, ce qui me plaisait dans l'histoire originale (mon album ci-contre que je conserve avec soin et que j'ai transmis à mes enfants). Tout le monde a en tête la version édulcorée de Disney... et voilà qui est bien dommage. Les acteurs sont dans cette dernière version cinématographique excellents, le rythme est tenu et le tout grandiose, du grand spectacle. J'ai peut-être seulement regretté avoir le sentiment en fin de film de me retrouver devant un épisode bien lissé de Once Upon a Time, mais si peu. Dans l'ensemble, c'est un petit régal.

Posté par Antigone1 à 20:57 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

20 janvier 2014

Lanester... à ne pas manquer mercredi sur france 2

 

lanester

Mercredi 22 Janvier 2014 à 20h45, aura lieu la première diffusion du téléfilm "Lanester" adapté du premier polar de Françoise Guérin, "A la vue, à la mort", publié aux Editions du Masque.  

Le casting est tentant : Richard Berry dans le rôle titre, Emma de Caunes, Bruno Salomone, Isabelle Candelier, Hippolyte Girardot, Nicky Marbot, Agnès Blanchot, Maher Kamoun... 

Mon billet de lecture de janvier 2013 [clic]...

"J'ai dit : "Je n'ai besoin de rien" et j'ai refermé lentement la porte qui menait à l'enfance trouée dont je ne voulais rien savoir.
J'ai dit : "le passé n'existe pas. Seul compte le présent et cet avenir que je voudrais préserver de la violence."
J'ai dit : "Je suis un homme." Mais ça marche comment, un homme ?
Rien n'est comme je l'avais souhaité. Ma vie, je ne l'avais pas rêvée ainsi."

Le commandant Lanester perd soudainement la vue sur la scène d'un crime atroce. Profileur chevronné, il tente de comprendre ce coup du sort, non expliqué médicalement parlant. Pour ce faire, il consulte Jacinthe, une psychologue qu'on lui a chaudement recommandé et souhaite par ailleurs continuer à enquêter avec son équipe sur le tueur en série qui sévit ces derniers temps, Caïn. Ils l'ont surnommé ainsi à cause de cet oeil noir peint au-dessus des corps mutilés. Mais se déplacer et effectuer les gestes du quotidien sans rien voir n'est pas chose aisé. Heureusement, un chauffeur de taxi prend l'aveugle en sympathie et l'escorte avec enthousiasme...

Ce que j'ai aimé ce roman policier d'une belle simplicité et d'une efficacité remarquable ! 
J'ai premièrement été prise, et ce dès les premiers mots, dans les mailles du filet de cette pathologie anxiogène qu'est la cécité. Puis, Françoise Guérin mêlant avec brio psychologie et enquête, j'ai été entraînée par l'intrigue. Le portrait de notre enquêteur, dorénavant culte pour moi, après seulement un opus, M Lanester, est creusé en profondeur, ce qui est fort agréable et renforce l'empathie. Je dois avouer que j'ai tremblé pour lui et qu'il m'a émue, ce charmant personnage, ainsi que ceux qui l'entourent avec sollicitude.

A la vue, à la mort est une lecture policière de grande classe.

Toutes les infos sur le blog de Françoise Guérin [clic]

 

Posté par Antigone1 à 19:37 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

27 octobre 2013

L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet

C'est tout chaud. Nous sommes allés voir tout à l'heure en famille ce délicieux film de Jean-Pierre Jeunet, tiré du livre éponyme de Reif Larsen.

T.S. Spivet est un petit garçon de dix ans, surdoué. Il vit dans le Montana auprès de son père (pure cow-boy), de sa mère (qui étudie les insectes), et de sa soeur (qui rêve de devenir comédienne). Son frère, son faux-jumeau, a été tué alors qu'ils jouaient tous les deux avec un fusil de chasse. T.S regrette que l'on ne parle jamais à la maison de la disparition de Layton, et de ce qui a pu se passer ce jour-là. Mais un coup de téléphone va envoyer le petit garçon sur les routes. On doit lui remettre un prestigieux prix scientifique, pour une de ses inventions. Pour se faire, il doit se rendre à Washington DC et traverser seul une grande partie des Etats-Unis.

Petit dernier (8 ans) et Grande fille (12 ans) ont beaucoup aimé ce film. "Il y avait de l'émotion dedans" nous a dit mon fils, et plusieurs scènes les ont fait rire, ont marqué leur esprit. La salle était petite mais pleine à craquer... Espérons que ce soit bon signe.

En fait, je ne savais pas si ce road-movie pouvait plaire à mes enfants, était pour eux... Heureusement, Stéphie avait fait les premiers pas avec son fils [clic]. Courrez-y donc sans soucis ! (Vu en 2D)

l-extravagant-voyage-du-jeune-et-prodigieux-ts-spivet-affiche-5195f2dd0d942

 

Posté par Antigone1 à 17:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :


27 septembre 2013

La Vie domestique = Arlington Park

Cathulu en avait déjà parlé par ici [clic]. La vie domestique, version cinéma français, est une adaptation libre du roman de Rachel Cusk. Il sort mercredi 2 octobre au cinéma. Le film me tente beaucoup, mais j'attire surtout votre attention sur le changement de couverture effectué à cette occasion par les éditions Points, et qui a bien failli m'embrouiller moi-même... car le risque est grand d'acheter le même livre deux fois.

la vie domestique

arlington park

Arlington Park était un coup de coeur de lecture de l'année 2010...

"Etre une femme à Arlington Park signifie beaucoup de petites choses imprécises et enfermantes, et surtout être là pour les autres, son mari, ses enfants, tenir sa maison. Chacun sait ici que l'on ne montera plus bien haut dans l'échelle sociale, qu'on ne tombera pas plus bas non plus. Dans le confort douillet et coquet d'intérieurs briqués, les femmes d'Arlington Park se détruisent peu à peu, de leur présent pesant de solitude, et de leur avenir à jamais entravé. Alors, pour jeter un sort au temps qui passe, elles se coupent les cheveux, jettent leur colère sur les murs de leurs cuisines, essayent des vêtements provocants dans des galeries commerciales ou tout simplement se saoulent en rêvant de changements. Pour Amanda, Juliet, Maisie, Solly et Christine, la vie a comme un goût de déconvenue."

Mon billet d'alors dans son intégralité par ici [clic] 

Posté par Antigone1 à 19:56 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

01 novembre 2012

Le jour des corneilles

Vu avec mes deux loulous hier et très apprécié.
Largement adapté du roman éponyme de Jean-François Beauchemin, ce conte merveilleux, et sombre, nous raconte l'histoire d'un petit garçon élevé dans une forêt par un père qui a tout d'un ogre.
Cet homme taciturne a expliqué à son fils depuis sa plus tendre enfance que sortir de la forêt était dangereux, et qu'il risquait ainsi de disparaître pour toujours. Et on ne désobéit pas impunément au père Courge, il est si effrayant. Cependant, lorsqu'une nuit les éléments se déchaînent et que le colosse s'évanouit, la jambe cassée, les fantômes de la forêt incitent le petit garçon effrayé à braver les interdits et à s'en aller chercher du secours au village voisin...
Sortie nationale le 24 octobre 2012. Un film réalisé par Jean-Christophe Dessaint.

 

Posté par LESECRITS à 09:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

18 avril 2012

La Vie d'une autre, Frédérique Deghelt

lavieduneautre"Rien... Cette accumulation de sourires, de vacances, d'anniversaires, d'expressions ne m'évoque rien. J'ai beau attendre à chaque page un choc, une ombre, un fil à tirer pour que vienne le reste, c'est l'album de photos d'une étrangère que je feuillette avidement."

Marie se réveille auprès de Pablo rencontré la veille lors d'une soirée, et c'est le choc. Elle se rend compte très vite qu'ils sont mariés, ont des enfants et qu'elle a étrangement fait pendant la nuit un saut dans le vide de 12 ans. Hier, nous étions encore le jeudi 12 mai 1988, aujourd'hui nous sommes le 13 mai 2000. Elle ne dit rien de son amnésie, évite les erreurs avec dextérité et part en quête d'elle-même... La réalité s'avèrera plus douloureuse que prévu, mais cet amour tout neuf - vieux pourtant de 12 ans - qu'elle découvre soudain est ce pour quoi elle a réellement envie de se battre.

Je découvre l'auteure avec ce titre et c'est une rencontre plutôt intéressante que j'ai fait là. J'ai cru au tout départ entrer dans un univers fantastique/réaliste (allons bon) particulier, mais non pas du tout, il s'agissait bien d'amnésie. Le style du roman est assez simple mais l'histoire est suffisament addictive pour le faire oublier. Le personnage principal est attachant et les situations qu'elle rencontre vraisemblables. Je dois avouer que les tribulations de Marie et Pablo m'ont tenue assez tard dans la nuit... Ce livre pose avec justesse la question de la durée dans le couple, et du regard éveillé sur l'autre que l'on perd parfois en cours de route. Marie s'attache à ce mari tout neuf qui semble lui tomber du ciel, à cette famille qu'elle apprend à aimer en urgence, et donne ainsi à son couple un élan nouveau.

Une lecture agréable qui m'a remis en selle après quelques déceptions, même si la fin m'a laissée un peu sur ma faim.

Editions babel - 8.70€ - Janvier 2012 - Merci ma bibli !!

Je rejoins l'avis de Mango sur son billet - Anne (l'insatiable lectrice) avait été déçue par le dénouement et agaçée par des détails (je suis d'accord aussi) - Pas un coup de coeur mais presque pour Saxaoul ! - Anne (des mots et des notes) a beaucoup aimé !

Ce roman a été adapté au cinéma par Sylvie Testud - sorti en salles en 2011
Je n'ai pas vu le film qui semble assez différent du livre.


LA VIE D'UNE AUTRE - BANDE ANNONCE OFFICIELLE

Posté par LESECRITS à 18:51 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 avril 2012

Un jour, David Nicholls

UNJOURLIVRE

"Les quelques lignes qui s'affichaient à l'écran constituaient la première ébauche de son tout nouveau projet : une série de romans policiers à visée commerciale, mais discrètement féministes. A onze ans déjà, Emma avait dévoré tous les Agatha Christie ; par la suite, elle avait avalé quantité de Raymond Chandler et de James M. Cain. Pourquoi ne s'essaierait-elle pas au polar elle aussi ? Forte de ses lectures, elle avait abordé l'exercice avec confiance. Mais après une matinée d'efforts infructueux, elle devait admettre que lire et écrire sont deux activités distinctes : l'écriture ne se limite pas à régurgiter ce qu'on a absorbé."

Tout commence en 1988, alors qu'Emma et Dexter viennent d'empocher leurs diplômes de fin d'étude et de fêter ça dignement avec alcool et amis à la clé. Se croisant déjà depuis quelques temps, ils se sont enfin abordés à cette occasion, puis ont passé la nuit ensemble, mais rien n'a vraiment eu lieu... Entre discussions à bâtons rompus et baisers, un lien s'est pourtant formé (amoureux ?). Dexter veut "découvrir le monde", il partira le lendemain. C'est l'univers brillant et violent de la télévision qui le récupèrera au terme de son périple. Emma est une jeune militante qui rêve de devenir écrivain, est douée pour l'enseignement et est bourrée de principes et de complexes. S'ensuivront des années à s'écrire, à s'aimer en toute amitié, et à se manquer de peu... (pour toujours ?)

Je pensais que ce best seller était une romance légère et facile, mais en fait pas du tout. J'ai même eu quelques difficultés à rentrer dans l'histoire, les premières pages du livre ont été laborieuses à lire. Et puis, je me suis prise d'affection pour les personnages de cette épopée amicale qui ne nous épargne rien de ses désillusions et de son désanchantement. C'est ce qui m'a beaucoup plu dans ce livre, l'intention réaliste, ainsi que ce brossage du temps via deux vies et personnalités assez différentes (Le récit se termine en 2007). Je ne me suis rendue compte qu'à la fin que l'auteur avait en fait décidé de nous raconter le 15 juillet de chaque année (d'où le titre).
On y boit et fume aussi en quantité, pas de fausse ambiance bien pensante donc, lisse, voilà qui fait drôlement du bien de nos jours.
J'ai hésité à mettre ce titre en coup de coeur, il l'aurait mérité, mais je conserve quelques bémols sur certaines longueurs. Je vais donc me contenter de chaudement vous le recommander.
Une bonne grosse lecture addictive, pour les adeptes du genre.

Editions 10/18 - Février 2012 - 9.60€

Saxaoul est mitigée - Je l'avais noté sur le blog d'Elfe, enthousiaste - Une histoire qui aurait gagné à être plus courte pour Aifelle

Un film a été tiré du roman, je ne l'ai pas encore vu... 


UN JOUR : BANDE-ANNONCE VF HD 'One Day'

Posté par LESECRITS à 09:48 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 février 2012

Auprès de moi toujours... en DVD

Adaptation cinématographique du livre éponyme de Kazuo Ishiguro (mars 2006, éditions des deux terres), ce film relate l'histoire d'une bande d'enfants, élevés dans un pensionnat de la campagne anglaise dans les années 80. Ils découvrent un beau jour le secret qui va guider leur avenir, et leur rôle réel dans la société qui les entoure.
Un film d'anticipation bluffant et esthétiquement parfait, qui allie avec art angoisse et poésie. La naïveté et la grâce des premières images ne préparant pas au drame qui attend au final Kath, Ruth et Tommy. Bizarrement, le texte écrit ne me disait rien. Le hasard a voulu que je découvre la version filmée en premier. Je ne regrette pas et je conseille sans réserves.

auprès de moi toujours


NEVER LET ME GO : BANDE-ANNONCE VF HD

Un DVD sorti en Août 2011

Posté par LESECRITS à 15:58 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,