03 juin 2014

La Ballade d'Hester Day, Mercedes Helnwein

laballadedhesterday

 "Dans une certaine mesure, tout s'effondra dans ma vie lorsque je compris que j'étais davantage faite de chair et de sang que je ne voulais bien le croire."

Hester s'ennuie ferme dans sa vie de jeune-fille. Son originalité est un défaut énorme aux yeux de sa mère qui cherche à tout prix à la formater. Le reste de la famille se contente de la contempler en silence d'un oeil circonspect. Hester n'est pas intéressée par tout ce qui exalte les autres jeunes-filles de son âge, le bal de promo par exemple. Elle, ce qu'elle aime, c'est se poser des questions farfelues et décider par exemple, un beau jour, qu'elle adoptera un enfant après ses dix-huit ans. On lui suggère qu'il serait alors bon qu'elle soit mariée ? Ni une ni deux, elle saute au cou de ce garçon qu'elle croise souvent à la bibliothèque et qu'elle aime décontenancer, et lui demande de l'épouser. Sur un coup de tête, et suite à une dispute familiale, ils s'enfuiront tous les deux, accompagnés du petit cousin d'Hester, à bord du camping car du jeune époux...

Joli road movie déjanté, La Ballade d'Hester Day est une bien belle surprise de lecture ! J'ai aimé d'emblée la gouaille du jeune personnage, et sa manière très personnelle de tordre la réalité. Peu importe que l'ensemble soit une suite rocambolesque d'évènements improbables, on se laisse prendre au jeu. Et on pense même qu'Hester a finalement plus de bon sens que la plupart d'entre nous. J'ai dévoré ce titre. Je vous en souhaite la même découverte, et que vous serez animés du même appétit.

Editions La belle colère - 20€ - 14 mai 2014

Hester n'a pas laissé Noukette indifférente -  Jérome est passé à côté - Différent et percutant pour Karine - Stephie est moyennement séduite - Un excellent moment pour Cathulu ! ... surprenant comme les lecteurs sont divisés.

 

Posté par Antigone1 à 05:46 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :


17 mai 2014

Cet été-là ~Julian Tamaki et Mariko Tamaki

cetetela

"Awago Beach, c'est cet endroit.
Où l'on va chaque été, mes parents et moi.
Depuis... peut-être... toujours."

Rose et ses parents débarquent comme chaque été dans leur maison de vacances, près de la plage. La jeune-fille retrouve avec plaisir les lieux de ses précédents séjours, et aussi sa meilleure amie, Windy. Toutes les deux sont à la frontière de l'adolescence et commencent à regarder avec curiosité le manège des grands. Elles empruntent des DVD effrayants au petit boui-boui du coin, jouent à se faire peur, se mêlent des histoires d'un couple de jeunes-gens qui se disputent, s'interrogent sur l'évolution de leur corps, leurs premiers émois, et le reste d'enfance qui leur colle encore beaucoup à la peau. Pendant ce temps, la mère de Rose, Alice, s'enferme, refuse d'aller nager, cache dans sa mauvaise humeur un bien pénible secret...

Cet été-là est la traduction française d'une BD sortie sous le titre original de This One Summer, un très beau roman graphique signé par deux canadiennes. Les dessins sont justes magnifiques, la narration toute en sobriété, finesse et justesse. Craig Thompson, l'auteur du prodigieux Blankets, approuve cette lecture en quatrième de couverture et je ne peux qu'applaudir des deux mains : "Cet été-là avance en chancelant sur la ligne de faille de la préadolescence, quand la naïveté confortable de l'enfance s'estompe, laissant place aux sombres complexités de la vie adulte. J'ai adoré ce livre."

Une BD comme je les aime où l'intérieur des bulles est à la hauteur du graphisme, et où l'éclatement des vignettes peut étonner agréablement au détour d'une page. Un très beau travail et un coup de coeur !!! 

Grande-fille (13 ans) l'a lu aussi. ;)

Editions Rue de Sèvres - 20€ - 14 mai 2014

cetetela2

cetetela4

Posté par Antigone1 à 09:37 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 mai 2014

L'Avenir, Catherine Leblanc

lavenir "Agnès est partie découvrir le monde et moi, qu'est-ce que je fais ? Rien ! Je suis les rails, le chemin qu'on a tracé pour moi. J'attends, je me décompose. Comme tous les matins, je pars au dernier moment. Je marche à toute allure. Il faut qu'il m'arrive quelque chose ! Une rencontre, une aventure. Qu'il m'arrive quelque chose aujourd'hui ! Qu'il m'arrive quelque chose avant que je ne meure sur place, que je me déssèche et que ma tête se réduise comme chez les Jivaros."

Charlène a seize ans et vit avec sa mère et sa soeur aînée, Agnès. Cette dernière décide tout à coup de partir, sur un coup de tête, malgré les supplications de sa famille, pour suivre son amoureux jusqu'en arménie, où il trouvera certainement du travail. Pour Agnès, c'est l'aventure, la vraie vie enfin, un moyen de quitter un foyer sclérosé, mais pour Charlène c'est un abandon qui la laisse seule, en face à face avec sa mère. Son quotidien devient pesant, son avenir fermé. Elle souhaite ardemment que quelque chose vienne tout bousculer, donner du sens à sa vie. Ce sera Nathan, son charme incertain, et la découverte d'un nouveau monde, plus adulte, où les sentiments et la sensualité peuvent bouleverser une âme encore adolescente...

J'ai beaucoup aimé ce petit roman de Catherine Leblanc, le ton juste avec lequel elle évoque les émois d'un premier amour, le cataclysme qu'il peut provoquer dans une toute jeune vie, le passage à l'acte, l'affection à l'autre donnée sans retenue, les flèches de douleurs du doute et de la trahison. Ce livre est une grande réussite. A confier à des lecteurs adultes, autant qu'adolescents.

Editions de la Rémanence - 15.80€ - 14 avril 2014

Catherine Leblanc est un écrivain prolixe qui écrit sous divers formats. Petit dernier adore par exemple sa collection des Comment ratatiner... en jeunesse [clic ici] et [ici aussi]. J'avais adoré Viens, on va chercher un poème [clic] et lu également Fragments de bleu [clic] et Si loin, si près [clic].

http://catherineleblanc.blogspot.fr/

http://www.editionsdelaremanence.fr/l-avenir.html

Posté par Antigone1 à 06:20 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mars 2014

Dieu me déteste, Hollis Seamon

 

dieumedeteste

 "[...] récemment, ma mère a pris un congé dans ses deux boulots, quand l'expression phase terminale a commencé à fleurir partout dans mon dossier et que soins palliatifs est devenu mon adresse permanente."

Nous sommes à NewYork, hôpital Hiltop. Richard a presque dix-huit ans et une chambre dans l'unité des soins palliatifs. Son seul souhait est d'être considéré comme un adolescent ordinaire, et de pouvoir serrer dans ses bras Sylvie, l'autre adolescente de l'étage, qui lui demande d'ailleurs abruptement d'être son premier, avant que de... Forts de leur projet et de leurs sentiments naissants, les deux amoureux devront se confronter pourtant à l'hostilité des familles qui ne voient dans cette amourette que danger et sujet à colère.

Je ne suis pas très fan des récits qui miment le langage parlé, surtout quand ce langage mime un phrasé enfantin ou adolescent. Pourtant, j'ai aimé ce récit-là qui, dans son genre, est très bien fait et prenant. Hollis Seamon a, semble-t-il, voulu rendre hommage à la fougue et au panache des enfants rencontrés à l'hôpital, ainsi qu'au travail du personnel infirmier. Le résultat est enjoué et pudique à la fois, bien que rien ne soit caché des défaillances et des désirs de chacun. Il n'y a pas dans ce roman de pathos exagéré non plus, ni de larmes à l'oeil... juste du courage et du tonus à revendre, et quelques bêtises. Je salue la galerie de personnages (hauts en couleur) et le talent de l'auteure qui a su conserver un ton juste tout au long de son récit.
Un titre que l'on a envie de mettre dans d'autres mains après sa lecture. 

Ce roman est le fruit d'une nouvelle collaboration entre les éditions Anne Carrière (Stephen Bordes) et M Toussaint Louverture (Dominique Bordes).

Editions La Belle colère - 19€ - 13 mars 2014

Un coup de coeur pour Cathulu [clic] - Clara veut le mettre dans les mains des ados (je suis d'accord) [clic]

Posté par Antigone1 à 09:13 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

22 septembre 2013

Une preuve d'amour ~ Valentine Goby... un coup de coeur !

unepreuvedamour"Exactement Abdou. Les cheveux, une preuve d'amour. Les dents, une preuve d'amour. Le corps, une preuve d'amour."

Dans une classe de collège, on étudie Les Misérables, et on disserte à haute voix sur le cas de Fantine. A-t-elle abandonné sa fille Cosette ? Les élèves sont unanimes et pensent que rien ne peut absoudre cet acte, avoir laissé un enfant innocent entre les mains des cruels Tenardier. Le prof de français est déconcerté et s'attendait plutôt à ce qu'émerge l'idée du sacrifice, ou de la preuve d'amour... celle qu'Abdou finit par presque crier en se levant brusquement, avant de s'enfuir de la salle de classe, puis de l'école. 
Sonia qui vit seule avec son père depuis le décès de sa mère, est intriguée et attirée par ce grand garçon taciturne qui ne reviendra dans le sein du collège qu'après plusieurs jours d'absence. Car derrière l'évocation d'un classique du XIXème siècle se profile la dure réalité de ceux pour qui le nom de Calais évoque la plus haute liberté possible...

Ah là là... Mon petit coeur tout mou n'a su résister, dès les premières pages, à ce petit roman jeunesse là. Les larmes me sont venues aux yeux immédiatement. Et j'ai aimé ce récit porté par l'écriture toujours forte de Valentine Goby. J'ai aimé également cette incursion dans une salle de classe et vérifier encore une fois l'impact de la lecture sur nos actes, même si ici les actes ne sont que de papier.
Un coup de coeur !

Editions Thierry Magnier - 5.95€ - 15 mai 2013 - Merci ma bibli !!

Noté après le billet enthousiaste de Lucie ! [clic

Posté par Antigone1 à 16:02 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , ,