26 juin 2017

Atelier d'écriture

terre-paume

J'ai passé une vie à t'attendre. Sans avoir eu vent de ton existence. Le temps qu'il a fallu pour connaître. La nature du vide. Ce que j'attendais. Et combien tu m'avais manqué. Tu as toujours été cette ombre assise à côté de moi. Silencieuse et complice. Invisible. Et je pensais que tout le monde vivait avec ça en soi. Cette béance d'un autre disparu. Si tôt que le souvenir ne pouvait émerger. La part manquante. Elle explique pourquoi j'aurais tant voulu être un garçon. Plutôt que cette semi fille que je suis. Vivre les genoux écorchés, les cheveux courts en bataille. Et t'approcher ainsi au plus près. Le temps qu'il a fallu pour comprendre. La raison d'être des affections trop grandes. Le sourire à l'envers et ces doigts qui s'échappaient sans cesse. Puisqu'ils n'étaient pas mon frère. Elle aurait ressemblé à quoi ma vie si tu avais été là ? Elle se serait sans doute heurtée à la réalité. Je le sais depuis. Combien rien n'y résiste jamais. Hier j'ai retracé mon chemin, suivi le fil de mon existence. Repris chaque point, chaque noeud. Chaque bouleversement du coeur. Compris que les fois où j'avais cru te trouver dans un autre. Ce n'était pas toi. Si j'avais été sage tu serais revenu. Si je ne bougeais pas, demain tu serais là. Si je me tenais prête, inchangée, l'enfant que tu avais cotoyée, tu apparaîtrais un beau jour ton sac sur l'épaule. Et deux secondes ensuite, moi dans le creux de tes bras. La souffrance est telle parfois qu'elle m'envahit toute entière. La conscience de ma solitude, de cette terre que je foule sans toi. La panique lorsque je sais, je sens, que je confonds ma peine et l'amitié. J'ai passé une vie à t'attendre, et tu ne reviendras pas. Je te porte depuis toujours contre ma hanche, comme un de mes enfants. Je dois glisser mes doigts dans le blond fin de tes cheveux, une dernière fois, et accepter d'être seule. Entière. Et sans l'attente pour me tenir compagnie. Aujourd'hui, sur mon corps flotte une robe. J'ai laissé l'homme qui m'aime ajouter des pierres aux lobes de mes oreilles. Etre une femme c'est accepter de te laisser partir. T'oublier tout à fait. T'abandonner après l'avoir été. Laisser le vent emporter les restes de toi. Vivre à nu, enfin. 

Un texte écrit pour l'atelier d'écriture de Leiloona, Une photo quelques mots [clic ici]

Posté par Antigone1 à 06:23 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :


22 mai 2017

Atelier d'écriture

living-room-700x466

Vous parler de ça. Du j'aurais pu tomber plus bas. Du j'ai parfois laissé gagner le vertige. Et de ce quelque chose qui m'écrase encore. Comme la rambarde de cette mezzanine qui imprime sa dureté sur mon ventre. Quelque chose qui tient du dégoût et de la colère, de l'impuissance aussi. Quoi de plus mort que les objets que je contemple. Le mal que l'on m'a fait, et que l'on fait à d'autres, partout. Ces vies qui se roulent en boule et qui pleurent dans un coin. La méchanceté, la bravade et l'orgueil. La trahison. Tous ces gens que l'on regarde de haut, que l'on exclut, que l'on méprise et que l'on tue à petits feux. Et le retour souhaité de la bienveillance. Vous parler de ça. Du chaque jour devoir extirper de soi des mauvaises pensées pour commencer sa journée. Du sourire en façade. Du rire trop fort pour cacher tout ce qui tombe en soi et se déchire. De la vigilance qui occupe toute la pensée. De tout ce qui est inversé. De l'obligation de s'aimer un peu pour survivre. Du sentiment d'opression, d'enfermement, et de cette impression d'être dans une voie sans issue, une impasse. A s'en abîmer les poings à force de cogner contre des portes fermées. Puis de l'oxygène qui emplit tes poumons d'air quand enfin tout cela se retire, quand la marée descend et découvre la beauté de ce que tu es. Sans chichis ni trompettes. La beauté d'être humaine, fragile et de chair. Et le renouvellement possible de soi, que je n'imaginais pas. Vous parler des larmes qui sortent depuis, qui n'en peuvent plus de s'écouler dès que l'émotion surgit. Une source intarissable. A toi seule tu pourrais sauver un pays en sécheresse. Je n'avais pas les armes. Et c'est quand tu es à terre que tu t'en aperçois. Je n'étais pas armée pour ça, pour être la cible de la médisance, de la violence d'un prédateur. Je n'étais pas prête non plus pour les regards baissés, pour la lâcheté en cascade, pour la solitude et ceux qui s'amusent à te regarder sombrer. Je me penche au dessus du vide, et je sais la séduction du vertige. Rajouter du froid au froid, disparaître, devenir invisible, s'incruster dans le décor, être un objet, un élément de cuisine. Certains jours, mes phalanges agrippées sur le bois blanc il me faut du temps pour convoquer les rires amis, les paroles douces, la lumière, tout ce qui existe et qui sauve du désarroi. Qu'ils en soient remerciés. La lutte est longue, semée d'embûches, mais je peux parler de ça aujourd'hui. De ce quelque chose qui gagne. Chaque jour depuis deux ans. Et de tout ce qui est beau derrière chaque porte que j'ouvre depuis.

Ce texte est ma participation à l'atelier d'écriture de Leiloona... Une photo quelques mots [clic ici]

Posté par Antigone1 à 06:34 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

24 avril 2017

Atelier d'écriture

combi

Tracer la route. C'est ce que je te propose. Le temps est idéal. Tu n'auras pas trop chaud. Ni trop froid non plus. Tracer la route et oublier, chasser ce voile gris qui assombri encore parfois ton visage. J'ai patienté tu sais, pendant les jours noirs. Et puis ton rire est revenu. Et comme j'ai aimé ça, le sentir de nouveau gronder dans ton ventre et monter jusqu'à ta gorge, puis éclater tendrement dans mon cou. Peu importe si il était là pour se moquer de moi, de ma lubie des voyages, de cet achat d'un camping car vieillot, et de cette couverture à petits carreaux verts et blancs que tu as pris au départ pour des envies de paternité. Une couverture pour bébé. Elle recouvre ton corps ce soir. J'ai eu tellement peur tu sais, ces derniers mois, toutes ces fois où tu pleurais, où tu sombrais, où j'étais incapable de t'aider. Tu pensais ne rien mériter, et surtout pas les bouées de douceur que je te tendais. Je t'ai vu te noyer, tous les jours un peu plus. Et comme je les redoutais, ces moments où je te retrouvais au milieu des draps, prostrée, le regard dans le vide, des larmes ruisselant sur tes joues, ta parole éteinte, la mâchoire bloquée. A quoi bon alors mes muscles, ma force, les efforts que je déployais. J'ai haï ceux qui t'avaient mis dans cet état, et puis j'ai haï la mort qui rodait près de toi et qui voulait t'emporter, toi et notre bonheur. Et tu as été la plus forte. Tu as lutté plus durement que ce que tu montrais. Tu n'as cessé de fixer ce point au-delà de moi, qui te ramenait à chaque fois la tête hors de l'eau. Je pouvais presque voir tes phalanges bleuies agripper le bord carrelé de la piscine. La vague est passée, ça ira mon chéri. Ces mots qui ne rassuraient pas. Le retour probable de la vague, le rythme des marées. ma volonté de te sortir de là. J'ai vu d'un bon oeil ceux qui, peu à peu, t'ont dit en écho à ma vigilance que tu valais la peine. Parce que tu valais la peine ma chérie. Je n'ai jamais compris comment tu avais pu en douter, comment le mécanisme avait fonctionné, sournoisement, fendillant tout à l'intérieur de toi, brisant ta confiance fragile. Quelqu'un avait posé le doigt sur le point qui tenait tout en toi, et tu étais tombée, comme une marionnette cassée. Le bonheur est revenu avec tes mots, le rire, l'envie de marcher, de sortir, le soleil sur ta peau, tes bras autour de mon cou et l'espièglerie. J'ai envie de croire aussi que chaque baiser donné t'a forgé peu à peu une solide carapace, que tu promènes ainsi mon amour avec toi, inscrit sur ton épiderme. Car chacun de tes sourires est à présent une fête. Je veux t'emmener, sans tarder davantage, sur les chemins caillouteux, serrer ton corps à chaque halte, ne plus avoir peur de te perdre. Et je sais que la route sera belle, puisque tu es là, puisque nous sommes deux. 

Un texte rédigé pour l'atelier d'écriture de Leiloona... une photo quelques mots [clic ici]

Posté par Antigone1 à 06:17 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

17 avril 2017

Atelier d'écriture

cafe-fred-hedin

Immédiatement, il y a cette sensation de banquette brûlante sous mes cuisses. Ton regard bleu qui me transperce. Le reflet du ciel sur le verre de tes lunettes foncées. Je refrène le petit cri de surprise qui me monte à la gorge. Je suis assise à côté de toi, dans ta voiture, et tu voudrais que je ne sois pas là. Je te dérange. Tu es venu me chercher parce que je te l'ai demandé. Tu ne sais pas dire non. Tu m'as donc répondu oui, mais dans ta voix au bout du fil une cascade de réticence l'accompagnait. Il fait chaud. Ton front brille. Ta chemise colle à ton torse et la transpiration zèbre tes côtes. J'ai mis une robe légère qui vole sur mes jambes. Tu as relevé le toit ouvrant. Tu ne démarres pas tout de suite. Tu attends que je t'explique, ce que nous faisons là, tes roues à demi sur le trottoir, devant ce lycée où je travaille. Je sens ton impatience, ton agacement, et j'esquisse un sourire parce que tu ne sais pas combien tu es beau, là dans la lumière, blond, brillant et fragile. Je t'emmène dans ce café où il fera presque frais, loin du bruit et de la circulation. Je les emmène tous là. Ce n'est pas un piège, c'est une habitude, une superstition. Mes histoires d'amour ne peuvent éclore que sur le bois dur d'une chaise de bistrot, naître dans les bulles d'une limonade fraîche, sous le regard bienveillant de Virginie. Je lui demanderai son avis ensuite, sur nous, sur toi. Pour l'instant, je ne suis pas là-bas, je fais des gestes, je monte des échafaudages d'explications. J'espère que rien ne s'écroule, que mon plan pour te voler du temps te séduise, je réclame ton aide. Juste un moment, s'il te plaît. Tu regardes mes mains mouliner l'air, tu te détends un peu. Allons-y. Je regarde tes doigts attraper le volant, passer la première. Tes gestes pour te faufiler dans la circulation et m'emmener avec toi sont précis. Ils me rassurent. Ils augurent bon. Dans ma poitrine, mon coeur saute. Il va exploser avant le prochain feu rouge. Je m'aggripe fermement à ta portière. Tout fonctionne comme prévu. C'était donc possible ? Tu n'es pourtant pas si facile à kidnapper, mon amour.

Ceci est ta participation à l'atelier d'écriture de Leiloona, sur une photo de Fred Hedin...

Posté par Antigone1 à 07:37 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

03 avril 2017

Atelier d'écriture

talons-aiguillesTu es mon histoire. Banale. Et j'écris pour toi ce soir. Pour te séduire. Avec mes pauvres armes, les mots. Mais ça tu ne le sais pas encore. Tu crois que je suis passée à autre chose, quelqu'un d'autre, que j'ai, comme tu me l'as glissé la dernière fois, repris mes esprits. En réalité, je suis montée depuis ton refus sur des échasses. J'ai enfilé mes talons hauts, et j'ai pris de la hauteur. J'ai essayé de t'oublier comme ça, en jouant un personnage, en m'étourdissant, les orteils en feu, le talon blessé. Autant de manières de ne pas sentir la douleur qui s'est logée au creux de ma poitrine, dure et tranchante. Elle me réveille parfois la nuit. Ou quand je te croise. A quoi il sert cet amour qui n'a que du vide en retour ? Qui se balance entre espoir et mélodrame. Tu es mon défi, quotidien. Je note chaque jour scrupuleusement mes avancées sur un carnet, à quel point j'ai réussi cette fois-ci à t'éviter, à aller mieux, à ne pas chuter. Journal de bord d'une naufragée. On ne le dit jamais assez combien renoncer à quelqu'un est une des plus grandes batailles de la vie, combien c'est difficile. Je me réveille avec toi, et je dois te chasser de mes pensées. Je marche avec toi, et je me concentre sur mes talons. Je te vois, et je dois t'ignorer. Tu es cette pierre qui roule sous mes semelles et qui me fait flancher. Il n'est marqué dans aucun livre comment t'oublier. Ni comment te séduire non plus. Avec mes pauvres mots, ma pauvre voix, mes pauvres sentiments. J'ai acheté des pansements, qui rendent ma démarche moins bancale, plus aisée. J'ai l'impression que je vais mieux. Pourtant, je déambule sur une poutre, j'oscille, et bien souvent je tombe. Un jour, tu me seras de nouveau indifférent, je porterai des talons plats. Ou alors j'aurai réussi à t'atteindre, là où tu es, et tu seras là. Fol espoir. Balance sentimentale. Moi sur mes talons.

Ce texte est ta participation à l'atelier d'écriture de Leiloona [clic ici], une photo quelques mots...

Posté par Antigone1 à 06:18 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :


06 mars 2017

Atelier d'écriture

japon-fillettevincent hequet

Tous les matins, résonne au loin un bruit de canon qui déchire nos tympans, et nous force à nous lever. Il provient visiblement de la ville la plus proche. Mais pour quelle raison ? Tous les matins, nous nous prenons tous dans nos bras, comme si c'était la dernière fois, l'esprit encore embrumé par la nuit, la mine sérieuse et souriante. Ici, dans notre village, nous sommes quinze, dix adultes et une poignée d'enfants. Plus loin, à quelques kilomètres de là, vivent d'autres personnes. Quatre adultes. Mais cela fait plusieurs semaines déjà qu'ils ne donnent plus de nouvelles. Ils évitent sans doute de se faire remarquer. En réalité, nous ne savons pas si ils sont encore vie, nous faisons comme si. La guerre civile est venue doucement creuser son nid, sans grands cris et fracas, dans notre quotidien. Il a suffit d'un changement de gouvernement, des restrictions, des lois de plus en plus hostiles. Et puis un jour, une partie de la population s'est soulevée, des insurgés ont manifesté, et tout à coup le pays était à feu et à sang. Lors des premiers cris à la radio, à la fin des programmes de télévision, nous nous sommes regroupés dans le village, étonnés de nous découvrir tous bienveillants, loin de la rivalité habituelle des voisins. Nous avons très vite compris que nous nous aimions suffisamment pour tenir à chacun d'entre nous. Il fallait alors s'organiser, préserver les enfants, améliorer les potagers, garants de notre survie, tout faire pour continuer à manger et à prendre soin de nous, sans l'école, le travail, les déplacements. Mais hier, un faon est venu se nourrir dans la main de ma fille. Les animaux quittent la forêt, cherchent du réconfort. C'est plutôt mauvais signe. Sommes nous donc cette fois-ci physiquement en danger ? Je voudrais savoir ce que le reste du monde a prévu pour nous. Sans doute pas grand chose. Et le soleil est là, qui écrase tout de sa lumière lucide, donnant le sentiment que rien n'a changé, distribuant son espoir fou. Le printemps arrive, malgré tout, malgré la terreur. Sur l'herbe tendre, les enfants jouent. Mais l'alerte est réelle, et je prépare ce soir avec ma femme trois sacs à dos. Les voisins sont venus nous donner un coup de main, quelques provisions. Ils vont rester encore quelques temps dans le village, avant de prendre la route à leur tour. Nous ne pouvons nous permettre de nous déplacer en bande. Les yeux sont humides, les voix plus douces, les peaux se touchent à la moindre occasion. Elles disent je vous aime, vous nous manquez déjà, ne nous oubliez pas, et surtout prenez soin de vous... elles disent juste ce que les peaux savent dire quand la parole est sans voix. Je voudrais avoir le choix.

Une photo quelques mots... tous les autres liens de l'atelier d'écriture sont chez Leiloona [clic] - Photo de Vincent Hequet

Alors que j'avais déjà rédigé ce texte, le billet d'Enna [ici] a fait un drôle d'écho à celui-ci. N'hésitez pas à cliquer et à soutenir son action... Marathon de Paris d’Anne Gilles pour la Syrie avec l’UNICEF. Merci.

Posté par Antigone1 à 06:24 - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

14 novembre 2016

L'autre qu'on adorait ~ atelier d'écriture

londres-700x525

Je visse mes écouteurs dans le creux de mes oreilles. J'ai aperçu ta maison. Et c'est comme fonctionner soudain en circuit fermé, hors d'atteinte, avec l'illusion d'être plus forte. J'enclenche maintenant la première plage de l'album que j'écoute en ce moment. Les bruits de ta rue disparaissent aussitôt. Tu serais surpris de savoir que depuis l'Incident, seule la musique a ce pouvoir là, de me maintenir artificiellement la tête hors de l'eau, dans une bulle tonitruante, d'accélerer mes pas. L'équilibre est fragile. De toi je ne sais plus rien depuis plusieurs semaines. Tu ne peux plus être... cet autre que j'adorais. Dont j'attends encore quelque chose pourtant. Des excuses. D'en guérir. Une libération. Le rythme de la musique couvre les battements de mon coeur qui s'accélèrent. Je respire profondément. Peut-être un peu trop. L'air est vif ce matin et brûle douloureusement mes sinus. Je passe tous les jours devant chez toi. A pied. Je longe les voitures. La tête dans mon snood en laine. Rouge comme ta façade. J'aperçois souvent ta voiture, garée là, brillante, mordant un peu le trottoir, comme une extension matérielle de toi. Mais jamais je ne te croise, toi. L'affection a ceci d'étrange qu'elle s'accroche à qui ne fait pas l'effort de l'attendre. J'avais pris nos échanges pour une conversation. Et aujourd'hui ma boîte mail ne déverse plus que des spams qui font semblant de connaître mon prénom. Je pourrais choisir un autre trajet, faire le grand tour. Impossible. Ce serait tricher. Je tire une force iréelle de cette blessure quotidienne auquelle je m'astreins. Ce parcours. J'espère sans doute aussi une rencontre, qu'au sortir de ton perron tu me tombes dans les bras. Comme au cinéma. Dans la vraie vie, les garçons fuient et les filles longent des voitures, changent de trottoir, essaient d'oublier. Nous n'étions pas faits pour nous entendre. Ou plutôt si, de trop. Et autour de toi, des jalousies se sont élevées, ont dit que tu méritais mieux. Et tu les a écoutées. Pire, tu les as laissées me blesser. J'ai beaucoup lutté, voulu te faire entendre raison, croire à notre amitié. Il m'a fallu du temps pour renoncer. Il a fallu que je chute. Depuis, le monde a pris d'étranges couleurs. On m'approche, on m'offre ailleurs ce que tu ne voulais plus me donner. Je sors, je fais la fête. La vie est devenue un kaléidoscope qui m'empêche de pleurer. Je singe parfaitement la comédie du bonheur. A force, je finirai par y croire. Mais tu serais surpris de savoir que depuis l'Incident, notre dernière dispute, j'écoute en passant devant chez toi un à un tous tes albums préférés. Ils me parlent de toi. Ils sont ce qu'il reste de nous. Pour peu qu'un jour pourquoi pas... ils te réveillent.

Un titre emprunté au dernier roman de Catherine Cusset (non lu encore). Et un texte écrit pour l'atelier d'écriture de Leiloona [clic ici] 

Posté par Antigone1 à 06:21 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :

13 novembre 2016

Dimanche

dessin6

J'ai eu une envie soudaine de dessiner mon personnage du texte qui sera en ligne pour l'atelier d'écriture de Leiloona demain. En voici le résultat. Fait au BIC, et à main levée. Comme d'habitude. Pour une fois, je suis presque satisfaite. Même si je ne suis pas très douée pour rendre l'épaisseur d'un manteau. J'ai un rapport particulier avec le dessin. Gribouiller a toujours été pour moi un moyen de faire baisser la pression, en classe ou ailleurs, un biais pour me ramener à qui je suis. Gribouiller calme les tempêtes intérieures, comme le tricot, comme tout ce que l'on fabrique de ses mains. Mais je n'ai jamais su dépasser ce stade du portrait de 3/4. Rien de grave. ;) Je vais peut-être cependant essayer de gribouiller plus souvent. Tout est bon à prendre pour se sentir bien, n'est-ce pas ? Bon dimanche !!

Posté par Antigone1 à 10:18 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

31 octobre 2016

Quelqu'un manque ~ atelier d'écriture

julien-ribot-endroit-desaffecté-700x466

Dans mon coeur désaffecté, quelqu'un manque. Comme je l'imagine il a les cheveux couleur miel. Il hante mes rêves, presque toutes mes nuits. Il existe seulement là, entre la brume du sommeil qui tombe et la brutalité du réveil où sa main tendue m'échappe alors. Qui est-il ? A quel moment de ma vie l'ai-je perdu ? Etait-il cette ombre qui marchait près de moi en longeant la rivière, ce bruit de bicyclette qui sifflait dans mes oreilles les jours où je fuyais, près de moi encore quand j'étais seule à la récréation, ou quand mes orteils rosissaient sur le carrelage de la piscine, avant la peur de sauter ? Je l'ai recherché plus tard dans ce garçon à qui j'ai tenu longuement la main, dans celui dont je suivais les pas, dans cet autre, tous ces autres qui n'ont pas voulu de moi, dans celui qui m'a embrassé sous la pluie, dans ce dernier à qui j'écrivais. Dans mon coeur désaffecté, il manque, ce garçon au mince sourire qui veillait sur moi. Je crois qu'il était mon aîné, je crois qu'au-delà de ma mémoire, un jour il m'a serré dans ses bras, ou aidé à remettre la chaîne de mon vélo. Je crois qu'il a existé. Et que depuis je porte comme une croix l'empreinte de son étreinte au creux de moi, comme le souvenir d'un amour éperdu, perdu à jamais. Dans mon coeur oublié, je lui ressemble, j'ai aussi les cheveux couleur miel. Je suis prête à le suivre au bout du monde, ou au bout de la rue. La piscine municipale n'a pas encore fermé ses portes. Elle est encore ce lieu où l'on pouvait acheter les cheveux dégoulinants d'eau chlorée des glaces pop à la framboise au goût de carton et de vacances. Dans mon coeur désaffecté, il y a de la place, trop de place. Sous le coup de la colère, et du désespoir, j'ai badigeonné ses murs de tags monstrueux qui n'effraient que moi. Il y avait largement de la place pour toi. 

Photo de Julien Ribot - Ma participation pour l'atelier d'écriture de Leiloona... Une photo, quelques mots [clic ici]

Posté par Antigone1 à 06:39 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :

03 octobre 2016

Mon coeur en hiver ~ atelier d'écriture

neige-vincennes-kot

J'ai mis le doigt sur l'endroit où se situe ma douleur. J'ai mis un doigt sur toi. Aujourd'hui je voudrais essayer. Etre certaine que tu me rejettes. Cette fois-ci. Je voudrais que tu m'accordes cela. La rupture. Celle qui brisera enfin ce qui nous lie. Mettre mon coeur en hiver. Toi comme mort. Et le vide tout autour. J'ai bien tenté. A plusieurs reprises. De me défaire de ce fil, ta présence qui s'enroule et serre mon torse, mes tempes, en vain. Tu restes là. Avec ta constance, ton sourire en coin. Présent malgré moi. Présent partout où je suis. Hier, la neige a recouvert ce parc que tu connais, où parfois je te croise. Et je suis restée saisie, envahie par le blanc, la pureté du silence, cette respiration. L'hiver était là, déjà en octobre, et il me chuchotait qu'il était temps. J'ai mis le doigt sur les touches de mon téléphone. Je compose ton numéro sans hésiter. Par coeur. Et je reçois ta voix incertaine comme un cadeau doux dans le creux de mon oreille. Ton salut comme une écharpe de laine qui retomberait légèrement sur ma gorge. Trouver la force. La violence qu'il faut pour briser le sortilège. Te donner des armes. Mentir si il le faut. Tu as l'air si heureux de me parler. Cette distance affectueuse que tu mets en tout. Cette toute petite boîte dans laquelle tu me tiens. Ces parois rugueuses contre lesquelles je me cogne et me blesse. Tes silences. De mon problème tu es la solution. De ma douleur je ne veux plus. Je te livre mon mensonge, le plus gros. Et il est épais et lourd ton souffle au bout du fil, coupant. J'attends le bruit qui annoncera la fin. J'attends que l'amour que je te porte se brise à mes pieds. Enfin. Et tu déglutis, prononce mon prénom, lentement. Ta parole hésite et cherche. Mon prénom encore, dans ta bouche, dans ce fil de téléphone qui nous relie. Mon mensonge qui s'évapore. Ta manière à toi de rebondir sur mon avant dernière phrase, celle qui ne démêlait rien, qui n'avait pas d'importance. Et puis ce A demain. Tu as trié d'un revers de certitude le déraisonnable et le certain, fais un noeud avec le lien qui nous lie, et serré très fort. Je raccroche, garde l'impression terrible que tu tiens à moi et que j'ai seulement ajouté un tour à ce fil qui serre à présent mes poignets, ensemble.

© Kot - Ma participation à l'atelier d'écriture de Leiloona... une photo quelques mots [clic]

Posté par Antigone1 à 06:15 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags :