26 mai 2015

Wake up America t1 et t2, John Lewis & Andrew Aydin & Nate Powell ... BD

wakeupamericat1                    wakeupamericat2

"J'étais le sixième à parler ce jour-là. Le Dr King était dixième. De tous ceux qui sont passés à la tribune, je suis le seul à être encore en vie."

John Lewis a eu un rôle déterminant dans la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis. A la tête du SNCC (Student Nonviolent Coordinating Committee) entre 1963 et 1966, il en est devenu un des "Six grands leaders". Il a participé étudiant à des protestations non violentes dans des restaurants de Nashville, a joué un rôle dans les "voyages de la liberté" qui s'opposaient à la ségrégation dans les gares routières du Sud. Il a été arrêté, subi des violences. Enfin, il a été un des principaux orateurs du défilé historique de Washington en août 1963.

C'est son histoire qui est racontée dans ces deux albums (un troisième tome est prévu). Le graphisme de Nate Powell, les pages en noir et blanc, superbes, rendent parfaitement la violence des opposants, la détermination pacifique du groupe, les écueils nombreux, la haine, et la difficulté de se faire entendre. J'ai aimé connaître par ce biais un pan de l'histoire méconnu, et ce personnage dont j'ignorais tout, plus discret, John Lewis. Le récit d'Andrew Aydin permet aussi de mettre en perspective les premières luttes, de montrer que des blancs y participaient, également déterminés. Cette volonté farouche de faire avancer par petits pas dérisoires mais si efficaces l'égalité, le si évident droit à la dignité humaine pour chacun, ne peut que remplir d'admiration et de respect. Des albums essentiels.

Editions Rue de Sèvres - t1 13€ - t2 14€ - janvier 2014/mai2015 

 

 

Rep. John Lewis' Speech at the 1963 March on Washington from BillMoyers.com on Vimeo.

Posté par Antigone1 à 19:56 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,


22 mars 2015

Le Sculpteur, Scott Mc Cloud

lesculpteur

"Je vois bien la façon dont tu me regardes David. C'est comme si tu taillais l'air qui m'entoure pour trouver tout ce que je ne suis pas. Je ne veux pas être ciselée... réduite... Je veux continuer à ajouter à ce que je suis. Et si tu veux me comprendre, tu dois ajouter toi aussi. 
- D'accord compris, comme Giacometti.
- Exactement."

David Smith a connu le succès, puis plus. Ayant à l'époque de sa gloire été utilisé par des gens peu scrupuleux, il est maintenant amer. Mais l'art reste sa priorité. Il est seul, désargenté, sans famille, alors peu importe qu'il tente ou non ce pacte avec le diable qu'Harry lui propose, il n'a plus rien à perdre. Il ne lui reste plus que 200 jours à vivre mais dans ses mains tous les pouvoirs, et surtout celui de créer ce qui lui chante. Cependant, c'était compter sans Meg, sans l'amour, et sans le désir soudain vibrant de vivre...

J'ai été tout d'abord ravie et étonnée par l'épaisseur de cette magnifique BD envoyée par les Editions Rue de Sèvres. C'était effectivement, à la feuilleter rapidement dès reception, l'espoir de pouvoir plonger longtemps et complètement dans une histoire fouillée et visiblement maîtrisée. Et je n'ai pas été déçue. Ce roman graphique, mêlant fantastique, course contre le temps, beaux plans de New York, est en effet passionnante et très bien réalisée. Elle peut intéresser autant les adultes que les adolescents. On peut trouver éventuellement les dessins un peu simples, et les sculptures de David Smith un peu laides, n'empêche, j'ai été prise par l'histoire, séduite par la galerie de personnages, l'inventivité de l'ensemble, le rythme. Lire Le Sculpteur a été un délicieux moment.

Editions Rue de Sèvres - 25€ - 18 mars 2015

Le billet de Moka [ici] qui souligne bien la place du choix et du vertige dans cette BD de belle envergure

 

Posté par Antigone1 à 09:48 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

01 mars 2015

Skim, Tamaki et Tamaki

skim

 "Aurais préféré plâtre noir, mais ai dû prendre blanc de base à la place.
Trouve points de suture carrément plus classe que fracture.
Aurais dû tomber sur bouteille de bière."

Le ton est donné d'emblée pour cette BD que je voulais découvrir absolument après mon coup de coeur pour Cet été-là, des mêmes auteures. Et je n'ai pas été déçue par cette seconde découverte, et ce nouveau duo amical et adolescent. Il manque peut-être de la grâce, celle qui m'avait profondément touchée dans l'autre album, les dessins sont peut-être moins beaux aussi, mais quel talent ! 

Nous retrouvons ici Kim et Lisa, deux collégiennes, à la fois un peu coincées et gothiques, intéressées par la sorcellerie et les arts divinatoires. Elles regardent de loin le chagrin de Katie, délaissée par un petit ami qui finira par se suicider. Son désespoir les atteint peu tant elles sont elles-même déjà perdues dans leurs propres émotions. Et puis, pour Kim, il y a cette relation étrange avec Melle Archer, le professeur de lettres, qui ne veut rien dire, et puis tout à la fois, et qui donne des remous dans le ventre. Est-ce que c'est ça l'amour ?

Un album doux amer à découvrir.

Casterman - 14.50€ - 2008 - Merci ma bibli !!

Cuné la tentatrice ! 

skim1

skim2

Posté par Antigone1 à 18:53 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

16 février 2015

Ceux qui me restent, Damien MARIE et Laurent BONNEAU

ceuxquimerestent

 "J'ai quitté la terre ferme..."

Florent, à 39 ans, se retrouve seul pour élever sa fille Aurélie. Sa femme vient de mourir, et il se sent désarmé d'être désormais l'unique refuge d'une petite fille de 5 ans. Sur le bateau qui les ramène en France, l'enfant échappe soudain à la surveillance de son père et l'angoisse de perdre également la petite Lilie monte en lui... Mais cette course poursuite dans les allées du ferry n'est sans doute que le cauchemar d'un vieil homme à qui les souvenirs font de plus en plus défaut. Car Aurélie jeune fille vient voir toutes les semaines son père qui ne la reconnaît plus et la cherche dans ses rêves...

Voici une BD qui arrive à propos après ma lecture de Nous ne sommes pas nous-mêmes, hasard des lectures. J'avais par ailleurs déjà lu sur le sujet, la maladie d'Alzheimer, dans On n'est pas là pour disparaître, l'excellent titre d'Olivia Rosenthal. Cette manière, comme il est souvent dit de "mourir aux autres de son vivant", est toujours assez impressionnante et remue. Ici, le dessin en noir et blanc, magnifique, parfois seulement réhaussé d'une couleur, traite avec justesse du thème, sans pathos... avec densité, poésie, mais aussi légèreté. Une réussite.

Editions Bamboo Grand Angle - Août 2014 - 21.90€ - Merci ma bibli !!

Une idée de lecture trouvée chez Stephie !! - Lu aussi par Noukette et Jérome !

Posté par Antigone1 à 18:19 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

04 février 2015

Moby Dick 1 & 2, Hermann Melville / Chabouté

mobydick

mobydick2 "Ce cachalot est la muraille qui me retient prisonnier... une force qui me défie, m'écrase, me torture !! Une insondable malignité ! Et c'est sur lui... que j'assouvirai ma haine !!"

Chabouté a adapté le célèbre roman de Melville (que je n'ai pas lu) et nous embarquons donc à ses côtés à bord du Pequod, avec un équipage hétéroclite, à la chasse au cachalot. Le navire est dirigé par un capitaine hanté par la folie et la vengeance. Loin de se contenter d'écouter les conseils de son second et de ramener comme on le lui demande au terme de son voyage son chargement d'huile de cachalot, le capitaine Achab souhaite retrouver ce monstre des mers, Moby Dick, qui lui a dévoré la jambe dans le passé, et sans doute aussi la raison. Pourtant, les conditions de vie ordinaire sur le bateau sont déjà très rudes pour l'équipage. Mais le capitaine n'entend que son désir, et son combat. Il ira au bout de sa quête, quoiqu'il en coûte...

Quelle magnifique BD !! J'ai retrouvé dans ces deux albums ce que j'avais aimé de Tout seul [clic] (sobriété et élégance), ce que j'ai aimé autrefois en lisant L'île au Trésor de Stevenson (l'univers), et puis l'épaisseur de l'encre, la place du noir (les petites tâches sous l'écriture en début de chapitre qui donnent à voir la plume qui gratte sur le papier, j'adore). Voilà ! Que vous dire de plus ? Laissez-vous tenter. Gros coup de coeur !!

Editions Vent d'Ouest - Livre premier janv 2014 - Livre second oct 2014 - 18.50€ l'album - Merci ma bibli !!

Jérome est le tentateur [clic] - Saxaoul a confirmé mon envie [clic]

mobydick11 mobydick12

 

Posté par Antigone1 à 10:19 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,


20 novembre 2014

Fun Home, Alison Bechdel

funhome "Sa gentillesse était aussi incandescente que sa colère était sombre."

Dans Fun Home, nom du salon funéraire où officiait sa famille, Alison Bechdel explore son enfance particulière, et surtout ses relations avec un père à la fois aimé et détesté, finalement prisonnier de ses propres désirs, obsessions et tyrannies. Avec une minutie et un soucis troublant du détail, l'auteure raconte comment alors que jeune-fille elle informe sa mère de son homosexualité elle apprend celle de son père en retour. Quelques jours plus tard, un camion percute cet homme mystérieux qui a caché pendant vingt ans derrière le masque de l'époux parfait une autre vie. Suicide ? Accident ? Alison ne cesse d'échaffauder des hypothèses et de chercher à trouver un sens aux scènes du passé, un sens à leur parcours inversé.

Il a fallu sept ans à Alison Bechdel pour élaborer ce magistral roman graphique autobiographique que Points publie en poche. Le petit format ne gêne d'ailleurs pas la lecture, qu'on se le dise. Et oh combien il est intéressant de suivre ainsi cette jeune femme qui se questionne, ne jette pas la pierre, mais sait dire ce qui a été bien, ou beaucoup moins, ce qu'elle a retenu des liens qui l'unissaient à sa famille, met en perspective son cheminement en regard de celui de son père, leurs choix différents. Un coup de coeur complet pour cette BD de grande qualité, dans la droite ligne de Blankets de Craig Thompson [clic], et que je rapprocherais également de ma lecture de Cet été-là des Tamaki [clic].

Editions Points - 9.90 € - 20 novembre 2014

Pour Pénélope Bagieu, sa nouvelle BD préférée de tous les temps [clic]

funhome1

Posté par Antigone1 à 07:07 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

19 novembre 2014

Les Nuits rouges du Théâtre d'épouvante, Alexandre Kha

lesnuitsrouges

 "Comme si la vie n'était pas assez horrible. Le monde suffit à nous glacer d'effroi."

Complètement inscrit dans l'univers étrange, poétique et décalé, d'Alexandre Kha, Les Nuits rouges du théâtre d'épouvante nous raconte l'histoire d'une troupe de comédiens d'un théâtre confidentiel où la terreur est au programme et les spectateurs satisfaits des spectateurs convenablement terrorisés. Rempli de multiples références du genre (Le Portrait de Dorian Gray par exemple), de figures emblématiques de l'épouvante (épouvantail, loup-garou, zombies, jeunes femmes pâles), cet album déroule ses pages comme une sorte de roman-feuilleton à la Edgar Alan Poe. 

J'apprécie beaucoup l'originalité du travail d'Alexandre Kha, dont je suivais autrefois le blog, et dont j'ai beaucoup aimé découvrir les premiers petits albums [Clic ici]. J'ai sans doute été moins séduite par le sujet de celui-ci, par son format BD plus traditionnel, mais l'auteur sait toujours autant nous laisser de guingois, désarçonnés, nous balader entre confort et inconfort, et insuffler à ses personnages une poésie profonde. Pour les adeptes.

Editions Tanibis - 20€ - 14 Novembre 2014

Lu dans le cadre de La Voie des Indés sur Libfly. Quelques planches sur le site de l'éditeur [par ici]. Pour d'autres lectures sur ce titre, cliquez sur le logo ci-dessous.

logo-libflybis

Posté par Antigone1 à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 octobre 2014

Des brèves, du vrac et quelques déceptions

Aujourd'hui, exceptionnellement, je vous offre un billet fourre-tout BD, pour évoquer quelques titres reçus dans ma BAL mais dont je ne sais comment vous parler plus longuement.
Et je vais commencer par une heureuse surprise...

peupeur

lerisqueduperil

Car en effet, autant j'avais été un peu gênée par l'écriture du Mychtère du Château Dichparu [clic ici], bien que très séduite par le concept, autant ces deux nouveaux opus réalisés par la région centre qui allient documentaire et BD sont pour moi très réussis.
La collection Les mystérieux Mystères insolubles, série de docu-fictions a pour ambition de sensibiliser les jeunes lecteurs au patrimoine grâce à une approche ludique. Dans Peupeur sur la Viville (tome 5) vous retrouverez ainsi les châteaux d'Amboise, de Chaumont sur Loire, de Blois et de Chambord, alors que Le Risque du péril dangereux (tome 6) se situe dans la ville de Chartres et visite plus particulièrement sa Cathédrale.
Il y a beaucoup d'humour dans ces albums qui ne se prennent pas au sérieux, les personnages semblent gagner en densité... et l'esthétique de l'ensemble est réellement très sympathique, même si le choix de la typographie m'a laissée encore une fois souvent circonspecte. La partie documentaire reste légère mais suffisamment détaillée pour attirer la curiosité. Une idée originale et de beaux albums ! Une initiative de région à saluer.

N'hésitez pas à aller fouiner sur le blog dédié [clic ici]. Chaque album est à 15€. Editions L'Atelier du poisson soluble

Deux déceptions inattendues...

arsene

Arsène Lupin - Les origines. J'attendais beaucoup de cette évocation des premières années d'Arsène Lupin, où comment Arsène serait devenue Lupin, ce cambrioleur au grand coeur, roi des voleurs que l'on connaît.
Et j'ai été désorientée de me retrouver dans un bagne pour jeunes garçons, duquel le jeune Arsène est extrait par le Comte de la Marche, qui l'adopte. J'ai trouvé le traitement de cet album assez classique, cela m'a déçu, avec une organisation des cases très sage et à l'ancienne. J'aurais aimé je pense que ce soit l'Arsène Lupin adulte qui évoque son enfance, même si ce traitement là aurait été assez peu original également, mais il aurait permis au lecteur de faire le lien entre le futur et le présent. Rien n'évoque dans cette enfance ce qu'Arsène deviendra plus tard, et ce lien m'a manqué, ainsi qu'une certaine élégance que j'associais indubitablement au personnage. 
Monsieur Antigone, lui, a adoré, ravi de connaître enfin l'enfance d'Arsène Lupin, comme quoi.

Editions Rue de Sèvres - 13.50€ - 1er octobre 2014

journaldunchat

Journal d'un chat assassin - Véronique DEISS d'après Anne FINE. Le chat Tuffy ne comprend pas la colère de ses maîtres, ni qu'on l'accuse du meurtre du lapin des voisins. Enfin, lorsqu'il ramène souris et oiseaux sur le tapis du salon, il ne fait pourtant que son job de chat !!
Grande fille n'a pas aimé cet album que j'ai tenté à mon tour de lire. Nous ne connaissons pas à la maison la version petits romans des aventures de Tuffy. Sont-ils meilleurs ? J'ai pourtant ri beaucoup au cours de cette lecture mais je n'ai pas été séduite par les dessins de Véronique DEISS, et l'ensemble m'a paru un peu court. 

Editions Rue de Sèvres - 10.50€ - 1er octobre 2014

Malgré ces deux petites déceptions, qui restent très personnelles, je vous invite à continuer de suivre les publications des excellentes Editions rue de Sèvres... dont toute l'actualité est disponible sur leur page facebook 
https://fr-fr.facebook.com/ruedesevresBD

Posté par Antigone1 à 11:02 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 octobre 2014

Hyperbole, Allie Brosh

hyperbole

"Je suis révoltée que la réalité ait l'audace de provoquer des évènements alors que je ne veux CLAIREMENT  pas qu'ils se produisent."

Allie Brosh est partie d'un dessin qu'elle avait fait à 5 ans pour créer ce personnage têtard étrange (que vous pouvez voir sur la couverture) censée la représenter elle-même (alors qu'elle est bien jolie en réalité), et lui donner une parole, la sienne. Mais Hyperbole a une autre particularité, qui rend ce roman graphique étrange et explique sa mise en page, celle d'être la version livre d'un blog [clic ici]. Une fois ces particularités admises, et comprises, il n'est pas difficile d'entrer dans l'univers de cette jeune-femme qui sait raconter, avec humour, ses névroses d'enfance, son amour inconditionnel pour les chiens, sa faculté de proscranisation et ses passages à vide. On oublie alors la simplicité du dessin pour en apprécier l'efficacité, on oublie les couleurs pétantes pour convenir de la gravité de certaines phrases et rechercher éventuellement en soi des échos.

J'ai beaucoup ri des expériences élaborées par l'auteure dans le but d'élever son chien crétin, ainsi que son deuxième chien, un brin fou et psychopathe. J'ai été touchée par ses tentatives pour se comprendre elle-même et expliquer ses moments de dépression. Ce qui ramène alors à la vie semble aussi dérisoire qu'un grain de maïs oublié et qu'un éclat de rire surprenant. J'ai été particulièrement touchée par l'épisode de la balade en forêt. L'honnêteté est de mise dans ces pages, la dérision et l'exagération bienvenue. Une découverte hautement sympathique !

Editions les arènes - 20.80€ - 24 septembre 2014

Afin d'avoir une idée assez claire du livre, le blog... http://hyperboleandahalf.blogspot.fr/

D'autres lectures enthousiastes... Cathulu [clic] - Jérôme [clic]

 alliebrosh1  

Posté par Antigone1 à 15:19 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

11 septembre 2014

Le Sermon du Tengu sur les arts martiaux

lesermondutengu

"Il est stupide de penser que les choses en ce monde ne trouvent pas leur limite dans la vie et dans la mort, ou qu'il est préférable d'avoir de la chance, plutôt que de la malchance. Le Yin et le Yang, le Chi qui donne la vie ou qui tue, tous participent de la voie du ciel."

Le Sermon du Tengu reprend, via la forme originale du manga, des paraboles écrites par Issai Chozanshi, un ancien samouraï du XVIIIème siècle. Le principe est ici l'enseignement des arts martiaux, et l'état de pensée que ces disciplines impliquent. Toutes ces histoires mettent en scène un monde merveilleux et proche des animaux, dans une frontière symbolique se situant entre un réel à développer et un imaginaire culturel fort, source d'apprentissage et de leçons de vie.

Ce sont les somptueux dessins en noir et blanc de Michiru MORIKAWA que j'ai aimé d'emblée dans ce livre, et puis les petits textes des bulles - qui reprennent ceux de l'oeuvre d'origine - ont trouvé peu à peu leur chemin dans mon esprit. Plus qu'une BD, cet album est un livre philosophique qui tente, par l'image, de donner vie à une philosophie qui prône au plus haut point l'ascétisme.
Les éditions Budo se sont fait une spécialité du genre et ont déjà publié plusieurs titres [clic ici pour plus de détails].

lesermon1  lesermon2  lesermon3

 

Editions Budo - 12.95€ - 21 juillet 2014

Posté par Antigone1 à 19:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :