10 avril 2017

Le Printemps du Livre de Montaigu - 2017

printempsdulivre

Ta photo est un peu floue... mais on peut se douter que tu as passé encore une excellente journée hier au Printemps du livre de Montaigu, puisque c'est toujours le cas, et que tu as fait une belle moisson de lectures. Tu t'es émue cette année (sans doute parce qu'aujourd'hui tu connais quelques auteurs qui dédicaçaient sur le salon ?) de cette coîncidence troublante, de ce rendez-vous qui se tient juste en face de ton collège, à l'endroit même où se dressait avant la piscine municipale, décor des étés de ton adolescence. Tu crois que tu aurais aimé chuchoter tout ça à l'oreille de ton toi de quinze ans empêtrée qu'elle était avec elle-même, avec les autres, et réfugiée dans ses livres... qu'un jour les livres gagneraient la partie. Tu t'es dépêchée hier matin, tu as pris pour une fois ta voiture, et tu as réussi à voir Sophie Adriansen avant qu'elle ne reparte chez elle. Vous avez échangé sur ta dernière lecture d'un des ses livres [clic ici], sur la maternité, la féminité. Elle t'a montré la couverture de son prochain livre sur son portable et tu es déjà impatiente. Merci Sophie d'être comme tu es ! Puis tu as retrouvé Sandrine [son Printemps est là] et Clémentine [de la librairie Au chat lent], avant de les abandonner pour déjeuner avec (entre autres) Stéphanie Pelerin, Baptiste Beaulieu et Clarisse Sabard... Merci Stéphanie pour ce repas agréable, bavard et joyeux, inattendu et un peu surréaliste, installée ainsi à la même table que Jeannine Boissard, Lorraine Fouchet et Gilles Paris ! C'était un plaisir de bavarder avec toi et de te croiser à plusieurs reprises tout au long de cette journée caniculaire... ;)

printempsdulivre2

Retournée sur le salon, tu as répondu à l'appel de Jérôme Attal, discuté en duo avec Fabienne Juhel et Erwan Larher, passé du bon temps avec Sandrine et Clémentine. Tu n'as pas vraiment osé prendre tout ce petit monde en photo mais tu conserveras de précieux souvenirs de vos échanges. Quelle facilité de se parler quand on se connaît déjà un peu via les réseaux sociaux. Avant de terminer cette belle journée, tu as acheté un petit livre pour ta fille, pour ton fils, et passé un joyeux moment à écouter Chadia Loueslati dédicacer un album pour Sandrine !! Quelques regrets de ne pas avoir craqué toi aussi pour son Famille nombreuse. Son blog est là... [clic]

printempsdulivre3


03 avril 2016

La Chaise numéro 14, Fabienne Juhel

lachaisenumero14

 "Parce qu'il y avait un monde dans la chevelure de Maria Salaün. Lui, il pouvait voir ça. L'automne, les brasiers, les feux sur les talus, les paniers remplis de cèpes, les pommes mûres, les marrons dans la braise, les soleils couchants, les déchirures dans le ciel, au crépuscule, promesses de beau temps."

Nous sommes à la fin de la seconde guerre mondiale. Partout en France, des femmes sont brutalement tondues, principalement pour avoir eu des relations, pendant le conflit, avec l'ennemi. C'est ce qui arrive à Maria Salaün à Saint-Brieuc, devant l'auberge de son père, elle est tondue sur les ordres de son ami d'enfance, Antoine, pour avoir aimé Frantz, un officier allemand. Elle n'oppose aucune résistance à cette humiliation publique, au contraire elle se présente fièrement, drapée de la robe blanche de fiançailles de sa mère, et son apparition, sa chevelure flamboyante, sa dignité, impressionnent les badauds qui assistent à la scène. Elle se laisse tondre, assise sur sa chaise de bistrot, numérotée 14. Mais même si la honte est là, Maria a décidé qu'elle ne restera pas collée à elle, qu'elle va changer de camp, six noms sont sur sa liste. Armée de sa chaise, de son crane nu, de sa robe blanche, la jeune femme entame sa douce et ferme vengeance.

Il existe de nombreux récits sur ces scènes assez intolérables d'humiliations qui ont suivi la libération. J'avais lu sur le même thème le terrible L'échappée de Valentine Goby, par exemple. Dans ce roman de Fabienne Juhel, la perspective est assez différente et surprenante, et pourtant le sujet reste tout aussi difficile. Ce qui surprend ici est la force de caractère du personnage de Maria, sa quête, sa détermination, et les images superbes et évocatrices dont l'auteure pare son histoire. On referme ce livre étonnée d'y avoir trouvé ce que l'on n'y cherchait pas, beaucoup de force, de douceur, de l'amour qui se distribue gratuitement et de la lumière. Une très belle lecture, en lice pour le Prix Cezam.

Editions Le Rouergue - 21€ - Mars 2015 - Merci ma bibli !!!

Les oubliés de la lande avaient été un coup de coeur en 2012 ! Et j'avais papoté avec l'auteure en 2009 (ouh ça date) [clic]

D'autres lectures de La chaise numéro 14... Un enchantement pour les sens pour Alex - Encore une belle lecture forte de l'auteure pour Clara ! - "En commençant "La chaise numéro 14", je me doutais que Fabienne Juhel traiterait le sujet avec tact et intelligence. Je ne me trompais pas." chez SylireUn roman original, qui comme souvent chez Fabienne Juhel, flirte avec les codes du conte pour GwenaelleC'est une belle histoire, émouvante qui fait toucher du doigt ce qu'ont pu vivre de nombreuses femmes à cette époque pour Sandrine !

Posté par Antigone1 à 10:27 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 octobre 2012

Les oubliés de la lande, Fabienne Juhel

lesoubliesdelalande"Ce village est une enclave un peu spéciale, vois-tu. Il s'agit d'un No Death's land. Une expression calquée sur celle du no man's land. No pour "pas", Death pour "mort" et land pour "terre". La lande. Cette lande que tu as traversée pour te carapater ici. Voilà. Personne ne meurt, tu m'entends ? La Mort nous a oubliés. Nous sommes les oubliés de la lande..."

Un vieil homme termine ses jours à deux pas d'un village un peu spécial où personne ne vieillit et surtout ne meurt plus. Mais ce frôlement de la mort à quelques mètres d'eux met la communauté en émoi. Ils sont une trentaine à vivre là, dans les confins de la Bretagne, oubliés de la grande Faucheuse. Tom, le seul enfant du groupe, va mettre à jour de sombres agissements en menant une enquête discrète, porté par l'amour protecteur de ses deux parents adoptifs, Basil et Emma...

Je voulais lire Fabienne Juhel depuis notre rencontre en 2009 lors d'un petit salon du livre de mon coin de Vendée. J'ai beaucoup trop attendu, car Les oubliés de la lande, sorti en cette rentrée littéraire, est un vrai coup de coeur !! 
J'ai été plongée dès les premières pages dans un univers fantastique déroutant, un ouvrage minutieusement élaboré par l'auteure, comme une délicate toile d'arraignée de laquelle on ne peut s'échapper. Les évènements s'enchainent et construisent peu à peu une galerie de personnages extravagants. Et j'ai aimé être ainsi portée dans une réalité parallèle qui ouvre la porte à toutes les réflexions possibles sur la vie, la mort et le temps qui passe.
De plus, voici une lecture idéale en cette période de pré-fête d'Halloween, il y a largement de quoi frissonner dans ces lignes !!

heart Coup de coeur ! - Editions du Rouergue - 21 € - Août 2012

Lucie en a aimé la poésie - Clara la tentatrice !! 

challenge2012

 

 

 

Challenge 1% rentrée littéraire 2012 : 7/7
(clic sur le logo pour plus de détails) Et je termine mon challenge du 1% avec ce dernier titre !!

Posté par LESECRITS à 16:47 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,