11 novembre 2008

Sur l'inspiration

inspiration"La poésie est une union avec tous ou quelques-uns, et c'est aussi hélas ! une solitude sans frontière. Dès qu'on a souffert on est là dans sa patrie. L'important demeure, aussi court que soit son clavier, de chanter sa propre chanson, de rester fidèle au rythme intérieur...
La solitude de la poésie me cerne toujours plus et peuple la solitude qu'elle crée."

Aliette AUDRA (1897-1962)

Posté par LESECRITS à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


28 octobre 2008

N'envoyez plus de lettres...

lettre_feuilleN'envoyez plus de lettres, seulement des feuilles
d'arbres, que le soleil détache ou le vent cueille
ou l'automne abat et dépose entre vos mains.
Je ne les recevrai jamais le lendemain,
mais j'ai depuis toujours l'habitude d'attendre
et mon coeur, de veiller, n'en sera pas moins tendre.
Vous ne pourrez, c'est vrai, rien écrire dessus,
cependant je lirai comme si j'avais su
les paroles que vous formulez dans votre âme
tant vos rêves ont pour moi l'éclat de la flamme.
Choisissez les couleurs suivant le ton des jours :
que la feuille soit fraîche si le ciel est lourd,
et d'un vert bien profond si l'azur est trop pâle.
Qu'elle soit de chêne et blonde comme le hâle
au front d'un bel enfant, quand s'achève l'été,
et lorsque vient Novembre, afin de refléter
ce qu'il ensevelit et ce qu'il remémore
veuillez me cueillir une feuille au sycomore.
(mais qu'elle soit de hêtre, d'aulne ou d'olivier,
que m'importe après tout pourvu que vous viviez !)

Et si, dans le futur, un jour Dieu vous propose
par hasard le bonheur, pour me dire la chose
envoyez moi simplement une feuille de rose.

Alliette Audra (1897-1962)

Posté par LESECRITS à 06:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

01 octobre 2008

Une dernière citation...

manguel

"Les vieux truismes restent valables : la violence engendre la violence, tout pouvoir est abusif, le fanatisme quel qu'il soit est ennemi de la raison, la propagande est propagande même lorsqu'elle nous propose de nous mobiliser contre l'iniquité, la guerre n'est jamais glorieuse sauf aux yeux des vainqueurs qui croient que Dieu assiste les grandes armées.
Sans doute est-ce pour cela que dans les périodes de ténèbres nous revenons aux livres : afin de trouver des mots pour ce que nous savons déjà."

Alberto Manguel, Journal d'un lecteur

Posté par LESECRITS à 06:02 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

13 septembre 2008

De la bibliothèque

livre_et_bougie"Ce matin, en regardant les livres sur mes étagères, je me disais qu'ils n'ont pas conscience de mon existence. Ils ne prennent vie que parce que je les ouvre et tourne leurs pages, et pourtant ils ne savent pas que je suis leur lecteur."

(Extrait de Journal d'un lecteur, Alberto Manguel)

Posté par LESECRITS à 06:17 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

06 septembre 2008

Léo Ferré

       Madame,
                               Le bonheur ça n'est pas grand-chose
                               Madame,
                               C'est du chagrin qui se repose
                               Alors
                               Il ne faut pas le réveiller.

                                          (Paroles extraites de Le bonheur , et inscrites également en incipit du roman Fausse Veuve de Florence Ben Sadoun, mais de manière inversée, ce qui est étrange...c.a.d. le mot bonheur est mis à la place de chagrin et vice versa, ce qui change diamétralement le sens du propos, isn't it ?)

Posté par LESECRITS à 08:43 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,


02 septembre 2008

Catherine Soullard

lire_livre"ne pas être comme sa mère qui n'a même plus de formes, qui est toute rabougrie avec un ventre mou et des seins flasques qui pendent, ne pas être comme elle, éviter le destin, faire tout autrement, ne pas être trahie par son corps et sa tête, empêcher le naufrage, ne pas être écroulée comme un tas somnolent, la tête en avant, le menton dans le cou, quelques rares cheveux teints sur un crâne trop visible, les yeux verts extatiques et lavés qui s'éloignent, et des mains qui se creusent et se bombent et se nouent autour du poignet, vers le pouce, qui partent dans tous les sens parce que les doigts se tordent, ne pas être comme sa mère qui n'y voit plus grand chose, qui entend ce qu'elle veut, qui se lave mais qui sent, Vienna ne peut pas s'empêcher de lui dire, elle prend un grand plaisir à humilier sa mère, et dans ces moments-là, elle la hait d'être vieille, faible et moche, et puis d'obtempérer devant sa cruauté au lieu de se fâcher et de se rebeller, elle refuse de la voir en coupable baisser le nez, elle ne peut pas, elle voudrait qu'elle s'énerve, qu'elle l'engueule, qu'elle soit dure ou bien morte, mais non, cela est faux, cela n'est même pas vrai, non oh non surtout pas, qu'elle soit dure suffirait"

Extrait de Johnny

Posté par LESECRITS à 06:17 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

29 août 2008

Ecrire

_crire"Une amie qui écrit un roman depuis huit ans craint de le terminer. De version en version, de révision en révision, elle repousse le moment de le remettre à l'éditeur, sachant bien entendu que sitôt qu'il sera imprimé, tout espoir qu'il ressemble au roman qu'elle a en tête s'éteindra et ne lui restera que la réalité d'une création, indépendante de sa volonté et de son désir."

(Extrait de Journal d'un lecteur, Alberto Manguel)

Posté par LESECRITS à 06:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

31 juillet 2008

De la conversation...

conversation"En turc, le mot "muhabbet" siginifie à la fois conversation et amour.
Pour l'un et l'autre, on dit
"faire muhabbet".
J'aime l'idée que la conversation est comme une fenêtre donnant sur le coeur ou l'esprit."

Extrait de Journal d'un lecteur d'Alberto Manguel

Posté par LESECRITS à 06:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

25 juillet 2008

Je rêve, Paul Eluard

je_r_ve

Mon amour pour avoir figuré mes désirs
Mis tes lèvres au ciel de tes mots comme un astre
Tes baisers dans la nuit vivante
Et le sillage de tes bras autour de moi
Comme une flamme en signe de conquête
Mes rêves sont au monde
Clairs et perpétuels.

Et quand tu n'es pas là
Je rêve que je dors je rêve que je rêve.

Posté par LESECRITS à 18:29 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

21 juillet 2008

A propos des livres empruntés

Pensee_poetique_Affiches"Je me sens mal à l'aise quand j'ai chez moi des livres appartenant à quelqu'un d'autre. J'ai envie soit de les voler, soit de les renvoyer sans attendre. Un livre emprunté, c'est un peu comme un visiteur qui s'incruste. Les lire en sachant qu'ils ne sont pas à moi me donne l'impression d'une chose non terminée, qui ne procure qu'un demi-plaisir. C'est vrai aussi des livres de bibliothèque."

Extrait de Journal d'un lecteur, Alberto Manguel       

Posté par LESECRITS à 07:17 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :