26 août 2015

Apprendre à finir, Laurent Mauvignier

apprendreafinir

 "Mais c'était drôle, quand même, la persistance de ça.
Comme si j'avais oublié quelque chose et qu'à le ressentir comme ça, même vaguement, même très légèrement, ça pouvait dire que ça n'avait jamais disparu, que c'était juste caché, un peu enfoui mais pas disparu, non, pas totalement - on ne sait pas ce que ça a de force, tout ce qui fait mal. Et on croit avoir vaincu tout ça parce que juste on n'entend plus le vacarme que ça faisait avant."

C'est comme un seconde chance cet accident, l'opportunité pour elle de rattraper, de donner tout à l'homme qu'elle aime, des fleurs, sa présence, une multitude d'attentions. Il finira bien par s'apercevoir qu'elle s'occupe bien de lui, par ne plus pouvoir se passer d'elle, elle sera patiente. Il a voulu la quitter, elle et ses deux enfants, à cause de cette femme qu'il a rencontré, et puis de l'étouffement. Elle, elle croit à la magie du quotidien, des gestes sans cesse répétés, elle croit à la douceur du cocon qu'elle reforme autour de lui, sur lui, pour qu'il aille mieux. A la maison pour sa convalescence, il se laisse dorloter. Au début, à l'hôpital, il détournait des yeux pleins de colère. Maintenant, il accepte, il progresse pas à pas, sort faire un tour puis revient chez lui, mais pour combien de temps encore ?

Apprendre à finir est la longue plainte amoureuse et douloureuse d'une femme qui lutte comme elle peut pour préserver ce auquel elle tient par dessus tout, sa famille. Elle a décidé de ne pas se laisser faire et de saisir l'opportunité du destin, cet accident, la dépendance de son mari, pour tenter de réparer et de recommencer une relation qui était sur le point de se terminer. Avec une écriture magnifique, toujours sur le qui vive, Laurent Mauvignier décortique l'humiliation, la peine et l'obstination, le courage de cette femme. C'est un récit que l'on ne lit pas avec facilité tant la langue heurte à chaque paragraphe contre quelque chose, une pâleur, un lit défait, une chaise mal rangée. Mais c'est un roman très beau. Quoique éprouvant. Quoique désespéré.

Editions Minuit Poche - 6.50€ - Décembre 2003 - Merci Sophie !! ;)

Bouleversant de justesse et superbe pour Clara LA lectrice de Laurent Mauvignier ! - Le site de l'auteur [clic]

J'ai lu aussi Autour du monde (un coup de coeur !)

Posté par Antigone1 à 10:46 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,


03 décembre 2014

Autour du monde, Laurent Mauvignier

autour du monde

 "Ils ne bougent plus. C'est comme une danse. Au début, un bruit comme les vieux télégraphes dans les films en noir et blanc. Et puis un bruit plus fort, un bruit de castagnettes. Ils voudraient rire, mais ils ne peuvent pas. D'autres bruits de castagnettes, de verre qui vibre. Quelque chose les retient de rire, quelque chose les tient tous les deux. L'un deux laisse échapper de sa bouche quelque chose comme un oh étonné et presque timide, incrédule. L'autre ne répond rien, s'il le faisait sa voix ne serait peut-être pas audible parce que les vitres elles-mêmes commencent à vibrer puis à trembler trop fort, puis les murs à l'unisson aussi tremblent et laissent monter cette vibration qui bientôt saisit toute la maison et la fait craquer et se tordre. A l'intérieur, tous les objets semblent soudain avouer qu'ils sont vivants, qu'ils ont toujours été vivants. Et ils geignent, chuintent, crient, hurlent et se contorsionnent, se déforment, tirent, poussent, cassent et cette fois la vie semble surgir de l'intérieur des objets, mais c'est une vie malade, qui grince, éructe, grogne et à l'intérieur des vivants une autre vie s'anime - la vibration parcourt les corps et fait sonner les os comme une caisse de résonnance dans les membres, des bruits qui remontent le long des corps, quelque chose de trépidant dans les murs, dans les objets, quelque chose comme des pulsations instables se répandant, se diffractant, explosant partout à l'intérieur des choses et des corps."

(Je suis tombée amoureuse de ce passage, rien de moins...)

En mars 2011, un tsunami terrible déferle sur le Japon. Le monde regarde, médusé devant son poste de télévision, l'énorme vague, les maisons, les véhicules et les corps emportés, puis la menace nucléaire. Deux amants étaient alors réfugiés dans une cabane, la violence du phénomène les séparera. Et puis, Laurent Mauvignier nous emmène ailleurs, comme si si il zappait avec nous le monde, la lumière est soudain braquée sur d'autres tranches de vies, kaléïdoscope étrange de notre humanité inquiète et en quête d'affection. Des heureux gagnants d'un jeu concours se retrouvent ainsi artificiellement regroupés sur un paquebot, deux femmes débarquent à Tel Aviv, des amants s'égratignent à Moscou, une jeune femme devient la maîtresse de son beau-père, certains rêvent de faire naître l'espoir dans la perspective du gain facile...

Je suis littéralement tombée en extase devant l'écriture sublime et précise de Laurent Mauvignier, qui fait visiblement fi de toutes modes mais recherche dans ses phrases la justesse qui saura laisser apparaître l'image, le sentiment présent, l'atmosphère imaginée. Autour du monde nous embarque dans un voyage à la fois étourdissant et terrifiant, qui montre à quel point les destins privés dépassent les phénomènes collectifs, tout en s'y imbriquant étroitement, et qui montre aussi combien nous sommes tous sur le même bateau, la terre. Un roman magistral, forcément un coup de coeur !

Editions de Minuit - 19.50 € - Septembre 2014 - Merci ma bibli !!

challengerl2014

Je participe toujours au challenge 1% rentrée littéraire de Hérisson... qui consiste à lire au moins 6 livres de la rentrée littéraire [clic ici pour plus de détails] - et je suis en partance cahin caha vers le 2% - n°11/12

Les tentatrices... Clara - Cuné - Cathulu

Posté par Antigone1 à 10:08 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,