19 avril 2015

Manuel d'écriture et de survie, Martin Page

manueldecritureetdesurvie

 "J'ai bien peur de dresser un tableau sombre de notre situation, Daria. Alors je le redis : malgré tout, nous nous en sortons. Nous sommes combatifs et inventifs. Les obstacles ne nous arrêteront pas. Peut-être qu'un jour suffisamment de monde en aura assez de cette société de douleur. En attendant, nous allons construire notre monde à part. L'art, c'est d'abord une ruse pour ceux qui ne trouvent pas de place, égarés, trop sensibles, fragiles. On est artiste non pas grâce à un don mais à cause d'une incapacité. De ce défaut, de cette faille, nous faisons quelque chose."

Suivant le modèle de Lettres à un jeune poète de Rilke, Martin Page élabore une correspondance entre lui et une jeune écrivain, Daria, dont ne seront visibles que ses lettres à lui. Daria est déjà l'auteure d'une nouvelle, reconnue pour sa qualité, ensuite elle se lance dans l'écriture d'un roman, puis dans l'aventure de la publication. Mais les doutes sont là, et l'auteur qu'elle sollicite la rassure, lui explique son propre chemin, les clés qu'il utilise pour vivre de sa plume, gérer le quotidien, trouver sa place dans le monde, mais aussi se préserver. 

En dédicace de ce titre, Martin Page a recommandé à l'Antigone que je suis de faire bon usage des tempêtes... Et c'est ce que j'ai retenu de ce Manuel qui conseille, rassure et remet sans cesse les angoisses et les sursauts d'orgueil dans le juste chemin de la réalité. Pour que Daria continue à faire fructifier son talent, le narrateur lui explique avec force exemples, qu'il faut surtout croire à son écriture, faire fi de l'extérieur, ne s'en servir éventuellement qu'à un bon usage, toujours tourné vers une amélioration d'une situation matérielle lui permettant de conserver sa liberté, et de travailler travailler travailler. J'ai passé un bon moment dans ce livre, qui m'a permis de réentendre des passages déjà évoqués au cours de la rencontre à laquelle j'ai assisté [clic]. Des principes sont posés, des convictions fortes sont énoncées, des règles qui fonctionnent et permettent de garder le cap sont proposées. Au lecteur d'y puiser ce qui lui convient, ou non. Personnellement, j'ai eu également le sentiment d'y rencontrer réellement une personne. Et plus qu'un manuel d'écriture, ce titre est surtout un hymne à la création florissante, et à l'art en général.

Editions du Seuil - 14€ - Mai 2014

Cathulu a été la tentatrice

Posté par Antigone1 à 22:18 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


31 mars 2015

Martin Page (Pit Agarmen), Je suis un dragon

jesuisundragon

 "Xanadu devait s'assurer que Margot garde son équilibre mental. Qu'elle grandisse normalement, avec son histoire tragique et ses pouvoirs extraordinaires. C'était une mission de sécurité internationale. L'enjeu était gigantesque. Si Margot devenait une psychopathe, elle aurait les capacités de mettre la planète à feu et à sang. Le principal danger pour le monde n'était pas le réchauffement climatique ou le terrorisme. C'était une jeune fille de treize ans au caractèe ombrageux et indéchiffrable, et déjà bien blessée par la vie."

Margot a perdu ses parents très jeune, et a ensuite été trimballée de foyer en foyer. Sa vie n'est pas facile, timide, mal habillée, isolée, elle est la risée inévitable de ses camarades d'école. Un jour, alors que trois adolescents la coincent dans un couloir, Margot tente de se défendre et laisse éclater sa colère. Elle apprend ainsi qui elle est, avec effroi et tremblements. Très vite, les autorités veulent mettre ses dons au service des alliés. Elle devient une super héroïne aux yeux du monde, affublée d'un collant, d'un masque et d'une cape, Dragongirl, mais reste dans le secret de sa chambre, et près des deux seuls êtres lui apportant encore du réconfort, la jeune fille craintive et normale qu'elle ambitionne d'être réellement. A quoi ressemblera-t-il donc le bonheur de la jeune Margot ?

Il faut oublier l'écrivain de l'absurde pour entrer réellement dans ce dernier opus de Martin Page. En effet, rien de tout cela ici, et le second degré n'est pas une clé de lecture. En le refermant, on se dit seulement que l'on vient en fait de lire un ovni littéraire, qui n'entre pas vraiment dans la case fantastique, ni dans celle d'un roman pour adolescents. Je suis un dragon est autre chose, il laisse derrière lui un goût plutôt sympathique de tendresse et de combat vain, de recherche d'identité. Alors, il faut sans doute simplement s'avouer aussi qu'il nous a permis de passer un bon moment, de réfléchir un peu au monde tel qu'il fonctionne, ou disfonctionne, au libre-arbitre, et que c'est déjà bien. 

Martin Page sera présent le 10 avril au sein de ma bibliothèque, pour une rencontre, et j'ai hâte de savoir ce qui l'a incité à écrire ce titre. Je pense en profiter pour acheter son Manuel d'écriture et de survie, qui m'intéresse drôlement...

Editions Robert Laffont - 18.50€ - Janvier 2015

Une très jolie fable sur le passage à l'âge adulte pour L'Irrégulière  Une fable aussi pour Sophielit - Une intelligente critique de notre société pour Blablablamia - Un roman qui fait réfléchir, qui touche et fait du bien pour Stephie - Un roman palpitant pour Cathulu qui constelle de marques pages !!

Posté par Antigone1 à 21:02 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

03 décembre 2010

La mauvaise habitude d'être soi, Martin Page et Quentin Faucompré

lamauvaisehabituded__tresoi"Depuis que j'habite à l'intérieur de moi-même, j'ai beaucoup gagné en temps de transport."

Tout de suite, nous sommes dans l'ambiance, ou plutôt dirais-je... dans le ton. Raphaël se réveille, un peu groggy. Un policier pénètre dans son appartement. Les deux hommes sont surpris de se retrouver face à face. S'ensuit un étrange dialogue où le premier persuade l'autre de sa bonne santé tandis que le second certifie à son interlocuteur ébahi qu'il a bel et bien été assassiné. Les autres textes de La mauvaise habitude d'être soi continuent de jouer avec la réalité, en en proposant une autre, plus absurde, étonnante, nouvelle.

Autant j'avais été dubitative au sujet d'Une parfaite journée parfaite, autant j'ai été complètement séduite ici par les petites nouvelles incluses dans ce recueil. J'ai même été assez émue par celle qui propose d'emménager à l'intérieur de soi-même. Je lis par ailleurs l'auteur depuis quelques mois sur son blog (http://www.martin-page.fr/blog/) et il m'est devenu à la longue un rendez-vous extrêmement sympathique. Je suis donc heureuse d'avoir aimé son dernier livre et cela m'incite à continuer mes périgrinations dans son univers. Et puis, j'aime l'absurde, bien dosé, mais je l'aime...il permet cette vision un peu décalée de l'existence qui interpelle et réveille, il provoque un recul nécessaire, par le biais de la dérision, du rire jaune.

Les illustrations de Quentin Faucompré, elles, ont surtout intéressé mes enfants... elles m'ont semblé à moi agréables, pas essentielles, mais plutôt bienvenues pour rythmer la lecture, elles ont un petit air de livre jeunesse assez frais.

bouton3 Note de lecture : 4/5 - Editions de l'Olivier - 15€ - Novembre 2010

La lecture de Cathulu, enthousiasmée également !

Posté par LESECRITS à 19:14 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :