13 février 2011

Fracas, Pascale Kramer

fracas"Il y eut deux sonneries, puis un petit voyant rouge s'alluma sur le poste du séjour, comme une perle poussée aux reflets du jardin dans les vitres. son père avait dû décrocher dans le bureau. Valérie attendit de savoir si c'était Justin, puis se retourna vers le rocher dont la présence lui causa une stupeur presque vierge. Sa mère descendait  allumer le jet en retroussant soigneusement les manches de son chemisier sur son pull. La pression de l'eau fit sursauter le gros serpent de caoutchouc jaune dont elle dévissa la tête pour qu'il se laisse dérouler sans secousse. Valérie admira avec quelle méthode elle attaquait la terrasse par le centre."

Valérie est venue aider ses parents, le temps d'un week-end. La veille, une forte intempérie a dévasté le jardin et inondé le salon. Nous sommes dans un coin isolé de Californie. Suite à un éboulement de terrain, un rocher en équilibre instable menace à présent la maison. Il faudra s'en occuper plus tard, le dynamiter peut-être. Tandis que sa mère s'acharne à réparer les dégâts, son père va et vient, inutile. Un coup de fil annonce un accident, celui de Cindy, la jeune fille qui garde habituellement les enfants du frère de Valérie. La nuit dernière, une voiture l'a fauchée alors qu'elle sortait en courant d'un motel, pieds nus...

Ce roman est un objet d'orfèvrerie, un peu précieux, parfait et froid. Pascale Kramer excelle, c'est indéniable, à disséquer les attitudes, gestes et infimes mouvements de ses personnages. Chaque détail est observé finement, analysé, qu'il fasse sens ou non pour le lecteur. Quelque chose se joue dans cette famille qui se retrouve tout à coup le temps d'une journée, autour d'un drame présent en creux, et dans un décor de désolation dans lequel chacun peine à trouver sa place.

L'univers très glacé de Fracas m'a laissé un peu de marbre, je dois le dire, malgré tout le talent d'écriture déployé, contrairement à Un homme ébranlé (dernier titre de l'auteure) lu il y a quelques temps et que j'ai beaucoup aimé, qui m'a semblé également beaucoup plus fort émotionnellement parlant.
Malgré une légère déception sur ce titre dont j'attendais beaucoup, trop peut-être, c'est une auteure que je vais continuer de suivre avec attention, cependant... Son écriture exigeante, qui ne permet pas de lectures distraites, me semble pleine de promesse.

Biblioth_que_et_LAL

Editions Mercure de France

Février 2007 - 14€

Florinette et Anne ont été plus enthousiastes que moi.

Hasard des lectures... Xynthia c'était il y a bientôt un an.

Posté par LESECRITS à 14:35 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


17 janvier 2011

Un homme ébranlé, Pascale Kramer

unhomme_branl_"Il avait été convenu que Jovana leur amènerait Gaël le samedi vers midi. Dès le matin, Simone ouvrit tout grand sur le jardin, dans l'espoir d'aérer l'air épaissi de chimie et d'une entêtante fadeur de pellicules."

Claude est un homme malade, d'une cinquantaine d'années. Un cancer le ronge qui aura bientôt le dessus. Sa femme, Simone, connue et épousée sur le tard, il y a peu, se désespère de le voir ainsi, affaibli, l'ombre de lui-même. Ils vivent depuis toujours dans une banlieue chaude qui s'ébroue avec violence au-delà de leur portillon et dans les rues alentours. Leur maison est un cocon doux et étouffant tourné vers le jardin. L'intrusion du fils de Claude, Gaêl 11 ans, né d'une liaison furtive et ancienne avec une jeune-femme, bien avant que Simone n'existe dans la vie de cet ancien sportif, va tout ébranler et rendre le quotidien mollement assumé violemment réel... Rien ne peut sauver Claude. L'affection n'est pas légitimée par les liens du sang. Simone est libre.

Voici un livre qui s'ouvre délicatement sur des odeurs de forsythias et se referme avec précaution sur des odeurs moins légères... de maladie, de médicaments et de défaites. Un homme ébranlé n'est pas un livre doux, c'est un livre qui exprime avec justesse les sentiments qui peuvent chambouler une femme confrontée à la maladie de son époux. Alors, lorsqu'il s'agit pour elle d'accueillir en plus les fruits d'anciens amours regrettés ou de réaliser que les fondements de sa vie sont si fragiles et illusoires, la vie ne devient qu'une attente, une promesse de libération...
Une lecture qui m'a semblée criante de vérité, non consensuelle et d'une force cachée intéressante. L'écriture en est fluide et nette, agréable.
Je pensais lire d'abord Fracas (2007), noté depuis belle lurette... mais c'est avec ce roman que j'ai finalement découvert Pascale Kramer... à suivre, donc. Je l'ai lu il y a quelques jours déjà et je me rends compte que je l'ai vraiment aimé, comme quoi il est bon parfois de ne pas se précipiter pour rédiger son billet.

bouton3 Editions Mercure de France - 15€ - Janvier 2001

Un grand merci à Babélio et à son opération Masse Critique !!
(Lien vers la fiche du livre)

Un titre sélectionné pour le prix Landerneau 2011

Posté par LESECRITS à 20:37 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :