25 mai 2017

Le Saut oblique de la truite, Jérome Magnier-Moreno

lesautobliquedelatruite

 

Quel cadeau de recevoir un livre de Jérôme Magnier-Moreno... ! L'enveloppe est déjà un délice en soi et nous met dans l'ambiance de cette gare en Corse, également dessinée en couverture par l'auteur. (Tu ne peux pas montrer l'enveloppe, quel dommage, car ton adresse y apparaît). Tu as aimé cette réception, assez inhabituelle, et l'objet livre, vraiment réussi. Tu remercies l'auteur pour cette délicate attention et son enthousiasme généreux. Le décor est planté. Et nous attendons aussi près de cette gare, avec le jeune narrateur de cette histoire toute simple, son ami Olivier qui ne viendra pas, le laissant seul découvrir une Chambre d'hôte toute proche, et un peu lugubre, et le sentier du GR20 le long duquel il a bien l'intention de pêcher, malgré la défection de son ami. Ce très court roman est à vivre, à l'instar de son personnage, comme une parenthèse corse... où se mêlent descriptions du paysage, réflexions sur la vacuité du monde, souvenirs d'une mère disparue depuis peu et désirs masculins. Tu dois dire que tu es restée assez désarçonnée par quelques scènes, et que tu aurais aimé sans doute approfondir un peu plus tout ce qui a amené ce jeune architecte à l'endroit où il se trouve, avec son sac à dos fétiche. Ce titre a beaucoup plu sur la blogosphère et tu es bien embêtée de dire que de ton côté tu es sans doute un peu passée à côté de l'humour et du pétillement du texte... cela arrive. Tu renvoies donc tes lecteurs vers le billet tentateur du blog Les couleurs de la vie, beaucoup plus positif [clic ici]... et tu souhaites bon vent à ce roman qui va très certainement trouver ses lecteurs !

Editions Phébus - mars 2017

Jostein l'a lu aussi

Posté par Antigone1 à 18:48 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,


11 mai 2016

Un après-midi d'automne, Mirjam Kristensen

unapresmididautomne

 "Au fait, demande-t-elle en se grattant la joue, comment s'appelle-t-il ?
Hans Olav."

Rakel et son mari sont jeunes mariés. Ils viennent d'arriver à New-York pour des vacances, et logent dans un petit hôtel. Comme les touristes qu'ils sont ils ont prévu plusieurs activités, des restaurants à tester, parcourir Central Park et visiter le Met (Metropolitan Museum of Art). Dans le Musée, Hans Olav semble particulièrement intéressé par une toile dans la salle consacrée à Georges de la Tour. Rakel en profite pour le laisser quelques instants, et se rend aux toilettes. A son retour, son mari a disparu. Rakel le cherche, puis est comme anesthésiée de constater qu'il est nulle part. Plus les jours passent sans nouvelles de lui plus la sidération augmente, se mêlant à l'attente, à l'indifférence. Rakel fait des rencontres, loge chez une amie de sa mère, ne sait plus si elle existe réellement sans Hans Olav, a l'impression de flotter dans une réalité trouble, se demande si elle doit continuer à l'attendre... Que s'est-il donc passé devant ce tableau ?

J'ai beaucoup aimé ce titre, très introspectif, qui commence pourtant comme un thriller. Je ne m'y attendais pas car je dois avouer que j'avais entendu et lu des avis assez mitigés. Mais il m'a plu à moi, beaucoup, de naviguer en eaux troubles avec Rakel, de circuler dans un New York séduisant et mystérieux avec elle, de découvrir la vie sous un autre angle... et de la cotoyer dans sa dérive. Je me suis imaginée à sa place, la terreur et l'inquiétude mêlées, plongée dans le doute, les remises en question, la honte, l'incompréhension, et cette obligation de vivre sans l'autre, sans comprendre. A priori, il arrive régulièrement que des touristes disparaissent à New York. Etonnant. Une lecture originale et un roman réussi.

Editions Phébus - 19€ - Février 2015 - Lu pour le prix Cezam - Merci ma bibli !!

Sandrine a été déçue de ne pas avoir de réponses à ses questions - Un roman très fort et très beau pour le blog tombée du ciel dont je partage l'avis (très beau billet).

Posté par Antigone1 à 10:34 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,