11 mars 2017

Printemps des poètes

printempsdespoetes2

Tu n'as pas vraiment eu le temps de t'intéresser beaucoup à cette nouvelle édition du Printemps des Poètes consacrée à l'Afrique cette année. Mais tu as eu le temps (quand même) de passer en coup de vent à ta bibliothèque tout à l'heure, et tu salues ici sa belle initiative de permettre aux lecteurs de repartir avec un paquet poétique surprise... Tu montres ci-dessous ton petit trésor... et quelques poèmes chipés, dont un très beau de Maya Angelou... (Pourtant je m'élève).

printempsdespoetes1


06 mars 2016

Certains dimanches de grands vents

Songer
certains dimanches
pleins de poussière
et de lumière
à s'ouvrir le ventre
du sol au plafond
pour aérer à l'intérieur

Extrait de Juste après la pluie - Thomas Vinau - Alma - 2013

http://etc-iste.blogspot.fr/

dimanche

Il y avait des poèmes à cueillir dans ma bibliothèque hier... 

Posté par Antigone1 à 11:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mars 2015

"En revenir

pineau

Commencer par le titre, la désillusion et y aller. N'en pas revenir encore, faire marche arrière, en avant toute. Question de survie. La surprise est passée, la sidération reste. S'arracher de là. Soulever les pieds de pierre et pesamment scander le point de non retour. Ebranler les alentours, les [in]certitudes, le corps et sa mémoire, le temps - à en appeler à l'orage, à en attirer les foudres. Etre plus fort que cela, regarder, ça bouge, ça gronde, ça auréole d'éclairs. Avancer. La terre tremble, réjouissances, lever la tête, et marcher droit. N'en être pas moins lourd mais regarder ailleurs. N'attendre plus rien mais savoir comment tout a commencé et comment tout finit. Parce que revenir de ce loin. Etre presque mort mais plus fort que l'enfermement. Peser maintenant le silence. L'alléger en en portant les chaînes. Et bientôt savoir où les déposer. Creuser."

Extrait de Avec dessus dessous de Jany Pineau, éditions Gros Textes, 2015

Ouvrir le livre d'une amie. Avoir attendu le bon moment pour le faire, d'être un peu plus apaisée dans son quotidien... Et puis trouver avec émotion dans ces pages juste les mots qu'il faut à poser sur aujourd'hui. Etre heureuse de cela. Et des post-it égrenés sur d'autres textes... comme L'Indicible ou La Parenthèse. Bravo Jany ! Et merci pour ta poésie. [Pour commander c'est par ici]

 

Posté par Antigone1 à 11:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

10 avril 2014

La marche à l'amour... extrait

je marche à toigastonmiron
je titube à toi
je meurs de toi jusqu'à la complète anémie
lentement je m'affale tout au long de ma hampe
je marche à toi, je titube à toi, je bois
à la gourde vide du sens de la vie
à ces pas semés dans les rues sans nord ni sud
à ces taloches de vent sans queue et sans tête
je n'ai plus de visage pour l'amour
je n'ai plus de visage pour rien de rien
parfois je m'assois par pitié de moi
j'ouvre mes bras à la croix des sommeils
mon corps est un dernier réseau de tics amoureux
avec à mes doigts les ficelles des souvenirs perdus
je n'attends pas à demain je t'attends
je n'attends pas la fin du monde je t'attends
dégagé de la fausse auréole de ma vie

Gaston Miron, in Une anthologie de poésie contemporaine francophone, mars 2013

Quoi de mieux, (n'est-ce pas ?) qu'un peu de poésie pour retrouver du sens au vacarme ! - Sinon demain, si tout va bien, je vais voir Laurence Tardieu en rencontre... très hâte.

Posté par Antigone1 à 20:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

02 avril 2014

L'or d'Eros ~ Arthur H et Nicolas Repac

Après un album intitulé "L'or Noir" consacré à la poésie de la Caraïbe francophone, Arthur H et Nicolas Repac se sont penchés sur la poésie érotique et ont concocté un petit album, intitulé lui "L'or d'Eros", deuxième volet de la collection Poetika Musika, à l'ambiance délicatement sulfureuse. La voix de Lou Doillon est également présente sur quelques titres de ce CD à part. Des poètes que j'aime s'y retrouvent, mais dans un registre inattendu, étonnant, comme Pierre Louys, Guillaume Apollinaire, Georges Bataille, mais aussi André Breton et Paul Eluard. 

Je connaissais déjà l'univers d'Arthur H, pour l'avoir notamment entendu en concert, avec sa manière toute particulière de chanter sur une musique mêlant rock, électro, et musique répétitive. Il y a une sorte d'hypnose à écouter cet album. J'aime particulièrement certaines chansons, comme "L'arbre" que je vous ai mis en écoute. Le moins que l'on puisse dire c'est que l'envoûtement fonctionne et que l'idée est bonne de mêler chant et mots, et de mettre ainsi en avant la poésie contemporaine. J'approuve. Mais attention, rien de doux ici, car les poètes peuvent passer en quelques vers du sentimental à l'image la plus sauvage, ou la plus crue.
Une collection à suivre.

 Editions naïve - paru le 31 mars 2013

"L'Or Noir" et "L'or d'Eros" pourront être entendus en concert le 20 et 21 mai au 104, à Paris. Une tournée est prévue pour présenter plus particulièrement l'album "L'or Noir" de mars à juin 2014, et écouter ainsi de la poésie de la Caraïbe francophone.

arthurh1 
(image - http://arthurh.skyrock.com/)

Un grand merci à Marika !!

 

Posté par Antigone1 à 18:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


21 mars 2014

Attente

Les hirondelles du souvenir
perroquetVoyagent d'un doigt à l'autre
Et sur le bout du doigt
Le Lézard vert de l'avenir
Mange les mouches du coeur.
Je donnerai cette pastille
A la langue qui baisera l'ennui fidèle,
J'accepterai la main
Qui donnera des graines de soleil,
De lune, d'étoiles et de nuages
A mon perroquet vert.
Je crie :
A moi, à moi, à moi !
Mais je sais bien que ce n'est qu'un perroquet à l'oeil vorace,
Car je n'appelle pas, ni moi, ni vous ni personne.
Sous le masque j'ai mis le vide.
Dans le vide j'ai mis les mille lettres de l'alphabet,
Cela fait un beau concert
Bien qu'il n'y ait personne.
Et pourtant j'attends, j'attends,
J'attends le zéro qui ne viendra jamais.

Georges Ribemont-Dessaignes

in "Poèmes à dire" Une anthologie de poésie contemporaine francophone -7€ - Mars 2013

Acheté sur un coup de tête jeudi, et j'ai bien fait.

Posté par Antigone1 à 20:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

12 mars 2014

Bright Star - un extrait

J'ai revu ce film dernièrement, de Jane Campion. Il y est question de John Keats, et de comment la poésie (et l'amour) peuvent transformer une jeune fille frivole en un être habité. Je n'aime pas tout dans ce film, je le trouve presque trop linéaire... mais ce qu'il est beau (esthétiquement), et tout à fait adapté au printemps qui pointe son nez au dehors !! C'est cadeau.

Posté par Antigone1 à 17:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

23 février 2014

Le Printemps des Poètes revient

... du 8 au 23 mars 2014. Une fois n'est pas coutume, je reprends la vidéo du jour d'Aifelle [clic] sur mon blog. Elle est si belle. 

 

Posté par Antigone1 à 16:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

07 septembre 2013

Francis Ricard

 

francisricard


Il y a un autre monde
l’envers est possible
l’ailleurs
de chair
d’ici
ce réel terrestre
la vie qui vit
quand l’énigme se déshabille
claire formule
impérieuse évidence
quand l’orage éclate et qu’on est apaisé
tout ruisselant dans le seigle des larmes
quand la guerre se mue en riant armistice
quand la lumière filtre au travers des cailloux
quand on a pied très loin l’horizon dans la main
quand le corps de l’autre calfate nos renoncements
et qu’il n’y a plus à écoper
quand on voudrait mourir dans cette extase là
quand les signes attestent qu’on se rapproche
que la quête s’achève et que s’ouvre la porte
la roue du temps est un tournesol ivre
la lame tranchante du noir couteau
ouvre l’œil
et il voit 
la vie élucidée
l’avidité du vivre
la grande santé
l’enchantement
le totem charnel du Grand-Tout
la légende est vraie
tu es là
tu es venue


Un poème inédit (2007) pioché sur le site du Printemps des Poètes [ici]

Posté par Antigone1 à 18:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

16 août 2013

Colette Nys-Mazure

nectarine

Elle conte, raconte. Le galet, l'iris jaune, le profil perdu. Elle exhume une parcelle d'infini, un effroi aux oubliettes. Elle pare la mort, dénonce l'intrigue, hâte l'aurore. Elle transmute le saladier de faïence fleurie et le vagissement hagard du nouveau-né. Elle dit et le bouquet flambe, le visage avoue, l'âme s'enhardit. A la parole, elle confie le surcroît de vie qui la presse et l'étoufferait. Elle détient le secret des merveilles latentes. Les ravive d'un verbe débridé.

Diseuse - Extrait de Feux dans la nuit, La Renaissance du Livre, 2003 [pioché ici]

Posté par Antigone1 à 16:25 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :