22 juin 2013

Envie de...

peinture 002

Voici la première phrase sticker collée sur un des murs blancs de mon nouveau salon, près de la bibliothèque. Elle est discrète et isolée mais j'ai comme une envie folle d'en mettre partout. Pour l'instant, je me retiens.

Sinon, j'ai lâché hier soir le 22/11/1963 de Stephen King à la page 133. Je l'avais noté suite à des billets enthousiastes. Le principe du voyage dans le temps étant établi, je m'ennuie terriblement et l'intrigue ne m'accroche pas suffisamment, tant pis je passe à autre chose.
J'ai ouvert depuis L'armoire des robes oubliées de Riikka Pulkkinen, qui vient tout juste de sortir en poche et qui promet du bien mieux... à suivre donc. ;)

(Pour information, le 36ème prix relay des voyageurs a été remporté par Crime d'honneur d'Elif Shafak qui était pour moi un abandon de lecture ! [mon billet ici] Je suis donc bien dubitative sur ce résultat. Merci en tous les cas aux organisateurs pour le partage et toutes ces opportunités de lecture !)

Bon week-end !

Posté par Antigone1 à 10:39 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,


19 mai 2013

Ne lâche pas ma main, Michel Bussi

nelachepasmamain"Cette île est une terrasse posée sur le rebord du monde pour observer l'avenir du genre humain. A l'ombre, en tongs, un verre de punch à la main."

Un couple de métropolitains coule des vacances tranquilles sur l'île de la réunion, dans un hôtel tout confort. Un après-midi, on signale la disparition de la femme. Son mari donne l'alerte puis est très rapidement soupçonné de l'avoir tuée. La capitaine envoyée sur les lieux trouve la chambre dans un désordre indescriptible, des traces de sang sont visibles. Les différents témoignages et preuves s'accumulent contre l'évident coupable. L'affaire aurait pu être résolue rapidement, puisque Martial Bellion semble coopérer sans problèmes, mais tout se corse lorsqu'il prend la fuite avec sa petite fille de six ans...

Voici un thriller rythmé qui, sans être un chef d'oeuvre du genre, a tout de même réussi à me tenir en haleine avec assez de brio pour que je tire mon chapeau à l'auteur. Je l'ai en réalité dévoré en à peine deux jours alors que j'avais bien autre chose à faire, et surtout du sommeil à récupérer.
La traque de Martial Bellion et de sa petite Josapha est assez réussie. Nous visitons une Réunion réaliste, métissée, aux paysages grandioses mais aux pièges mystérieux que seul un connaisseur de l'île peut sans doute comprendre et utiliser ainsi dans une intrigue.
Ne lâche pas ma main me paraît une très bonne lecture de vacances (je n'oserais dire de plage avec le temps qu'il fait en ce moment) à déguster au bord de la piscine un oeil rivé sur ses enfants qui barbotent dans l'eau !

Editions Presse de la cité - 21€ - Mars 2013

Vous trouverez l'avis des membres du jury Grand Public par ici [clic] - Saxaoul l'a beaucoup apprécié - Il a manqué quelque chose à Stephie -

Ce livre est en compétition pour le prix-relay-logo (clic sur le logo pour plus de détails) et a été retenu pour la sélection de mai : http://prixrelay.com - La page facebook - @PrixRelay 

 

savethedate Proclamation des résultats du Prix Relay le 20 juin à 18h.

 

Posté par Antigone1 à 19:14 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

29 avril 2013

Crime d'honneur, Elif Shafak

crimedhonneur"Aussi loin qu'il se souvienne, il s'est toujours perçu comme le prince de la maison et sa mère comme celle qui, de façon contestable, le mettait en valeur, était sa protectrice inquiète."
JM Coetzee

Cet incipit résume au mieux l'ambiance du roman, en tous les cas la relation qu'entretiennent Iskender (le sultan meutrier) et sa mère Pembe, avant que celui-ci attente à la vie de cette dernière et séjourne ensuite des années dans la prison de Shrewsbury.
Lorsque cette famille kurde a émigré à Londres en 1970, Pembe est l'épouse d'Adem, mais sait qu'elle n'est que son second choix, il aurait préféré épouser sa soeur jumelle Jamila. Alors, le mariage bat de l'aile malgré la naissance de trois enfants et l'infidélité entraîne dans son sillage un "crime d'honneur" perpétré par le fils aîné, dépositaire traditionnel de l'honneur des femmes de la maisonnée en l'absence du père.

Ce titre est un abandon de lecture. Je jette l'éponge à la page 126. D'habitude, lorsque je n'accroche pas, je ne vais pas au-delà de la page 50, mais ce roman étant le livre sélectionné pour le mois d'Avril dans le cadre du Prix Relay des voyageurs, je craignais de passer à côté de quelque chose... et puis le thème de l'exil annoncé en quatrième de couverture me plaisait beaucoup. Cependant, j'ai eu du mal à situer les personnages de cette histoire inter-générationnelle dès les premières pages et je crois que je ne supporte plus que l'on me promène du passé au présent à chaque chapitre sans explications. Mon cerveau n'est plus apte en ce moment à gérer de quelconques changements spatio-temporels en cours de lecture, peut-être même que le principe commence à m'agacer... Bon bref, voici malheureusement une lecture en forme de déception.

Un avis plus enthousiaste chez Saxaoul

Editions Phébus - 23€ - 7 mars 2013

Ce livre est en compétition pour le prix-relay-logo (clic sur le logo pour plus de détails) et a été retenu pour la sélection d'Avril : http://prixrelay.com - La page facebook - @PrixRelay 

Posté par Antigone1 à 16:41 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

18 mars 2013

Indigo, Catherine Cusset

indigo"La vie vous rend sous une autre forme ce qu'elle vous prend."

Un festival en Inde. Quatre auteurs ont été réuni là par l'Alliance Française, et ce sous une chaleur accablante, pour participer à un marathon de rencontres et tables rondes. Cette semaine a été organisée par Géraldine, mariée à un indien et mère d'un petit garçon de dix mois. Elle joue sa carrière sur le succès de ce festival et accueille pourtant maladroitement Charlotte Greene la cinéaste, Roland Weinberg le vieil écrivain accompagné de sa belle et italienne Renata, et Raphaël Heuletère qui s'avère être son amour de jeunesse...
Comment cette petite troupe se sortira-t-elle des pièges d'un pays qu'ils connaissent peu et de leurs propres contradictions ?

J'avais vraiment envie de me plonger avec délectation dans ce roman d'une auteure que j'admire généralement beaucoup. Mais Indigo est sans conteste une déception. Je n'ai jamais eu le sentiment de retrouver dans cet écrit la plume acerbe et fine qui m'avait tant plu auparavant. Quel dommage !
Pourtant, l'Inde moderne constitue une véritable attraction de lecture dans ce roman qui pour moi ne remplit malheureusement pas ses promesses de qualité littéraire et de voyage. Je ne me suis pas non plus tellement attachée aux personnages et leur sort m'a semblé par trop tiré par les cheveux et irréaliste. En fait, j'ai seulement apprécié les quelques réflexions disséminées ici et là sur l'angoisse de l'âge et du temps qui passe, celle là même qui nous prend en défaut la première vraie ride venue.
J'ai hâte de retrouver Catherine Cusset dans ce qu'elle sait si bien faire, quand elle parle de sa propre vie par exemple [Mes autres lectures ici].

Editions Gallimard - 19.90€ - Janvier 2013 - (Certifié lu pour moitié dans le train !!) 

Ce livre est en compétition pour le prix-relay-logo (clic sur le logo pour plus de détails) et a été le roman "coup de coeur" de Mars. Il fera donc partie de la sélection finale de juin.. - La page facebook - @PrixRelay 

Quelques autres lectures... Clara n'est pas non plus convaincue - Même constat pour Saxaoul qui regrette aussi que l'Inde moderne ne soit qu'un décor de théâtre - Je partage le constat déçu de Enfin livre -

Posté par Antigone1 à 19:55 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

26 février 2013

06H41, Jean-Philippe Blondel

06h41"En fait, j'aurais été assez content de partager le quotidien de Cécile Duffaut. Nous nous entendions bien. Simplement, à vingt ans, ça ne suffit pas. On rêve de trucs qui font monter au plafond, de passion à crever, de crises de nerfs, de coeur qui bat la chamade. Tant qu'on ne connaît pas ça, on est persuadé qu'on fait mauvaise route, que la relation n'en vaut pas la chandelle. [...] On se comporte comme les héroïnes du XIXe siècle, on soupire, on criaille, on pleure - on ment. Et autour de vous, on appelle ça de l'amour."

Cécile Duffaut prend ce jour-là le train du lundi matin, celui de 06h41, qui est bondé et qui lui a permis d'allonger un peu son week-end chez ses parents. Quelle idée, c'est idiot, alors qu'ils l'épuisent tant et qu'ils ont si peu à se dire tous les trois ! Elle a hâte de retrouver sa vie ordinaire, son travail et sa famille. Au lieu de prendre un billet en première elle a préféré la seconde classe, finalement plus tranquille, heureuse à l'avance de cette parenthèse ouatée que sont souvent les voyages ferroviaires. Pour l'instant, la place voisine est vide. Mais quelqu'un s'y assied juste au moment du départ. Catastrophe, elle reconnaît dans les traits de cet homme le garçon qu'elle a connu il y a vingt-sept ans...

Comme j'adore lire dans le train, et que j'en ai eu l'occasion assez fréquemment dernièrement, j'ai aimé d'emblée l'atmosphère de ce roman, ainsi que le ton sans concessions de l'auteur, raillant à grands traits quelques absurdités de notre époque. Ensuite, le monologue intérieur des deux personnages, qui reviennent en pensée sur leur histoire commune et séparée, sur le temps qui passe, est tellement bien vu que j'ai adhéré complètement à l'intrigue, regrettant peut-être parfois la légèreté du style mais si peu. Ce roman vaut, oui, par son joli parcours au pays des souvenirs, et des désenchantements lucides de la vie. A se regarder aujourd'hui en face, sommes-nous devenus ceux que nous souhaitions ou pensions être à la quarantaine ?
Allez, voici une lecture qui vous accompagnera avec délectation lors d'un prochain voyage, et que vous terminerez je n'en doute pas un léger sourire aux lèvres en regardant tout autour de vous si vous ne reconnaissez personne !!

Editions Buchet Chastel - 15€ - 3 janvier 2013

Ce livre est en compétition pour le prix-relay-logo (clic sur le logo pour plus de détails) et a été le roman "coup de coeur" de Février. Il fera donc partie de la sélection finale de juin. - La page facebook - @PrixRelay 

Je remercie le Prix Relay pour ce partenariat qui va me permettre de lire plein de titres de qualité ! A suivre...

Quelques autres lectures.. George qui ne reste jamais vraiment intacte à la sortie d'un livre de Blondel - Clara a tout aimé dans ce livre et s'y est retrouvée - Une parenthèse réussie pour Laure mais qui n'a pas pour elle la portée de ses autres romans - Un excellent roman pour Lucie !

Posté par Antigone1 à 09:50 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :