22 septembre 2016

Rester en vie, Matt Haig ~ Rentrée littéraire 2016

resterenvie

 "La dépression est peut-être un prix sacrément élevé pour s'éveiller à la vie, et tant qu'elle a le dessus sur vous, rien ne semble valoir la peine de le payer."

Alors qu'il est dans un des lieux les plus propices à la fête et à la joie, à Ibiza avec son amie Andréa, Matt a une crise d'anxiété et de dépression phénoménale. Il n'a que 24 ans et c'est le début d'une grande lutte avec ce "chien noir" qu'il faut à présent apprendre à apprivoiser.

Rester en vie est le récit de la dépression qui a terrassé autrefois Matt Haig, mais aussi du combat quotidien de l'écrivain qu'il est devenu pour mener avec ce compagnon indésirable une vie normale. Dans ce livre, l'auteur explique très bien à quel point ce mal peut atteindre tout le monde, et n'importe qui, que personne n'est à l'abri. Outre sa propre histoire, il nous raconte celle de personnages célèbres qui ont su chacun à leur tour, transformer cet handicap en art, talent ou qualité. Le tout est plein d'un optimisme joyeux étonnant, de courage et de générosité, il n'est absolument pas larmoyant et défaitiste. Il donne goût à la vie, justement, en donnant quelques clés pour mieux vivre, voir, savoir ce qui compte réellement, faire de ce fardeau qu'est la dépression un atout et avoir envie de rester en vie

J'ai aimé ce titre, de nombreuses phrases ont fait écho en moi, et puis il y a ces très belles pages sur le pouvoir de la lecture, si réconfortantes. Matt Haig sait dire combien fuir dans les livres n'est pas se perdre mais au contraire se donner une chance de se trouver enfin. Matt Haig reste dans ce récit un écrivain, il ne livre pas un guide de survie mais bel et bien une magnifique réflexion sur notre façon d'être au monde. Ce livre a fait battre mon coeur à plusieurs reprises, par sa sincérité, et ses réflexions pertinentes. Je l'ai lu avec une grande émotion cet été et il est pour moi un gros coup de coeur de cette rentrée !

Editions Philippe Rey - 18€ - 22 septembre 2016

Posté par Antigone1 à 06:08 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11 septembre 2016

Challenge 1% rentrée littéraire 2016

Je participe une nouvelle fois cette année à ce challenge de rentrée que j'affectionne car il est bien le seul sur la blogosphère que j'arrive à tenir réellement. 650, c’est le nombre officiel de livres qui vont paraître lors de cette rentrée littéraire 2016. Un chiffre qui ne compte que les romans et essais adultes. Il s’agit donc, pour réussir le challenge du 1% rentrée littéraire, comme pour les précédentes éditions, de lire 1% des livres de cette rentrée littéraire, soit 6 livres ! Cette année, c’est en collaboration avec Léa, que Sophie de Délivrer des livres, a annoncé le challenge ouvert [ici] !

J'ai personnellement choisi l'option spécialiste (3% - 18 livres) - Mes lectures de rentrée sont ci-dessous... Vous retrouverez mes billets en cliquant sur les titres des livres. 

New York esquisses nocturnes - Molly Prentiss - Calman Levy - 22222 Coup de coeur !
Voici venir les rêveurs - Imbolo Mbue - Editions Belfond - 2222 Je conseille vivement !
Vie prolongée d'Arthur Rimbaud - Thierry Beinstingel - Fayard - 222 Lecture en demi teinte.
Police - Hugo Boris - Grasset - 22222 Coup de coeur !
A la fin le silence - Laurence Tardieu - Seuil - 2222 Je conseille vivement !
J'ai tué papa - Mélanie Richoz - Slaktine - 222 Lecture en demi teinte.

1% validé

L'Indolente - Françoise Cloarec - Stock - 222 Lecture en demi teinte.
Une bouche sans personne - Gilles Marchand - Aux forges de Vulcain -  2222 Je conseille vivement !
Je m'appelle Léon - Kit De Waal - Editions Kero -  2222 Je conseille vivement !
Rester en vie - Matt Haig - Editions Philippe Rey - 22222 Coup de coeur !
Le sanglier - Myriam Chirousse - Editions Buchet Chastel - 22222 Coup de coeur !
Molécules - François Bégaudeau - Editions Verticales -   2222 Je conseille vivement !

2% validé

Les mains lâchées - Anaïs Llobet - Editions Plon -   2222 Je conseille vivement !
La Suture - Sophie Daull - Editions Philippe Rey -   2222 Je conseille vivement !
Comme dans un film, Régis de Sà Moreira - Au diable Vauvert -  2222 Je conseille vivement !
Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud - Héloïse d'Ormesson - 222 Lecture en demi teinte.

Posté par Antigone1 à 06:35 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

10 septembre 2016

We are free

[Petit clin d'oeil à qui m'a fait découvrir ce groupe - Waste] Sinon, pendant ce temps, je lis Otages intimes de Jeanne Benameur, histoire de prendre une respiration au cours de cette rentrée littéraire 2016 si effervescente. Néanmoins, la respiration sera courte, puisque je vous parlerai dès demain du challenge 1% rentrée littéraire tenu par Sophie du blog Délivrer des livres. J'en profiterai d'ailleurs pour faire un petit point sur mes lectures de rentrée. Je vous rappelle qu'il ne vous reste que très peu de temps pour choisir votre titre de notre sélection des Matchs de la rentrée littéraire (toutes les infos sont ici). Ne passez pas à côté !! Mes lectures de rentrée vont se mêler au Challenge des Premiers romans (la folle aventure des 68 initiée par l'Insatiable Charlotte)... Quelques lectures à venir sur ce blog donc. Et puis et puis... gardons en un peu pour les prochaines fois. ;) Bon week-end !!

(NB : J'oubliais... Célina du blog Des livres tous azimuts a lu le livre gagné lors de mon jeu-concours, Ni terre ni mer de Anne Von Canal, elle a beaucoup aimé, elle en parle superbement bien. Précipitez vous pour lire son billet [c'est ici].)

Posté par Antigone1 à 11:29 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 septembre 2016

Je m'appelle Léon, Kit de Waal ~ Rentrée littéraire 2016

jemappelleleon

 "Au début, Léon croit qu'il se bat contre un dragon en rêve."

A 9 ans, Léon se sentait pourtant capable de s'occuper de son petit frère Jake, mais les services sociaux en ont décidé autrement. Ils retirent brutalement les deux enfants à leur mère Carole, qui bien souvent n'arrivait même plus à se lever le matin et laissait ses enfants livrés à eux mêmes. Chez Maureen, les deux frères se sentent bien. Léon sait expliquer de quoi bébé Jake a besoin. Bien sûr, sa mère lui manque mais ils sont ensemble, tous les deux, mangent à leur faim, sont en sécurité, s'éveillent et tous les espoirs sont encore permis. Un jour, peut-être, Carole pourra les reprendre avec elle. Lorsqu'on lui enlève finalement son petit frère afin de lui donner une chance de vivre dans une vraie famille, Léon comprend que la vie va être dorénavant bien différente. Jake lui manque énormément. Heureusement, grâce à son nouveau vélo, il découvre le règne des jardins partagés, Tufty et d'autres adultes attachants, et se sent capable de partir à la recherche de son petit frère tant aimé...

Ce roman se lit avec beaucoup d'émotion et d'empathie, à hauteur d'enfant. Et j'ai beaucoup aimé rencontrer à l'occasion de cette lecture un personnage tel que Léon, courageux, téméraire, frondeur et sensible, qui aime son frère avec un amour inconditionnel touchant et magnifique. Côtoyer ce petit garçon, et tous les personnages de cette histoire, donne la pêche, le sourire. Il y a beaucoup d'humour, d'amour et de dérision dans ce livre. Pourtant, lire de tels livres sur des enfances sacrifiées me fait toujours un brin chavirer le coeur, et puis je connais un peu le travail des travailleurs sociaux, ce coeur qui tressaute à l'annonce d'une visite qui peut venir chambouler une sérénité difficilement acquise. Heureusement, chez Kit de Waal, les rencontres sont jolies et le réalisme reste la plupart du temps tapi derrière la porte, pas très loin mais suffisamment quand même pour que l'on garde au final l'image d'un monde plus bienveillant qu'il n'y paraissait au tout départ. Une très belle histoire.

Editions Kero - 19.90€ - 24 août 2016

Badge Lecteur professionnelLu sur ma liseuse grâce à NetGalley

Ce titre est dans la Sélection #MRL16 - Voir la lecture de Plume de cajou [ici] - Pour le demander gratuitement en échange d'une chronique c'est par ici ( jusqu'au 12/09)

Posté par Antigone1 à 06:25 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 septembre 2016

Une bouche sans personne, Gilles Marchand ~ Rentrée littéraire 2016

unebouchesanspersonne

"Il fait beau ce matin. J'aurais presque envie d'aller à la boulangerie pour que l'on me confirme l'information." 

Ils sont quelques habitués de ce café à se retrouver tous les soirs depuis des années pour bavarder, de tout et de rien, des Beatles. L'un des leurs a toujours une écharpe, été comme hiver. Tout doucement, ses compagnons lui posent des questions, veulent savoir qui il est réellement en dehors de ce café, ce qu'il cache. L'homme à l'écharpe est comptable, un solitaire qui préfère dissimuler sa cicatrice, et ses souvenirs douloureux derrière une vie simple et mutique. Mais peu à peu il décide de commencer à se raconter, là devant ces gens bienveillants, devant la belle Lisa. Et peu à peu aussi, alors qu'il évoque son grand-père, des tas d'histoires rocambolesques, son enfance, le cercle des spectateurs s'aggrandit. Tous les soirs, l'homme à l'écharpe se dévoile... 

Quel drôle de petit roman que cette bouche sans personne ! Voici en effet un récit qui commence l'air de rien et qui nous emmène petit à petit vers l'extravagance et la vie dans ce qu'elle a de plus sensible et d'intéressante. J'ai beaucoup aimé que Gilles Marchand y manie aussi bien l'absurde que la poésie ou l'émotion, car cela donne à son roman la dimension d'un ovni et d'un petit bijou littéraire assez délicat. J'ai pensé à En attendant Bojanglesà Boris Vian. En effet, petit à petit, au fil du texte, plus le narrateur s'ouvre vers l'extérieur, vers les autres, moins il peut accéder à son appartement, moins son travail devient rassurant et confortable. L'accumulation entoure le personnage principal. Mais loin d'être un frein à son bonheur, il apparaît très vite qu'au contraire cela peut sauver une vie, des vies, la sienne. Une lecture qui laisse une empreinte, donne à réfléchir et vous tire à la toute fin un sourire mêlé de larmes. Une bonne surprise de cette rentrée !

Editions Aux Forges de Vulcain - 17€ - 25 août 2016

Un diamant brut empreint de douce folie pour Noukette - Ce titre a été retenu pour la sélection de rentrée du challenge des premiers romans...

68premieresfois


05 septembre 2016

Marraine des Matchs de la rentrée littéraire 2016

Aujourd'hui est le grand jour où je vous annonce que je suis marraine de la rentrée littéraire pour Price Minister cette année !! Et j'en suis ravie car cela me permet de vous gâter de nouveau. En effet, nous étions 5 marraines à travailler dans l'ombre pendant tout l'été pour vous concocter une sélection de rentrée : Leiloona, Sylire, Moka, Plume de Cajou et moi. J'en profite pour les remercier toutes les 4 pour cette rentrée littéraire pas comme les autres vécue avec un petit sel supplémentaire, et des échanges sympathiques, c'était chouette !

851x315_facebook

Les matchs de la rentrée littéraire (#MRL16), ce sont donc 5 marraines qui choisissent chacunes 3 romans, considérés par elles comme des pépites ou des incontournables de cette rentrée littéraire. Vous pouvez découvrir ma sélection ci-dessous (lien vers les billets en cliquant sur les couvertures) et la sélection des autres marraines sur leur blog respectif aujourd'hui. En ce qui me concerne, ce sont ces livres qui se sont imposés à moi...

esquisses nocturnes        alafinlesilence        police

Ensuite, il vous reste à choisir le livre que vous souhaiteriez recevoir en échange d'un avis. Pour participer, c'est simple, il suffit d'avoir soit un blog, un compte Instagram ou Youtube. Vous avez jusqu'au 12 septembre. Toutes les informations sont ici [clic].

La sélection complète

selection-price-minister-mrl16

 

Posté par Antigone1 à 11:05 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,

03 septembre 2016

L'indolente, Françoise Cloarec ~ Rentrée littéraire 2016

lindolente

 "Les autres, ce n'est pas important, ce qui compte, c'est son corps, c'est son mari, ses chiens."

En 1893, Pierre et Marie se rencontrent. Coup de foudre. Marie est fleuriste. Pierre est peintre. Fasciné par le corps de la jeune femme, il ne cessera alors plus de la peindre, dans toutes les activités quotidiennes, à table, au jardin, dans son bain, souvent nue. Le corps de Marie explose sur les toiles, de lumière et de couleurs. Mais Marie se fait appeler depuis leur rencontre Marthe, elle cache à son compagnon son passé, sa famille, tout ce qui n'est pas eux. Peu importe, Pierre ne cherche pas à percer les secrets de son épouse, ils sont un couple non conformiste, parfois peu sociables, instables et préoccupés surtout par la santé fragile de Marthe. Ils se marieront tardivement. L'indolente conte l'histoire de cet amour, étalé sur les peintures de Pierre Bonnard pour la postérité...

J'ai voulu lire ce livre encore marquée par mon souvenir de cette merveilleuses lecture que fut Séraphine. Mais je dois dire, que malgré tout son intérêt, et tout ce que j'ai appris avec joie sur Pierre Bonnard, je n'ai pas trouvé dans ce roman/essai la poésie que j'espérais y trouver. Françoise Cloarec utilise avec excès un procédé de tension narrative qui m'a beaucoup dérangée, fait de répétitions, voulant nous guider vers l'évènement marquant pour elle, ce procès qui a divisé les héritiers du couple, et ses conclusions qui ont révolutionné le monde de l'art. Et puis, il y a ce mystère Marthe/Marie Bonnard, sporadiquement révélé... Pour autant, et malgré mes bémols, j'ai aimé la sensualité qui se dégage des tableaux de Pierre Bonnard dans ce texte, regarder ce couple vivre de manière si avant-gardiste et libérée, et en apprendre énormément sur le contexte artistique de l'époque. Une lecture en demi teinte donc, mais pour autant prégnante.

Editions Stock - 20€ - 31 août 2016

bonnard

Badge Lecteur professionnel Lu sur ma liseuse grâce à NetGalley

31 août 2016

J'ai tué papa, Mélanie richoz ~ Rentrée littéraire 2016

jaituepapa"Je tue papa tous les lundis au petit déjeuner"

Antoine est un enfant autiste. Ses parents ont l'habitude de gérer ses crises, d'aller le chercher en catastrophe à l'école, de ses questions bizarres et pourtant si naturelles. Antoine est passionné par les dinosaures, cherche à comprendre malgré son handicap le monde qui l'entoure, fait des fiches pour tout ce qu'il est utile de se rappeler, notamment le second degré, les métaphores, les règles d'usage et de politesse pour vivre en société. Malheureusement, et malgré ses progrès, ses nouveaux amis, Antoine est perturbé. Sa mère semble triste, et son père est allongé sans bouger dans cet hôpital où il lui rend régulièrement visite. Il faudra du temps à l'enfant pour qu'il comprenne pourquoi son père est ainsi muet, et du temps pour s'enhardir à le toucher...

Ce roman de Mélanie Richoz est un très beau texte, écrit de manière poétique et pudique. Le lecteur vit l'autisme d'Antoine de l'intérieur, intégrant ainsi une bulle ouateuse assez proche de l'image de couverture. On comprend alors très bien combien la communication est difficile entre ceux qui naviguent hors de cette bulle et celui qui y vit tout désorienté par leurs agissements, à l'intérieur. Le lecteur vit aussi l'autisme d'Antoine de l'extérieur, via le regard aimant de ses deux parents. Ce texte a été édité en 2015 en Suisse. Il a reçu un très bel accueil. Je suis peut-être restée personnellement un peu en dehors, mise à distance par le ton enfantin et la brièveté du texte, mais voici un roman indubitablement touchant et à découvrir !!

Mélanie Richoz est ergothérapeuthe en pédiatrie. Elle est spécialisée dans la prise en charge d'enfants autistes. J'ai tué papa est son troisième roman.

Editions Slaktine et Cie - 12€ - 25 août 2016

Un petit roman d'une beauté enfantine lu à hauteur d'adulte pour Sabine qui l'a lu sous sa version Suisse ! 

Posté par Antigone1 à 07:28 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 août 2016

A la fin le silence, Laurence Tardieu ~ Rentrée littéraire 2016

alafinlesilence

"il m'a fallu tant de temps pour apprendre à vivre avec mon corps combien va-t-il m'en falloir pour apprendre à vivre avec un corps poreux"

Alors que la narratrice s'apprête à se séparer de sa maison d'enfance et à écrire sur elle des pages qui lui permettront d'en commencer le deuil, l'attentat du 7 janvier 2015 est perpétré contre Charlie Hebdo. Comme tout le monde, elle ressent une immense sidération, de la peur, du chagrin, mais surtout l'impression que le monde a pris possession de son corps devenu poreux. Que faire d'autre qu'écrire sur ça, sur la succession des attentats, cette impression que cela ne cessera dorénavant jamais, que le quotidien a soudain changé de visage ? Et puis elle est enceinte, de son troisième enfant, et l'intérieur et l'extérieur se répondent pour chercher un sens au chaos.

Je suis Laurence Tardieu depuis longtemps. Ses mots ont toujours été une source d'interrogation, d'inspiration et d'émotion particulière. J'ai eu la chance de la rencontrer, de l'écouter, et de lui parler. Elle est une personne sensible, lumineuse, impressionnante de douceur naturelle, que l'on a envie de cotoyer plus longuement. J'aime suivre son parcours, être le témoin de son histoire, j'ai aimé la découvrir là dans un moment de tension inhabituel. J'ai été prise par son récit pour ça, pour son regard personnel sur ces évènements dont nous avons tous le souvenir aigu, et pour son désir d'en décortiquer les faits, et l'impact. Il n'est pas toujours facile de trouver le ton juste lorsque l'on a été touché, mais seulement en tant que spectateur impuissant. Le sentiment d'imposture, d'indécence, affleure à chaque mot, et pourtant la douleur est là, réelle, elle est entrée avec la sidération et ne lâchera pas prise si facilement. Mais j'ai surtout été emportée plus loin, comme à chaque fois, par la magie de certaines pages, très belles, qui parlent d'elle et de cette sensibilité particulière que je partage avec elle, celle là même qui nous donne le sentiment d'avancer dans la vie la peau à nue. Combien sommes-nous donc à vivre ainsi ? Ce livre est le récit à la fois intime et universel d'une quête de sérénité, mais également un précieux hymne à la vie.

Editions du Seuil - 16€ - 18 août 2016

laviedevantsoi

La très belle lecture de Leiloona

Un livre acheté chez La Vie devant soi, la très belle librairie indépendante et Nantaise de Charlotte Desmousseaux 76 rue Maréchal Joffre à Nantes. http://www.librairie-laviedevantsoi.fr/ Allez lui rendre une petite visite si vous passez par là.

24 août 2016

Police, Hugo Boris ~ Rentrée littéraire 2016

police

 "La voiture avance comme un cauchemar dans le silence retombé, à peine froissé par le battement du clignotant."

Virginie et son équipe ont ordre de reconduire à la frontière un migrant, afin qu'il retourne dans son pays d'origine, le Tadjikstan. Ils prennent donc la direction de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle tous les quatre, elle, le migrant, et Erik et Aristide, ses collègues. L'interpellation a eu lieu un peu plus tôt dans l'après-midi, à la suite d'un incendie dans un centre de rétention. Ce n'est pas la procédure habituelle, ils sont des flics en tenue peu habitués à ce genre de mission. Le trajet en voiture réveille tout d'abord les doutes de Virginie qui compulse sans autorisation le dossier du Tadjik. Elle se rend compte très vite qu'il risquera sa vie dès son arrivée chez lui. Elle est déjà elle-même chamboulée par l'acte qu'elle va accomplir demain, avorter de l'enfant qu'elle attend depuis peu de sa relation adultère avec Aristide. Mais comment renverser le cours de la journée ? Permettre la fuite ? Convaincre ses collègues masculins ? Prendre le risque d'enfreindre les ordres ? Un contre la montre tendu et bouleversant se met alors en place.

Quelle excellente surprise que de tomber sur une telle écriture inventive et un petit livre qui suscite des émotions de toutes sortes ! Police tient à la fois du roman policier et du roman intimiste, il est très très bien fait, et il m'a personnellement bouleversée. Il faut dire qu'Hugo Boris n'en est pas à son premier opus, il a déjà remporté quelques prix ou a été dans leurs sélections finales pour ses précédents romans. Pour moi, c'est une très belle découverte. Je vous engage à lire ce titre qui ouvre quelques portes, et surtout celles de l'empathie, et qui vous surprendra. Je l'ai aimé dès ses premières lignes, et du début à la fin. Un coup de coeur inattendu de cette rentrée !

Editions Grasset - 17.50€ - 24 août 2016

Badge Lecteur professionnelLu sur ma liseuse grâce à NetGalley...