13 novembre 2013

Je sais qui tu es, Yrsa Sigurdardottir

jesaisquitues

"Il y avait quelque chose d'affreux qui entourait cet enfant. Et quoi que ce fût, ce n'était rien qu'ils pourraient réparer."

Dans un village perdu des fjords islandais, au beau milieu d'un hiver rigoureux, débarque un drôle de trio, trois jeunes gens bien décidés à retaper une vieille demeure qu'ils désirent plus tard convertir en gîte. L'été, le village revit. En témoignent les quelques maisons fermées pour la morte saison. Mais pour l'instant ils sont seuls et l'expérience s'avèrera très vite éprouvante et terrifiante. En effet, l'ombre d'un enfant semble décidé à effrayer les naïfs aventuriers...
Loin de là, en ville, une école est saccagée, une vieille femme se pend, et ressurgissent pour les témoins vivants des histoires du passé étrangement mêlées au présent.

Je voulais sortir un peu des sentiers battus. Me voici servie avec ce livre. Je n'avais pas frémi autant depuis le Shinning de Stephen King, c'est dire. Sans doute ai-je perdu l'habitude ? Ou bien est-ce signe de talent ? Dommage peut-être que le récit pêche parfois par manque de crédibilité. J'adhère difficilement à l'existence des morts vivants. Mais l'intrigue m'a tenue jusqu'à sa fin et le genre a rempli son office.
Brrrr...

Editions Points - 7.90€ - Octobre 2013

Posté par Antigone1 à 21:20 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :


28 avril 2012

Les Leçons du Mal, Thomas H.Cook

lesleconsdumal"Bien entendu, la nature de ce que j'avais fait était tout à fait claire. Je ne pouvais me méprendre sur le sens de la surexcitation que j'avais perçue dans la voix du shérif Drummond lorsque je lui avais parlé d'Eddie Miller, de Sheila Longstreet, de la fourgonette marron, ni sur la promptitude avec laquelle il avait dû se croire obligé d'agir, et contre qui. Par mon appel téléphonique, j'avais fait d'Eddie le principal suspect dans la disparition de Sheila."

Professeur, Jack Branch tente avec emphase d'attirer l'attention des élèves de sa classe. Tous originaire Des Ponts, le quartier ouvrier de la ville, parfois en difficulté, ces jeunes gens ont en général peu d'intérêt pour ce qu'on leur enseigne. Il a choisi comme thème Le Mal et en profite pour brasser ainsi des pans entiers de l'histoire et de la littérature. Sa technique d'enseignement fonctionne visiblement et le professeur s'attache peu à peu à Eddie Miller, un de ses élèves prometteurs, qui se trouve être aussi le fils du "tueur de l'étudiante". Jack lui suggère pour son devoir de fin d'année d'enquêter sur son père, persuadé que cela aidera le jeune homme taiseux et solitaire à franchir une étape.

L'écriture de ce roman noir a su me séduire, et j'ai trouvé ses personnages plutôt attachants et largement brossés par l'auteur. Thomas H.Cook est agréable à lire.
Cependant, il faut bien dire que l'intrigue, à force d'être ponctuée de funestes prémices annonciateurs en devient lourde, le dénouement arrivant ensuite inévitablement en conclusion comme une déception jamais à la hauteur du terrible malheur attendu. Cette technique stylistique m'a assez agacée, ainsi que l'idée que des cours relativement glauques sur Le Mal puissent sortir des élèves en difficulté de leur voie tout traçée.
Une lecture en demi-teinte donc.

Editions Points - 7.50€ - Janvier 2012

Plus de lectures sur Babélio

Posté par LESECRITS à 17:49 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 janvier 2012

La Petite fille de ses rêves, Donna LEON

lapetitefilledesesrevesLe commissaire Brunetti vient de perdre sa mère. Un ancien missionnaire, Antonin, vieil ami de son frère, lui a tenu compagnie dans ses derniers jours. Cependant, lorsque celui-ci vient trouver Brunetti à la questure pour lui demander d'enquêter sur un groupe spirituel douteux c'est vers lui que se tournent les doutes du commissaire. En parallèle, on retrouve une petite noyée dans un canal de Venise, des bijoux cachés dans ses vêtements. Des marques sur son corps montrent qu'elle est sans conteste tombée d'un toit.

J'ai eu l'occasion de regarder quelquefois, et toujours avec plaisir, les enquêtes vénitiennes du commissaire Brunetti, en version série télévisée allemande... Venise reste un décor fascinant et les personnages du téléfilm y ont souvent un humour fin et plaisant.
Dans le texte romanesque, la ville est brossée bien rapidement et les personnages aussi. Cependant, et heureusement, l'attrait de l'histoire reste fixée aux collègues proches de l'enquêteur, et au couple que forme le commissaire Brunetti et sa femme, et j'aime beaucoup leur manière de vivre l'un avec l'autre. J'ai été tenue par l'esprit du livre, par l'intrigue, mais suis restée au final un peu sur ma faim. Une lecture plutôt plaisante donc, mais parfois légère dans son contenu, à prendre comme l'occasion d'un voyage dans une des villes les plus fascinantes qui soient, au plus proche du réel.

"Nous ne sommes pas dans un de tes romans, où tout est expliqué au dernier chapitre, devant tous les protagonistes assis bien sagement dans la bibliothèque du château.
- Les livres que je lis ne sont pas comme ça ! protesta-t-elle, indignée.
- La vie non plus n'est pas comme ça", répondit Guido."

Editions Points - 7.20€ - Janvier 2012

 Pour en savoir plus sur la série

Posté par LESECRITS à 10:11 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

06 janvier 2012

La théorie du panda, Pascal Garnier

lathéoriedupanda"Si l'existence n'est qu'un passe-temps, alors rien ne dit qu'il y aura un demain, tout comme on peut douter d'avoir vécu un hier. C'est un jour à tuer quelqu'un sans raison."

Gabriel débarque discrètement dans une petite ville de Bretagne grise et anonyme, qui ressemble à toutes celles de l'intérieur des terres, à n'importe où. La mer est loin, insoupçonnable. Il décide d'y rester un moment et s'installe à l'hôtel où Madeleine officie derrière son comptoir, cherche un lieu où dîner et rencontre José, s'attarde un peu et finit par en croiser du monde... Il faut dire qu'il se montre charmant et serviable cet homme parfait qui cuisine comme un chef, l'ami rêvé...

J'ai découvert Pascal Garnier avec Lune captive dans un oeil mort, que j'avais trouvé à l'époque aussi caustique que raffiné, savoureux, un régal. Puis, je n'avais pas réitéré. L'occasion m'a été donnée de lire ce titre-ci, j'ai alors sauté sur l'occasion. Dans La théorie du panda, l'ambiance est différente de ma précédente lecture, nous sommes loin du paradis pour retraités, cadre de l'autre roman. Ici, tout est gris, la ville et les gens, mais au creux de leurs vies scintille une petite flamme fragile, un potentiel magique de bonheur, que l'on rêve de préserver... Ah mais il est certain que comme dans tout roman noir qui se respecte le destin et la folie humaine en décideront bien autrement...
Une lecture qui s'avère finalement un peu décevante pour moi, en regard du souvenir que je conservais de l'auteur, et m'en voici toute surprise. Dotée pourtant d'une belle écriture, l'intrigue de La Théorie du panda n'a pas su me passionner... tant pis.

Editions Points - 6.50€ - janvier 2012

D'autres avis, beaucoup plus enthousiastes...

Un instant de lecture inouïe pour Clarabel - Les personnages qui hantent ce roman sont tous singuliers, comme le style, inimitable et rare, pour Sharon Il y a dans les livres de Pascal Garnier un je-ne-sais-quoi qui plaît à chaque fois, pour Véro l'encreuse. -

Posté par LESECRITS à 19:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 janvier 2012

L'homme inquiet, Henning Mankell

l'hommeinquiet"Tout commence là, pensa-t-il. Tout commence par l'homme inquiet.
Il ne pouvait en être autrement."

C'est la dernière enquête du commissaire Wallander et celle-ci touche intimement sa vie privée, plus précisément celle de sa fille adorée Linda. En effet, le futur beau-père de la jeune-femme vient de disparaître et Louise, son épouse, est retrouvée morte peu de temps après. Kurt Wallander tente de percer le mystère qui tourne autour de cet ancien officier de marine et de la disparition étrange de sous-marins russes dans les eaux suédoises il y a bien longtemps...

J'ai découvert Henning Mankell via Les chaussures italiennes (catégorie roman) qui avait été un gros coup de coeur ! Je suis heureuse d'avoir récidivé avec L'homme inquiet car je suis également tombée sous le charme de cette version plus policière de l'auteur, celle que les habitués de polars connaissent principalement.
Alors bien entendu, j'ai commencé par la fin de la série, car Kurt Wallander sévit depuis quelques temps déjà - mais peu importe - car la compréhension a toujours été au rendez-vous. J'ai pu situer sans soucis chaque personnage, et je me suis laissée bercée par l'intrigue sans heurts ni tracas. Dans ce livre-ci, on prend son temps, les fils sont dénoués avec finesse et minutie, la vie quotidienne tient toute sa place et il est permis de réfléchir sur le sens de sa vie, ou du monde. Bref, j'adore !

Editions Points - 8€ - Sortie le 5 janvier 2012 - Coup de coeur ! heart

Lu en grand format par Kathel et Cathulu, entre autres...

Dans quel ordre lire les enquêtes de Kurt Wallander ?  Voici la réponse : 1) Meurtriers sans visage - 2) Les Chiens de Riga - 3) La lionne blanche - 4) L'homme qui souriait - 5) Le Guerrier solitaire - 6) La cinquième femme - 7) Les Morts de la Saint-Jean - 8) La Muraille invisible - 9) Avant le gel - 10) L'Homme inquiet - mais chaque enquête peut se lire séparément.

Pour élire le prochain Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points, vous pouvez poser votre candidature sur www.meilleurpolar.com et ce jusqu'au 15 mars 2012. Des frissons en perspective.

Posté par LESECRITS à 19:06 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , ,