27 août 2016

A la fin le silence, Laurence Tardieu ~ Rentrée littéraire 2016

alafinlesilence

"il m'a fallu tant de temps pour apprendre à vivre avec mon corps combien va-t-il m'en falloir pour apprendre à vivre avec un corps poreux"

Alors que la narratrice s'apprête à se séparer de sa maison d'enfance et à écrire sur elle des pages qui lui permettront d'en commencer le deuil, l'attentat du 7 janvier 2015 est perpétré contre Charlie Hebdo. Comme tout le monde, elle ressent une immense sidération, de la peur, du chagrin, mais surtout l'impression que le monde a pris possession de son corps devenu poreux. Que faire d'autre qu'écrire sur ça, sur la succession des attentats, cette impression que cela ne cessera dorénavant jamais, que le quotidien a soudain changé de visage ? Et puis elle est enceinte, de son troisième enfant, et l'intérieur et l'extérieur se répondent pour chercher un sens au chaos.

Je suis Laurence Tardieu depuis longtemps. Ses mots ont toujours été une source d'interrogation, d'inspiration et d'émotion particulière. J'ai eu la chance de la rencontrer, de l'écouter, et de lui parler. Elle est une personne sensible, lumineuse, impressionnante de douceur naturelle, que l'on a envie de cotoyer plus longuement. J'aime suivre son parcours, être le témoin de son histoire, j'ai aimé la découvrir là dans un moment de tension inhabituel. J'ai été prise par son récit pour ça, pour son regard personnel sur ces évènements dont nous avons tous le souvenir aigu, et pour son désir d'en décortiquer les faits, et l'impact. Il n'est pas toujours facile de trouver le ton juste lorsque l'on a été touché, mais seulement en tant que spectateur impuissant. Le sentiment d'imposture, d'indécence, affleure à chaque mot, et pourtant la douleur est là, réelle, elle est entrée avec la sidération et ne lâchera pas prise si facilement. Mais j'ai surtout été emportée plus loin, comme à chaque fois, par la magie de certaines pages, très belles, qui parlent d'elle et de cette sensibilité particulière que je partage avec elle, celle là même qui nous donne le sentiment d'avancer dans la vie la peau à nue. Combien sommes-nous donc à vivre ainsi ? Ce livre est le récit à la fois intime et universel d'une quête de sérénité, mais également un précieux hymne à la vie.

Editions du Seuil - 16€ - 18 août 2016

laviedevantsoi

La très belle lecture de Leiloona

Un livre acheté chez La Vie devant soi, la très belle librairie indépendante et Nantaise de Charlotte Desmousseaux 76 rue Maréchal Joffre à Nantes. http://www.librairie-laviedevantsoi.fr/ Allez lui rendre une petite visite si vous passez par là.


28 août 2015

Les eaux troubles du Mojito, Philippe Delerm... Rentrée littéraire 2015

leseauxtroublesdumojito

 "[...] ce qu'on veut c'est l'immobilité, le soleil retrouvé, la vie étale. Il y a de l'humilité dans cette façon de prendre son plaisir tout près des autres, et presque avec eux. On est de la même famille, celle des gens qui passent les vacances en famille, générations mêlées. On recule l'heure des repas, un peu d'ombre pour le pique-nique de la mi-journée, et cette délicieuse exaspération de la soirée, bien après l'apéro."

Des moments prélevés à son quotidien, à sa vie, des photographies d'instants... voici ce que Philippe Delerm a jeté sur le papier pour cette rentrée dans ce recueil de textes courts. Comme une envie, sans doute, de réitérer sa Première gorgée de bière, mais avec d'autres plaisirs, pas forcément minuscules, des bonheurs d'adulte. Un adulte qui voyage, qui profite autant de la mer que de la capitale, qui profite de son confort, mais qui a été contraint de mettre ses parents âgés en maison de retraite. Le constat est doux amer, le regard distancié, mais la vie semble par ailleurs privilégiée, joyeuse, pleine d'activités, enveloppante.

Je n'ai pas été très réceptive, je dois bien l'avouer, aux émois que Philippe Delerm expose dans ses petits textes. Il est pour moi difficile de ressentir de l'empathie pour des instants méconnus qui ont tous lieu dans un quotidien tellement différent du mien. Alors que le principe de ces petits moments suspendus dépendent beaucoup de ça, qu'ils réussissent à rejoindre en écho le lecteur, que ce dernier réussisse à ressentir dans l'émotion de l'incident croqué par le talent de l'écrivain le souvenir de sa propre émotion. Mais les petits bonheurs d'un auteur au présent privilégié ne me parlent pas beaucoup et j'ai le sentiment qu'ils manquent aujourd'hui de cette dose d'universel qui a fait le succès de La première gorgée... Cependant, je dois avouer aussi, que malgré ces bémols, j'ai été cueillie en milieu d'ouvrage, par ce passage : une femme âgée rentre en scène, atteinte d'Alzheimer, elle apprend avec bonheur qu'elle est mariée à un homme charmant, qu'elle aura oublié le lendemain. Quand il touche au coeur, Philippe Delerm sait donc nous atteindre.

Editions du Seuil - 14.50€ - Août 2015

logo2015

Je participe au challenge 1% rentrée littéraire qui consiste à lire au moins 6 livres de la rentrée littéraire (clic sur l'image pour plus de détails). Challenge : 3/6.

Posté par Antigone1 à 18:04 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , ,