24 juillet 2017

La vierge en bleu, Tracy Chevalier ~ Objectif Pal de juillet

laviergeenbleu

Tu as souvent de belles surprises avec tes lectures des Editions du Quai Voltaire... C'est ce qui a donc orienté ton choix de lecture de PAL de ce mois-ci. Et bien t'en a pris, car cette lecture de La Vierge en bleu a été effectivement très agréable. Tu avais déjà beaucoup aimé A l'orée du verger, du même auteur, mais tu as été très surprise que - cette fois-ci - l'intrigue se déroule en France, et en partie de nos jours. En effet, Ella Turner vient de débarquer des Etats-Unis pour s'installer, avec son mari, dans une petite ville de province. Elle ne peut pas exercer son métier de sage-femme ici (il lui faut passer une équivalence) et peine à s'intégrer (la barrière de la langue est trop forte) tandis que Rick s'épanouit dans son nouveau poste. Elle entreprend alors des recherches sur ses ancêtres, encouragée par son professeur de français, afin de se sentir un peu plus chez elle dans ce pays. En effet, avant d'émigrer aux Etats-Unis, sa famille se nommait Tournier, et venait vraisemblablement de ce coin de France, comme le lui apprend un lointain cousin Suisse. La jeune femme est loin d'imaginer à quel point cette quête va bouleverser sa vie… En parallèle, Tracy Chevalier nous conte l'histoire des ancêtres d'Ella, des huguenots à la vie rude, obligés de s'enfuir en pleine guerre de religion, quatre siècles plus tôt, et notamment celle d'Isabelle, à la chevelure flamboyante, prénommée La rousse, et facilement accusée de sorcellerie. Isabelle est fascinée depuis l'enfance par ce bleu associé à la vierge Marie, un bleu interdit parmi les siens, un bleu source de malheur… Et justement, à des siècles de distance, Ella fait de nombreux cauchemars (surtout depuis qu'elle a décidé d'avoir un enfant), où ce bleu est très présent… Et toi lectrice, tu as retrouvé dans ce titre la part de mystère et de féminité que tu avais aimé (par exemple) découvrir dans des lectures telles que Le Coeur cousu de Carole Martinez ou Acquanera de Valentina D'urbano. Et puis, ce titre fourmille de rebondissements assez inattendus et de personnages secondaires attachants, tels que ce bibliothécaire qui se passionne pour la quête d'Ella, et semble tombé sous son charme, ou bien ces cousins suisses qui accueillent la jeune femme quelques temps. Tu as retrouvé également quelques paysages de Lozère, et notamment cette ville de Mende, un peu sombre, et si peu représentative esthétiquement de ce beau département. Une très belle lecture, que tu recommandes chaudement.

Editions du Quai Voltaire - Novembre 2004

objectif pal

Posté par Antigone1 à 10:11 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26 juin 2016

A l'orée du verger, Tracy Chevalier

aloreeduverger

 "Je vais vous raconter ce que j'ai fait, poursuivait Sadie, s'adressant au groupe de femmes. Il nous restait simplement quelques pommes de table, et je les ai toutes mises dans une tarte !"

Au début du XIX ème siècle, aux Etats-Unis, les Goodenough se sont arrêtés sur cette terre boueuse de l'Ohio parce qu'il leur semblait impossible d'aller plus loin. Ils y ont construit leur maison, leur potager, ont été obligés de se battre contre les arbres, la fièvre des marais, ont perdu des enfants, planté des pommiers. Pour que leur installation soit entérinée dans les faits, leur verger doit compter au moins cinquante pieds. James met beaucoup d'énergie, et de doigté, dans la culture de ses pommiers. Sadie, elle, a sombré dans l'alcoolisme, ne se résignant pas à leur vie, à la perte de ses enfants, à ce qu'elle est devenue. Les aînés, Robert et Martha, portent un regard froid et résigné sur leurs parents. La famille a de temps en temps, la visite de John Chapman, qui leur vend des plants et circule en canoë. Le drame qui survient un jour était prévisible. Il séparera les frères et soeurs. Robert prendra la route de l'Ouest, et exercera beaucoup de métiers avant de lui aussi être pris par la passion des arbres...

Ce roman a été dès ses premières pages une pause dépaysante parmi mes lectures précédentes. Cela vient de son ton, un peu désuet sans doute, de son écriture relativement classique, et puis aussi de son atmosphère particulière, à la fois rude et apaisante, qui raconte la vie difficile et le courage des pionniers. Au début du récit de Tracy Chevalier, il est beaucoup question de pommes et de pommiers, et de tout ce qu'il faut faire pour les greffer, les entretenir et les faire fructifier. La guerre entre les époux Goodenough est à la fois violente et fascinante. Puis, dans la seconde partie du texte, qui semble au départ constituer de manière assez désarçonnante un nouveau récit, il est surtout question de botanique, et de tout ce qui a existé réellement comme commerce de graines et de plants partant des Etats-Unis vers l'Angleterre. Nous suivons alors plus particulièrement un Robert taiseux et circonspect. Tout cela m'a rappelé des lectures adolescentes et romanesques très appréciées, et m'a passionné, malgré le déséquilibre évident du texte et un parti pris narratif un peu déroutant (lettres insérées et ellipse de dix-huit ans en plein milieu du roman). Une lecture, de mon point de vue, captivante.

Editions Quai Voltaire - 22.50€ - Mai 2016

Un roman profond, implacable, délicat, et quand même parfois aussi, un peu déstabilisant pour le blog blablablamia - Clara est passée à côté - Gwenaelle a aussi l'impression d'être restée en dehors - Keisha a beaucoup appris mais a trouvé ça parfois un peu longuet et a été gênée par la première partie et le conflit entre les époux Goodenough - Le billet très complet de Papillon qui n'a pas été tellement emballée...

POMMES

(pommier de mon jardin)