cartes"François distribue. Le verger brûle à l'intérieur de Judith. Un regard noir glisse sur ses épaules comme une lente caresse lui dérobant la vie. Quatre de carreau.
- Cousine, tu n'as pas mieux ?
Non. Et inutile de feindre, elle se moque bien de perdre. Elle joue un autre jeu, dont elle ne sait rien. Elle goûte l'étrange folie qui prive de sommeil les chats la nuit. Il la regarde. Là-bas. Debout. A une vingtaine de pas dans le dos de Philippe de Marbourg, au pied d'un arbre biscornu. Seul, indifférent à tout ce qui s'agite autour de lui. D'ailleurs, rien ne s'agite à son entour. L'air qui l'enveloppe semble aussi infranchissable que la pureté silencieuse des glaces."

Extrait de Miel et vin de Myriam Chirousse aux éditions Buchet Chastel

Je prends le temps de déguster ce pavé ma foi plutôt passionnant...je ne suis pas en pause, mais presque...je suis débordée...je ne suis pas loin.