[Aimer un clip avant de se rendre compte que le chanteur est Justin Bieber... ;)] Sinon, pendant ce temps, j'abandonne quelques lectures : Fermez les yeux de CJ Cooper, l'histoire d'une manipulation entre un fascinant hypnotiseur et sa patiente Sara (roman léger qui annonce beaucoup, mais m'a très très très vite ennuyée) ; Séraphîta de Balzac, chez une toute nouvelle maison d'édition Sur le fil, que je remercie pour l'envoi (un Balzac très surprenant, mystique, démonstratif sans doute dans l'oeuvre du romancier que j'adore lire habituellement... mais là il faut bien avouer qu'il y a sans doute une raison pour que ce titre soit méconnu. Ennui, étonnement et déception. Pour autant c'est un livre à prendre en compte pour qui souhaite regarder l'oeuvre balzacienne d'un autre oeil.) J'ai ouvert hier soir Le Dernier message d'Eva de Pierrick Gazaignes, un polar distrayant qui risque bien de réussir lui à me relancer... ouf tant mieux. J'en profite pour vous donner le lien vers un billet de Sophie Andriansen [clic ici] qui énonce en ce moment quelques vérités assez bonnes à dire sur la réalité de l'activité de blogueur littéraire, les fantasmes liés, la pression des auteurs auto-édités et notre façon de gérer les services de presse. Je partage son analyse, et son vécu.

seraphita fermezlesyeux