lesyndromedelavitreetoilee

On met parfois un peu trop de temps à ouvrir un livre... simplement parce que l'histoire nous touche, de près ou de loin. C'est le cas pour Le syndrome de la vitre étoilée, qui conte l'histoire d'un couple ayant du mal à concevoir un enfant, et toute la batterie d'examens qui s'ensuivent... Tu étais par avance touchée, non personnellement mais amicalement, et tu as donc longuement reporté cette lecture... Et voilà que tu l'ouvres enfin, parce que Sophie Adriansen vient bientôt au Printemps du livre de Montaigu et que tu as confiance en son écriture (après trois titres lus). Et tu as été effectivement surprise agréablement par sa manière d'élaborer son texte, ces fragments de livres, revues, statistiques, mails, insérés dans son histoire. Tout cela donne du relief et de la perspective aux efforts de Stéphanie et Guillaume pour mettre au monde leur premier bébé. C'est Guillaume qui, dans le couple, a des problèmes de fertilité, et c'est Stéphanie qui va subir la plupart des procédés, piqûres, intrusions dans son vagin, en vain. Quand le désir de maternité devient une obsession, comment alors donner de la place à l'amour, à la joie, à la légèreté, à la liberté ? Tout cela peut créer des fissures irréversibles, ou consolider un couple. Chez Guillaume et Stéphanie, la fêlure s'élargit. "La vitre étoilée, c'est celle du flipper qui, sous les coups des joueurs frustrés d'avoir laissé échapper la bille, se brise sans se disloquer. Les fissures lui confèrent un aspect céleste. C'est quand tout est brisé à l'intérieur alors qu'à l'extérieur tout semble tenir. On peut même trouver ça joli. Après, généralement, ça fait tilt." Et toi, tu as aimé cette Vitre étoilée, autant pour la qualité de tous ses fragments ajoutés, qui font au final une histoire intime captivante, que pour cet hymne à la vie et à la féminité sous toutes ses formes (et pas forcément par le biais de la maternité), qu'est en définitive ce roman.

Editions Fleuve - Août 2016

L'irrégulière l'a lu aussi