07 mars 2017

Ecrire tous les jours ?

Tu ne rates pas toute nouvelle vidéo publiée par Solange te parle... et voici que dans sa dernière en date elle te propose de prendre ou de perdre une habitude, sous le principe qu'il faut 30 jours pour que cela se produise. (Mais à priori c'est un mythe - voir ici). Tu trouves que c'est une bonne idée - écrire tous les jours - parce que tu voudrais t'y remettre toi aussi plus sérieusement et surtout écrire plus longuement, de manière plus fiable, sauf que sa méthode te semble un peu brutale... alors pourquoi ne pas inclure ça plutôt dans ton bullet journal, comme un défi à suivre... ? Tu parleras plus tard ici d'ailleurs de ce que ton bullet journal t'apporte quotidiennement, de ce qu'il te permet d'améliorer dans ta vie, d'organiser ou de constater. Et tu connaissais déjà cette notion d'habitude que tu as déjà expérimentée pour quelques objectifs personnels... alors c'est à réfléchir sérieusement... En attendant, Jérome a lu le dernier livre de Solange, Très intime, et tu trouves qu'à la veille de la journée des droits de la femme ce n'est pas une mauvaise idée de donner le lien vers cette lecture... [ici]. Et tu fais d'une pierre trois coups !

Posté par Antigone1 à 18:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 mars 2017

Atelier d'écriture

japon-fillettevincent hequet

Tous les matins, résonne au loin un bruit de canon qui déchire nos tympans, et nous force à nous lever. Il provient visiblement de la ville la plus proche. Mais pour quelle raison ? Tous les matins, nous nous prenons tous dans nos bras, comme si c'était la dernière fois, l'esprit encore embrumé par la nuit, la mine sérieuse et souriante. Ici, dans notre village, nous sommes quinze, dix adultes et une poignée d'enfants. Plus loin, à quelques kilomètres de là, vivent d'autres personnes. Quatre adultes. Mais cela fait plusieurs semaines déjà qu'ils ne donnent plus de nouvelles. Ils évitent sans doute de se faire remarquer. En réalité, nous ne savons pas si ils sont encore vie, nous faisons comme si. La guerre civile est venue doucement creuser son nid, sans grands cris et fracas, dans notre quotidien. Il a suffit d'un changement de gouvernement, des restrictions, des lois de plus en plus hostiles. Et puis un jour, une partie de la population s'est soulevée, des insurgés ont manifesté, et tout à coup le pays était à feu et à sang. Lors des premiers cris à la radio, à la fin des programmes de télévision, nous nous sommes regroupés dans le village, étonnés de nous découvrir tous bienveillants, loin de la rivalité habituelle des voisins. Nous avons très vite compris que nous nous aimions suffisamment pour tenir à chacun d'entre nous. Il fallait alors s'organiser, préserver les enfants, améliorer les potagers, garants de notre survie, tout faire pour continuer à manger et à prendre soin de nous, sans l'école, le travail, les déplacements. Mais hier, un faon est venu se nourrir dans la main de ma fille. Les animaux quittent la forêt, cherchent du réconfort. C'est plutôt mauvais signe. Sommes nous donc cette fois-ci physiquement en danger ? Je voudrais savoir ce que le reste du monde a prévu pour nous. Sans doute pas grand chose. Et le soleil est là, qui écrase tout de sa lumière lucide, donnant le sentiment que rien n'a changé, distribuant son espoir fou. Le printemps arrive, malgré tout, malgré la terreur. Sur l'herbe tendre, les enfants jouent. Mais l'alerte est réelle, et je prépare ce soir avec ma femme trois sacs à dos. Les voisins sont venus nous donner un coup de main, quelques provisions. Ils vont rester encore quelques temps dans le village, avant de prendre la route à leur tour. Nous ne pouvons nous permettre de nous déplacer en bande. Les yeux sont humides, les voix plus douces, les peaux se touchent à la moindre occasion. Elles disent je vous aime, vous nous manquez déjà, ne nous oubliez pas, et surtout prenez soin de vous... elles disent juste ce que les peaux savent dire quand la parole est sans voix. Je voudrais avoir le choix.

Une photo quelques mots... tous les autres liens de l'atelier d'écriture sont chez Leiloona [clic] - Photo de Vincent Hequet

Alors que j'avais déjà rédigé ce texte, le billet d'Enna [ici] a fait un drôle d'écho à celui-ci. N'hésitez pas à cliquer et à soutenir son action... Marathon de Paris d’Anne Gilles pour la Syrie avec l’UNICEF. Merci.

Posté par Antigone1 à 06:24 - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

05 mars 2017

De la joie d'être bordélique, Jennifer McCartney

delajoiedetrebordelique

Ceci n'est pas un livre sur le rangement. Ce n'est pas non plus un livre de développement personnel. Ceci est juste une parodie. Et tu ouvres ce livre, donc, reçu un beau jour avec une pluie de badges (moment joyeux), persuadée de ne pas être la cible d'un ouvrage qui prône ainsi dès sa couverture l'art du dérangement, toi qui vient de commencer un bullet journal, qui n'a de cesse de faire des piles droites, de ranger derrière tes enfants et de vouloir contrôler tout bazar susceptible de débordement... Et en fait si, tu te découvres un peu bordélique (quoique organisée), puisque tu aimes (dans le désordre) les ardoises à craie, entasser des livres, des objets de décoration, enfourner tes vêtements dans le placard au petit bonheur la chance, collectionner. Tu n'avais pas réalisé qu'il pouvait y avoir une conspiration du rangement, que quelques grandes marques (suédoises par exemple) complotaient pour nous donner envie d'acheter armoires, bibliothèques et autres casiers... Hihihi. Ce qui n'est pas faux. Car toi aussi tu as succombé aux bibliothèques Billy, aux corbeilles en rotin, aux si jolis boîtes en carton colorées. Rhhhaaa ! Mais que faire donc ? Comment profiter de la vie, déstresser, et arrêter de perdre son temps à ranger ? Jennifer McCartney a quelques astuces, elle propose déjà de sortir une bonne bouteille de vin de sa cave, et puis de semer du bordel partout dans la maison. De la joie d'être bordélique assume complètement sa résolution d'être à contre courant de La magie du rangement, récent best seller, sur le principe que toutes les maisons bien rangées se ressemblent et sont sans âme. La science a prouvé que les personnes désordonnées étaient plus créatives, profitons-en ! Jennifer McCartney vit à Brooklyn mais elle distille un humour et des conseils applicables en france... et si personnellement tu serais plutôt une adepte du slow life et du minimalisme (sauf en matière de livres, et sans vraiment y arriver non plus), tu as vraiment beaucoup ri... et tu en as profité pour t'acheter quelques nouvelles fringues ! Histoire d'ajouter un peu de bordel dans ton armoire déjà pleine.

bordelfringues

Mazarine - Février 2017

Posté par Antigone1 à 08:51 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mars 2017

Petit moment de grâce

... entre deux lectures. <3 Et combien il était tout simplement plaisant, ce film.

Posté par Antigone1 à 11:10 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

03 mars 2017

Mars

hellomars

Tu commences mars avec un lumbago et clouée à la maison... Il faut croire qu'être restée vautrée ici et là à lire, pendant tes vacances, tandis que le mauvais temps régnait au dehors n'était pas une si bonne idée... De plus, en mars, ton planning est très très tendu (d'où la crispation du dos, sans doute). Il va donc falloir trouver le moyen de malgré tout se détendre un peu, pour pouvoir tout faire comme tu le souhaites... Côté vie matérielle, de nombreux déplacements sont prévus. Tu viens déjà d'en râter magistralement un (et un peu furieuse contre toi-même tu es). Côté blog, le 18 mars, tu seras à Rennes pour le Festival Rue des livres, le 25 mars à Paris pour le bookday2 de Mazarine... et puis sans doute le dimanche 9 avril au Printemps du livre de Montaigu. Croisons les doigts pour que le dos tienne... (merci ton ostéo) !! Allez, sinon, tu as lu un peu aussi pendant cette pause forcée, quelques BD dont tu parleras, le mercredi exclusivement (puisque tu as intégré depuis quelques temps le groupe très actif des bédéphiles du net), et un livre sur la joie d'être bordélique, qui dit, entre autres, que posséder une ardoise avec craie, des plantes, et des tas de livres partout est un signe évident de propension à être bordélique... mince toi qui te croyait organisée et... même maniaque. Tu parleras de tout ça bientôt, et aussi du Bal mécanique de Yannick Grannec que tu viens enfin de commencer. Et il y aura peut-être même de nouveau un texte pour l'atelier d'écriture lundi... Allez, soyons fous et bon week-end !

Posté par Antigone1 à 16:17 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


02 mars 2017

Les examens de conscience, Stephen Grosz

lesexamensdeconscience

Tu as déniché ce titre dans ta pile de livres à lire... sans vraiment savoir de quoi il retournait (en fait tu avais oublié), mais peut-être seulement en raison de cette peinture en couverture, celle de Magritte, de ce clair obscur improbable qui t'intrigue toujours et qui signifie qu'il ne faut pas se fier aux apparences mais lever un peu les yeux, et chercher au-delà du premier regard... En réalité, tu apprends rapidement par la quatrième de couverture, et l'avant propos, que Stephen Grosz est psychanalyste. Il exerce à Londres depuis plus de vingt-cinq ans. Et ce livre est un recueil de quelques unes des séances qu'il a conduites avec ses patients. Il parle ici de quelques cas significatifs, avec bienveillance... sans chercher le sensationnel. Ce livre parle... [...] de notre désir de parler, de comprendre et d'être compris. Ce livre dit aussi comment on s'écoute les uns les autres, et pas seulement par les mots qu'on se dit, mais aussi par les vides entre les mots. C'est quelque chose qui habite notre quotidien : on frappe contre un mur, et on écoute. Tu pensais, en tant que lectrice, t'ennuyer un peu dans cet exercice, mais au contraire... comme il est intéressant de constater que la solution des angoisses se tient parfois dans les détails innocents d'un rêve, d'un souvenir, d'une parole, d'une habitude. Et le praticien mène l'enquête, conjointement avec son patient, tous les deux avides du même désir de changement et de guérison... Tu as beaucoup aimé parcourir ces tranches de vie, tu as souri souvent... Ce titre fait étrangement du bien, il apporte, il donne quelques clés pour qui aurait par hasard des serrures à ouvrir... Comme The Guardian, tu l'as trouvé doux, intense et croustillant. Et comme The New Yorker, haletant comme un polar... pour une fois que tu es en accord avec des citations dithyrambiques, profitons-en. 

Editions Slaktine et Cie - Mars 2016

Posté par Antigone1 à 14:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 février 2017

Objectif Pal de février

C'est le jour du bilan de l'Objectif Pal de février, et avec lui encore une belle moisson de livres et beaucoup d'enthousiasme !!! Mais qu'ont donc chiné dans les tréfonds de leurs PALs (Piles à Lire) nos lectrices ce mois-ci ? Vous trouverez ci-dessous des lectures russes, une lecture commune, du sombre, du classique et du livre qui permet de voyager... N'hésitez pas à cliquer sur les couvertures, et rendez-vous fin mars pour un nouveau bilan. 

boulgakov     lemysterehenripick     unebanalehistoire
          Cryssilda                         Eimelle                    Cryssilda

 

vaetposteunesentinelle     un-repas-en-hiver     anima
         Tiphanie          Voyage au bout de mes livres          Eimelle

 

anima      lesliaisonsdangereuses     laveuvedusud
           Jostein                      Cryssilda                        Tiphanie

 

lirisdesuse      lextasetotale     ledernierjourducondamné
           Kathel               The reading bibliophile             Gambadou

 

marcher     lombredenosnuits      dautresviesquelamienne
Voyager au bout de mes livres     Eimelle                          Edyta

 

tendressilences     lamieprodigieuse    lanostalgiedesbuffetsdegare
           Antigone                     Tiphanie                         Aifelle  

objectif pal   

Posté par Antigone1 à 06:32 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

26 février 2017

Ma mémoire est un couteau, Laurie Halse Anderson

mamemoireestuncouteau

Lire Laurie Halse Anderson te fait toujours un bien fou... et agît comme un baume qui aurait le pouvoir de refermer toutes tes plaies encore ouvertes. Et tu ne comprends pas bien pourquoi, comment la magie fonctionne. Ses personnages sont pourtant toujours terriblement cabossés et bien loin de ta réalité... Mais peut-être est-ce ce retour improbable vers l'adolescence qui au détour de quelques phrases te renvoie son miroir ? Et l'humanité qui se dégage de ces récits à la fois éprouvants et combatifs qui t'apaise ? Sans doute. Le personnage de ce nouvel opus, Hayley, a encore une fois sa place dans cette magnifique collection de La belle colère (Et as-tu déjà dit combien tu aimais cette collection qui trône en bonne place sur tes étagères Ikea ?)... L'adolescente a débarqué depuis peu de temps dans cette ville où sa grand-mère possédait une maison. Son père et elle ont déposé leurs bagages là, après avoir sillonné les routes. Andy a décidé que sa fille ferait sa dernière année d'étude avant l'entrée à l'université dans un établissement normal. Malheureusement, Hayley rechigne à s'adapter à son nouvel environnement scolaire et son père, ancien militaire, continue à être hanté par ses démons et ses souvenirs... Et il y a des scènes de violences et de désespoir inouïes qui démontrent combien les dégâts sont importants... Mais il y a aussi Finn, avec son amour et son attention délicate, et Gracie, l'amie fidèle, et une confiance difficile à accorder de nouveau... pour que tout s'arrange, et que l'avenir puisse avoir un sens. Tu as dévoré ce roman, bien au chaud sous ta couette, comme on regarde une série pour adolescents en famille, avec la tête de ses enfants sur ses épaules et un thé fumant qui termine d'infuser sur la table basse, avec apaisement. Laurie Halse Anderson a vraiment une voix particulière, manie l'humour et la sensibilité, sans jamais tomber dans le pathos, mais avec pudeur et ironie. Elle donne envie de ne plus lire que des romans jeune adulte, et de se donner la chance (le courage) de pouvoir, à chaque âge, réinventer sa vie... et toi tu en redemandes.

La belle colère - Février 2017

Mélo l'a lu aussi

Posté par Antigone1 à 17:07 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 février 2017

Harry Potter mania

harrypotter

Tu vantes depuis des années les mérites de la lecture auprès de tes enfants, et souvent en pure perte... Ce n'est pas comme si ils n'avaient pas usé leurs semelles avec toi dans les rayons de tes librairies et bibliothèques préférées... Ce n'est pas comme si tu ne leur avais pas lu des albums époustouflants (voir dans les premières pages de ce blog)... Ce n'est pas comme si tu n'avais pas non plus instauré l'achat du livre du mois pour les obliger/inciter à lire un peu... Bref, tu as fait tout ce qui était en ton pouvoir, et parfois presque trop... Et tout à coup, un miracle a lieu, un marque-page glissé au milieu d'un roman de John Green, puis dans un autre, des idées qui affleurent plus vite quand vient le choix du livre du mois... Mais tu n'oses rien dire, on t'a bien fait comprendre que l'acte de lire auquel s'adonnait éventuellement ton adolescente en secret était d'ordre privé... Et tout à coup le miracle se transforme en effervescence, ta grande fille (15 ans) s'enferme dans sa chambre pendant des journées entières pour dévorer la saga Harry Potter... étonnant ses parents qui, encore prudents, préfèrent acheter les tomes un par un de peur que la magie ne retombe... Le coffret des films ayant été acquis par ailleurs par ta lycéenne, tu la regardes émerveillée enchaîner chaque tome avec l'adaptation cinématographique, se poser des questions, préférer la version littéraire... Les vacances de février ont été bien remplies... mais chut il lui reste encore quelques tomes à lire... et tu n'as rien dit, hein ! ;)

Posté par Antigone1 à 14:20 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 février 2017

Human

[Un peu de musique] Tandis que je lis Ma mémoire est un couteau de Laurie Halse Anderson et que mes trop courtes vacances se terminent... Ce que le temps passe vite quand on lit.

Posté par Antigone1 à 09:19 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :