07 janvier 2017

Ce Coeur changeant, Agnès Desarthe

desarthe

Tu as entendu deux fois la même histoire... Agnès Desarthe qui prépare les bagages de sa famille avec difficulté, son mari qui débarque au milieu des pulls et des chaussettes, et qui au lieu de lui apporter son aide lui demande quel livre elle va écrire bientôt... Tu vas être surpris... Et Agnès Desarthe invente alors un prochain livre, qui sera historique, et dans lequel deux femmes s'aimeront... Tu as entendu deux fois la même histoire, puis des anecdotes différentes, tout d'abord à La Roche sur Yon l'an dernier puis là à Fontenay Le Comte, dans cette sublime et étrangement figée dans le temps Salle des mariages... qui donne si bien en photo. Si bien que tu l'as acheté ce livre, dont le thème a effectivement surpris le mari, Ce coeur changeant, pour satisfaire à ton tour ta curiosité. Et tu as aimé ce petit échange avec l'auteure qui a suivi (sous l'oeil sérieux de Marianne), et cette dédicace qui dit... au plaisir de partager la lecture avec vous, et l'écriture aussi... Là, après ta monstrueuse panne de lecture, ce livre te semble donc un enchaînement évident, puisque tu as passé une très bonne journée à Fontenay le Comte et qu'il conte les aventures tumultueuses d'une jeune naïve au début du XXème siècle. Rose débarque à Paris, elle a vingt ans. Elle vient de quitter le Danemark. Mais toi lectrice, avant de suivre ses pas, tu avais déjà assisté en préambule à la rencontre de ses parents et à la description assez impressionnante de sa grand-mère, déformée physiquement par une trop grande absorption de sucre (plus jamais tu ne mangeras de sucre c'est promis). Agnès Desarthe a avoué avoir tenté de tremper son personnage (Rose) dans plusieurs bains (situations) pour voir comment elle réagissait. Et il est peu de dire que Rose ne réagit pas très bien. Elle se laisse ballotter par les évènements et les rencontres, met sa vie en danger, mais elle vit également de merveilleuses aventures humaines, sensuelles et littéraires. Lire Ce coeur changeant est une expérience romanesque qui s'avère au fil des pages de plus en plus intéressante, burlesque et dépaysante. Bien entendu, lors de ta lecture, tu as entendu la voix de l'auteure, raccordé quelques éléments, mais surtout surtout tu as eu envie que l'on continue à te raconter des histoires... Chiche.

Editions de l'Olivier - Août 2015

Festival littéraire La mer est loin - Fontenay le Comte - 24 25 26 27 novembre 2016


06 janvier 2017

Et puis tu termines ton tricot

pull5

#buttercream sweater #we are knitters

Bon week-end ! ;)

Posté par Antigone1 à 07:23 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 janvier 2017

La poupée de Kafka, Fabrice Colin

lapoupeedekafka

Tu as failli ne pas aimer ce livre... (et cela aurait été dommage). Il faut dire, qu'au tout début, il t'a bien embrouillé dans sa chronologie, et qu'au sortir d'une belle panne de lecture tu n'avais pas forcément envie de poursuivre ta reconquête du plaisir de lire avec un roman compliqué. Pour autant, tu as été intriguée, dès les premières pages, par cette coïncidence étrange, ces similitudes entre le film vu il y a peu (La voleuse de livres) et cette nouvelle lecture. Vous avez remarqué vous aussi ces enchaînements parfois très curieux, ces hasards ? Et puis, tu avais promis à quelqu'un de le lire, et surtout de le finir... Le décor est planté. Nous sommes à Berlin, en 1923, auprès d'un Franz Kafka souffrant de tuberculose, incapable d'écrire... Sa compagne lui parle d'une petite fille ayant perdu sa poupée. L'écrivain écrit alors pour elle des lettres, pour la consoler il imagine une correspondance, une poupée partie en voyage racontant ses aventures. Et tout à coup nous sommes en 1980, à Paris, auprès d'un homme érudit, obnubilé par l'écrivain, et par l'existence effective ou non de ces lettres inédites... Puis, Fabrice Colin nous propulse sans ménagement dans un wagon avec l'urine, la peur, les haltes sans fin, le froid, le froid, la soif, le froid. Quoi ? Là, tu dois avouer que l'auteur a failli te perdre. Et pourtant, tu avais bien compris de quel train il s'agissait, et de quel voyage monstrueux... Et tandis que tu lisais une scène d'embrasement de livres jetés au feu dans un Berlin d'autrefois ravagé par la haine, répondant à une même scène vue il y a peu dans ce fameux film, un camion s'élançait dans la vraie vie sur un marché de Noël à Berlin, avec l'impression très forte que l'Histoire percutait le présent et cherchait à nous dire quelque chose, quelque chose de bouleversant et de fort. Alors tu as poursuivi ta lecture, rencontré une jeune fille déterminée (la fille de l'érudit), Julie, qui permet de lier les différentes époques, les différents personnages, et de comprendre que l'humain est fait de ça, de bonnes intentions maladroites, de mauvaises intentions réfléchies, de mensonges, d'amour, de peur, de haine et de trahisons. Et il te reste, à la fin de cette lecture, comme une sorte d'état de sidération, un pré, la mort, le beuglement de quelques vaches, l'image d'un chalet de montagne trônant dans le silence d'une vallée, le Mont Blanc au loin, imposant et froid, observateur immobile et implacable... et sur la route ce fantôme de Kafka.

Edtions Actes Sud - Janvier 2016

Leiloona l'a lu aussi

03 janvier 2017

Pendant ta pause...

initiales

... tu as aimé Noël, ses décorations, aller au restaurant, rencontrer des gens, discuter, tromper ta panne de lecture avec de la vie bruissante et intéressante, discuter avec tes amis (oui tu as beaucoup discuté), et puis recevoir des cadeaux dans ta boîte aux lettres, comme ce numéro 4 du magazine Initiales et ce petit opus Sur tes genoux, d'Angélique Villeneuve, offert avec aux lecteurs du groupement de librairies du même nom. Du doré au coeur de l'hiver. Un dialogue muet entre une fille et son père. Et tu te rends compte, avec ce cadeau, de la chance de ce que tu vis sur ce blog depuis dix ans. Encore merci. [Un magazine à télécharger gratuitement ici] [Et un titre de Thomas Vinau, par là pour les adeptes]

Posté par Antigone1 à 17:04 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2017

Je suis une fille de l'hiver, Laurie Halse Anderson

jesuisunefilledelhiver

Tu as aimé ce livre... parce que quand tu rentres dans ses premières pages tu sais déjà que tu vas retrouver l'univers adolescent un peu rude de Laurie Halse Anderson (que tu avais déjà apprécié précédemment dans Vous parler de ça). Et que quand tu démarres ta lecture, c'est de ça, et de seulement de ça dont tu as envie, d'adolescence (et tu penses que c'est seulement ainsi que tu pourras enfin sortir de ton affreuse panne de lecture, via l'adolescence)... Tu ouvres alors les portes du roman, et tu découvres Lia, jeune fille de 18 ans. Et puis, tout de suite, à peine le temps de faire connaissance, il y a un décès, il est question d'une tragédie. Cassie, une autre adolescente, est morte, seule, dans une chambre d'hôtel. Lia et elle avaient été proches autrefois, mais en réalité elles ne se parlaient plus depuis longtemps. La veille de la tragédie, pourtant, Cassie avait appelé Lia à de nombreuses reprises, 33 fois, et Lia n'avait pas répondu... Comment gérer alors la culpabilité ? Comment gérer ce fantôme qui vient hanter ses nuits ? Comment continuer ce combat contre la faim que Lia mène en secret alors que ses parents la croient guérie ? Et que sa petite soeur Emma lui fait confiance ? Parce que Lia et Cassie partageaient ça avant (on l'apprend peu à peu au fil des paragraphes), cette course effrénée vers la maigreur, cette manière de disparaître de son vivant, en allant inexorablement vers la mort, et toutes les astuces et cachotteries pour y parvenir. En tournant les pages de ce livre, toi lectrice, ancienne jeune fille de 46 kilos, qui a connu la maigreur mais pas le fait de s'affamer, tu frémis de plus en plus, sur cette nourriture qui pèse, ce mécanisme mental qu'est l'anorexie. Tu n'as pas très envie de confier ce roman à ta fille adolescente, pas encore... On ne ressort pas indemne d'une telle lecture, des tentatives désespérées d'une jeune adulte pour trouver des raisons d'exister. Et puis tu refermes ce livre sur ces mots... je suis là, carresse sa couverture en relief, si soignée, et tu te dis que cette collection de La belle colère, c'est vraiment quelque chose... et que Je suis une fille de l'hiver t'a bien chahutée, mais qu'il t'a remise aussi mine de rien sur le chemin un peu perdu de la lecture (ouf).

Editions Anne Carrière - Octobre 2016


01 janvier 2017

Refaire surface

Bonjour à tous !! Allez, me voici de retour. ;) Pendant ma pause [panne de lecture], j'ai regardé des gens parler, j'ai regardé Solange, beaucoup. Et puis j'ai repris le chemin de la lecture, avec boulimie, avec l'envie de lire autrement, autre chose... et avec l'envie d'en parler différemment, aussi. Il est possible que cela vous déstabilise un peu, que je me dise tu. Mais pourquoi, justement, ne pas profiter de mon pseudo pour mettre de la distance entre moi et l'Antigone que je suis aussi, et en dire ainsi bien plus, sur mes lectures et sur le reste ? J'espère m'y tenir. Et je suis contente de vous retrouver. Bonne année 2017 !!

Posté par Antigone1 à 09:27 - - Commentaires [63] - Permalien [#]

10 décembre 2016

Parenthèse

sapin1

Bonjour à tous !! Ma pause se prolonge. Je dois vous avouer que je n'arrive plus à ouvrir mes livres... et qu'écrire ici m'est devenu compliqué. Je ne sais pas expliquer réellement ce qui m'arrive. Je ne crois pas que ce soit grave, au contraire positif. J'ai sans doute besoin, pendant quelques temps, de vivre autrement ma vie que dans les livres, de me nourrir d'autre chose... de faire un peu de ménage et d'avancer. Je vous donne donc rendez-vous en 2017. Il y aura fin janvier un premier bilan pour l'Objectif Pal, c'est promis. Il y aura je l'espère de nouveau des lectures sur ce blog... et peut-être des textes, un changement dans ma façon de bloguer, à voir et à inventer... Pour ceux qui souhaitent continuer à me suivre, je reste présente sur Facebook et Instagram. Je vous souhaite de merveilleuses fêtes de fin d'année ! Des bises et à bientôt !

Posté par Antigone1 à 11:43 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

03 décembre 2016

Résultat du tirage au sort pour l'objectif pal de novembre... et petite pause de blog à suivre

tirageausort2

Anna est la grande gagnante du petit tirage au sort qui ferme cet Objectif Pal de Novembre chez moi. Elle recevra quelques petites surprises liées à tintin, en référence au logo que j'utilise depuis longtemps. Enna est la gagnante du tirage au sort chez Anne ! Nous avons décidé toutes les deux de multiplier ainsi vos chances !

Anna, peux-tu me confier tes coordonnées en message privé ?

Ce challenge devait être ponctuel. Il continue, cette fois-ci seulement chez moi et pour une durée indéterminée. Je remercie Anne de m'avoir accompagnée pour novembre. Vous avez été très nombreuses à souhaiter continuer à lire vos livres délaissés... Merci pour votre enthousiasme !! Le fonctionnement en sera plus simple et plus visuel. Les lectures sont à déposer exclusivement en commentaire dans le groupe facebook créé [clic ici] sous le post mis en ligne mensuellement et épinglé (lien du billet + image de couverture). Il y aura un récapitulatif mensuel en fin de mois ici avec les couvertures des livres lus et le lien vers le billet des lectrices... Seuls la mention "coup de coeur" sera éventuellement mise en avant. 

Par ailleurs, j'entame décembre avec une grosse panne de lecture (la maladie courante des grosses lectrices), je préfère donc me mettre en pause de blog afin de retrouver envie et sérénité. Et puis je ne trouve plus tellement le temps de vous lire non plus sur vos blogs respectifs. Rien ne va plus. Je vous rassure sinon (je sais que vous vous inquiétez vite), physiquement je vais bien. L'osthéopathie semble faire des miracles. Avoir changé d'environnement de travail depuis quelques semaines aussi. 

Et ce week-end, n'oubliez pas... 3637.

A bientôt !

30 novembre 2016

Objectif Pal de Novembre ~ Vos lectures

objectif pal

Nous étions quelques blogueurs et blogueuses à être pleines de bonnes résolutions en cette période de post rentrée littéraire... comme celle de réduire notre PAL (Pile A Lire) en ce mois de novembre 2016 !! Vous trouverez les lectures des participantes répertoriées ci-dessous. Je les remercie de leur enthousiasme et j'ai été heureuse de leurs lectures. J'ai partagé cet objectif de novembre avec Anne. L'aventure continue sur mon blog pour les mois à venir mais j'en simplifie le fonctionnement. Les liens seront exclusivement déposés dans le groupe facebook [ici] et seront répertoriés dans un billet bilan en fin de mois sur mon blog.

Samedi, si tout va bien vous connaîtrez les gagnantes du petit jeu...

Les lectures de novembre ...

Tiphanie - Vous parlez de ça de Laurie Halse Anderson - un roman ado sur le rejet à l’école, pas très innovant mais bien traité... [lien vers le billet]
L’armée furieuse de Fred Vargas - un roman policier qui flirte avec le fantastique, des enquêteurs qui sortent de l’ordinaire... [lien vers le billet] 
Après la vague d’Orianne Charpentier - une famille brisée par le tsunami de 2004, un pager turner qui sonne un peu faux... [lien vers le billet]
Le Lys dans la Vallée d’Honoré de Balzac - un grand classique qui peut trouver son écho au 21è siècle, une très belle écriture avec des personnages attachants. A découvrir ou redécouvrir. [lien vers le billet]
Acquittée de Alexandra Lange - le témoignage d’une femme battue qui a tué son mari, un récit poignant mais qui ne m’a pas plus accrochée que ça. [lien vers le billet]

KathelRemonter la Marne de Jean-Paul Kauffmann - un récit de marche à pied bourré de références historiques et littéraires. [lien vers le billet]
Un hiver en enfer de Jo Witek - Un thriller pour ados bien ficelé mais souffrant de quelques petits défauts. [lien vers le billet]
Sans nouvelles de Gurb d’Eduardo Mendoza - Deux extraterrestres candides à Barcelone, très drôle ! [lien vers le billet]
L’ancêtre de Juan José Saer - à la fois un roman d’aventures et une fable philosophique, peut-être un peu trop philosophique pour moi, mais quelle écriture ! [lien vers le billet]
Passeport à l’iranienne de Nahal Tajadod - il faut beaucoup d’humour et d’astuce pour renouveler un passeport à Téhéran ! Une lecture qui fait du bien ! [lien vers le billet]

AifelleEpicure en Corrèze de Marcel Conche - une lecture enrichissante et simple en même temps. Le parcours d'un philosophe attaché à sa terre natale et qui livre ses émotions et ses réflexions sans fard, à la portée de tout à chacun. J'ai beaucoup aimé. [lien vers le billet]
Comme une feuille de thé à Shikoku de Marie-Edith Laval - Un récit de pèlerinage empreint de beauté, que j'avais plaisir à retrouver tous les soirs. Une lecture apaisante. [lien vers le billet]

Mimipinson - Le roman de Bergen (1950, Le Zenith) de Gunar Staalesen - Construire une œuvre au long cours n’est jamais aisé. Il faut savoir tenir sur la durée continuer à susciter l’attention et l’intérêt du lecteur ; ne pas le lasser. Il faut un certain souffle romanesque. La narration m’a paru plus diluée et donc moins consistante. [lien vers le billet]

Reading bibliophileUne sale rumeur de Anne Fine - Anne Fine décrit de macabres rouages familiaux au travers de dialogues piquants où tous les personnages en prennent pour leur grade. C’est triste et jubilatoire à la fois. [lien vers le billet]
Léon et Louise d'Alex Capus - Alex Capus nous livre une histoire d’amour originale où amour n’est pas obligatoirement synonyme de passion ni de possession où la jalousie n’a pas raison d’être et où la raison justement est partout et dont le rôle a été de si bien servir l’Amour. [lien vers le billet]
Idylle avec chien qui se noie de Michael Köhlmeier - petit livre par le nombre de pages, grand livre par les thèmes universels qu’il aborde. [lien vers le billet]
La saison des ténèbres (In the Night Season) de Richard Bausch - un thriller/polar à l’américaine d’une redoutable efficacité assorti d’une réflexion sur des sujets douloureux [lien vers le billet]
Mon frère est parti ce matin de Marcus Malte - un court roman sur la nature humaine qui se mêle toujours de ce qui ne la regarde pas et on se fait avoir allègrement [lien vers le billet]
Mitteleuropa de Olivier Barrot - Mitteleuropa, meine Liebe... [lien vers le billet]
Deux messieurs sur la plage de Michaël Kölhmer - coup de coeur ! [lien vers le billet]

GambadouUne mauvaise fille de Justine Levy - Une confession émouvante sur la complicité et les difficultés de communication entre une mère et sa fille, sur la mort d'une mère et la vie qui continue. Cependant j'ai trouvé ça un peu long. Louise n'arrête pas de se plaindre et du coup cela devient assez rébarbatif. On comprend sa douleur et son écartèlement, mais tant de mauvaises consciences, c'est un peu lourd. Des beaux passages, mais un livre qui ne me restera pas en mémoire. [lien vers le billet]
Les désorientés de Amin Maalouf - Une lecture que j'ai apprécié, tout en la trouvant un peu longue. [lien vers le billet]

EnnaDisparue de Lisa Gardner - Une enquête sur un enlèvement pas aussi improvisé qu’il n’y parait au début. C’est très rythmé, haletant et je dois dire que j’ai dévoré ce roman de 500 pages en un rien de temps ! [lien vers le billet]
Kampuchéa de Patrick Deville - Un livre qui m’a passionné pour tout ce qui concerne la période des Khmers rouges mais que j’ai quand même abandonné car d’autres sujets ne m’intéressaient pas du tout. Dommage. (Dans ma PAL depuis 2012) [lien vers le billet]
Je m’appelle Asher Lev de Chaïm Potok - Asher Lev est un enfant qui vit dans une famille juive très pratiquante et surtout très impliquée dans la libération des juifs de Russie sous Staline. Il a un don et une passion pour le dessin mais son père n’approuve pas. J’ai abandonné ce livre au bout de 140 pages car cela n’avançait pas, j’avais l’impression de toujours lire la même chose. [pas de billet]

AnneCheval de guerre de Michael Morpurgo - Un cheval nous donne une leçon de pacifisme et d’humanité... Un très beau premier roman d’un grand auteur jeunesse. [lien vers le billet]

Jostein - Profession du père de Sorj Chalandon - Dans un récit sobre et sans jugement, Sorj Chalandon montre comment cette spirale de violence peut entraîner un fils sur le mauvais chemin, comment femme ou enfant peuvent subir une folle dictature par peur ou besoin de reconnaissance. Pourtant, le récit reste optimiste avec le bonheur au bout du chemin pour ce fils brimé et le soulagement par la parole pour le fils auteur qui fait face à son enfance. Un roman fort et touchant. [lien vers le billet]
Le bruit des choses qui tombent de Juan Gabriel Vasquez - Avec une écriture fluide et vive, Juan Gabriel Vásquez entretient d’abord le mystère, donnant ainsi une épaisseur à ses personnages, laissant le lecteur découvrir leur passé. [lien vers le billet]

Mrs PepysLes livres prennent soin de nous de Régine Detambel - Un essai sur la bibliothérapie, pas inintéressant, sans pour autant être aussi passionnant qu'il aurait pu l'être. [lien vers le billet]

Dominette - L'Arabe du futur tome 1 de Riad Sattouf - Et voilà, je viens de terminer "L'Arabe du futur 1"un roman graphique de Riad Sattouf dans ma PAL depuis un an. Je ne suis pas une habituée des BD et j'avais une certaine réticence . J'avais grand tort ! C'est l'histoire de Riad (l'auteur) papa syrien et maman bretonne. Il raconte sa vie de petit garçon dans la Libye de Kadhafi et la Syrie d'Hafez Al-Assad. Belle découverte . [pas de blog]

FlorenceLa maison atlantique de Philippe Besson - un roman psychologique froid, dans lequel s’affrontent un père et son fils, empêtrés pour le premier dans son égoïsme, pour le second dans une haine tenace. [lien vers le billet]

Anna - Le journal de Yaël Koppmann de Marianne Rubinstein -un roman en forme de journal qui fait le grand écart entre Le Journal de Bridget Jones et le Journal de Virginia Woolf.   [lien vers le billet]

LadydoubleHL’étrange Disparition d’Esme Lennox de Maggie O’Farrell - Gros coup de cœur pour ce roman, dans lequel Maggie O’Farrell explore une nouvelle fois le thème des secrets de famille. [lien vers le billet]

Eimelle - Des vérités cachées de Ann Cleeves - un polar assez classique, pour une enquêtrice qui l’est beaucoup moins ! [lien vers le billet]
Repentir de Richard Ste-Marie - un polar artistico-québécois intéressant et dépaysant - [lien vers le billet]
Volkswagen blues de Jacques Poulin - un interessant voyage sur les traces des pionniers, du Canada vers l’Oregon [lien vers le billet]
Trois fois dès l'aube de Alessandro Barrico - une construction originale [lien vers le billet]

Voyage au bout de mes livresLa montagne de Minuit de Jean-Marie Blas de Roblès - Livre très intéressant qui traite du Tibet via la vie très particulière d’un vieux monsieur. [lien vers le billet]

Sylire - Jimmy de Jacques Poulain - A l'occasion de du challenge "Québec en novembre", j'ai sorti ce roman de ma pile à lire, certaine de passer un bon moment, comme toujours avec Jacques Poulin. Hélas, je n'ai pas compris grand chose à cette histoire, que l'on suit au travers des yeux d'un enfant. [lien vers le billet]

MarylineUn été avec Baudelaire d’Antoine Compagnon - Le chroniqueur revient sur le destin de l’œuvre et la figure du poète « maudit », rejeté-condamné avant d’être considéré comme le poète classique et scolaire. [lien vers le billet]

VirginieMon chien Stupide de Fante, Une si jolie petite fille (abandonné pour ennui mais ça compte quand même?) et Broken, de Slaughter, polar parfois trop sanguinolent mais agréable. [billets à venir en décembre]

Mes lectures...

Contre enquête sur la mort d’Emma Bovary de Philippe Doumenc - Un opus original et prenant, à l’écriture classique, qui imagine une suite au roman de Gustave Flaubert ! [lien vers le billet]
Juliet, Naked de Nick hornby - Un roman moderne, attachant, bourré d'humour et de réparties qui claquent, de situations saugrenues et d'espoir ! [lien vers le billet]
Les insurrections singulières de Jeanne Benameur - Une lecture qui donne à réfléchir et emmène son lecteur en voyage (Brésil) [lien vers le billet]

 

Posté par Antigone1 à 09:09 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

27 novembre 2016

Le dernier amour d'Attila Kiss, Julia Kerninon

ledernier

"Je ne savais rien de l'amour, mais je connaissais son absence [...]"

Nous sommes à Budapest. Attila Kiss a 51 ans et après avoir vécu une vie maritale enfermante au sein d'une famille mafieuse, avoir fait trois filles à sa maîtresse, il vit seul, loin de son ancienne vie. Il est travailleur de nuit dans une usine de poussins et passe ses journées à peindre. Rien ne le disposait donc à rencontrer Théodora, 25 ans, fille d'un célèbre ténor et riche héritière. Et pourtant, tous les deux se rencontrent, s'aiment, d'un amour au début à la fois emprunté et désordonné...

Ce court roman est d'une écriture magnifique. D'ailleurs, j'en ai sciemment ralenti la lecture pour mieux la savourer. Julia Kerninon sait effectivement décrire la rudesse et la beauté des sentiments avec brio. Ses personnages sont imparfaits, maladroits, étonnés, touchants. Ils se font un peu la guerre, sur des questions d'histoire, de vécu, de personnalités. Mais cet amour, quoique impossible, quoique socialement voué à l'échec, gagne. Lire ce petit livre est un petit moment de grâce auquel j'affuble un coup de coeur tendre. J'en garderai de belles images, des décors, et de longues phrases superbes. N'hésitez pas à le dénicher.

Editions Le Rouergue - 13.80€ - Janvier 2016 - Merci ma bibli !!

Une façon intelligente et originale de traiter le sentiment amoureux pour Jostein Une jolie confirmation après la réussite de son premier roman pour motspourmots