01 mai 2012

L'art poétique

À Charles Moricemuguet

De la musique avant toute chose,
Et pour cela préfère l'Impair
Plus vague et plus soluble dans l'air,
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.

Il faut aussi que tu n'ailles point
Choisir tes mots sans quelque méprise
Rien de plus cher que la chanson grise
Où l'Indécis au Précis se joint.

C'est des beaux yeux derrière des voiles
C'est le grand jour tremblant de midi,
C'est par un ciel d'automne attiédi
Le bleu fouillis des claires étoiles!

Car nous voulons la Nuance encor,
Pas la Couleur, rien que la nuance!
Oh! la nuance seule fiance
Le rêve au rêve et la flûte au cor !

Fuis du plus loin la Pointe assassine,
L'Esprit cruel et le Rire impur,
Qui font pleurer les yeux de l'Azur
Et tout cet ail de basse cuisine !

Prends l'éloquence et tords-lui son cou !
Tu feras bien, en train d'énergie,
De rendre un peu la Rime assagie.
Si l'on n'y veille, elle ira jusqu'où ?

Ô qui dira les torts de la Rime ?
Quel enfant sourd ou quel nègre fou
Nous a forgé ce bijou d'un sou
Qui sonne creux et faux sous la lime ?

De la musique encore et toujours !
Que ton vers soit la chose envolée
Qu'on sent qui fuit d'une âme en allée
Vers d'autres cieux à d'autres amours.

Que ton vers soit la bonne aventure
Eparse au vent crispé du matin
Qui va fleurant la menthe et le thym...
Et tout le reste est littérature.

 Paul Verlaine

Posté par LESECRITS à 11:07 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


30 mars 2012

Ces femmes qui écrivent

cesfemmesquiécrivent... par Elisabeth Seys

Pour une fois, je vais vous parler d'un livre que j'ai seulement picoré...
Il est de ceux devant lesquels je ne peux résister. C'est un pavé d'un peu plus de 400 pages que je garde près de moi, et que je mettrai sans doute du temps à terminer. Ce n'est pas un roman. C'est une analyse à la fois littéraire et historique de l'écriture au féminin, via le portrait d'une douzaine d'auteures, emblématiques : George Sand, Madame de Staël, Colette, Annie Ernaux, etc...
Le style de l'essayiste est plein de ferveur, et c'est ce qui m'a plu surtout dans les portraits que j'ai parcouru, peut-être un peu didactique mais les éditions Ellipses sont spécialisées dans les ouvrages scolaires et universitaires, rien que de très normal donc. Je les connaissais bien autrefois alors que j'étais étudiante et que j'écumais les rayons des librairies ou ceux de la BU.
Ce livre a vraiment sa place sur ce blog je trouve, et cette approche féministe de l'écriture et de l'histoire littéraire est réellement bien intéressante. J'ai envie de prendre mon temps pour la déguster, de portrait en portrait... Je pense en apprendre beaucoup et changer un peu mon regard sur ses auteures, que pour certaines je connais peu, et qui ont parfois fait beaucoup pour la condition des femmes d'aujourd'hui.

"La parole féminine a longtemps été maudite. Pour oser écrire "je" les femmes ont donc dû vaincre des obstacles intiment liés à leur condition dans la société."

Editions Ellipses - 24€ - Mars 2012

Par ailleurs, je me mets en pause pour le week-end...
J'ai toujours un petit salon du livre en prévision comme annoncé dans mon blog-it (je serai donc occupée) et bien du mal à lire des livres ou vos blogs pour le moment !! Ah, la fatigue est au rendez-vous !! A tout bientôt !

Posté par LESECRITS à 21:37 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

22 février 2012

"Ce qu'un autre aurait fait aussi bien que toi, ne le fais pas.

andrégideCe qu'un autre aurait aussi bien dit que toi, ne le dis pas - aussi bien écrit que toi, ne l'écris pas. Ne t'attache en toi qu'à ce que tu sens qui n'est nulle part ailleurs qu'en toi-même."

André Gide

Une petite citation extraite de L'atelier noir d'Annie Ernaux. Il n'y aura pas de billet sur cette lecture d'ailleurs, je l'ai abandonnée... Mon attention défaillante du moment n'a pas suffisamment été retenue par ce journal d'écriture difficile à suivre hors contexte mais intéressant pour qui se pencherait globalement sur cette oeuvre qui explore le Moi avec talent. 

 

 

Posté par LESECRITS à 13:42 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 janvier 2012

Je t'écris, j'écris... de Geva Gaban

jet'écrisj'écrisIllustrations de Zina Modiano.

"Vendredi
numéro 15

Voilà. Moi je continue à t'écrire parce qu'on a juré.
Mais je suis en colère.
Ou triste.
Ou je ne sais pas, à cause de : pas de lettre. Je suis obligée d'enlever de temps en temps ta bague. Elle me serre trop. Je la mettrai au petit doigt."

Du bord de la mer où elle vient d'arriver en vacances, une petite fille écrit tous les jours à son amoureux, comme ils se l'étaient promis, juré même avant leur départ. Elle numérote ses lettres pour que son destinataire ne s'y perde pas. Mais elle n'obtient pas de réponses, ou si... à peine deux petites cartes.

Ce court roman à hauteur d'enfant est une bien jolie petite perle trouvée dans le cartable de mon fils mercredi. Il est à privilégier pour les plus de neuf ans cependant... Et à conseiller aux amoureux de tous âges.
Ce qui est bien fait ici est cette manière subtile qu'à l'auteure de mélanger un dépit amoureux presque adulte avec des préoccupations d'élève de primaire. Ouf heureusement à cet âge, même si les déceptions sentimentales peuvent être réelles et fortes, l'attention est vite détournée par les petites joies de l'extérieur.

J'ai aimé le lire à haute voix à mes enfants attentifs et intéressés. Pfiou... c'est un joli coup de coeur !

heart  Folio Cadet - 7.70€ - 2002

 

 

Posté par LESECRITS à 09:22 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

05 décembre 2011

On n'écrit pas qu'on manque de rien, qu'on est heureux, que tout va bien

 

Posté par LESECRITS à 20:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,


23 août 2011

Une jeune fille différente, Gérard Glatt

Il y avait la rivière. Après la rivière, la route nationale.

unejeunefillediff_rente"A Alain, lorsque Vivien était parti, Fée racontait toujours son enfance, presque avec obstination. Elle lui disait comment, ce jour où la mort l'avait épargnée, elle avait eu l'impression soudain que tout s'était arrêté. Et lui, il l'écoutait, il enregistrait ce qu'elle lui disait, il s'efforçait de ne rien perdre."

Fée raconte. Son enfance. Et cette mère qui était tant pour les autres, toujours souriante, attentive. Par sa faute, ainsi le pense-t-elle, sa mère a disparu. Depuis les vieilles femmes du village se sont mises à la maudire, elle. Son père et sa grand-mère ont, eux, regardé longtemps ailleurs, luttant contre ce qui en leur esprit lui en voulait encore de cette disparition injuste...
Alors Fée raconte l'enfance, à Alain, comme un remède, et pour qu'il transmette lui-même cette histoire à Vivien, le garçon qu'elle aime, qu'il aime aussi. Vivien et son besoin vif d'écrire. Cette histoire fera un roman, et ce roman elle veut le lui donner, comme un cadeau.

Voici un très joli livre, onirique, qui mérite que l'on prenne le temps de rentrer dans ses pages.
J'ai aimé l'histoire de Fée, cette adolescente craintive, et le brouillard qui entoure sa mémoire. La narration mélange son passé d'enfant et un présent de jeune-fille amoureuse et discrète. Tout cela est assez original et prenant. L'écriture est belle, fine. Lorsque l'on a situé les personnages, attachants, et les époques, le plaisir de lecture est réellement présent et nous emmène bien plus loin qu'on ne le supposait au tout départ. La scène finale est très émouvante et la présence du trio amoureux qui tient l'intrigue générale marque l'esprit de sa cruauté et de ses choix.
Je suis toujours étonnée et admirative de lire ainsi un aussi beau portrait de jeune-fille imaginé par un auteur masculin.

"Fée se disait que tout ça aurait été merveilleux : les vrilles du vent, les arbres, la rivière et la lune en croissant, si le malheur, un jour de printemps, à moins que ce n'eût été au milieu de l'été, n'était survenu par sa faute."

bouton3 Editions Orizons - 15€ - Juillet 2011

Un très grand merci à Gérard Glatt pour sa confiance !! [pour en savoir plus]

Posté par LESECRITS à 18:04 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

15 août 2011

Les cris, Claire Castillon

Tout s'éclaire, je me demande si la lumière ne vient pas de mon oeil.

lescris

"Trahison, déception, suite au chant de l'amour, je savais que ça viendrait. C'est là et ça me soulage. Adam décevra, m'étais-je dit ; c'est fait. Pulvérisée, je cherche à me reconstituer. Intégrale, intègre. Moi seulement, je le veux. Repasser toujours derrière le travail de l'homme. Me remettre. Me suffire."

Il y a rupture, entre Adam et "elle", sans panache, sans éclat. Il y a crise. Adam en profite d'ailleurs pour déclarer qu'il ne sait pas si il l'aimait vraiment elle, ou si c'est la mousse autour d'elle qu'il aimait avant.
Elle, elle est cette femme écrivain, de caractère, à la personnalité socialement intéressante dont il pouvait être fier de tenir le bras.
Elle, elle découvre que l'homme est un objet qu'elle avait longtemps espéré, un passage comme un autre, mais que c'est le monstre textuel (celui qui l'amène à l'écriture) qui vit en elle qui a de l'importance à présent, qui la dirige, qui est sans doute son véritable amant, un amant violent et autoritaire.
De cette rupture naîtra un livre, dans la douleur et la jouissance, elle se le promet.

"Vous n'y pouvez plus rien, dit le monstre textuel, alors laissez-vous faire : j'écris profond en vous ma petite, j'écris comme ça, c'est en vous que j'écris, ne luttez pas."

Attention, chez Claire Castillon, point de bluettes, le ton est aux cris, intérieurs on s'en doute, jetés sur le papier, et à l'écrit (jeu de mots avec le titre ?)... Qui aura le dessus ? Cette faible femme qui vit finalement bien plus mal sa rupture qu'elle ne le clame ou bien le monstre qui vit en elle et qui a décidé de diriger sa main. Il attendait son heure. Nous, on attendra le mot fin pour connaître le vainqueur de cette bataille rangée qui nous donne au passage de bien belles phrases, et tout un tas de pages cornées.
Attention aux coeurs sensibles, vocabulaire évocateur et réglements de compte sont aussi au programme ! 

heart Coup de coeur ! - Edition du Livre de Poche - 6€ - Mai 2011

Explication de texte par l'auteure elle-même en cliquant [ici], émission 1 livre un jour du 22/01/2010...

Posté par LESECRITS à 08:55 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 août 2011

En cours de lecture...

inspiration1"Je me réveille d'un seul coup, aveuglée par un rayon jaune m'expulsant de mes rêves. Il fait pourtant nuit noire.
J'entends la voisine s'agiter doucement de l'autre côté de la cloison. Je fais le moins de bruit possible. Je n'allume pas. Je ne veux pas qu'elle me croit insomniaque. Je n'aimerais pas entendre quelque chose sur mon tapage nocturne interne. Je me déplace à pas de loup.
J'erre, je ne pouvais pas rêver meilleur lieu que mon appartement pour une promenade nocturne. Ce qui est étrange, avec la piqûre d'écriture, c'est la réalité des contours, la précision des perspectives, le calcul des angles, la prise de mesure, la table du temps, l'absorption des lumières, tout est vu, traité, retenu. L'oeil importe, la mémoire engrange, la machine mentale ne se repose pas. Il faudrait pourtant, parfois, faire le vide un moment. Mais le monde entier sollicite, convoque, appelle, appelle au secours."

Extrait de Les Cris de Claire Castillon, in Le Livre de Poche, Mai 2011

Claire Castillon, c'est toujours assez dérangeant, spécial, fascinant... et drôlement bien écrit.

Posté par LESECRITS à 09:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 mai 2011

J'ai testé... "Faire un livre à partir de son blog"

Cela m'a pris, comme ça, un week-end. Il faut dire que j'avais vu cet article du site Les agents littéraires, Faire un livre à partir de votre blog, vous y avez déjà pensé ? Puis ma lecture des Autres gens #01 (premier extrait du blog collectif BD du même nom) a terminé de me convaincre. J'avais envie d'essayer. Hop hop hop, un petit tour sur The Book Edition, du copiage, du collage, de la mise en page, de la validation, et voilà le résultat.

livre

Petites précisions, si l'aventure vous tente aussi : la création est gratuite, vous pouvez n'acheter qu'un seul exemplaire de votre oeuvre si vous le souhaitez et arrêter là, et puis vraiment... l'objet est parfait. (La parution sur le catalogue public est également optionnelle)

Je ne suis pas mécontente du tout de cette démarche, tout narcissique qu'elle soit, j'en ai conscience. Elle me permet d'ajouter un petit tome supplémentaire à ma rubrique "Les écrits d'Antigone" version papier, et de poser ces textes-là enfin... Je dois dire aussi que je ne crois plus depuis bien longtemps à l'aventure de l'édition, en ce qui me concerne, et que écrire est devenu pour moi une histoire toute personnelle et intime, que je partage tout de même avec vous à l'occasion. Et puis, je ne m'interdis pas d'ajouter un jour un tome 2 à ce premier numéro.

Voici ce que j'ai mis en quatrième de couverture, et qui me semble résumer au mieux ce petit geste papier.

Pourquoi ce livre ?
Pour garder une trace, parce que l’écrit semble plus vrai sur papier, pour ne pas oublier, pour éviter que tout disparaisse dans le grand tout du net, pour partager avec ceux que j’aime.
Parce que Tu est une autre.
Pour écrire autre chose…

Pour accéder à la fiche du livre sur le site TheBookEdition [cliquer ci-dessous].

Le livre Les écrits d\'Antigone # 01


Sinon, je partage avec vous, en ce jour de fête des mères, le mot trop drôle de mon petit garçon joint à son cadeau collier de nouilles...
"Maman-Fleur, tu es trop jolie.
J'aime bien quand tu m'emmènes camper."
Je crois que derrière tout cela se cache un message subliminal, car il est bien entendu que nous ne sommes encore jamais partis camper ensemble. ;)

Posté par LESECRITS à 11:04 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :

17 avril 2011

En cours de lecture...

_crivain"Contrairement à ce que certains s'imaginent, ce n'est pas si facile d'écrire un roman. Vous vous forcez à vous lever tous les matins, vous avalez des toasts et un café, et vous vous mettez à votre bureau, paré à vous lancer. Mais ce ne sont là que des préliminaires. Il vous faut alors reconstituer ce monde imaginaire et - ce qui est le plus difficile que tout le matin - réveiller vos personnages, qui sont parfois encore plus endormis que vous et aussi butés que des chats. Certains jours, ils refusent de vous rappeler ce qu'ils faisaient la veille ou vont même jusqu'à changer de nom pour vous dérouter. Et j'en passe. Oui, c'est une entreprise qui peut être exaspérante."

Extrait de Une épouse hollandaise de Eric McCormack, un livre sorti tout droit de ma PAL, et que je boudais, abusée que j'étais par une couverture arborant fièrement un trois mats trompeur... point d'histoire maritime ici, non non non, c'est bien mieux que cela, je me régale je me régale je me régale !

Profitez bien sinon de ce qui reste de ce dimanche ensoleillé !! Dire que certains sont en vacances...

Posté par LESECRITS à 15:46 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,